• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 octobre 2007

Archive pour le 5 octobre, 2007

Haine des autres, haine de soi

 

 

En adoptant aux petites heures de vendredi le projet de loi Hortefeux sur la maîtrise de l’immigration, et en particulier l’amendement revu et corrigé, mais finalement maintenu dans son principe, du recours aux tests ADN pour les candidats au regroupement familial, les sénateurs, après les députés, ont fini d’esquisser le visage le plus inquiétant de la France. S’il advenait que ce texte soit maintenu au sortir de la commission mixte paritaire prévue le 16 octobre, alors il faudra acter que notre pays a fait litière de son histoire et de sa géographie au détriment des étrangers. Admettre que la famille ne vaut que par le lien biologique établi entre ses membres, considérer que seul le sang donne son sens et sa validation à la stricte parenté entre une mère et ses enfants, c’est nier la différence des autres. C’est nier l’existence de cultures singulières ou fermer les yeux sur les drames de contrées à fléaux qui font qu’un enfant peut ne pas être élevé par sa mère. Que des demi-frères ou demi-soeurs peuvent être des fils et des filles à part entière dans le coeur d’une femme qui ne les a pas enfantés. Il n’est que de lire les réactions blessées de nombre de responsables africains pour mesurer combien cette tentative dommageable de tri dans les familles, outre la suspicion de fraude a priori qu’elle suggère, risque de couper la France de ses meilleurs amis. Réservée aux étrangers, la traque de l’enfant illégitime n’est pas seulement contraire au droit fixé par la loi de bioéthique, qui limite la recherche de la signature génétique à des fins médicales ou judiciaires. Il y a de la haine dans cette course à l’ADN, de la haine des autres, de la haine de soi. On ne se respecte pas quand on manque ainsi d’humanité. A gauche, mais aussi à droite, des voix s’élèvent contre cet amendement, se mêlant aux voix des Eglises et du Conseil national d’éthique. On aimerait que la représentation nationale les entende. Sauf à miser sur le Conseil constitutionnel pour préserver notre législation de repoussantes dérives.
Editorial, Le Monde du 5 octobre 2007, par Eric Fottorino

La France inhumaine de Sarkozy !

sarkozylepen795692.jpgLe gouvernement français s’est félicité vendredi de l’adoption par le Sénat du projet de loi sur « la maîtrise de l’immigration » autorisant notamment le recours aux tests ADN.
Les critiques sont d’autant plus vives que les sénateurs ont validé une autre mesure combattue par les défenseurs des droits de l’homme : l’interdiction d’accès aux centres d’hébergement d’urgence pour les sans-papiers.

Dans un éditorial, le journal Le Monde daté du 6 octobre estime que les sénateurs, après les députés « ont fini d’esquisser le visage le plus inquiétant de la France » et qu’il y a « de la haine dans cette course à l’ADN. »
Le gouvernement français s’est félicité vendredi de l’adoption par le Sénat du projet de loi sur « la maîtrise de l’immigration » autorisant notamment le recours aux tests ADN mais la gauche ne désarme pas contre un texte jugé contraire à l’esprit de la République.
Les critiques sont d’autant plus vives que les sénateurs ont validé une autre mesure combattue par les défenseurs des droits de l’homme : l’interdiction d’accès aux centres d’hébergement d’urgence pour les sans-papiers.

Dans un éditorial, le journal Le Monde daté du 6 octobre estime que les sénateurs, après les députés « ont fini d’esquisser le visage le plus inquiétant de la France » et qu’il y a « de la haine dans cette course à l’ADN. »

Le GSPC et les explications de Zerhouni

yazidzerhouni2.jpgLe ministre algérien de l’Intérieur Yazid Zerhouni, reçu vendredi à Paris par son homologue française Michèle Alliot-Marie, a estimé que le terrorisme actuel en Algérie « n’a rien à voir avec l’Islam » et que le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) recrute au nom de questions politiques et non religieuses.

Le phénomène, en Algérie comme ailleurs, est selon lui « boosté » par la situation actuelle au Moyen-Orient , guerre en Irak, guerre du Liban l’année dernière, question palestinienne toujours pas résolue, voire la question du nucléaire iranien.

Yazid Zerhouni a expliqué la « perception chez notre opinion qu’il y a comme un retour à une politique de type colonial ». Et jugé également que par une « certaine inadvertance ou peut-être négligence dans certaines déclarations, on participe (…) à la création de l’islamophobie », ce qui « laisse des brèches qui sont exploitées par les extrémistes ».

Enfin, interrogé au sujet d’un éventuel procès de Hassan Hattab, l’ancien émir et fondateur du GSPC, qui s’est rendu fin septembre, Yazid Zerhouni a précisé qu’il était considéré « aujourd’hui comme repenti », mais qu’il « doit d’abord clarifier sa situation vis-à-vis de la justice », car « impliqué dans plusieurs procès en cours ».

France: des « camps » pour les étrangers en situation irrégulière

sanspapier.jpg

 

 

La politique du chiffre, de l’absurdité aux drames

Depuis la réforme de la rétention administrative en 2003, la Cimade dénonce la transformation du dispositif de rétention en France et son “industrialisation”. La rétention est en principe une dérogation permettant à l’Administration de détenir un étranger devant être éloigné du territoire dans des locaux non pénitentiaires. Cette privation de liberté – contrôlée mais non décidée par la justice – devait rester exceptionnelle et ne durer que le temps strictement nécessaire à l’organisation de l’éloignement. L’allongement de la durée maximum de rétention (de 12 à 32 jours), l’augmentation du nombre comme de la taille des centres de rétention – le nombre de places de rétention administrative a doublé depuis 2003 – et les quotas fixés par le ministère de l’Intérieur aux préfectures en terme de reconduites à la frontière, ont transformé la nature même de ce dispositif. La rétention a glissé peu à peu vers une logique d’internement, transformant progressivement ces lieux en camps.

Pour rappel, depuis 1985, la Cimade assure une présence associative et exerce une mission d’accompagnement des étrangers en instance d’expulsion dans les lieux de rétention. Seul représentant de la société civile à y intervenir quotidiennement, nous témoignons de la réalité observée dans ces lieux de privation de liberté : c’est à nouveau le but de ce septième rapport annuel sur les centres et locaux de rétention administrative.
Vous pouvez lire le « Rapport annuel
sur les centres et les locaux de rétention administrative » www.cimade.org

USA: La Chambre des représentants adopte une résolution sur le Ramadhan

usa.jpgLa Chambre des représentants des États-Unis qui compte 435 membres a adopté, le 2 octobre, par 376 voix contre 0, une résolution sur le mois saint du ramadan, par laquelle elle exprime son « profond  respect envers les musulmans » tant aux États-Unis que dans le reste du monde. C’est la première fois que le corps législatif américain adopte une telle résolution. Celle-ci a été soumise par Mme Eddie Bernice Johnson (Texas) et par une trentaine de représentants, dont M. Keith Ellison (Minnesota), qui est le premier musulman à occuper un siège au Congrès. « C’est là un signe de respect et de reconnaissance, qui est très américain. Nous sommes un pays où règne la tolérance religieuse », a dit M. Ellison à l’USINFO. « Il s’agit, a-t-il expliqué, de montrer non seulement au monde musulman, mais aussi au monde entier, que le Congrès des États-Unis est un lieu où toutes les religions sont respectées et reconnues, où nous embrassons notre diversité et où nous croyons que la promesse des États-Unis est que nous pouvons rechercher le Divin comme bon nous semble conformément à notre jugement, à notre tradition et à notre façon.»

 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER