Mohamed Benchicou au Soir « Je parle de la justice et la corruption en Algérie »

benchi.jpgJe n’ai pas écrit un brûlot. Ce n’est pas une provocation. Ce n’est pas un livre qui a été écrit pour déclencher un scandale. J’ai écrit un livre pour les Algériens. Un livre qui raconte l’incarcération arbitraire dont j’ai été victime et sur laquelle je ne me tairai jamais. Pour moi, il n’y aura jamais de silence sur l’arbitraire dont j’ai été victime ainsi que la presse algérienne et la société civile. Je ne me tairai pas non plus sur la machination politico-judiciaire qui a impliqué sa police et sa justice aux ordres, dans mon incarcération.
Des conditions inhumaines que vivent les détenus et je m’étale aussi sur leur générosité à mon égard. Je profite de la rédaction de ce livre pour revenir sur la situation de l’Algérie entre 1999 et 2004. c’est-à-dire la période où l’on m’a reproché mes écrits avant la suspension du Matin. Je parle de la justice et la corruption en Algérie. Au-delà de la décision de fermer le stand Inas, le régime cherche à dissuader toute volonté d’indépendance. Il veut décourager les initiatives libres et courageuses à l’image d’Inas, éditeur aussi du dernier ouvrage de Ali Yahia Abdenour. Je déplore le climat de terreur et de complicité qui sévit dans les milieux de la presse. Je refuse à qui que ce soit de m’interdire de m’exprimer. Je ne me résoudrai jamais à m’exprimer à partir de l’exil. C’est un devoir, je me battrai jusqu’au bout pour le garder.

Commentaires

  1. kouider dit :

    en attendant de savoir, ce que contient vraiment ce livre, je trouve odieux que m.benchicou se permette de faire le procés de la presse.

  2. kouider dit :

    J’attends de savoir s’il va faire son mea culpa par rapport à la décennie 90, ou son journal Le Matin, a été un instrument objectivement au service du régime qu’il dénonce aujourd’hui et qui est le même régime . On sait maintenant qu’il va donner sa version sur la réconduction de Boutef en 2004. Une reconduction que ses copains du régime lui avaient fait croire qu’elle ne se produirait pas. Quant au climat de « terreur et de complicité qui sévit dans les milieux de la presse », il existe certainement, sans aucun doute. Il est la résultante de la connivence de journaux comme le Matin dés l’arrêt du processus electoral en 92. On peut même dire que benchicou et le matin sont les précurseurs de l’aplaventrisme face au régime. C ‘est l’histoire de l’arroseur arrosé, m.benchicou. vos fréquentations « politiques », pour ne pas dire douteuses, vous ont amené là ou vous êtes aujourd’hui, cessez de culpabiliser les confrères…

  3. eldzayer dit :

    Aucun journaliste n’a eu le courage de dénoncer le régime de Bouteflika comme l’a fait Benchikou.

  4. kabyliste dit :

    « C ‘est l’histoire de l’arroseur arrosé, m.benchicou. vos fréquentations “politiques”, pour ne pas dire douteuses, vous ont amené là ou vous êtes aujourd’hui, cessez de culpabiliser les confrères… »
    Je ne comprend pas qu’est ce que vous voulez dire exactement ici. Je pense que tu t’es trompé, sinon Benchicou n’est pas un faux-cul. Cesse de dénigrer sa personne. Arrète de lui mettre des batons dans les roues. Corrige en fin tes propos, car aucun de ses détracteurs ne vaut devant lui. Il a combattu l’intégrisme avec toutes ses formes et couleurs, il a travaillé inlassablement pour mieux de liberté et de démocratie……Et son combat continue jusqu’à présent et demeurera à tout jamais, malgré la main arbitraire qui de jour en jour nous fait délirer. On le dois beaucoup cher Kouider!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER