• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 15 décembre 2007

Archive pour le 15 décembre, 2007

Redouane Osmane est décédé suite à un arrêt cardiaque

osmane2.jpgLe secrétaire général du Conseil des lycées d’Alger (CLA) , Redouane Osmane, grand syndicaliste et militant des causes justes a trouvé la mort aujourd’hui suite à une crise cardiaque. Âgé de 54 ans, Redouane Osmane, enfant de Bab El-Oued, était professeur de français au lycée Émir-Abdelkader de Bab El-Oued. À l’université, il a créé le Syndicat national des étudiants algériens autonome et démocrate (SNEAD). En 2003, Osmane devient le représentant du syndicat des lycées d’Alger.

En cette douloureuse circonstance, je présente mes condoléances les plus attristées à sa famille.

Le FFS compte révolutionner la gestion de la cité

aitahmed2007.jpgPar Ghada Hamrouche, La Tribune

Des listes ouvertes aux citoyens à leur implication dans la gestion des collectivités locales, le Front des forces socialistes (FFS) semble décidé à révolutionner le mode de gouvernance des communes qu’il a remportées.
«L’Assemblée populaire communale [APC] est devenue l’un des rares espaces de l’exercice de la vraie politique puisqu’elle met en interactivité les citoyens, l’administration et les élus. Somme toute, c’est le lieu où les citoyens et le mouvement associatif peuvent entamer un dialogue politique qui pèsera sur la décision», affirme Karim Tabbou, premier secrétaire national du FFS. Il ajoutera qu’en prenant part aux élections locales le FFS n’avait pour objectif «ni un comptage des sièges ni d’APC. Ce qui explique le nombre de listes que nous avions présentées».
M. Tabbou dira que le plus vieux parti d’opposition a remporté trois types d’APC dans lesquelles il compte entamer un nouveau mode de gestion. «Outre la gestion politique, le FFS prévoit un certain nombre d’actions pour démontrer qu’il est possible de faire la politique autrement», soutiendra le responsable du parti de Hocine Aït Ahmed. Il fera remarquer que son parti a remporté des APC dans des régions qui ne lui sont pas acquises. «Il s’agit de deux APC à Jijel, de deux à Khenchela, d’une à Médéa et d’une à El Oued». Pour ce premier type d’APC, le FFS relève que ces APC évolueront dans un environnement hostile et rude car il «s’agit de communes dirigées par un parti d’opposition dans des territoires traditionnellement acquis au pouvoir». Pour ces communes, dira M. Tabbou, «le FFS préconise d’ores et déjà l’assistance des instances nationales du parti pour les soutenir dans leurs tâches et les aider à accomplir, dans les meilleurs conditions, les missions qui leur incombent». Il ajoutera cependant que «ces communes serviront de points d’appui pour le déploiement du parti et de brèche pour s’introduire davantage dans les fins fonds du territoire.» Quant au second type de communes, M. Tabbou les présentera comme étant celles où le FFS a remporté la majorité qui lui permet de gérer sans faire appel à des arrangements avec les autres partis. «En plus des objectifs politiques adoptés lors du 4e congrès, ces communes serviront de modèles de la gestion participative et transparente que nous comptons engager», soulignera-t-il avant de se lancer dans l’énumération des étapes de gestion indiquées pour parvenir au but fixé. Il expliquera : «Nos élus procèderont à un double inventaire : un audit de la commune qui sera le point de départ par lequel le maire FFS listera toutes les informations administratives et financières, les potentialités existantes et la gestion antérieure, quel que soit le parti qui avait la charge de la commune.» Viendra ensuite la seconde étape, celle d’«une écoute large de la population pour recenser les besoins de la population afin de pouvoir quantifier et identifier les besoins et les priorités des habitants de la commune». Ce qui permettra par la suite aux élus de la commune d’«établir le budget participatif». M. Tabbou précisera que, pour le FFS, le citoyen doit devenir un acteur et non être un sujet dans sa municipalité. «Le devoir du maire FFS est de créer l’espace dans lequel il informera la population qui exprimera à son tour ses revendications et l’ordre de ses priorités en fonction des potentialités de chaque commune» et d’ajouter : «Nos élus mèneront des actions de revendication aux côtés de la population. Un dialogue actif sera installé entre élus et électeurs pour une gestion participative de ces communes.» Quant au troisième type d’APC, il convient de relever que le FFS n’y est pas majoritaire. Néanmoins, il figure parmi les forces politiques de la commune. «Des arrangements politiques sont nécessaires pour la gestion des affaires de la cité», notera M Tabbou avant de souligner que «les élus du FFS s’imposent le devoir de ne jamais se dresser contre les intérêts de la population et de ne jamais être un élément de blocage entravant la matérialisation de la satisfaction des besoins des citoyens».

Empêcher les affairistes de faire main basse sur les biens des APC
Cela étant dit, le premier secrétaire national du FFS dira que «des arrangements arithmétiques et non politiques seront passés en quête de possibilités de gestion des affaires des citoyens dans les meilleures conditions». Ce qui ne l’empêche pas de reconnaître qu’il y aura indéniablement des oppositions et des divergences puisqu’il s’agit d’«un programme politique confronté à des logiques sectaires et affairistes qui conduiront au blocage de certaines APC. Dans ce genre de situation, nous nous imposerons le devoir d’informer la population et de réclamer son arbitrage» et d’ajouter : «Les électeurs ont le devoir de protéger leurs voix et nous devons cesser d’être des saisonniers de la politique. Les citoyens qui nous ont mandatés doivent arbitrer les situations de blocage.» Quant aux communes où le FFS ne dispose ni d’une majorité absolue ni d’une majorité relative, le parti d’Aït Ahmed exprime des préférences envers les formations politiques qui ont des approches voisines des siennes même si, à l’échelle politique, il existe d’importantes contradictions. «Nous ne donnons pas de consignes précises, car nous ne sommes pas un appareil politique central mais nous réagirons de manière pragmatique et au cas par cas.» Il dira que «le FFS se fera un point d’honneur de mener une bataille contre la corruption et le bradage du patrimoine des Algériens. Nous explorerons toutes les formes de lutte légales et imaginables pour empêcher les affairistes de faire main basse sur les biens de la collectivité». Il ajoutera que le FFS mènera une action de sensibilisation et de revendication auprès de la population chaque fois qu’il sera question de défendre l’intérêt général des citoyens. Le premier secrétaire national du FFS ne manquera pas de reconnaître que, mis à part les entraves administratives et la fraude caractérielle qui ont marqué les locales du 29 novembre, il est conscient que, dans certaines APC, le vote de la population a été un vote sanction contre les élus FFS qui ont eu à gérer ses affaires par le passé. «La situation difficile en Kabylie depuis les événements d’avril 2001 et, dans certains cas, l’absence de stratégie au niveau local et parfois la mauvaise gestion des élus du parti ont conduit les électeurs à sanctionner la gestion du parti et à expérimenter la gestion d’autres formations politiques», avouera M. Tabbou. Il ajoutera : «Ceci est en soi est un bon signe sur le degré de maturité des électeurs» avant de préciser que «le parti a décidé d’imposer à ses élus une action cohérente à l’échelle nationale. Une action de solidarité entre élus avant de matérialiser le projet de constituer l’assemblée intercommunale nationale des élus du parti avant d’envisager des jumelages avec les municipalités du pourtour méditerranéen géré par des partis membres de l’IS. Petit avantage dont dispose le FFS qui en est lui-même un membre actif».
M. Tabbou insistera spécialement sur la nécessité de tisser des liens étroits avec la population à travers notamment les instances nationales du parti et ses élus pour combler le fossé qui s’est creusé entre les deux parties.

G. H.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER