Mohamed Samraoui à Rachad TV : Les raisons de ma désertion

samraouielpais2.jpg Désertion ?

En 1992, j’étais contre la conception de la lutte antiterroriste du général Smain Lamari. A cette époque, je lui ai dit : « Je m’oppose à toi. Tu ne luttes pas contre le terrorisme, mais contre les Algériens ». C’était le premier point de divergence.

J’étais contre l’instauration des camps de sûreté au sud. Ils ont arrêté 40.000 Algériens. Ce chiffre n’a jamais était révélé. Il s’agit bien de 40.000 Algériens pour la plupart pris au hasard dans les mosquées, raflés au niveau des gares, des stations de bus…alors qu’il y avait des listes de gens extrémistes, violents. ..Ceux-là n’ont jamais été arrêté ! J’étais contre cette manière.

Deuxième désaccord : c’était au moment où on commençait à recruter des gens à tord et à travers. Les gens qui ont été arrêtés étaient remis sur le terrain soit disant en tant qu’agents. C’était une faute grave !

Troisième divergence: j’avais dit qu’il fallait éliminer les sources du terrorisme, car on peut éliminer quelques uns des terroristes, d’autres viendront. Il fallait s’attaquer à la source: problèmes sociaux, problème d’éducation, problème de l’emploi… Cela personne n’en fait.

La quatrième divergence était l’assassinat du président Boudiaf. C’était un officier de l’armée qui était l’auteur de l’acte. Pourquoi n’avait-on pas diligenter une commission d’enquête ? J’ai commis la faute de dire que dans un cas pareil le chef doit démissionner parce qu’il y a la responsabilité morale. Malheureusement, la démission n’est pas une vertu chez nos responsables politiques. A l’époque, la lutte n’était pas contre le terrorisme, mais contre l’islamisme, l’intégrisme…J’avoue que je n’avais pas saisi qu’il s’agissait d’un plan pour lutter contre les Algériens, piller le pays et avilir le peuple…Le FIS c’était rien du tout. Ils pouvaient faire la même chose avec n’importe quelle opposition sérieuse. Ce qui les intéressait était la préservation de leurs privilèges…

Il faut dire la vérité : je n’avais pas rompu… Ils m’avaient proposé un poste à l’étranger. J’ai dit, puisqu’il s’agissait de préserver l’Algérie, défendre la République contre le péril vert, puisqu’à l’époque on était endoctriné, en croyant q’on luttait sincèrement contre des gens qui étaient financé par les Saoudiens, qu’ils allaient mener les pays à la régression… C’était plus tard que personnellement j’avais compris qu’on faisait fausse route. Finalement on menait la vie dure aux Algériens sous prétexte de faire croire à l’opinion nationale et internationale que l’armée était le rempart…

En étant à l’étranger, j’ai quand même pu comprendre qu’il y avait des petites combines, de la magouille, des détournements. C’était grotesque et puis cerise sur le gâteau comme on dit, en 1995, Smain Lamari en personne était venu accompagné de Ali Benguedda, de Attafi qui est actuellement général-major, pour mettre au point l’assassinat des opposants. Je leur ai dit « Est-ce que vous êtes incapables de lutter contre les islamistes avec les moyens politiques?». A l’époque, l’Algérie était en train de négocier le rééchelonnement de sa dette. Il fallait montrer à l’Occident que l’Algérie était menacée par le GIA, que c’était le péril…C’était pour choquer, faire peur à l’Europe…Pour ma part, j’ai refusé en disant que l’Allemagne est un Etat de droit ! Je ne commettrai pas de crime, c’est contraire à mes traditions, à mes scrupules…Ici c’est pas la France !…

A Paris, Abdelbaki Sahraoui a été assassiné par le DRS. J’ai toutes les preuves. Les attentats de Paris : la main du DRS est plus ou moins visible sauf pour ceux qui refusent la réalité. C’était le cas Touchent, un agent du DRS que la DST française a aidé à quitter la France par la Grande Bretagne. …J’ai aussi dit que Djamel Zitouni, chef du GIA, était un agent du DRS et que ses Fetwa sortaient de Benaknoun. J’étais devant un choix : soit je serais complice de Lamari, Toufik et ceux qui assassinent des Algériens avec sang froid, soit de déserter et j’ai obéi à ma conscience.

www.rachad.org / Photo El Pais
NB: Transcription El Mouhtarem www.ffs1963.unblog.fr

Commentaires

  1. chekchouka dit :

    salam oualikoum
    pouvez vous donner reponse à certains de vos detracteurs qui disent que vous etiez seulement commandant dans l’armée

  2. Kader dit :

    les Algerien n,ont pas besoin,Nie de ces Chaivres Barbue(islmist ?)… Nie de ces Politiciens(Militairs ? )korompu…Voleurs.
    L `AlGerie a Besoins D,Algeriens Nationalist ,commme en Allmagne,
    Et tous les autres Nations,Demokratique.
    Non pas Relegieuse et Militaire

  3. salut dit :

    salut et felicitaion pour tout et bonne annee 2008 a tout le monde

  4. kader dit :

    voila une réalité et des vérités que le peuple algérien et le monde entier doivent connaitre,que notre chére algerie a été lynchée et dilapidée par ceux qui samraoui a cité et aussi les sionistes de belkheir,lamari,touati etc..
    peuple algerien ouvre tes yeux
    c’est aussi ceux la qui alimente les terroristes qui font les carnages dans les quatres coins du pays,tizi,boumerdes,alger,………..et la liste et longues dans les laboratoirs de ces criminels.

    a bon entendeur salut

  5. la vérité dit :

    Monsieur Samraoui après avoir dit a Smaïn Lamari  » je m’oppose a toi » pourquoi avez-vous acceptez un poste a Bonn et vous-avez a deserté juste après votre rappel en 1997;éclairez-nous un peu merçi.

  6. EL-HADJ dit :

    LES ALGERIENS ILS ONT LA TETE GALVANISEE,LAVEE,BIEN NETOYEE JE NE PENSE PAS QU’ILS CROIENT QUE CA VA CHANGER

  7. kader dit :

    salut au capitaine A.CHOUCHEN ; de la part d’1 détenu de BERROUAGUIA

  8. Anonyme dit :

    qui est vous med samraoui d’ou tu vient et ou allez vous

  9. raniddz@hotmail.fr dit :

    sans aller chercher les raisons d’une désertion d’un militaire quelque soit sont grade il faut voir comment vits les militaires algeriens surtout ceux des rangs des sous officiers et des hommes de troupes , j vous donne l’éxample moi je suis un gendarme algerien je vous dis comment se passent les choses dans un corps soit disant d’élite eh ben pour vous faire savoir je vous parle de l’ésclavage au sens propre du mot , si t pistonné t’a gagner si non t juste un éscalve

    tout d’abord je vous parle du commenadnt en chef de la gendarmerie nationale le général de corps BOUSTEILA pour nous les gendarmes en connaissance de cause c’est un chef d’un groupe mafieux mit en place par le président pour des raisons que j pourai expliqué une autre fois , mais s que vous ne savez pas c que le soit disant commendant de la gendarmerie n’est qu’un voyoux délinquant au sens propre du mot ,si je vous parle des détournement des tonnes de ciment et de fer avec une carte , sans oublié le trafique dans l’immobilier ( l’affaire du commendant régional de constantine fais foi) , sans oublie de parler des chantage et du marchandage lors qu’il s’agit de promotion de grade , de stage (surtout a l’étranger)posez la question a ce commandant sur quels criteres ils met c commendant de groupement comment ils les instales j’ai plus a dire s a bientot

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER