Déclaration du jour…

« Nous sommes dans un pays qui fonctionne à deux vitesses. Le pays avance pour mieux reculer. Un pays qui offre la liberté personnelle sans la liberté collective. Un pays où l’on reconnaît constitutionnellement tamazight comme langue nationale mais où on refuse d’inscrire des prénoms amazighs à l’état civil. Certes, la négation n’est plus au chapitre, mais la reconnaissance effective n’est pas non plus à l’ordre du jour ».

Brahim Tazaghart, animateur du MCB au Soir d’Algérie

Commentaires

  1. k2raguelid dit :

    azul felawen ,

    mr brahim , vous devriez vous faire entendre beaucoup plus souvent et avec beaucoup plus de vigueur , surtout maintenant ou certains partis politique essaie de s’approprier le 20 avril
    journée qui appartient au peuple !

    ar tufath !

  2. nour dit :

    c’est une bonne initiative le ffs a toujours ete du cote de la liberte de la justice et des causes justes.tazmalt restera le coeur battan du ffs jusqu’a la nuit des temps.vive khaled tazaghart hocine ait ahmed et les autres.

  3. nour dit :

    cest tres raisonnable

  4. agora.dz dit :

    Où est la liberté individuelle ?
    Il n’y a pas de liberté de conscience. Les chrétiens d’Algérie sont persécutés. Quant aux autres, ils sont d’office supposés musulmans convaincus. Rappelez-vous l’étudiant interpellé parce qu’il mangeait durant le Ramadan. Rappelez-vous la chasse aux couples.
    Certes, il y a la liberté d’aller et de venir, du moins en apparence. Mais on n’est pas à l’abri des humiliations policières et si on proteste, on risque tout simplement d’être victime d’une bavure.
    Dans ces circonstances, la femme a encore moins de liberté et une femme libre est vite assimilée à une femme aux moeurs légères.
    Justement, le prénom que l’on porte relève de la liberté individuelle. Donner le prénom de votre choix (amazigh ou autre)à votre enfant relève d’un choix personnel.
    En définitive, c’est la somme des libertés individuelles qui fait les libertés collectives et non l’inverse.
    Ceux qui nous dirigent (malgré nous !) ne veulent de toutes manières ni des unes, ni des autres.

  5. Maman dit :

    j’adore ta lucidite

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER