LADDH: l’opposition à Zahouane s’organise à Sidi Bel-Abbès

La crise de la LADDH gagne les wilayas de l’intérieur
Le vent de la contestation souffle sur la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH)… Maître Hocine Zahouane, président en exercice, n’arrive plus à faire l’unanimité dans ses rangs à l’image de son illustre prédécesseur Maître Ali Yahia Abdennour qui a su préserver dans le temps, contre vents et marées, l’unité et la stabilité de l’organisation.

Après avoir secoué, en premier, la sphère décisionnelle de la Ligue, à travers notamment son conseil national dont les membres se sentent «interpellés plus que jamais pour mettre fin à la dérive qui s’annonce», la crise semble n’épargner aujourd’hui aucune des structures de base de défense des droits de l’Homme. Des voix commencent, ici et là, à s’élever pour dénoncer ce qui est assimilé désormais à un véritable «coup de force» perpétré par maître Zahouane et consorts «au service de desseins inavoués». Dans une déclaration rendue publique hier, le bureau de la LADDH de la wilaya de Sidi Bel-Abbès n’a pas manqué d’émettre de vives critiques à l’endroit du président actuel de la LADDH et de ses partisans ainsi que de la «prétendue assemblée générale tenue le 26 octobre 2007 au centre de presse international à Alger», considérée comme «antistatutaire et illégale». Invité à donner plus de précisions sur cette prise de position en faveur du courant légaliste réuni autour du président d’honneur de la LADDH, Me Bensalem Fasla, président du bureau de wilaya, soulignera que «l’AG en question, convoquée de manière non réglementaire, s’est transformée sur-le-champ en congrès extraordinaire, lequel congrès doit être demandé à la majorité absolue des membres du conseil national, du comité directeur et des représentants des bureaux de wilaya de la ligue». Maître Fasla estimera ainsi que les militants authentiques des droits de l’Homme, convoqués à une AG extraordinaire vendredi prochain Alger, «se doivent de prendre les mesures qui s’imposent pour éviter les risques de division qui guettent l’organisation».

A. Abbad

Commentaires

  1. kouider dit :

    Qui aurait cru que l’honorable zehouane ferait un coup à la hadjar contre la laddh ? Non seulement, il l’ a fait mais il a ramené ses copains, cassé des serrures et s’est intronisé chef surprême des droits de l’homme, à la petite semaine. Decevant. Mortellement décevant. Même Zehouane a succombé au koursi ! Aadjeb. cette affaire révèle la déliquescence généralisée du bled et qu’elle a atteint même les vieux militants. zehouane me fait penser à messaadia chérif (dcd) qui ne voulait pas passer le flambeau à la nouvelle génération. Entendons nous, en fait aux générations post indépendance qui ont aujourd »hui, 50,40 ou 30 ans. Ces gerontocrates se croient dépositaires de tout, de la vérité, de l’histoire, du militantisme etc… Ils contribuent à foutre la merde dans le pays, et, finalement tout ce qui les interessent c’est leurs intérêts, personnels. Zehouane a plus de 70 ans. Oua l’hadith kias. Salam Alikoum

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER