• Accueil
  • > Archives pour octobre 2007

Archive pour octobre, 2007

Candidatures à Alger en chiffres

APC : 14 partis politiques et des indépendants, totalisant 7 957 candidats. Apw : 747 pour les 55 sièges à pourvoir
APC : FLN et RND : 57 listes / 57 communes
MSP : 53 communes
PT : 51 communes
FNA : 47 communes
FFS : 39
RCD
: 33
Ennahda : 31
Islah : 25
AHD 54 : 2listes
PRA : 1
RPR : 1
MNND :1
D’après des sources de la wilaya d’Alger

 

Ces journalistes qui…!

Nous ne comprenons pas comment des journalistes puissent couvrir une conférence de presse du premier secrétaire du FFS sans y assister !!

FFS: Déclaration remise au chef du gouvernement

 

tabbou23.jpgMonsieur le chef du gouvernement ;

Au nom du FFS, de la délégation qui m’accompagne et en mon nom personnel, je vous remercie d’avoir répondu favorablement à la demande d’audience que j’ai formulé auprès de vous.

En effet, nous sommes gravement préoccupés par les conditions dans lesquelles se préparent les élections locales du 29 novembre prochain aux quelles le FFS a décidé de participer.

Vous connaissez déjà l’opposition du FFS aux mesures prises par M. Zerhouni, Ministre de l’intérieur concernant l’assainissement du fichier électoral. De notre point de vue, ces mesures visent surtout l’intimidation de la population d’un coté, d’autre part, ces mesures rendent illusoire toute possibilité de contrôle institutionnel ou populaire du fichier électoral.

L’attitude de l’administration dans certaines wilayas du pays pendant la phase de constitution et dépôt des listes électorales renforce notre inquiétude quant à la crédibilité et la régularité du scrutin à venir. En effet, dans dix wilayas à savoir CHLEF, BECHAR, JIJEL, SKIKDA, SETIF, MSILA, TISSEMSILT, EL OUED, KHENCHELA et AIN DEFLA, des obstacles et des entraves multiples ont été dressés pour empêcher les responsables locaux du FFS de constituer et de déposer normalement et conformément à la réglementation les listes APC & APW du parti.

Dans certaines des wilayas citées, les listes électorales du FFS ont été arbitrairement refusées et plus encore, nos militants ont été évacués manu militari de l’enceinte même de l’administration. Nous tenons à votre disposition les éléments d’information recueillis auprès de nos instances et responsables locaux

Monsieur le chef du gouvernement,
Le FFS est un parti d’opposition à vocation nationale ; le FFS privilégie une démarche légaliste et pacifique.

Le FFS estime que le premier des devoirs de l’Etat Algérien est de respecter les textes et lois qu’il a lui-même promulgués ;

Le FFS est convaincu que ces dérives administratives ne sont que la première phase d’un plan de déstabilisation du parti qui ira s’accentuant jusqu’à la phase de la proclamation officielle des résultats de ces élections.

Le but visé est de contrarier la volonté d’implantation nationale du FFS. Il s’agit d’une tentative de « containment » stratégique.

Plus grave, ces dérives administratives peuvent précipiter le pays dans un désordre civil aux conséquences imprévisibles. Il s’agit là d’un plan concerté de subversion.

Monsieur le chef du gouvernement,
Il n’est pas de l’intérêt du pouvoir politique, il n’est pas de l’intérêt de l’opposition, il n’est pas de l’intérêt du pays que ces dérives soient tolérées.

La réconciliation nationale, la démocratisation du système politique passent aussi par la reconstruction d’un Etat national et en particulier par l’organisation d’élections locales libres et honnêtes. La force d’un Etat est la confiance des citoyens.

De votre capacité d’intervention et de celle du gouvernement que vous présidez peut dépendre la crédibilité du scrutin prochain, la stabilité du pays et la préservation des chances d’ouverture démocratique.

Nous souhaitons que nos doléances soient prises en compte et que des mesures soient prises pour assurer la régularité de ce processus électoral dans toutes ses phases.

Nous ne demandons pas au régime de se suicider, nous demandons à l’Etat Algérien de s’assumer.

Le mercredi, 17 octobre 2007

…LES FAITS

1. CHLEF : Les représentants du FFS se sont présentés à l’entrée de la wilaya à 23H40mn. Ils ont été empêchés d’y accéder dans les délais impartis par des agents de garde, sous divers prétextes. A 00H00, heure de clôture des opérations d’enregistrement des listes, l’huissier commis par l’administration n’a pu que constater leur absence. C’est ainsi que la liste APW n’a pu être déposée.

2. BECHAR : Le représentant du FFS dûment mandaté par le 1er secrétaire du FFS Mr Karim TABBOU a vu son accréditation contestée par le DRAG pendant une semaine (du 30 septembre au 07 octobre) au prétexte qu’une note ministérielle ordonnait de ne reconnaître que la signature du précèdent premier secrétaire du FFS Mr ALI LASKRI. Ce n’est que 48 heures avant la fin des opérations qu’il a été convoqué verbalement pour l’autoriser à retirer les formulaires de candidatures.

Une nouvelle fois, le 09 octobre 2007, les listes présentées APC & APW au nom du FFS ont été purement et simplement rejetées avant même l’enregistrement, pour les mêmes motifs.

3. JIJEL : Le représentant du FFS, présent à l’intérieur de l’enceinte de l’administration dans les délais, s’est vu refusé l’enregistrement de la liste APW du parti au motif incroyable que l’huissier engagé par l’administration n’avait pas signalé la présence du représentant du FFS. Même la présence physique du représentant du FFS n’a pas pu démentir le constat d’absence dressé par un huissier très spécial.

4. SETIF : La liste APW en cours de vérification et d’enregistrement a été rejetée au 28ème dossier suite à un appel téléphonique reçu par l’agent enregistreur. Ce dernier, n’a fourni aucune explication, le représentant du FFS a alors protesté, ce qui a entraîné son expulsion manu militari du siège de la wilaya.

5. MSILA : Le DRAG de MSILA a commencé par refuser au représentant du FFS, régulièrement mandaté, le droit légal de retirer les formulaires de candidatures. Au lendemain d’une intervention du premier secrétaire national dans le journal « EL KHABAR » ou il été nommément mis en cause, il a pris contact par téléphone avec notre représentant pour l’inviter à venir retirer les formulaires. Chose faite. Mais, le DRAG en question n’a pas hésité à refuser les listes APW et APC de OULED DERADJ, BOUSSADA et MSILA. Le prétexte invoqué et que l’huissier commis par l’administration n’a pas enregistrer la présence du FFS. Au même moment l’huissier engagé par les représentants du FFS constatait la présence effective dans les délais impartis au sein de l’enceinte de la wilaya des représentants et des candidats du FFS concernés par le dépôt des dites listes. Le procès verbal établi par cette auxiliaire de la justice est à votre disposition.

6. KHENCHELA : Le représentant du FFS accompagné du 1er et du 3ème candidats de la liste APW ont séjourné dans l’enceinte de la wilaya de 22H00 à 5H00 du matin dans l’attente de l’enregistrement de la liste APW ; leurs présence a été constaté par l’huissier avec qui ils ont eu des discussions. A 3H00 du matin le chef de service en présence du DRAG leur demande de patienter, à 5H00 du matin, ils ont été invités par le chef de service administratif cité précédemment à se représenter le lendemain mercredi 10/10/2007 à 9H00 sous prétexte de WAQT SHOUR. Ce jour là (le mercredi 10/10/2007) lorsqu’ils se sont représentés, le même chef de service évoque la fatigue et l’absence des agents chargés de l’enregistrement et fixe de nouveau un 2ème rendez-vous pour le jeudi 11/10/2007 à 10H00. Décision finale : Rejet des listes sous prétexte de dépassement de délais. Conduite singulière d’un représentant de l’Etat avec la bénédiction de ses supérieurs hiérarchiques qui n’a pas hésité à abuser de la confiance des citoyens.

7. SKIKDA : Le représentant du FFS a été victime de la cellule d’information mise en place par la wilaya pour orienter les candidats et les partis politiques sur les conditions de constitution de listes APC & APW. En effet, s’adressant à cette cellule afin de connaître le nombre requis de dossiers constitutifs d’une liste APW, le représentant du FFS a été faussement renseigné. Chiffre annoncé par la cellule est de 56 dossiers, le représentant du FFS se présente avec 60 dossiers, soit 4 en plus, sa responsabilité est cependant engagée puisque les formulaires prévoient 65 candidatures. Au dépôt, sa liste fut rejetée pour insuffisance de candidats.

8. EL OUED : Les candidats du FFS subissent des pressions insidieuses de la part de certains services de sécurité pour les amener à retirer leurs candidatures et à renoncer à l’activité politique au sein du FFS.

9. AIN DEFLA : Le chef de daïra de MELIANA, ex chef de daïra d’AKBOU mène une campagne feutrée pour dissuader les candidats du FFS.

Dans les wilayas d’EL OUED et de AIN DEFLA, un rappel à l’ordre de ces représentants de l’Etat est hautement souhaitable.

10. BATNA : le cas de cette wilaya est rapporté à titre anecdotique. Le DRAG de cette wilaya, par ailleurs sans reproches, a en toute bonne foi accepté un mandat falsifié et délivre à un faux représentant du FFS les formulaires de candidatures. Grâce à sa collaboration, le problème a été réglé, au même moment il est curieux de noter que les DRAG des wilayas citées précédemment ont remis en cause les mandats et les accréditations régulièrement établies et délivrées par le premier secrétaire du FFS.

Karim Tabbou: « le chef du gouvernement s’est engagé à trouver des solutions »

tabbou11.jpgLe premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, a annoncé, lors d’un point de presse tenu ce matin au siège national du parti, à l’issue de sa rencontre avec le chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, que ce dernier a pris l’engagement de trouver des solutions aux nombreux problèmes relatifs aux élections locales, soulevés par la délégation FFS.

En effet, lors de sa rencontre avec M. Belkhadem, la délégation du FFS a présenté, dans le détail, la situation prévalant lors de l’opération de dépôt des candidatures au niveau de l’administration. Une occasion pour le FFS d’énumérer les nombreux blocages et entraves rencontrés par ses représentants dans plusieurs wilayas du pays. (Vous lirez le document présenté par la délégation du FFS au chef du gouvernement).

Pour sa part, M. Belkhadem, s’appuyant sur un document élaboré par les services du minsitère de l’Intérieur et des collectivités locales, a présenté des éléments d’information qui lui indiquent la situation du point de vue de l’administration. « Nous avons fourni toutes les précisions sur les faits; suite à quoi, le chef du gouvernement s’est engagé à saisir les services du ministère de l’Intérieur dans le souci de trouver des solutions ». Karim Tabbou a souligné qu’il y a, certes, une volonté chez M. Belkhadem, « mais nous avons constaté, chez lui, une insuffisance de l’information ».

Par ailleurs, le chef de la délégation du FFS a précisé que la demande d’audience auprès du chef du gouvernement a été introduite par le FFS après avoir collecter des informations relatives au déroulement de l’opération du dépot de listes au niveau des DRAG. « Vu la gravité des actes commis par l’administration, j’ai décidé d’introduire une demande d’audience auprès du chef du gouvenement à l’effet de lui faire part de nos inquiètures », a déclaré Karim Tabbou.

Le FFS a déposé son dossier du Congrès

Sur un autre registre, Karim Tabbou a affirmé que le FFS a bel et bien déposé le dossier du 4ème Congrès au niveau du ministère de l’intérieur. D’ailleurs, a déclaré le premier secrétaire, lors de la rencontre de ce matin, le chef du gouvernement a salué la réussité du 4ème Congrès du FFS.

El Mouhtarem ffs1963.unblog.fr

Classement mondial de la liberté de la presse 2007

Algérie occupe la 123ème place sur 163 !

www.rsf.org


 

Djazair News ou sécuritaire News ?

djnews.jpgLe quotidien arabophone à faible tirage, Djazair News, s’est transformé en un quotidien de l’information sécuritaire. En effet, le quotidien de H’mida Layachi consacre pratiquement la totalité de ses Unes à la situation sécuritaire: vie privée de « Emirs », conclave des groupes terroristes…. Il est vrai que H’mida, depuis quelques temps, connait bien la commune de Bougara, région très « chaude » durant les années noires du terrorisme.

A Aït Yahia: Le FFS mise sur Ait Hammadouche

Au bastion du Front des forces socialistes, la commune d’Ait Yahia, dans la daïra de Ain El Hammam, la formation de Hocine Ait Ahmed a décidé de jeter son dévolu sur la personne de Farid Ait Hammadouche pour remporter l’assemblée populaire de ladite localité. Elu maire de la même division territoriale, toujours sur la liste du vieux parti de l’opposition en 2007, M Ait Hammadouche revient ainsi aujourd’hui pour briguer le trône à l’occasion des prochaines élections locales du 29 novembre. En somme, le FFS mise apparemment beaucoup sur l’expérience de cet homme, directeur d’un collège de son état et jouissant d’un respect authentique au sein de la population. C’est pour cela sans doute que le FFS a décidé de lui renouveler la confiance et de le choisir pour driver sa liste aux prochaines joutes électorales qu’il veut absolument remporter, avec une majorité écrasante, d’autant plus qu’on sait que la commune d’Ait Yahia constitue l’un des fiefs notoires du FFS. Massi Aït-B.

Communiqué : le FFS rencontrera le chef du gouvernement

A la demande du FFS, une rencontre entre le chef du gouvernement et une délégation du FFS , présidée par M. Karim Tabbou premier secrétaire, aura lieu le mercredi 17 octobre 2007 à 9H45. Les entretiens porteront sur les listes électorales du FFS APC & APW refusées arbitrairement par l’administration. Le premier secrétaire du FFS organise à cette occasion un point de presse au siège national du FFS, le mercredi 17 Octobre 2007 à 11H00 pour :

- Communication des résultats des entrevues,

- Evaluation globale de la participation du FFS au scrutin du 29 novembre.

 

Le premier secrétaire

 

Karim Tabbou

Rabah Aissat ou la mort d’un juste*

aissat.jpgIl est 22h en ce jeudi 12 octobre, l’hôpital de Draâ El-Mizan grouille de monde. Le parking affiche complet.

Des dizaines de personnes occupent la cour de l’hôpital. Trois Land-Rover de la gendarmerie nationale et deux fourgons de police sont stationnés à l’intérieur. La présence des jeunes est remarquée.
Da Rabah est dans le bloc opératoire. Son frère aîné, la mine abattue, garde toujours espoir… de le revoir vivant. Youcef, la quarantaine était sur le lieu du drame. Il n’arrive pas à réaliser ce qui vient de se passer «On aurait dit un film. Nous étions attablés, comme d’habitude, à la terrasse d’un café, situé en face de la mairie et de la garde communale de Aïn Zaouïa. On s’adonnait à une partie de dominos. Brusquement, un jeune vêtu d’un gilet de police, arrive Kalachnickov en main. Il tape fort sur la table. Il lance un cri : « habbes » (arrête!). On s’est mis par terre. Le jeune armé tire sur Da Rabah, blessant en même temps d’autres personnes. Da Rabah s’écroule. Il a reçu trois balles», témoigne Youcef qui espère revoir son ami… La nouvelle a fait le tour de la région en cette nuit de ramadan. La victime transportée à bord d’une voiture Express a perdu beaucoup de sang en route (7 km). Les médecins demandent du sang B+. Les citoyens arrivent de partout pour en donner. Même les djounoud ont fait acte de solidarité. Les chefs de daïras de Boghni et de Draâ El-Mizan étaient présents. Celui de Draâ El- Mizan, tout en gardant espoir, nous a déclaré qu’il a contacté le maximum de personnes pour donner du sang. «Nous comptons sur la solidarité citoyenne. Nous avons mobilisé tous les moyens pour organiser la solidarité avec la victime», a souligné le chef de daïra. Finalement, ni la solidarité ni les 40 flacons de sang n’ont réussi à sauver la vie de Da Rabah qui rendra l’âme vers 5h. Le défunt, connu pour son combat contre la mafia du foncier et du sable, avait-il eu une prémonition de son destin tragique ? «Si la légitimité populaire est effectivement de retour dans notre wilaya, il n’en demeure pas moins que la population est inquiète au plus haut point face au climat d’anarchie et d’insécurité qu’elle vit au quotidien» avait-il déclaré en sa qualité de président de l’APW de Tizi Ouzou, le 16 mars passé, à l’occasion de l’installation de Hocine Mazouz au poste de nouveau wali. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Zerhouni avait rétorqué : «Je peux vous assurer que de gros efforts seront consentis par l’État pour lutter contre ce terrible fléau de l’insécurité et de la criminalité qui menace la région». Aissat ne vivra pas assez longtemps pour voir le fruit de ses efforts.
Par C.B.

* Cet article a été publié par le quotidien Infosoir dans son édition du 13 octobre 2006.

NB: Le 12 octobre 2006, je me retrouve, par hasard, à 7 Kms du lieu de l’assassinat de Rabah Aissat. Je me déplace à l’hôpital de Draa El Mizane où est évacué, en urgence, le corps du défunt… Le 6 septembre 2007, au moment de la tenue du 4ème Congrès du FFS, je me rends à Ain Zaouia…au cimetière où a été enterré Da Rabah…Reposes en paix! Tu es toujours dans nos coeurs.

123456...10

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER