• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 novembre 2007

Archive pour le 24 novembre, 2007

Djilali Mehri mêlé à un scandale de corruption avec Ericsson

mehri.jpgSelon la radio publique suédoise, qui a révélé l’information, l’équipementier de télécommunication a embauché l’homme d’affaires et ancien député proche du mouvement islamiste Hamas, Djilali Mehri, pour pouvoir négocier et obtenir des contrats en Algérie.

 

Le début de la collaboration entre les deux parties, selon www.TOUTSURLALGERIE.com, remonte à 1996. L’accord signé entre les deux parties prévoit notamment que M. Mehri «fournira à Ericsson toutes les aides et la coopération, l’information nécessaire pour la réussite des soumissions (aux projets) ou dirigera la négociation…», selon un document dont «toutsurlalgerie.com» s’est procuré une copie.

 

Selon des documents émanant du groupe suédois, Djilali Mehri a collaboré avec Ericsson sur plusieurs projets, notamment ceux liés à des contrats dans le GSM avec l’opérateur historique Algérie Télécom. Des échanges de courriers confirment l’implication de l’homme d’affaires dans des négociations sur des projets de plusieurs centaines de millions de dollars. En échange, le «consultant» obtenait des rémunérations sur les contrats obtenus pouvant atteindre 10% du contrat. M. Mehri aurait obtenu au moins 20 millions de couronnes suédoises (environ 2,5 millions d’euros) pour ses prestations. Sources www.toutsurlalgerie.com

 

La phrase du jour

 

bidonville.jpg« Il ne suffit pas d’avoir une baraque pour prétendre à un logement social ou à une aide de l’Etat pour l’acquisition d’un logement social », le ministre de l’Habitat.
Commentaire: Il est vrai qu’en Algérie il faut plutôt avoir une villa pour bénéficier d’un logement social. Notre ministre ne s’est pas trompé !

Le débat sur Enrico est d’arrière garde !

enrico2.jpgBonjour, Permettez-moi de me demander sur les raisons qui sont à l’origine de la publication des articles concernant Enrico Macias, les juifs, MOSSAD, … Est-il utile de rappeler que nombre de plus haut dirigeants de la hiérarchie militaire algérienne actuelle étaient des soldats, sous-officiers, et officiers de l’armée coloniale française ? Est-il utile de rappeler que de nombreux officiels algériens avaient et ont des liens plus qu’amicaux avec les réseaux sionistes français ? Est-il utile de rappeler que Mme Khalida Toumi doit son essor médiatique en France aux cercles ultra-sionistes, dont son amie Elisabeth Schemla ? L’instrumentalisation de la question palestinienne par les ‘indigènes’ et les islamistes de tout bord donne la nausée. On ne peut pas être plus palestinien que les palestiniens eux-même ! Il serait plus pertinent pour ce blog de s’ouvrir aux mouvements sociaux en Algérie qui essayent de se faire des espaces. La grève des cheminots se poursuit dans le silence ! Les Algériens, autres que tous les petits aparatchiks et potentats, essayent de défendre leurs acquis sociaux. Tout comme leurs semblables en France, Allemagne, Italie, Finlande. Les débats sur les colonialistes, les Enrico et consorts sont peut-être utiles mais pas urgents. Ces débats paraissent plutôt d’arrière garde et définitivement enfermés dans le passé par rapport à ceux qui vivent au présent de l’urgence, qui veulent la sécurité, la dignité et la liberté. La vie. Cordialement

Fouroulou

L’imam de la Casbah a appelé les gens à voter FLN !

mosqueehassanii.jpgDans un communiqué rendu public hier, le bureau exécutif du FNA au niveau de la commune de La Casbah dénonce l’attitude de l’imam de la nouvelle mosquée «qui a appelé les gens, lors de la prière du vendredi, à voter pour l’ancien P/APC qui est le tête de liste FLN ». « L’imam a cité nommément le candidat FLN et appelé les gens à lui accorder un deuxième mandat, tout en priant pour lui », ajoute le communiqué.


Non à la venue du colonialiste Enrico Macias en Algérie !

maci.jpgPar Zulficar: Mouvement des indigènes de la république

 

Enrico Macias, le Pavaroti des merguez et de l’anisette « comme là bas dis, purée de mes os» prétend visiter avec tous les honneurs la ville de Constantine en Algérie, à l’occasion du voyage que Sarko doit faire début décembre dans ce pays. Il compte pour cela sur l’amnésie des Algériens quant à son passé colonial et sur leur méconnaissance de son présent : un soutien constant à l’armée israélienne pour lequel il fut même décoré par le ministre israélien de la guerre le 24 janvier 2005 pour, je cite  » son soutien à l’Etat d’Israël et à son armée tout au long de sa carrière ». De plus Enrico Macias est de ceux qui ont nié l’assassinat du petit Mohammed Al Dourra par l’armée israélienne allant jusqu’à déclarer lors d’une émission télé de Faugiel sur la 3 en avril 2003 que l’enfant « avait été exposé là par ses parents pour en faire un argument contre Israël ». Quelle preuve plus éclatante d’altruisme pouvait on exiger du pleurnichard aux yeux de cocker qui chante « Malheur à celui qui blesse un enfant » sauf si il est palestinien, tout en caressant la photo de Sharon.

Enrico Macias militant acharné de l’Algérie coloniale ayant soutenu à Constantine de 1956 à 1962 les groupes ultra Algérie française dont son beau père Raymond leiris était un des organisateurs est devenu après guerre en toute logique coloniale, un admirateur acharné d’un Israël surpuissant. Cependant il rêve nous dit on à l’Orient, à son charme, à sa musique, à sa cuisine, à son architecture, à ses vêtements mais il s’agit d’un Orient imaginaire selon la formule d’Edward Saïd ou plutôt imaginé en Occident, où les Arabes seraient juste bons pour la figuration, le service, voire plus si affinités, voire superflus. Reprenons cet article d’un journal israélien Maariv qui nous renseigne sur la drôle d’ambiance qui régnait dans la ville au plus fort de la guerre d’Algérie quand les amis de cet ambassadeur de la paix y pratiquaient la chasse à l’Arabe sous les ordres des services secrets israéliens. Toute cette histoire a été racontée pour la première fois à Jérusalem, lors du premier congrès mondial de la très réactionnaire Association des juifs originaires de Constantine (les 27-28 mars 2005) regroupant les ultras de l’Algérie française. Enrico Macias en tant que président d’honneur, Nicole Guedj ex secrétaire d’État aux Droits des Victimes ( lol ) sous Raffarin de Tarascon, l’historien Benjamin Stora apparemment pas gêné d’être là, comme consultant selon ses termes, y étaient présents.

 

Comment le Mossad a armé des juifs de Constantine en 1956

mossadtshirt.jpgPar Maariv (Journal israélien) samedi 14 mai 2005 :

 

« Maariv » révèle comment, durant la guerre d’Algérie, une cellule du Mossad a armé et entraîné des juifs de Constantine pour se défendre contre des actions « terroristes » du FLN.

A l’occasion du premier rassemblement mondial des juifs originaires de Constantine, qui se tiendra dimanche et lundi à Jérusalem, le journal a levé ainsi le voile sur une des histoires encore inédites de l’action du Mossad.

 

Le reportage parle de deux anciens agents, Avraham Barzilaï et Shlomo Havilio, en poste à Constantine et à Paris durant la guerre d’Algérie. « Avraham Barzilaï est arrivé à Constantine en janvier 1956, après avoir servi dans l’unité 131 des services de renseignement de Tsahal et avoir entraîné, dans ce cadre, les jeunes juifs égyptiens qui furent impliqués ensuite dans la « sale affaire » [ndlr : Il s’agit d’un ratage des services secrets israéliens au Caire].

 

Barzilaï, 29 ans à l’époque, est envoyé par le Mossad, avec sa femme, à Constantine. Sa « couverture » est un poste d’enseignant de l’hébreu. En mai 56, il a déjà mis sur pied des cellules de juifs constantinois armés qui ont pour mission de défendre la communauté juive locale.

 

Le 12 mai 56, jour de la fin du Ramadan, Barzilaï a le pressentiment que des « terroristes » du FLN vont commettre un attentat. Il donne donc l’ordre aux membres de sa cellule de s’armer de pistolets et de patrouiller rue de France, l’artère principale du quartier juif de Constantine.

 

A midi, une très forte explosion secoue la rue : un Arabe a jeté une grenade à l’intérieur d’un café. Les jeunes de la cellule de Barzilaï arrivent sur place très rapidement. Des femmes juives crient. L’une d’elle désigne du doigt la ruelle vers laquelle le « terroriste » s’est enfui : « Les jeunes juifs de ma cellule l’ont rattrapé et l’ont abattu », relate Barzilaï, avant de poursuivre : « Nous craignions que les Arabes ne viennent se venger contre le quartier juif. Nous avons alors déployé quatre autres cellules sur des points stratégiques à l’entrée du quartier juif.

 

Certains juifs portaient des armes, avec l’autorisation des autorités françaises. Très rapidement les coups de feu ont commencé à fuser de toutes parts. Et les juifs armés, furieux après l’attentat, ont commencé à se diriger vers le quartier musulman.

 

J’ai donné l’ordre à nos hommes de prendre le contrôle de la situation et d’éviter tout débordement aux conséquences dramatiques », raconte Barzilaï. Il explique que seuls six soldats français sont arrivés sur place. Ce sont les juifs des cellules du Mossad qui leur ont indiqué ce qu’ils avaient à faire… « Nos hommes ont pénétré dans des cafés arabes voisins et leur ont causé des pertes sérieuses », rapporte Barzilaï dans un message codé envoyé au quartier général du Mossad en Europe, dirigé à Paris par Shlomo Havilio.

 

« Maariv » indique qu’il relatera, pour la première fois, l’histoire de ce réseau du Mossad en Algérie, lors du rassemblement des originaires de Constantine. Traduit de l’hébreu par Daniel Haïk pour Proche-Orient.info

 

Deux responsables d’une société chinoise arrêtés à Mascara pour tentative de corruption

citic2.jpgDeux responsables du géant chinois CITIC en charge de la réalisation du tronçon ouest de l’autoroute est-ouest ont été arrêtés mercredi à Mascara. Les deux mis en cause auraient tenté de corrompre le chef de cabinet du wali de Mascara. Ils lui auraient proposé une somme d’argent pour pouvoir obtenir l’autorisation d’accéder à une carrière de sable au niveau de la wilaya.

 

 

 

Commentaire: L’information est réelle. Ce n’est pas du tout une blague !

Ces « Têtes » de listes qui ne savent plus où donner de la tête !

Les deux têtes de listes du RCD des communes de Gué de Constantine et des Eucalyptus avaient conduit les listes du FFS en 2002. 

afficheguedeconstantine.jpg listeeucalyptus1.jpg

Karim Tabbou à Beni Ourtilane

Le FFS s’attaque aux politiques stériles des autres formations

Le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, a exhorté, jeudi dernier, les citoyens à Beni Ourtilane à l’aider afin d’opérer le changement prôné par le FFS et rompre avec ce qu’il a qualifié de «fausses solutions aux problèmes et aux préoccupations des citoyens». Tabbou, qui était accompagné des têtes de listes de huit communes de la zone nord de la wilaya de Sétif, a tout d’abord fait connaître la vision du FFS à propos de ce que le parti considère comme des «insuffisances et carences enregistrées, notamment, dans le domaine socio-économique» qui relèvent, selon lui, «de l’absence de bonne gouvernance et de la gestion centralisée». Selon lui, le chômage, le déséquilibre régional, la pauvreté qui persiste en dépit de l’aisance financière du pays, sont autant de sujets qui exigent des «solutions urgentes et une prise en charge réelle et conséquente dont le FFS est capable si ses candidats sont élus». Le premier secrétaire du FFS a, par ailleurs, reproché aux autres partis en lice «leurs discours stériles et remplis de fausses promesses» destinés, selon lui, à «récolter le maximum de voix» au lieu de répondre aux attentes et aux aspirations des citoyens». Ceux-ci sont surtout «soucieux d’être pris en charge convenablement et de voir leurs préoccupations soulagées, notamment, dans le domaine de la résorption du chômage et du respect de leur dignité». Tabbou devait également faire état des grands axes du programme électoral de son parti qui privilégie, entre autres, la pratique de la «démocratie participative», «l’autogestion locale», par l’élaboration d’un nouveau code communal et la refonte de la loi fiscale au niveau des communes. A l’issue de ce meeting populaire, le premier secrétaire du FFS a réitéré la nécessité d’aller voter massivement pour son parti afin d’élire les «hommes capables de redonner espoir aux citoyens» dans une Algérie moderne, républicaine et démocratique.

Par : Hocine adryen, Midi Libre

Belkhadem « je ne vais ni recevoir, ni serrer la main d’Enrico Macias »

enrico1.jpgLe secrétaire général du Front de Libération Nationale, FLN, a réaffirmé sa position vis-à-vis de la venue du président français Nicolas Sarkozy, accompagné du chanteur Enrico Macias. Abdelaziz Belkhadem a déclaré concernant le chanteur, de confession juive, « je ne vais ni le recevoir ni lui serrer la main ». Il a ajouté qu’il n’avait aucun problème contre sa venue en tant que chanteur « il est le bienvenu, pour autre chose il ne l’est pas ». En sa qualité de fondateur du comité contre la normalisation des relations avec Israël, il estime que Macias est toujours attaché à l’Algérie française, soutient l’armée israélienne et salue ses crimes contre le peuple palestinien. El Khabar

Commentaire: Je partage parfaitement la position de Abdelaziz Belkhadem qui s’oppose à la venue du chanteur Enrico Macias en Algérie. En effet, le chanteur juif a toujours soutenu l’armée israélienne qui réprime dans le sang nos frères palestiniens.

Enrico Macias peut se rendre en Algérie en touriste, mais pas en officiel. Nous ne pouvons, tout de même, pas oublier que le chanteur avait qualifié les valeureux moudjahidines de l’ALN de criminels.

Les journalistes algériens, défenseurs de Macias, ont-ils oublié la campagne qu’ils ont menée contre la venue de Djamel Debbouze en Algérie sous prétexte qu’il est proche du Roi du Maroc?

Il est écoeurant de constater que chez certains compatriotes, être proche de l’armée israélienne est moins grave que d’être proche du Roi Mohamed VI ! C’est vraiment absurde comme raisonnement !

Pour ma part, je vous dirai M. Macias: vous n’êtes pas le bienvenu en Algérie ! El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER