FFS: Déclaration remise au chef du gouvernement

 

tabbou23.jpgMonsieur le chef du gouvernement ;

Au nom du FFS, de la délégation qui m’accompagne et en mon nom personnel, je vous remercie d’avoir répondu favorablement à la demande d’audience que j’ai formulé auprès de vous.

En effet, nous sommes gravement préoccupés par les conditions dans lesquelles se préparent les élections locales du 29 novembre prochain aux quelles le FFS a décidé de participer.

Vous connaissez déjà l’opposition du FFS aux mesures prises par M. Zerhouni, Ministre de l’intérieur concernant l’assainissement du fichier électoral. De notre point de vue, ces mesures visent surtout l’intimidation de la population d’un coté, d’autre part, ces mesures rendent illusoire toute possibilité de contrôle institutionnel ou populaire du fichier électoral.

L’attitude de l’administration dans certaines wilayas du pays pendant la phase de constitution et dépôt des listes électorales renforce notre inquiétude quant à la crédibilité et la régularité du scrutin à venir. En effet, dans dix wilayas à savoir CHLEF, BECHAR, JIJEL, SKIKDA, SETIF, MSILA, TISSEMSILT, EL OUED, KHENCHELA et AIN DEFLA, des obstacles et des entraves multiples ont été dressés pour empêcher les responsables locaux du FFS de constituer et de déposer normalement et conformément à la réglementation les listes APC & APW du parti.

Dans certaines des wilayas citées, les listes électorales du FFS ont été arbitrairement refusées et plus encore, nos militants ont été évacués manu militari de l’enceinte même de l’administration. Nous tenons à votre disposition les éléments d’information recueillis auprès de nos instances et responsables locaux

Monsieur le chef du gouvernement,
Le FFS est un parti d’opposition à vocation nationale ; le FFS privilégie une démarche légaliste et pacifique.

Le FFS estime que le premier des devoirs de l’Etat Algérien est de respecter les textes et lois qu’il a lui-même promulgués ;

Le FFS est convaincu que ces dérives administratives ne sont que la première phase d’un plan de déstabilisation du parti qui ira s’accentuant jusqu’à la phase de la proclamation officielle des résultats de ces élections.

Le but visé est de contrarier la volonté d’implantation nationale du FFS. Il s’agit d’une tentative de « containment » stratégique.

Plus grave, ces dérives administratives peuvent précipiter le pays dans un désordre civil aux conséquences imprévisibles. Il s’agit là d’un plan concerté de subversion.

Monsieur le chef du gouvernement,
Il n’est pas de l’intérêt du pouvoir politique, il n’est pas de l’intérêt de l’opposition, il n’est pas de l’intérêt du pays que ces dérives soient tolérées.

La réconciliation nationale, la démocratisation du système politique passent aussi par la reconstruction d’un Etat national et en particulier par l’organisation d’élections locales libres et honnêtes. La force d’un Etat est la confiance des citoyens.

De votre capacité d’intervention et de celle du gouvernement que vous présidez peut dépendre la crédibilité du scrutin prochain, la stabilité du pays et la préservation des chances d’ouverture démocratique.

Nous souhaitons que nos doléances soient prises en compte et que des mesures soient prises pour assurer la régularité de ce processus électoral dans toutes ses phases.

Nous ne demandons pas au régime de se suicider, nous demandons à l’Etat Algérien de s’assumer.

Le mercredi, 17 octobre 2007

Commentaires

  1. yazid dit :

    expliquez moi qui ça peut interresser l interet nationalchez les décideurs. boutef zermaa ? ! le pb c est qu il décide de pas grand chose :)

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER