Déclaration de Mohamed Samraoui, 3 nov. 2007

Bismillahi Errahmane Errahime,

En cette date anniversaire du déclenchement de la révolution de Novembre 1954 qui a permis à l’Algérie de se débarrasser du joug colonial, je salue tout d’abord le peuple algérien pour son courage et sa ténacité à résister à l’oppression et à la tyrannie que lui inflige un groupe de haut gradés pour le spolier de sa souveraineté, de ses richesses, et le pousser à la misère, la dépravation ou l’exil.

Le moment est venu pour s’unir, mettre nos différences de côté et concentrer toute notre énergie afin de nous débarrasser d’une caste qui fait souffrir notre peuple, dilapide les richesses de notre pays et met en danger l’avenir même de notre nation. Un changement radical est nécessaire, attendre signifie perpétuer le calvaire des Algériens.

Je voudrais saisir cette occasion pour informer le peuple algérien des circonstances de ma récente arrestation en Espagne, pour qu’il soit juge des basses méthodes du régime policier qui les gouverne.

Arrivé le 18 octobre 2007 dans le cadre du congrès annuel de la fédération internationale des échecs par correspondance, dont je préside la destinée depuis 2005 et pour laquelle je viens d´être réélu pour un nouveau mandat de quatre ans, je ne fus ni interpellé ni inquiété à mon arrivée à l’aéroport de Malaga (je voyage depuis plus de dix ans sans le moindre problème). Ce n’est qu’au cinquième jour de mon séjour que deux policiers en tenue civile sont venus me voir à mon hôtel vers 11h pour me signifier que je faisais l’objet d’un mandat d’extradition délivré par l’Algérie en date du 01.10.2003, sans me préciser les raisons ni les chefs d’inculpation.

N’ayant rien à me reprocher, j’ai bien entendu suivi les policiers au commissariat de Torremolinos où vers 14h je fus informé que j’étais poursuivi pour « désertion, atteinte au moral de l’armée et activité terroriste », accusations mensongères et grossières qu’il m’était aisé de réfuter. D’ailleurs les policiers ont vite compris qu’il s´agissait d´un coup tordu et m’ont traité de façon correcte. Cependant, la machine étant déjà déclenchée, je fus informé que je devais être conduit à Madrid vers 3h du matin. Aucune question ne me fut posée, mis à part ma date de naissance et le nom de mes parents.

A 3h nous avons pris le départ vers Madrid, mais je tenais auparavant à régler ma note d’hôtel, pour éviter un éventuel coup de Jarnac, (avec les services, on ne sait jamais ce qu’ils peuvent manigancer !).

Vers 8h 40 nous sommes enfin arrivés au tribunal de Madrid et vers 11h je fus présenté au juge d’instruction Mr Ismael Moreno (un ex policier devenu magistrat), sans au préalable avoir vu mon avocat, ni informé qui que ce soit de mon arrestation.

Compte tenu du timing (procès des terroristes du 11 mars 2004, arrestation d’un groupe islamiste au Burgos,…) et à la lecture des charges, notamment la citation « activité terroriste », mon avocat désigné d’office (un colombien installé en Espagne depuis deux ans seulement) le juge décida d’ordonner ma détention préventive. Il refusa de m’entendre sous prétexte qu’il n’avait pas encore reçu le dossier d’Alger et qu’il ne statuerait qu’une fois qu’il aurait compulsé ledit dossier. Il m’informa que, conformément à la loi, ce dossier devait lui parvenir dans un délai maximum de 40 jours, faute de quoi il ordonnerait ma libération.

J’estime cependant que mes droits élémentaires ont été bafoués, puisque il ne m’a pas été permis d’entrer en contact avec ma famille ou mes amis, que l’assistance d’un représentant du consulat d’Allemagne à Madrid m’a été refusée alors que je bénéficie du statut de réfugié politique et que je dispose d’une résidence permanente en Allemagne ; l’interprète désigné d’office n’a rien traduit du tout, se contentant d’opiner; et pour couronner le tout mon passeport délivré par les autorités allemandes fut confisqué.

Pour tout dire, après cette audience expéditive qui n’a duré que 5 minutes, mon avocat qui ne m’a parlé que 2 ou 3 minutes seulement (et que je n’ai plus revu depuis) n’a même pas daigné informer ma famille en Allemagne.

Il s’agissait selon mon humble avis d’une opération commanditée par les services algériens, qui cherchaient à m’extrader dans la discrétion la plus totale. Mais « el hamdoulillah », les délégués qui participaient au congrès, n’ayant pas eu de nouvelles de leur président ont réussi à alerter ma famille et l’ambassade d’Allemagne à Madrid le jeudi, soit 4 jours après mon arrestation, et ce n’est que le vendredi que je fus autorisé à communiquer avec le représentant consulaire et mon épouse qui me désignèrent chacun un avocat.

Après trois jours de détention où je fus confiné à un isolement total (j’ai eu quand même le privilège de pouvoir garder mes habits civils), je fus transféré le vendredi 26 dans le pavillon réservé aux « V.I.P. », où les conditions étaient nettement meilleures puisque j’avais accès à la télévision dans ma chambre, à l’eau chaude, à des draps propres, à la bibliothèque et à la salle de sport de 8h 30 à 20h… Bref j’étais un prisonnier en costume et cravate, mais toujours tourmenté par le sort qui m’attendait. Ce n’est que lorsque j’ai vu mon avocat le lundi 29, que j’ai compris que la manipulation orchestrée par un officier zélé à partir d’Alger avait échoué.

Je fais confiance au système judiciaire espagnol, d’une part parce que je n’ai rien à me reprocher (les charges étant désuètes, infondées et à la limite ridicules) et d’autre part l’Espagne est un Etat de droit qui ne se laissera pas manipuler par des voyous qui utilisent Interpol comme un instrument pour persécuter et intimider des opposants.

Cette mésaventure ne fait que renforcer ma foi dans la justesse de notre combat pour venir à bout d’un système corrompu et corrupteur. Il m’est aussi permis de lancer un appel à tous les frères et sœurs de bonne volonté pour s’unir et œuvrer contre l’injustice, pour édifier un Etat de droit et asseoir une démocratie authentique qui permettra au peuple algérien d’imposer sa souveraineté et de recouvrer sa dignité.

En tant que membre fondateur de Rachad, je persiste à dire que notre mouvement travaille dans la légalité et la transparence pour apporter le changement souhaité par les Algériens, nous refusons et condamnons toute action qui vise à l’accès ou le maintien au pouvoir par la force ou la violence.

Je tiens aussi à remercier le capitaine Haroun, Monsieur Hocine Ait Ahmed, militant inlassable pour la démocratie en Algérie, Monsieur Francois Gèze, Maître Antoine Comte, ainsi que tous ceux et celles qui m’ont témoigné leur sympathie en ces moments difficiles. Enfin, le soutien indéfectible de mes collègues du secrétariat de Rachad durant cette épreuve est hautement apprécié.

Gloire à nos Martyrs !

Vive l’Algérie !

Mohammed Samraoui 3 novembre 2007

NB: sources Rachad/ Photo Elpais

Commentaires

  1. Tazmalt-monadhiloun bila ounwan dit :

    bonjour frere Smraoui;
    tiens bon ,
    il n’ya pas de situations Désespérés,mais il ya des hommes qui désespére les situations.
    vous avez dit lors de l’emission »bila houdoud » d’eldjazzera que nous sommes de revoir aujourd’hui ,que nous sommes gouvernés par  » des djiniralattes bi aaqliyates sarjans »….ils sont toujours l’a ,mais rien n’est eternel sauf Dieu…l’algerie est enseinte d’une révolution pacifique qui mettre un terme aux bruits des bottes.
    encore une fois tiens bon et mes souhaits de courage et de bonne santé a toi et ta famille.

  2. Anonyme dit :

    samir d alger!

    Mon frere SAMRAOUI, tu es algerien comme nous tous!Nous sommes desolés de ce qui t’arrive !Cette police politique dont tu parles est la source de tous les problemes des algeriens comme toi!Mais allah est grand!il saura chatier tous les contrevenants sans distinctions!Empecher un etre humain de parler librement est un crime des plus vils!Dieu a crée les individus libres de tous les mouvements!

  3. Mokhtar dit :

     » Toute puissance est faible à moins d’être réunie « . Il faut bien digéré ces paroles de Lafontaine et se mettre en tête que , malgré sa puissance apparente,ce regime présente des fissures énormes et sa destruction prochaine est déjà annoncée ; il y a des signes annonciateurs qui sont apparus cette décennie et qui ne trompent pas : la prise de conscience de la majorité des Algériens , malgré leur musellement ,en est la meilleure preuve ; la critique fuse de partout , la peur du bourreau est conjurée et la résistance pacifique s’organise . La vérité éclatera bien un jour , car même au sein de l’armée , il y a des contestations ( j’en parle en connaissance de cause ).Il suffit de ne pas baisser la garde et continuer la lutte pour une aube nouvelle de l’Algérie enfin libre et démocratique . Salut fraternel .

    Mokhtar

  4. Anonyme dit :

    mon ferer samraoui alah avique toi merci pour te et je ses bien quilia des home de larmie don le pouvoir coume toi qui ponce ouci pour la vounire de lalgerie et de peple alegerin ;il vindra le jeour on devin lespr de se regime police et nepa loin in chaa elah

  5. Anonyme dit :

    poure toi M samraoui il faut que tu donne des qiustion pour notre calle generau et ait hmouda

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER