• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 septembre 2007

Archive pour le 24 septembre, 2007

Des émeutes contre la hausse des prix…au Maroc

Des heurts violents se sont produits, hier, dimanche, dans la ville de Sefrou entre des policiers et des manifestants qui protestaient contre la hausse des prix des produits alimentaires, faisant une cinquantaine de blessés. Les violences ont éclaté à Sefrou, à 200 km à l’est de Rabat, après un rassemblement de protestation organisé par l’Association marocaine des droits humains (Amdh) pour dénoncer la «hausse des prix» de produits alimentaires. Des témoins contactés par l’AFP ont confirmé ces violences, ajoutant qu’une agence bancaire, des magasins et une circonscription administrative ont été saccagés par des protestataires, qui ont usé notamment de jets de pierres contre les forces de l’ordre. Lors de la manifestation, des heurts ont éclaté avec la police qui a procédé à l’interpellation d’environ 30 personnes, a-t-on indiqué de mêmes sources. Selon l’Amdh dont la section locale a appelé à la manifestation, la «police a interpellé 28 personnes dont deux membres de l’Amdh».

Etrange Editorial de Liberté

Lobbies
Par : Amine Allami

Tout en prenant au sérieux la menace terroriste dans l’Hexagone, les autorités françaises jouent la prudence en se gardant de verser dans l’alarmisme. La ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a estimé qu’une menace terroriste existait sur la France “comme sur quasiment tous les pays”. Pour la ministre, donner de nouvelles consignes de sécurité reviendrait à répondre à l’attente de ces mouvements terroristes qui n’aspirent qu’à une chose, désorganiser un certain nombre de sociétés et désorganiser aussi l’économie mondiale. “C’est que ces mouvements veulent mettre en cause le fonctionnement des sociétés, de toutes les sociétés”, a conclu Michèle Alliot-Marie.En fait, dans sa nouvelle stratégie, le terrorisme islamiste nourri et guidé par des groupes d’intérêts occultes étrangers tente par tous les moyens de s’attaquer à l’économie algérienne en plein redressement. En perpétrant des attentats contre des ressortissants français et italiens travaillant pour le compte de l’entreprise Razel, chargée de construire un barrage dans la région de Bouira, le GSPC inspiré par les filières mafieuses d’Al-Qaïda a surtout voulu provoquer le départ des sociétés multinationales implantées dans le pays à la faveur du retour de la stabilité politique.

Ce qui est exclu d’ores et déjà vu d’abord les messages de soutien de la communauté internationale condamnant le terrorisme et les réactions des responsables de Razel et d’ADP, qui n’ont pas hésité à affirmer que les attentats n’allaient aucunement remettre en cause leur présence en Algérie. Aujourd’hui, les services de renseignement occidentaux s’interrogent de plus en plus sur les raisons qui poussent le réseau Al-Qaïda à concentrer ses actions terroristes en Algérie, alors que la Tunisie et le Maroc sont relativement épargnés par les violences. S’il est vrai que le terrain demeure propice en Algérie vu l’existence encore dans les maquis de quelques dizaines d’islamistes armés et l’incapacité de l’État à combattre l’intégrisme qui continue de recruter des enfants et des adolescents pour en faire une “chair à canon”, il n’en reste pas moins que les attentats perpétrés depuis le 11 avril semblent, selon les experts, obéir beaucoup plus à des considérations externes qui, en manipulant le terrorisme local, visent à faire dévier l’Algérie de son processus de sortie de crise.

Et si Hadjar avait raison…pour une fois?

«En se proclamant affilié à Al Qaïda, le groupe salafiste compte gagner l’intérêt de la presse», a affirmé Abdelkader Hadjar, ambassadeur d’Algérie en Egypte, dans un entretien au quotidien égyptien El Misri El Youm. Ainsi, notre ambassadeur conteste au GSPC son affiliation à l’organisation terroriste Al Qaïda. Le redresseur du FLN a ajouté que «les ravisseurs de l’ingénieur égyptien Amdjad Ouahba sont membres d’une organisation terroriste dénommée groupe salafiste activant dans la région de Kabylie mais qui n’est pas affiliée à Al Qaïda».

Pour plus d’éclairage sur le GSPC, vous pouvez lire  » Al-Qaida au Maghreb « , ou la très étrange histoire du GSPC algérien, écrit par par François Gèze et Salima Mellah: www.algeria-watch.org

Au CRA, Maadnous (persil) est facturé à 380 DA le bouquet

persil.gifcra.gifLe ministre de la l’Emploi et de la solidarité nationale, Djamel Ould Abbes a annoncé, hier, sur les ondes de la chaîne II de la radio nationale, que 11 travailleurs du Croissant-rouge algérien (CRA) seront poursuivi en justice pour avoir « détourner de l’argent et des véhicules du CRA ». Le ministre a souligné que ces travailleurs seront dorénavant interdits d’accès dans les locaux du CRA. La preuve, a-t-il martelé, ces personnes sont arrivées même à facturer le persil à 380 DA le bouquet ! A combien est facturé alors le kilo de viande ? La réponse après le F’tour !


 

 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER