• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 5 décembre 2007

Archive pour le 5 décembre, 2007

Communiqué de M. Samraoui, 5 décembre 2007

samraouielpais.jpgComme je l’ai déclaré auparavant, je me suis engagé à rester à la disposition de la justice espagnole en attendant la réception par cette dernière du soi-disant dossier juridique du pouvoir d’Alger. Et ceci, malgré le fait que mes avocats m’aient clairement signifié que mon arrestation ainsi que le retrait de mes papiers d’identité ne se justifiaient nullement eu égard à mon statut de réfugié politique en Allemagne. J’ai aussi du assumer de lourdes dépenses que je n’aurai jamais pu couvrir sans la générosité de nombreux amis et sympathisants auxquels je tiens à exprimer ici ma reconnaissance et mes remerciements.

Le délai d’attente légal de 40 jours ayant expiré 2 jours après la conférence de presse du 30 novembre 2007, co-organisée par la SODEPAU, Rachad et d’autres associations espagnoles à Barcelone, je n´étais plus tenu par l´obligation de rester sur le sol espagnol. Déjà, quelques jours avant cette conférence, plusieurs éléments troublants m’ont amené à craindre que mes droits n’étaient plus garantis en Espagne. Juste après la conférence de presse, des responsables espagnols m’ont clairement insinué que ma vie était en danger et que « quelque chose de pas très légal était en train d’être manigancé ». Il est inutile de préciser que cinq « journalistes » algériens et deux membres de la mission diplomatique algérienne, venus spécialement de Madrid, se trouvaient à l´intérieur de la salle de conférence, sans compter les « curieux » qui guettaient à la sortie. Ce regain d´intérêt subi n´a fait que renforcer ma prudence pour éviter le sort réservé à d’autres opposants algériens (Krim Belkacem, Mohamed Khider, Ali Mecili, Abdelbaki Sahraoui,…) assassinés par les services secrets algériens à l´étranger.

 

La justice espagnole, malgré la requête de mon avocat, avait auparavant refusé de me restituer mes objets personnels saisis lors de mon arrestation le 22 octobre 2007. Bien entendu, il était aussi hors de question pour elle de me rendre mes papiers d’identité.

 

A la lumière de ces développements et après avoir consulté un avocat, j’ai décidé après l’expiration du délai de 40 jours, de quitter l’Espagne et rejoindre ma famille en Allemagne.

 

Conscient de l´impact que peut engendrer cette affaire, je tiens à annoncer ce qui suit :

 

1. la décision de quitter l’Espagne a été prise par moi seul et j’en assume seul l´entière responsabilité ;
2. je me tiens toujours à la disposition de la justice espagnole pour la suite de l’affaire ;
3. je réfute encore une fois toutes les accusations infondées du pouvoir algérien et je dénonce l’instrumentalisation par ce pouvoir dictatorial d’institutions comme Interpol pour harceler les opposants vivant à l´étranger;
4. cette dure épreuve vient de renforcer ma détermination à poursuivre mon combat pour la Vérité et la Justice en vue de démasquer les généraux criminels et leurs sbires dans la tragédie qu´a vécue et que vit toujours le peuple algérien ;
5. afin de ne laisser place à aucune manipulation ou exploitation politique de cette affaire, j’annonce le gel de mon activité au sein du secrétariat du mouvement Rachad jusqu’au règlement définitif de cette affaire. Je continuerai bien entendu à soutenir l’action de Rachad ainsi que tout autre mouvement ou organisation qui œuvrent à l´établissement d´ un Etat de droit en Algérie à travers des moyens non-violents.

 

Enfin, je tiens à exprimer mes remerciements et ma gratitude à toutes celles et ceux qui m’ont apportés leur soutien dans cette difficile épreuve.
Mohamed Samraoui

 

Allemagne, 5 décembre 2007

APW de Béjaia: le FFS l’emporte grâce au RND

Pour la quatrième fois consécutive, la présidence de l’APW de Béjaïa échoit au FFS (16 sièges), mais seulement grâce au… soutien du RND (6 sièges), totalisant ainsi les 22 sièges sur les 43 dont dispose l’institution. C’était donc hier après-midi que le nouveau président de l’APW, en l’occurrence Hamid Ferhat, a été élu à la tête de cette institution pour la deuxième fois après avoir occupé ce poste durant le mandat écourté de 2002 à 2005. A la surprise générale, le vote d’hier a révélé les tractations menées en sourdine par les formations de Hocine Aït Ahmed et celle d’Ahmed Ouyahia, concédant à celle-ci, en échange de son soutien, une vice-présidence offerte à Me Amghar Amar, deuxième sur la liste du RND et expert judiciaire de son état.

Cet élu n’a pas caché sa joie de déclarer à la presse, après le vote, qu’il n’y a aucune contradiction de tisser une alliance entre les élus d’un parti d’opposition et ceux appartenant à un parti de l’Alliance présidentielle qui est au pouvoir.

«Celle alliance vise un seul objectif : dynamiser le développement de notre wilaya», a-t-il déclaré.

Le RCD n’entend pas les choses de la même oreille. Ses élus, au nombre de dix, ont présenté leur candidat, Me Hamoudi Fawzi, faute d’avoir pu contracter une alliance avec d’autres formations. «L’alliance surprise entre le FFS et le RND constitue une force de la régression et notre wilaya connaîtra un autre retard pour une durée de cinq autres longues années», dira avec dépit Azzedine Tinouche, président du bureau régional du RCD et néanmoins élu à l’APW.
Le FLN (dix sièges) qui a présenté son candidat, Salah Derradji, à la présidence de l’APW, sera déçu par la tournure du vote. «Il était convenu que le FFS fasse alliance avec le FLN, mais il a dû changer d’allié à la dernière minute. Nous considérons cela comme une trahison», fulmine un élu de la formation de Belkhadem. K.S La Tribune

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER