• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 27 août 2007

Archive pour le 27 août, 2007

A QUELQUES JOURS DU CONGRÈS NATIONAL: Le FFS fin prêt

A quelques jours de la tenue de son quatrième congrès national, les préparatifs battent leur plein au sein du FFS, qui veut faire de ce rendez-vous le grand tournant de l’histoire du parti. C’est ainsi qu’après la tenue de la conférence nationale de l’audit, et celle des élus, le FFS a organisé, trois précongrès nationaux, avant de passer aux dernières touches pour le bon déroulement de ce  » grand rendez-vous « , qui verra la participation du père spirituel de la formation. En effet, Hocine Ait Ahmed est incessamment, attendu pour le 1er septembre prochain, soit trois jours avant le jour j; le congrès aura lieu les 5, 6, et 7 septembre. Selon les dernières déclarations de Karim Tabbou, premier secrétaire du parti, si le choix de la CPCN s’est porté sur le centre familial de la mutuelle de Zeralda, il reste que le FFS n’a pas encore, trouvé une salle appropriée pour cette ouverture du congrès afin d’en faire un événement politique et une manifestation publique. Car, pour lui, le FFS oeuvre pour une représentation sociale et politique large grâce à l’ouverture du parti à la société civile et à tous ceux qui s’y identifient. Il rappelle, qu’en boycottant les dernières législatives, sa formation a choisi le camp de la population plutôt que de répondre aux sirènes du pouvoir. « Il faut en faire un repère et un instrument pour une transformation sociale et politique en créant un large rassemblement autour de ce projet représenté par ce boycott massif  » a-t-il dit. Ce message de la population, estime-til, qui ne s’est pas exprimée doit être interprété à sa juste valeur. Dans ce contexte, il souligne que, le prochain congrès du FFS s’inscrit dans le prolongement du combat de Novembre 1954 et du congrès de la Soummam.  » Nous sommes les héritiers du legs du mouvement national et démocrate  » a-t-il martelé. Le congrès du parti socialiste vise également, la réconciliation entre tous les militants. « Le FFS a, certes, traversé une zone de turbulences mais ce n’est qu’une transition dans la vie du parti » a affirmé Tabbou.Tout en reconnaissant que la conjoncture a fait naître des dysfonctionnements locaux, et des déceptions personnelles, Tabbou explique que  » ce qui arrive au FFS est une décantation positive « . Pour lui, la crise, fait partie du passé, et le FFS a retrouvé ses militants, sa cohérence et sa sérénité. Vraisemblablement, tout indique que la formation chère à Ait Ahmed, n’a omis aucun détail pour la réussite de son congrès qui réunira tous les adeptes, notamment, de  » l’exilé  » tant attendu. Rendez-vous le jour «J» !

 

Farid Abdeladim, Le Courrier d’Algérie

Alger, classée dernière ville dans le monde

Alger est la capitale la moins vivable dans le monde. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dernièrement par “The Economist Intelligence”, qui est une unité des enquêtes appartenant au groupe britannique “The Economist” . Sur 132 villes sélectionnées, Alger a été classée à la dernière place de ce rapport élaboré en évaluant les conditions de vie de ces villes, selon 40 indicateurs. Ces derniers concernent cinq catégories : la stabilité, le service de santé, la culture et l’environnement, l’éducation et la disponibilité des infrastructures de base. L’évaluation d’Alger a été de 64,7% (alors que Vancouver, la première du classement, a eu 1,3%). En 2005, la “blanche” a été classée par le même organisme à la 125e place (sur 129). Cette fois, Alger a été considérée comme la moins attractive du monde se faisant distancer par Karachi (Pakistan), Tripoli (Libye), Abidjan (côte-d’ivoire), ou encore Dhaka, la capitale du Bangladesh. Est-ce une surprise ?
Une enquête sur la qualité de vie réalisée par Mecer Human (considéré comme le leader mondial en matière de conseil en ressources humaines et de produits et services financiers associés), il en ressort qu’ Alger a été classée à la 178e position. Pour faire une petite comparaison avec nos voisins, Tunis était à la 78e place alors que Casablanca a été classée à la 119e). Une autre enquête similaire, concernant les villes les plus chères du monde et élaborée en juin dernier, a vu la capitale algérienne prendre la 50e place (Tunis à la 120e alors que Casablanca a été classée 66e et Moscou a été désignée comme la plus chère des villes). Ce dernier classement a été élaboré en prenant en compte plusieurs paramètres tels que les coûts du logement, du transport, ou encore des produits agroalimentaires.
La responsabilité des pouvoirs publics est évidement claire. Ça remet aussi sur le tapis l’importance qui devrait être donnée à la gouvernance qui est encore à l’état embryonnaire en Algérie. La preuve, c’est que s’ouvre aujourd’hui, lundi, un important séminaire sur la gouvernance à Barcelone avec la participation de tous les pays méditerranéens… sauf l’Algérie…

 

Salim KOUDIL Liberté

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER