Le FFS a retrouvé ses militants, sa cohérence et sa sérénité

tabbou.jpgA la fin du meeting du FFS tenu ce jeudi à la salle Le Hoggar de Draâ-Ben-Khedda dans la wilaya de Tizi-Ouzou, Karim Tabbou, premier secrétaire du FFS, a tenu une conférence de presse dans laquelle il a répondu à quelques questions :

Tout d’abord, parlons de ces “anciens de 1963” combien sont-ils ? et quelle est leur prise en charge ?

Les “anciens de 1963” sont des militants de la première heure, ce sont ceux qui ont répondu à l’appel de la proclamation du 29 septembre 1963. Lors de ces évènements, le FFS a compté 3 000 blessés et 450 martyrs dans ses rangs. En 1963, le FFS comptait 700 à 1 000 militants structurés mais ces chiffres sont à revoir à la hausse. A la faveur de l’ouverture démocratique de 1989, le parti a milité pour accorder un statut de martyr à ces militants mais des évènements ont empêché l’examen de ce dossier. Aujourd’hui, ce dossier est complètement refusé et l’essence même de ce combat a buté sur la logique persistante du coup d’Etat. Sachez que le FFS a d’autre part nommé un secrétaire national chargé de ce dossier.

Où en est la préparation du congrès du FFS ?

Après la conférence de l’audit et celle des élus, nous comptons organiser trois précongrès régionaux, celui de Draâ-Ben-Khedda en est le premier. Le congrès du FFS aura lieu les 5, 6 et 7 septembre 2007 et Hocine Aït Ahmed sera parmi nous. Le choix de la CPCN a été porté sur le centre familial de la mutuelle de Zéralda et nous sommes à la recherche d’une salle appropriée pour cette ouverture du congrès afin d’en faire un événement politique et une manifestation publique. Le FFS œuvre pour une représentation sociale et politique large grâce à l’ouverture du parti à la société civile et à tous ceux qui s’y identifient. Faut-il rappeler qu’en boycottant les
dernières législatives, le FFS a choisi le camp de la population plutôt que de répondre aux sirènes du pouvoir. Il faut en faire un repère et un instrument pour une transformation sociale et politique en créant un large rassemblement autour de ce projet représenté par ce boycott massif. Ce message de la population qui ne s’est pas exprimée doit être interprété à sa juste valeur. Le prochain congrès du FFS s’inscrit dans le prolongement du combat de Novembre 1954 et du congrès de la Soummam. Nous sommes les héritiers du legs du mouvement national et démocrate.

Après la crise et la fronde, on parle au FFS de décantation, qu’en est-il au juste ?

Le FFS a, certes, traversé une zone de turbulences mais ce n’est qu’une transition dans la vie du parti. La conjoncture a fait naître des dysfonctionnements locaux, des déceptions personnelles… Ce qui arrive au FFS est une décantation positive. La crise fait partie du passé, le FFS a retrouvé ses militants, sa cohérence et sa sérénité.

Quelle lecture faites-vous de la révision des listes électorales par le ministère de l’Intérieur ?

Zerhouni a une approche policière de la politique. Il veut gérer l’Algérie comme on gère un commissariat. Cette manière d’obliger les Algériens à donner leur voix n’est qu’une perfection des méthodes de la fraude électorale, une substitution politique à la population. C’est une logique policière d’obliger les gens à voter malgré eux, cette culture de flic ne nous étonne pas car on gère la société par le flic et par le fric.

Tayeb Bouamar Le Soir d’Algérie

Commentaires

  1. Akli dit :

    Quelle haine! Tu es paye pour ou tu fais du volontariat?
    Et en plus cela ne va pas du tout avec le pseudo que tu ose porte, TROTSKY! Fis-toi appeler plutot Nezzar, Toufik, Smail ou crrement MERCENAIRE. C’est plus honnete.

  2. omar dit :

    ya si tabbou ke va apporte de nouveau ou va changer du quotidien de l algerien ce congres,on est pas dans etat au sens propre du terme notre pauvre algerie n est k une vulagaire republik cousscousiere,le probleme c de rassemble tt les algeriens sincere honnete autour d un point, c comment se debarasse de systeme corrumpu et edifier un etat juste et democratique c cela le projet autour du kel il faut travaille,y a des personalites historique ya des intels sincere faut laisse nos opinions de cote ,il nous faut un abbane et une autre plate forme et pense a notre algerie ki chavire chake jour un peu plus avant ke ca soit trop tard et ce jour chake un de nous va se demander ke ce ke j ai fait pour evite a mon algerie ce sort l histoire ne pardonne pas

  3. mohamedi dit :

    il parait que mouloud hamrouche va adherer au ffs et se presenter à l’éléction presidentiel 2009 ,je crois que c’est une tres bonne idée et c’est tous bénef pour notre pays ,car representer le ffs a la place de ait ahmed c’est une veritable caution historique, de plus hamrouche renferme toute les composantes algeriennes dont je cite quelques unes ,1 il conait bien la maison,2 ,issu d’une tres grande famille revolutionnaire fils de chahid freres seurs mere et oncles tous des anciens maquisards(son pére a etait assasiné sous ses yeux alors q’il avait 11ans),aprés la revolution il a fait des études,3c’est lui qui a essayé de reformer le fln,4 c’est lui qui a déverouiller la presse algeriennes,souvenez vous des reformes de 1990 par la suite il a démissioner car il voulait discuter avec tous le monde y compris le fis,malheureusement le coup d’etat du genéral nezzar a tous fait capoter et la suite des évenement tout le monde la connait,5 la mafia en place ne peux plus joué avec la kabylité de ait ahmed puisque ce dernier a décider de se retirer de la présidence du ffs ‘et d’etre( president honorifique).

  4. zahir dit :

    Bonjour;
    Je suis un citoyen Algérien et je ne suis partisan d’aucun parti politique.
    Le FFS lors des années 90, m’a beaucoup déçu.Il m’a déçu par ces prises de position que je juge islamistes.J’ai même pensé que le parti n’est autre qu’une secte du courant mourabite.Je ne peux lui pardonner son alliance avec djabellah et haddam à saint-égidio.
    Je souhaite voir un FFS en mûe.Un FFS dont les critiques ne seront que positives pour la démocratie et la république républicaine.Un FFS ouvert sur l’universalité et condamnant clairement l’obscurantisme et le terrorisme islamiste.

  5. mohand arezki dit :

    le ffs n’a jamais perdu ses militants

    le parti est doté d’un capital confiance au sein de la population, mais on trouve ici est là des comportements de certains responsable en majorité des elus qui entament ce capital
    sinon comment pourriez- vous m’expliquer le fait que les régions qui ont donner des « députés » ont été perdu par le ffs( michelet, lni, azzeffoun,mekla, tigzirt, azazga, …)

    devant chaque région on peut mettre un nom d’une »personnalité » qui a contribuér à ce que lapopulation se détourne du ffs,

    « la population n’a pas tourné le dos au discours du ffs, mais elle a tourné le dos à cetains responsables du ffs »

    du fond du coeur j’espère que le parti se dotera d’une direction unis, renforcée à l’issu du IV congres

  6. militant dit :

    juste pour information
    On connait certains fondateurs du ffs, mais pas tous, peut-on connaître les noms des militants, avec aît ahmed qui ont crée le ffs

  7. BENHADID ABDELHAK dit :

    est Il dit que la démocratie est le seul outil de gestion équitable de la cité,là ou le citoyen a une suprématie sur le politique, sur les scientifique, sur les industriels.
    Quand les citoyens expriment des choix de façon massive,la volonté majoritaire doit être respecté.

    Au FFS la contestation est tout a fait légitime, les statuts et les lois organiques du parti s’imposent a tous les militants,s’il y a transgression des règles, un débat démocratique, doit permettre a chacun d’apporter sa pierre à l’édifice. Les calculs et les combines des uns et des autres, doivent céder place à l’esprit de responsabilité.

    Au quatrième congres les responsables et les militants, doivent répondre au défis du millénaire pour une anticipation stratégique solvatrice pour notre pays, la résignation ne nous permettra pas le franchissement du cap de la transition démocratique.

  8. BENHADID ABDELHAK dit :

    est Il dit que la démocratie est le seul outil de gestion équitable de la cité,là ou le citoyen a une suprématie sur le politique, sur les scientifique, sur les industriels.
    Quand les citoyens expriment des choix de façon massive,la volonté majoritaire doit être respecté.

    Au FFS la contestation est tout a fait légitime, les statuts et les lois organiques du parti s’imposent a tous les militants,s’il y a transgression des règles, un débat démocratique, doit permettre a chacun d’apporter sa pierre à l’édifice. Les calculs et les combines des uns et des autres, doivent céder place à l’esprit de responsabilité.

    Au quatrième congres les responsables et les militants, doivent répondre au défis du millénaire pour une anticipation stratégique solvatrice pour notre pays, la résignation ne nous permettra pas le franchissement du cap de la transition démocratique.
    benhadid abdelhak ancien militant du ffs montpellier france

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER