La succession d’Aït Ahmed n’est pas à l’ordre du jour

haa.jpg«Parler de la succession d’Aït Ahmed aujourd’hui, c’est faire preuve d’une grande violence envers les militants du Front des forces socialistes (FFS).» C’est ce qu’a affirmé M. Karim Tabbou, premier secrétaire du vieux parti d’opposition. M. Tabbou expliquera que la question de succession d’Aït Ahmed ne se pose même pas au sein du parti. «C’est un débat que nous n’avons pas abordé», précise le premier secrétaire du FFS, avant d’ajouter : «L’évaluation des capacités d’une personne à gérer une formation politique n’est pas tributaire de sa date de naissance mais plutôt de ses capacités d’analyse, de sa maturité politique, de son bon sens et de son habilité à gérer et à mobiliser autour de lui.» L’occasion pour M. Tabbou de rappeler que «M. Hocine Aït Ahmed recèle un potentiel inépuisable et une expérience politique inégalable. C’est une des rares personnalités politiques qui continue à faire des interventions régulières. La dernière en date ne remonte pas à plus loin que 15 jours, lors dune réunion de l’Internationale socialiste». Quant aux rumeurs concernant l’élection d’un nouveau président du parti lors du prochain congrès, tout en conservant à M. Aït Ahmed la présidence d’honneur, M. Tabbou sera formel : «Nos préoccupations sont très loin de tout cela. Le débat ne s’est jamais posé en ces termes à l’intérieur du parti», déclare-t-il, avant de préciser : «Je crois même que si, aujourd’hui, Aït Ahmed souhaite être déchargé de ses responsabilités, il se heurtera à une forte volonté des militants qui souhaitent le voir toujours à la tête du FFS.» Quant aux allusions de certains journaux à de probables successeurs à leur dirigeant, M. Tabbou dira que la relation qu’entretient le FFS avec certaines personnalités «est d’ordre politique et non organique». Il expliquera, dans ce sillage, que le FFS a toujours été allergique aux associations des sigles et aux alliances d’appareil.
«En accompagnant la société dans ses choix, le FFS est toujours convaincu que l’alternative démocratique se construit autour d’objectifs et d’idéaux communs à un certain nombre d’acteurs politiques crédibles». Le FFS, qui se considère comme l’«héritier des valeurs du congrès de la Soummam», choisira toujours ses partenaires parmi ceux qui «restent fidèles au congrès d’Ifri Ouzellaguen». Le FFS organisera, d’ailleurs comme chaque année, son rassemblement sur les lieux du congrès le 20 août prochain.
Un rassemblement auquel ne prendra pas part M. Aït Ahmed, informe M. Tabbou. Les responsables du parti visiteront, comme d’habitude, le musée du congrès et se recueilleront, avec tous ceux qui assisteront à son rassemblement, à la mémoire des martyrs de la révolution.
Un dernier test de la capacité de mobilisation de la direction du parti avant son congrès. Un congrès auquel prendra part M. Aït Ahmed et qui se déroulera les 4, 5 et 6 septembre prochain. Le lieu du congrès n’a pas encore été arrêté par sa commission préparatoire. Elisant son prédisent, la commission préparatoire du 4ème congrès du FFS est sur le point de finaliser son rapport. Un rapport qui permettra au parti de ficeler les préparatifs du congrès.

 

G. H.

Commentaires

  1. mahfoudh hamadi dit :

    vous allez voire que ce tabbou finira par liquider le parti d’ailleur …ya plus de militants sincéres qui tournen,t autour des structures mais plutots des chasseurs de primes , des mercenaires que seule les éléctions intéressent , le plus drole c’est qu’ils jure au nom de tabbou !!! drole de coincidence aussi…

  2. Mohdeb Said dit :

    Parler de succession du président du FFS ne doit concerner que les militants du ffs, les mises en scènes chères à la presse algérienne ne date pas d’aujourd’hui. Tout les chemins mènent à la dépolitisation et à l’éviction du débat de fond qui doit interpeller les algériennes et algériens. Le pouvoir en place a horreur du politique, de notre côté on ne doit pas baisser notre garde en intégrant leurs masscarades médiatiques, notre objectif c’est l’altérnative démocratique, pas les éléctions ou l’intégration du système a si lmahfoudh hamadi

  3. Kouider dit :

    Etrange scène politique et médiatique algériennes. Un quotidien – suivi par d’autres – connu par son patron pour son obédience absolue au régime ouvre avec un article tout droit sorti d’un sous sol de laboratoire, en annonçant que Hamrouche va succéder à Ait AHmed à la Tête du FFS. Plus c’est gros, plus ça prend. Car, il faut ignorer la réalité du parti FFS, de Hocine Aït Ahmed et aussi celle du personnage Hamrouche pour se lancer dans une telle élucubration. Balancer publiquement une telle mixture – en la présentant comme quasi sure – n’est absolument pas innocent.
    D’abord, elle vise à semer la zizanie au sein du FFS, ensuite entre Ait et Hamrouche et ensuite – car cette « piste » n’est soustendue par aucun raisonnement crédible – à brouiller la perception de l’opinion publique, si tant est qu’elle existe. Cette manipulation grandeur nature tend à faire accroire que le ffs n’est pas meilleur que le fln, le rnd ou même le pnsd, car il se livre à des combinaisons d’appareils et de salons. Donc, ils seraient tous pareils. Et donc, tout aussi méprisables.
    Tout aussi étrange est le vide analytique au sein des rédactions de presse. Il n’y a pas eu une seule analyse qui décortique cette « piste », pour démontrer sa viabilité ou non viabilité. Je ne pense pas que cela tienne aux journalistes de base, mais à leurs chefs. Est-ce àcause des vacances ? Probablement pas, puisque d’autres sujets sont traités en long et en large. C’est que les instructions ne sont pas les mêmes pour tous ! Y a bien eu un autre étrange article sur Bouteflika et sa ville natale, mais sans suite. Pour le moment. Etrange.
    En réalité, c’est le vide organisé. Ni vie politique, ni médiatique, si ce n’est des erztaz , de la manipulation et du ridicule qui ne tue personne; genre le dg de la tv qui inaugure à oran un festival du cinéma arabe, alors qu’il a été le fossoyeur de l’enpa, du caic , de l’anaf quand il était ministre.
    Ministre par la grace de Belaid abdeslem, un autre que le ridicule ne tue pas. Sa longue dépêche de 300 pages – sur blog – a révélé deux choses fondamentales: ce n’est pas un homme politique, et encore moins un économiste. Juste capable de taper la brosse à bouteflika. En réalité ce blog ne visait qu’a taper sur les adversaires de Boutef. Et, ce n’est donc qu’une combine de plus entre gens du régime.Une de plus et qui ne nous concerne pas. Le montage sur la présumée succession d’Ait entre dans cette logique de brouillage du paysage, et, de ce fait ne mérite aucun intérêt.

  4. Kouider dit :

    Après plus de 100 000 morts, des milliers de « disparus », des milliers d’handicapés physiques, des centaines milliers de personnes psychologiquement atteintes, sans parler des dégats matériels, Madani Mezrag vient de relancer l’idée d’un parti pour les anciens du FIS. Première déduction: n’aurait-il pas été plus simple de ne pas arrêter le processus électoral enclenché par les Belkheir et compagnie ?
    Trop tard. Bien. Si, « on » dénie à Mezrag et aux siens de crééer un parti politique légal (et donc pacifique…) faudrait alors disqualifier politiquement ceux qui ont arrêté ce processus de décembre 91. Mais, ceux-là sont toujours en place et c’est eux qui s’y opposent.
    On est en plein remake des conditions qui ont déclenché la crise sanglante. Et dans cette affaire, l’otage – le grand mouton – c’est le peuple, pris en otage.
    Cette situation va perdurer. Il y a l’argent du pétrole et des mokhaznis par milliers… des smail mira,des sidi said, des hhc, haichour, des boukerzaza, des medelci, des sadi, et même des hanoune (hé, oui !) etc…

  5. un étudiant dit :

    quelle, démocratie, qui dit, que le président d’un parti politique, peut rester a son poste, depuis 1963 a nos jours ! !
    si l’un de vous, a une réponse, s.v.p, répondez, moi par un message, dans cette meme rebriques .
    salutations démocratiques .
    un militant de bouira .

  6. ramdane;ramdane dit :

    c’est vrai que le plus important est une altrnative democratique ,une vraie transition democratique ,pas une mise en scene dont nos partis de l’opposition soit disant prennent partie,
    c’est vrai qu’il faut une structure ,une organisation,un processus bien determiné,bien defeni,bien structuré si tu veux,mais tant qu’il y ses elephants,et ses assoifés du pouvoir a la tete de ces structures ,je ne pense pas qu’il y’aura cette transition,
    depuis 62 j’entends parler du mots (vous etes les hommes du demain,,de l’avenir je veux dire))mais ça fait 45 ans ,et nous sommes toujours dans le passé,,le futur je ne sais pas c’est quoi,,si ce n’est pas aujourd hui????
    je pense qu’il faut une action directe,totale et defenie,,,je sais bien que tu comprends qu’est ce que ça veut dire,
    l’algerie ce n’est pas la kabylie,,alors tant qu on n’a pas isolé ce complexe de superieurité ,de leadership;;;;;;il y’aura pas d’alternative;;;???????????????????????????????????????????????????????????

  7. tamani dit :

    c’est vrai que le plus important est une altrnative democratique ,une vraie transition democratique ,pas une mise en scene dont nos partis de l’opposition soit disant prennent partie,
    c’est vrai qu’il faut une structure ,une organisation,un processus bien determiné,bien defeni,bien structuré si tu veux,mais tant qu’il y ses elephants,et ses assoifés du pouvoir a la tete de ces structures ,je ne pense pas qu’il y’aura cette transition,
    depuis 62 j’entends parler du mots (vous etes les hommes du demain,,de l’avenir je veux dire))mais ça fait 45 ans ,et nous sommes toujours dans le passé,,le futur je ne sais pas c’est quoi,,si ce n’est pas aujourd hui????
    je pense qu’il faut une action directe,totale et defenie,,,je sais bien que tu comprends qu’est ce que ça veut dire,
    l’algerie ce n’est pas la kabylie,,alors tant qu on n’a pas isolé ce complexe de superieurité ,de leadership;;;;;;il y’aura pas d’alternative;;;????????????????????????????????????????????????????

  8. Déposé sur le site officiel du FFS dit :

    Le dernier texte mis en ligne sur le site officiel du FFS remonte au 29 mars. Trop inerte notre site officiel. Il faut réagir les amis. C’est la paralysie à tous les niveaux.Communication / organique et politique. Il n y a pas de mal à se remettre en cause, mais laissez se reprendre le FFS. Il faut accepter d’ouvrir le champ politique interne et de libérer les énergies locales. Ce n’est plus possible. Vous ne pouvez pas tout contrôler par le haut. C’est les textes statutaires qui encadrent le fonctionnement collectif. Allez,pensez à l’intérêt général. Arezki

  9. mohdeb larbi dit :

    azul felawen comme a dit notre chere et grand future politicien mohdeb said ….Parler de succession du président du FFS ne doit concerner que les militants du ffs ok ya pas a dire de + …… a vous

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER