• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 26 avril 2008

Archive pour le 26 avril, 2008

Lettre de Abdelhamid Mehri au président Abdelaziz Bouteflika

abdelhamid20mehri.jpgAbdelhamid Mehri, Alger le 15 avril 2008

 

 

A son excellence, monsieur le président de la République, le frère Abdelaziz Bouteflika

 

Monsieur le président

 

Salutations à la hauteur de votre statut et de votre militantisme.

 

J’ai participé, depuis deux mois ou plus, avec les frères Abdelmadjid Chikhi, Directeur Général du Centre National des Archives et le Docteur Amine Zaouï, Directeur de la Bibliothèque Nationale, à la préparation d’un colloque historique à caractère scientifique se rapportant au cinquantenaire de la Conférence de Tanger qui a regroupé, en Avril 1958, les Partis qui ont conduit la bataille des indépendances en Tunisie et au Maroc et le Front de Libération Nationale algérien.

 

Le frère Abdelmadjid Chikhi a été chargé de prendre les contacts nécessaires et d’assurer la coordination avec les structures officielles qui, comme il est d’usage, s’occupent de ce genre de manifestations. Je pense qu’il a accompli cette mission.

 

J’ai été informé hier, 14 avril 2008, que des instructions fermes, dont je ne connais pas la source, ont été signifiées aux deux Institutions citées plus haut afin d’interrompre l’ensemble des dispositions et préparatifs de ce colloque et à renoncer définitivement à sa tenue.

 

Je pense, Monsieur le président, que vous imaginez bien l’ampleur de la surprise, du choc et de l’embarras provoqués par cette décision et la gravité des interrogations qu’elle suscite. Il n’est guère besoin d’un surcroît d’explications, vous êtes, par votre passé et par votre position, suffisamment instruit pour percevoir toutes les dimensions de ces questions.

 

Avec mes sincères salutations et respects fraternels

 

Abdelhamid Mehri

Louiza Hanoune refuse de voyager en classe éco !

La députée du Parti des travailleurs Louiza Hanoune s’est désormais embourgeoisée. En effet, le 12 avril dernier, une délégation parlementaire algérienne conduite par le président de l’APN, Abdelaziz Ziari, s’est déplacée à Cap Town en Afrique du Sud pour prendre part aux travaux de la 118ème session de l’Union interparlementaire (UIP). A la surprise générale, lors de l’escale de la délégation au Caire, Mme Hanoune a décidé de se retirer du groupe. Et pour cause, elle n’avait pas été réservée en classe première pour la continuation Egypte-Afrique du Sud. La porte-parole du PT a refusé de faire le voyage en classe économique. Conséquence : le président de l’APN a limogé le SG de l’APN, Boubakeur Assoul de poste.

 

Farouk Ksentini accuse Al-Djazeera !

Le président de la commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme, Farouk Ksentini, a déclaré ce matin sur les ondes de la chaîne III de la radio algérienne que la chaîne satellitaire qatarie Al-Djazeera a proposé des sommes d’argent aux repentis pour les faire parler de «l’échec de la réconciliation nationale ». L’invité de la radio a indiqué avoir saisi récemment le président de la république concernant cette question.

La chaîne Al-Djazeera, souligne Ksentini, a approché une dizaine de repentis les sollicitant de donner des interviews en leur proposant des sommes importantes d’argent. « Les repentis eux-mêmes sont venus se plaindre auprès de notre structure, nous demandant de saisir le premier magistrat du pays concernant cette scandaleuse manœuvre».

Karim Tabbou:« Les Algériens ne sont pas prêts à accepter une supercherie électorale »

karim20tabou1.jpgC’est un Karim Tabbou plus serein que lors de ses dernières sorties qui s’est présenté mercredi dans la soirée à la salle de cinéma de Aïn El Hammam où plus de quatre cents personnes avaient pris place.

Le sujet du jour « le 20 Avril 80 » a été plutôt noyé dans le développement de la politique générale du pays et la position du FFS en particulier vis-à-vis des problèmes de l’heure. Retraçant l’historique du printemps berbère, l’hôte de l’ex-Michelet n’a pas manqué de critiquer, au passage, ceux qui avaient trahi le mouvement « une fois arrivés au pouvoir ». S’il a d’emblée rappelé les circonstances ayant conduit aux événements des « deux printemps qui ne se ressemblent pas », il n’a pas omis de rappeler, comme pour faire un parallèle avec la guerre de Libération nationale, que « la contestation n’est l’apanage de personne et qu’elle appartient à tout le peuple ». Usant de métaphores et parfois de sarcasmes, Tabbou n’a, tout au long de son discours, cessé de fustiger le pouvoir et « ses relais ». Il enchaîne rapidement sur le projet de révision de « la Constitution » et du « troisième mandat présidentiel » dont tout le monde parle sauf l’intéressé lui-même, à savoir le président de la République. Puis de se poser une question : est-ce une hésitation tactique ? Vu les problèmes sociaux dans lesquels ils se débattent, « les Algériens ne sont pas prêts à accepter une supercherie électorale de plus. Le ras-le-bol est tel qu’une explosion sociale n’est pas à écarter ». Même s’il ne donne pas l’impression d’avoir lâché le sujet, Tabbou, s’adressant aux militants de son parti, ajoute : « Je veux qu’on parle plus de nous que du pouvoir. Faisons notre autocritique pour déterminer ce qu’on a fait et surtout ce qu’on aurait dû faire », avant de s’étaler sur les conditions qui ont prévalu durant la période qui a précédé le quatrième congrès du parti ainsi que sa nomination comme premier secrétaire du plus vieux parti d’opposition. Nacer B. El Watan

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER