• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 12 novembre 2007

Archive pour le 12 novembre, 2007

Preuves de la collusion Aït Ahmed, Israël, Salazar

zehouane2.jpgConférence de presse du frère Zahouane hier au bureau politique

 

Documents irréfutables saisis lors de l’arrestation du traître
Collusion avec l’impérialisme étranger

 

Répondant ensuite aux questions des journalistes, le frère Zahouane précisa que l’arrestation avait apporté des éléments nouveaux.

«D’abord, c’est le résultat de la maîtrise du terrain par les militants et les djounouds, grâce au soutien total de la population qui a collaboré pleinement avec les milices populaires et notre armée et leur ont fourni au jour le jour des renseignements sur les activités de la contre révolution». Ensuite, le frère Zahouane aborde un second élément nouveau; «d’après les documents saisis lors de l’arrestation, la collusion entre Aït Ahmed et l’impérialisme étranger. Une correspondance échangée entre le traître et ses agents de l’extérieur démontre que les services d’Israël et de Salazar accordent un intérêt particulier à la contre révolution et ont essayé de la contacter». Troisième élément nouveau: la confusion qui règne au sein de la contre-révolution et qui ressort également des documents saisis. «Ainsi, des éléments extérieurs contre-révolutionnaires exigeaient d’Aït Ahmed qu’il change son sigle. D’autre part, certains agents du traître proposaient la liquidation physique de Boudiaf notamment, déclare Hocine Zahouane qui rappelle par ailleurs que l’on a trouvé une caisse de bouteilles de bière.
 

Aït Ahmed comparaîtra devant la Cour criminelle révolutionnaire
Abordant la question du châtiment d’Aït Ahmed, le frère Zahouane précisa que l’affaire serait «instruite selon la juridiction du pays». «Il comparaîtra devant la Cour criminelle révolutionnaire. Dès qu’il aura été présenté aux magistrats (cela demande évidemment quelque temps car il a été pris en pleine montagne et son acheminement s’entoure de certaines précautions. Il sera inculpé officiellement et l’inculpation sera rendue publique».

 

Démoralisation et de la contre-révolution
Quant aux autres contre-révolutionnaires, le frère Zahouane ajouta : « Ils ne se manifestent plus beaucoup depuis un certain temps déjà. Ainsi, les services de sécurité ne signalent aucune activité de Sadek, et il n’est pas impossible qu’il soit effectivement parti à l’étranger. Pour ce qui est de Hassani, nous e pouvons évidemment pas le situer de jour en jour car il est difficile de suivre les évolutions de quelqu’un qui se promène dans la montagne». D’une manière générale, le frère Zahouane explique que les quelques petits groupes restant encore dans le maquis avaient une vie de plus en plus difficile, étant donné la mobilisation de l’ANP et le soutien confiant des masses envers les autorités.

Ces éléments donnent des signes de découragement certains lors de leurs contacts avec leurs parents et amis.
 

Ramener tous ceux qui ont été trompés
A ce sujet, le frère Zahouane rappela la position du pouvoir révolutionnaire. «La politique du Parti et du gouvernement est de ramener à la légalité tous ceux qui ont été trompés et qui ne sont pas réellement criminels ». Il mentionna à ce sujet, le retour de deux ex-députés, Ben Brahim et Ali Chérif, qui, revenus de leur erreur, s’étaient d’eux-mêmes mis à la disposition de la justice.
« L’arrestation d’Aït Ahmed, qui était la cheville ouvrière de la réaction extérieure comme le démontrent les documents provoque une démoralisation accentuée des contre-révolutionnaires qui peuvent constater la…simple dont il a été pris. C’est un coup sévère pour la contre-révolution », conclut le frère Zahouane.
Journal Le Peuple du mercredi 21 octobre 1964

APPEL AUX ALGERIENNES ET ALGERIENS

sidhoum1.jpgNotre frère, le Docteur Salah Eddine SIDHOUM vient de proposer sur «El Nikach El hour» d’«Algérie Politique» (www.ffs1963.unblog.fr), l’avènement d’un projet politique. Un rassemblement de tous les Algériens de bonne volonté dans le cadre d’un FORUM de la DIGNITE et du CHANGEMENT. C’est une idée qui a profondément germé chez un certain nombre de volontés intellectuelles et politiques depuis quelques années. Le moment est venu pour ces forces qui se lèvent de concrétiser les espérances de tout un peuple, avec et pour leur peuple. Pour l’instauration d’un Etat de Droit.Dans le préambule de son intervention sur « Algérie Politique », le Docteur SIDHOUM déclare : «C’est le début, In Cha Allah, d’une véritable résurrection qui permettra d’abord aux Algériens de dialoguer sereinement dans un profond respect des différences, puis de se rassembler et s’organiser autour d’un compromis politique historique en vue d’un changement radical et pacifique de régime et de la remise du pouvoir aux représentants authentiques du peuple élus démocratiquement. »De nombreuses personnalités algériennes de haute moralité, venant d’horizons politiques divers, de sensibilités et d’ancrages politiques qui représentent les aspirations de tous les Algériens, dans leur diversité et leurs différences, sans exclusion aucune, seront sollicitées pour contribuer à la discussion, puis à l’enrichissement du MANIFESTE pour la DIGNITE et le CHANGEMENT.
Nous sollicitons l’intervention de tous les Algériens pour discuter et débattre des sujets importants et graves qui nous concernent, avant même que les personnalités pressenties ne soient invitées à rédiger le projet du Manifeste. L’implication massive et directe des Algériens dans ce projet sera un facteur de première importance dans la démarche du projet et aura valeur d’exemple pour l’avenir politique du Forum pour la Dignité et le Changement, où la volonté populaire ne sera plus jamais un vain slogan.

Dans ce cadre, « Tahia Bladi », organise un forum de discussion et de débats autour du projet politique pour un FORUM DE LA DIGNITE ET DU CHANGEMENT. Tous les Algériens, quel que soit leur sensibilité politique sont invités à y participer. Aucune censure ne sera pratiquée, aux seules conditions pour les intervenants du respect de l’Ethique politique et de la dignité humaine.

Pendant la période qui sera réservée à la discussion sur ce projet politique, «Tahia Bladi» www.esperal2003.blogspot.com sera consacré exclusivement à cette activité. Le Docteur Salah Eddine SIDHOUM sera le principal animateur des débats. Toutes les personnalités intellectuelles et politiques qui souhaiteraient s’exprimer et apporter leur contribution sont invitées à intervenir également.

Voici le programme des thèmes qui seront abordés dans un premier temps :
- Les principes fondateurs.
- La démocratie.
- La place de la religion dans la République.
- La place de l’Armée dans la République.
- La question de l’identité et de la langue tamazight.
- La vision économique

Ces thèmes étant intimement imbriqués, nous ne les proposerons pas séparément. Les intervenants pourront livrer leur opinion ou, éventuellement, poser leurs questions, sur l’un ou l’autre de ces sujets.

Le forum sera ouvert le 1er novembre 2007.
Le 1er novembre 54 a été le début de la libération du patrie. Que le 1er novembre 2007 soit le début de la libération du citoyen !

Nous prions tous nos amis et visiteurs de relayer l’information pour permettre à un maximum de nos compatriotes d’y participer. Il ne tient qu’à nous de changer l’atroce situation dans laquelle se débat notre peuple. Le temps est venu pour l’Algérie et les Algériens de se hisser au rang qui est le leur. Celui d’une grande Nation. Celui d’un Peuple digne.

GLOIRE A NOS MARTYRS !
VIVE L’ALGERIE ! 

Réponses de Salah-Eddine Sidhoum

Mon cher Smaïl, Toutes mes excuses d’abord pour ce retard à vous répondre, car j’étais et je suis toujours absorbé par l’activité du Forum de la Dignité et du Changement que nous mettons en place et dont les débats ont commencé symboliquement le 1er novembre dernier sur le blog de notre compatriote et frère Djamaleddine Benchenouf « Tahia Bladi ». Je n’avais pas fait attention à votre question dans ce chapitre. Pour revenir à votre question, ma réponse est connue. C’est une erreur monumentale que de participer à ces « carnavals fi Dechra » que sont les élections algériennes à tous ses niveaux (du local au national). Participer à ces mascarades c’est s’inscrire dans la stratégie du pouvoir qui impose les termes et les limites du débat. Donc tout est faussé d’avance et ne fait que discréditer un peu plus l’activité politique. Je ne suis pas d’accord avec certains frères qui disent que la participation aux élections locales permet de maintenir le contact de proximité avec les populations. Nous savons tous que depuis fin 90, les prérogatives des élus sont très limitées, ce qui est fait volontairement pour stériliser toute initiative des élus. Les APC sont devenues des chambres d’enregistrement communales au même titre que la pompeuse APN, au niveau national. Toutes mes excuses encore une fois pour ce retard. Fraternelles et respectueuses salutations. SE. Sidhoum

 

Très chère soeur Leila, le débat a lieu actuellement sur le site de notre compatriote Djamaleddine Benchenouf « Tahia Bladi » et non en France. Je vous invite cordialement à y participer. Respectueusement. ​SE.​ Sidhoum

NB/ Je vous informe que le débat avec M. Salah-Eddine Sidhoum continue sur le blog Tahia bladi www. esperal2003.blogspot.com

Le MAK rejette les prochaines élections locales

ferhat.jpgL e Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) de Ferhat Mehenni rejette les élections locales prévues pour la fin du mois en cours. Selon Ferhat Mehenni, porte-parole du MAK, qui a tenu, hier matin, une conférence de presse dans la ville de Tizi Ouzou, cet appel au boycott “pacifique” est motivé par le fait que “ceux qui briguent aujourd’hui des mandats municipaux ou régionaux n’auront à gérer demain, dans le meilleur des cas, que la misère à travers des budgets squelettiques et sur lesquels ils n’auront aucun pouvoir de décision”. Cela d’autant plus que, pour le leader autonomiste, “les codes de la commune et de la wilaya réduisent les assemblées élues au rôle de chambre d’enregistrement, leur président à celui de simple facteur des chefs de daïra et des walis”.
Questionné au sujet de la tolérance dont semble jouir le mouvement autonomiste de la part des pouvoirs publics, notamment depuis la tenue de son congrès constitutif à Ighil Ali (Béjaïa), le 14 août dernier, M. Mehenni précise que “le MAK représente un casse-tête juridico-politique pour le pouvoir. Et si une certaine tolérance est manifestée à notre égard, je ne peux que m’en réjouir”. Sur ce même plan, le conférencier affirme l’existence de “milieux politiques agissant dans l’optique de mon arrestation”. In Liberté

Mais pourquoi avoir peu de l’autonomie?

mak.gifJe n’arrive pas à comprendre pourquoi le mot autonomie vous fait-il peur! Pourtant, autonomie ne signifie pas indépendance, encore moins séparation. La Kabylie comme Ain Salah, Djanet ou Tindouf est une partie de l’Algérie. C’est seulement quand on définit une gestion de cette partie ou d’une « autre »- pour substituer le mot « Kabylie »- qui dérange.

Je reviens à mon explication. La gestion socioculturelle ? Soyons sérieux! D’une région à une autre, les coutumes, les mœurs, la langue diffèrent. Pourquoi les mettre toutes dans le même sac ? Laisser les personnes s’épanouir, laisser les gens vivrent, laisser les individus imaginer. Pourquoi mettre tout le temps des obstacles ? Nous avons bien vu ce qui s’est produit en Algérie avant et après l’Indépendance. Alors un peu de maturité ne fait certainement pas de mal ! Pour la gestion économique en Kabylie ou d’ailleurs dans chaque région du pays, on reçoit annuellement le budget que l’Etat lui alloue. Ce budget est le fruit de revenus de la richesse NATIONALE.

Chaque région gère selon l’urgence ou la situation qui prédit de la région. C’est une sorte de gouvernants indépendants de la sphère du pouvoir central. Ces gouvernants (gouverneur de la région décidera des orientations économiques, culturel et éducatif). Seule la défense est exclue de ses prérogatives. Celle-ci revient au Chef de l’Etat. Avec ce système, il y a une compétition des régions et l’ALGERIE produira de l’excellence. J’espère que le projet au fait est une autonomie régionale entière, mais je suis sûr que Ferhat Mehenni pense de la même manière que moi. J’espère, que cela ne se limitera pas à la seule Kabylie ! Peut-être que Ferhat veut d’abord lancer comme une expérimentation dans cette région ?

 

Mourad

NB/ ce texte a été corrigé.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER