• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

Archive pour novembre, 2007

Intervention de Mohammed Samraoui devant les médias espagnols

samraouielpais3.jpgSODEPAU (SOLIDARITAT, DESENVOLUPAMENT, PAU)
INSTITUT DES DROITS DE L’HOMME DE CATALOGNE

 

Intervention de Mohammed Samraoui (ex-colonel algérien ayant dénoncé les chefs de son armée), devant les médias espagnols

 

CONFERENCE DE PRESSE
Vendredi 30 novembre 2007 à 12 h 30
Syndicat des journalistes de Catalogne
Ronda Universitat, num. 20, 3°, 1a, Barcelone

 

L’ex-colonel algérien Mohammed Samraoui, numéro deux de la Direction du contre-espionnage du Département de renseignement et de sécurité (DRS, ex-Sécurité militaire) au début des années 1990 et réfugié politique en Allemagne depuis 1996, donnera une conférence de presse le vendredi 30 novembre à 12 h 30, au siège du Syndicat des journalistes de Catalogne à Barcelone (Espagne). L’officier de grade le plus élevé ayant dénoncé la « sale guerre » conduite contre les islamistes algériens informera sur sa situation actuelle face à la justice espagnole, dans l’attente de la décision que doit prendre la Audiencia nacional concernant la demande d’extradition émise à son encontre par l’Algérie.

 

Appuient notamment sa demande de non-extradition les organisations suivantes : Sodepau, Algeria-Watch, l’Institut de Drets Humans de Catalunya (Institut des droits de l’homme de Catalogne), le Réseau euroméditerranéen des droits de l’homme, Justícia i Pau (Justice et Paix), la Federació Catalana d’ONGs pels Drets Humans (Fédération catalane d’ONG pour les droits de l’homme), le Centre de Treball i Documentació (CTD), le CIEMEN, la Fundació Alfons Comin, le mouvement politique algérien Rachad y le Front des forces socialistes d’Algérie (FFS).

 

Le 22 octobre dernier, Mohammed Samraoui a été arrêté à Benalmádena (province de Malaga), où il participait à une rencontre internationale d’échecs en sa qualité de président de la Fédération internationale d’échecs par correspondance, et transféré à la prison de Soto del Real (Madrid). Il a été mis en liberté provisoire le 31 octobre par le juge antiterroriste Ismael Moreno, de l’Audiencia Nacional, dans l’attente de sa décision sur la demande d’extradition algérienne. Ses affaires personnelles, saisies lors de l’arrestation, et son passeport ne lui ont pas été restitués.

 

Onze ans après sa désertion de l’armée algérienne, l’ex-colonel a été arrêté par la police espagnole, qui devient ainsi la seule institution européenne à exécuter le mandat d’arrêt international émis à travers Interpol par les autorités algériennes, lesquelles l’accusent de « désertion, atteinte au moral de l’armée et activité terroriste ».

 

Samraoui est le militaire de grade le plus élevé qui ait osé dénoncer publiquement les pratiques les plus sombres de l’armée contre la population algérienne. Dans de nombreux médias, et de façon détaillée dans son livre Chronique des années de sang (2003), il a révélé comment plusieurs massacres de civils attribués aux « barbus » ont été en réalité perpétrés par des militaires et comment le numéro deux des services de renseignements de l’armée (DRS), le général Smaïn Lamari, a ordonné à Samraoui d’assassiner deux islamistes en Allemagne.

 

Son arrestation en Espagne a mobilisé l’exil algérien en Europe, des associations de défense des droits de l’homme espagnoles et françaises et les socialistes algériens, principaux opposants au gouvernement d’Alger. Selon la Convention internationale sur le statut de réfugié, ratifiée par l’Espagne, un réfugié politique – et Mohammed Samraoui bénéficie de ce statut depuis avril 1996 – ne peut être extradé vers son pays d’origine. Pour l’éviter, une campagne de signatures a été lancée par plusieurs organisations : elles seront rendues publiques lors de la conférence de presse et seront remises ensuite aux autorités espagnoles.

Contact presse Comedia : Ana Sanchez, Marc Gall.
festival@comedianet.com ; mgall@comedianet.com.
Tél : + 34.932.68 21 43 ; +34.638. 01 45 45.

Nouvel instrument de mesure du taux d’abstention aux élections

pluviometre.jpg

Mohamed Cherif Abbes-France: la polémique!

dputump.jpgLe député français Axel Poniatowski (UMP), président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, s’est indigné mercredi des propos du ministre des Moudjahidine Mohamed-Cherif Abbas au quotidien El Khabar évoquant le soutien du lobby juif à Nicolas Sarkozy. « C’est à la fois grotesque, inutilement blessant, totalement déplacé et extrêmement grossier », a estimé le député sur BFM. « Il faut avoir des éclaircissements sur ces propos du ministre des Anciens combattants algérien qui sont purement inqualifiables », a-t-il ajouté. « D’ici la visite de M. Sarkozy en Algérie, il nous faut des explications ». Le président français est attendu le 3 décembre pour une visite d’Etat en Algérie. (AFP)

 

parisquaidorsay14.jpgLe Quai d’Orsay réagit aux propos de Mohamed-Cherif Abbas sur Sarkozy

 

La France s’est étonnée mercredi des propos ministre des Moudjahidine Mohamed-Cherif Abbas publiés par le journal El Khabar évoquant le soutien du « lobby juif » au président Sarkozy et ses origines.

« Nous nous étonnons de ces propos, parus dans la presse, qui ne correspondent pas au climat de confiance et de coopération dans lequel nous préparons la visite d’Etat du Président de la république » à Alger, a déclaré à la presse la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascal Andréani.

Mme Andréani, interrogée sur l’état des relations franco-algérienne, a estimé que ces relations « n’ont jamais été aussi denses ». La visite de M. Sarkozy la semaine prochaine -sa deuxième dans ce pays depuis son élection en mai- « en témoigne », a-t-elle assuré. AFP

 

 

elkhabar.jpgJe republie l’extrait de l’entretien accordé au quotidien El Khabar par le ministre des Moudjahiddines, Mohamed Cherif Abbés, qui a réellement évoqué les origines juives du président français Nicolas Sarkozy.

 

 

A la question du journaliste sur le sort du traité d’amitié algéro-français, le ministre algérien a déclaré qu’au jour d’aujourd’hui “cela n’est pas envisageable, les Français ne sont pas prêts et en particulier durant le mandat de M. Sarkozy. Vous connaissez les origines du président français et les parties qui l’ont amené au pouvoir. Saviez-vous que les autorités israéliennes avaient mis en circulation un timbre à l’effigie de Nicolas Sarkozy, en pleine campagne électorale ? Le gouvernement d’ouverture que dirige M. Sarkozy, qui a vu plusieurs personnalités de gauche rejoindre un gouvernement de droite soulève plusieurs interrogations comme pourquoi Bernard Kouchner a décidé de sauter le pas, cela ne s’est pas fait pour des croyances personnelles. Ceci était le résultat d’un mouvement qui reflète l’avis des véritables architectes de l’arrivée de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif qui a le monopole de l’industrie en France.”

 

 

abbes.jpgLe ministre des Moudjahidine: « Il n’a jamais été dans mon intention de porter atteinte à l’image d’un chef d’Etat »

 

Le ministre des Moudjahidine, Mohamed-Cherif Abbas, a affirmé mercredi, dans une déclaration à l’APS, qu’il n’a jamais été dans son « intention (…) de porter atteinte à l’image d’un chef d’Etat étranger ». M. Abbas déclare « avoir appris avec beaucoup d’étonnement et de mécontentement certains propos » qui lui ont été prêtés par « certains journaux à la suite de l’entretien qu’il a accordé au quotidien « El-Khabar » le 26 novembre dernier.
« Dans cet entretien il n’a jamais été dans mon intention d’enfreindre le principe que respectent tous les responsables algériens et que m’impose mon obligation de réserve, celui de ne jamais porter atteinte à l’image d’un chef d’Etat étranger » a notamment précisé le ministre des moudjahidine.

 

En conséquence, je ne peux assumer les spéculations irresponsables d’un quelconque journal sur un chef d’Etat ami, plus spécialement à la veille de sa visite en Algérie », a-t-il-conclu.

 

Question du jour

parapluie.jpgLe 17 mai dernier, les Algériens ont préféré se mettre sous leurs parasols au lieu de se rendre aux bureaux de vote. Le 29 novembre, les Algériens se mettront-ils sous leurs parapluies…? La réponse sera donnée par Yazid Zerhouni lors de son point de presse du 30 novembre. El Mouhtarem

Algérie-France : une rue du nom d’un général ayant dénoncé la torture

gnral.jpgUne rue du XVe arrondissement de Paris portera dès demain, jeudi, le nom du général Jacques Pâris de Bollardière, ce militaire français qui a dénoncé la pratique de la torture durant la Guerre de Libération nationale. Ancien compagnon de la Libération, le plus décoré des généraux de cette époque, il a demandé, en mars 1957, à être relevé de ses fonctions de commandement pour ne pas cautionner la pratique de la torture. Il fut condamné à 60 jours de prison puis mis à l’écart pour avoir rendu publique sa position sur les colonnes de L’Express. En avril 1961, suite au putsch des généraux, il prend une retraite anticipée pour s’engager ensuite dans les campagnes de non-violence et, en particulier, contre les essais atomiques dans les atolls de l’océan Pacifique. Jacques de Bollardière est décédé en février 1986, mais sa veuve, Simone de Bollardière, est l’une des signataires de l’Appel des douze : le 31 octobre 2000, douze personnalités, dont Henri Alleg et Josette Audin, ont demandé une condamnation publique de l’usage de la torture pendant la Guerre d’Algérie.

Alors trêve de plaisanterie, occupons nous de notre pays !

Bonjour!
“Tout à fait Thierry!” comme le disait Jean-Michel Larqué.
El Moutarem, tu as tout à fait raison de dire que les journaux ne peuvent et ne doivent pas se substituer aux partis politiques pour porter la revendication populaire sur la tribune !
Le problème c’est que la légitimité de ces partis de salons est totalement obsolète face au mûrissement politique de notre peuple et cela en dépit de la croyance répandue qui veut que ce peuple n’a aucune culture politique ! Postulat largement “MOUZZAKKA (béni)” par nos dirigeants car les arrange, d’infantiliser ce peuple. “Les Algériens ne peuvent pas être plus Palestiniens que les Palestiniens” : ”Tout à fait Thierry !” Karim tu as raison. Aucun peuple ne peut se substituer à un autre et combien même Zaki nous parle de :El Qods est ”awla El Qiblatayn” même s’il se trompe légèrement. El ka3ba qui est Aouel El Qiblatayeine est sous l’autorité saoudienne qui nous impose des visas et des Qotas ! Les Palestiniens ne sont pas des anges! Demain leur souveraineté recouvrée, ils feront ce qui les arrange chez eux. Ils pourraient même refuser l’entrée dans leurs territoires aux Algériens. “Hé oui ce n’est pas un mythe. Je suis cependant d’accord pour placer chaque lieu Saint des trois religions monothéistes sous une autorité internationale neutre! Quant à Enrico Macias, je rejoins Karim qui dit que c’est un débat stérile. Qu’Enrico Macias veuille venir en Algérie, qu’il introduise une demande de visa comme tout le monde et qu’il se fasse accueillir par ses adeptes! Que la venue de Macias devienne une affaire d’Etat, je trouve là que les dirigeants algériens sont bêtes à pleurer ! Mami, chanteur algérien recherché par la justice française, est en fuite en Algérie depuis plusieurs mois déjà et aucun officiel français n’a même pas daigné y jeter un crachat Hachakoum. Alors trêve de plaisanterie occupons nous de notre pays!

Par Slimane Hamlouche

الأفافاس يتهم الإدارة بتجميد الأموال في تيزي وزو

 اتهم مرشحو الأفافاس بتيزي وزو الإدارة بتجميد مبلغ موجه لخزينة البلدية يقدر، حسب رئيس البلدية الحالي والمرشح لنفس المنصب، بما لا يقل عن 250 مليار، وذلك لعرقلته في عمله، وهو المبلغ الذي جعل الحضور يتساءلون عن نوعية هذه البلدية التي تتحصل على مثل هذه المبالغ التي وصفت بأنها أقرب إلى الخيال منه إلى الواقع.
تيزي وزو: م. تشعبونت

الأفافاس بتيبازة لأول مرة ومن خلال امرأة

 سيدخل الأفافاس بولاية تيبازة غمار الانتخابات الولائية بقائمة تتصدرها امرأة من بلدية القليعة تراهن على كسب أكبر قدر ممكن من أصوات الناخبين. وحسب متصدرة القائمة، السيدة مزياني، فقد جندت بقائمتها ثلاث نساء معروفات بنضالهن السياسي إلى جانب عدد من مناضلي حزب العمال الذين انضموا إلى حزب الأفافاس. وتعد هذه القائمة هي الوحيدة بولاية تيبازة التي تصدرتها امرأة.
تيبازة: ب. سجية

KARIM TABBOU (FFS) :«Zerhouni est un voyou»

yazidzerhouni21.jpgDans son dernier meeting de campagne électorale animé, tard dans la soirée de lundi dernier, à Tizi-Ouzou, le premier secrétaire national du FFS, K.Tabbou a eu des mots très durs à l’encontre du «pouvoir et de ses dérivés». Dans la salle OMS Saïd-Tazrout, Tabbou a développé, comme à son habitude, un discours truffé de petites phrases, des formules valises qui ont fait leur effet sur un public jeune dans sa dominante et où, visiblement, l’écrasante majorité de ce qui était connu comme étant le «peuple» du FFS n’était pas au rendez-vous et à travers lesquelles le premier responsable du parti d’Aït Ahmed parlera tour à tour et, en des termes peu glorieux, de Belkhadem, d’Ahmed Ouyahia, du Hamas dont les responsables «volent sans laisser de traces et qui demandent à faire confiance en leurs élus et de leur demander ensuite des comptes à l’issue de leur mandat».
Les députés et les partis politiques «des oiseaux migrateurs porteurs d’un virus aviaire pour la démocratie» n’ont pas échappé à l’humour persifleur de l’orateur. Sauf bien sûr le FFS à qui Tabbou prête, en Kabyle dans le texte, la majesté de «l’aigle qui plane très haut et loin des sphères où volent les corbeaux et autres oiseaux de proie». Entendre par là que le FFS reste le seul parti réellement d’opposition et dont le charisme et l’aura font peur au pouvoir. Tabbou énumère les multiples entraves dressées par l’administration devant les listes électorales du parti qui, selon encore le même orateur, constitue l’alternative et le seul recours pour la prise en charge des préoccupations des citoyens. Des entraves que Tabbou impute en premier lieu au ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni «un voyou» et qui n’a pas répondu, s’indignera le n°2 du FFS, au défi qui lui a été lancé pour une confrontation publique au sujet des listes électorales rejetées au niveau de plusieurs wilayas, ajoutant à l’adresse de Zerhouni : «Quand on ne peut pas assumer une responsabilité politique, on démissionne.» Réfutant les arguments avancés pour disqualifier les listes du FFS, Tabbou a eu encore une autre petite phrase : «Ce sont les députés qui constituent un danger pour la société et non les candidats du FFS.»
SAM, Le Soir d’Algérie

“Le discours du 1er secrétaire FFS a eu un écho favorable”

Auprès de la population, “le discours du premier secrétaire du parti a eu un écho favorable”, déclare Belahcel, financier du parti, mais il reste convaincu que “les résultats des élections dépendent directement de Zerhouni”. Rappelant le conflit ayant opposé le FFS au ministère de l’Intérieur, durant la phase des préparations et de dépôts des dossiers de candidatures qui a voulu “cantonner le FFS dans une région bien précise”, selon la formule utilisée par Karim Tabbou dans la conférence de presse au lendemain de la clôture de la date de dépôt de candidatures. Globalement, “la campagne du FFS est bien menée”, relève le financier du parti. Cependant, “les résultats dépendent de l’administration de Zerhouni”, ce qui empêche Belahcel à avancer une pression arithmétique au décompte final de cette élection. “ Extrait d’un article de l’Authentique

12345...15

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER