• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 6 mai 2008

Archive pour le 6 mai, 2008

الرئاسة تستمع إلى قاسم حول المخزون الاحتياطي للجزائر

شوهد المدير العام للديوان المهني للحبوب، السيد محمد قاسم، قبل يومين، بمكان قريب من مدخل رئاسة الجمهورية، حيث كان هناك بطلب من إطارات سامية في قصر المرادية للاستماع إلى روايته بخصوص المخزون الاستراتيجي للجزائر فيما يتعلق بالقمح اللين، بعد التقرير الذي أعده وزير الفلاحة، السعيد بركات، والذي تحدث فيه عن وجود احتياطي لمدة ستة أشهر، علما أن الاحتياطي الفعلي الموجود لا يتجاوز ثلاثة أيام فقط، حيث تشهد بعض المخازن في ولايات غرب البلاد حالة نفاذ كامل. وحسب مراجع \ »النهار\« ، فإن الاستماع للسيد قاسم الذي يعاني من متاعب قضائية متزايدة، يهدف إلى محاولة تعرف السلطات العمومية على حقيقة المخزون الإستراتيجي للجزائر، بين ما هو موجود كطلبات مكتوبة وبين ما هو موجود فعليا في المخازن عبر التراب الوطني، سيما مع تزايد المخاوف من تحريك بعض أوساط المعارضة لأعمال شغب بسبب نقص الإحتياطي

Rabat réaffirme son appel à la normalisation des relations avec l’Algérie

drapeaupaint.pngLe Maroc a réaffirmé lundi son engagement en faveur de la normalisation de ses relations avec l’Algérie, a indiqué le ministre marocain des Affaires étrangères Taïeb Fassi-Fihri dans un communiqué.

Le Maroc « réitère son engagement sincère en faveur d’une normalisation de ses rapports bilatéraux avec l’Algérie soeur et voisine », a déclaré le ministre qui a reçu lundi le chargé d’affaires auprès de l’ambassade d’Algérie à Rabat. 

« Le Maroc appelle, de nouveau, à la réouverture de la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 1994, et à la reprise de la coopération bilatérale dans ses différents volets », a ajouté le ministre. 

Le 20 mars, le Maroc avait appelé une première fois l’Algérie à rouvrir sa frontière terrestre avec le royaume et à une normalisation des relations entre les deux pays. 

Lundi, M. Fassi-Fihri a transmis à son interlocuteur une proposition du gouvernement marocain consistant dans la tenue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur des deux pays. 

Le but est de « faire le point sur l’état des relations bilatérales, d’examiner les questions en suspens et d’arrêter, d’un commun accord, les modalités d’une relance effective et durable des relations entre les deux pays frères », conclut le communiqué.

« Un incident technique » derrière l’interruption de la diffusion de l’hymne national marocain

L’incident technique survenu lors de la diffusion de l’hymne national marocain, avant la dernière rencontre Algérie-Maroc comptant pour les éliminatoires de la CHAN2009 (premier tour-aller), est dû à « la défectuosité de l’enregistrement » remis par la délégation marocaine, a indiqué lundi le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M. Hamid Haddadj. 

Dans un message adressé à son homologue marocain, M. Haddadj a soutenu que cet « incident technique est dû à la défectuosité de l’enregistrement remis par votre délégation, conformément à la réglementation ».

Ouvrir l’audiovisuel au privé ou ouvrir l’ENTV au public ?

logoentv.gifPar Chafaa Bouaiche, La Tribune du 6 mai 2008 

Le «débat» sur la «nécessité» d’ouvrir l’audiovisuel au privé s’est encore une fois invité en Algérie à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse. En effet, lors de la cérémonie qu’il a organisée en l’honneur des journalistes ou à l’occasion de son passage au forum de l’ENTV, le ministre de la Communication, M. Abderrachid Boukerzaza, a été interrogé au sujet d’une éventuelle ouverture du champ audiovisuel au privé. La réponse de M. Boukerzaza est sans ambiguïté : l’ouverture de l’audiovisuel, a-t-il expliqué, doit passer par plusieurs étapes, soulignant que la plus importante, déjà réalisée, est celle relative à la création d’agences de communications et de production audiovisuelle «qui existent actuellement en grand nombre en Algérie». Même s’il est vrai que le nombre d’agences de production audiovisuelle est important dans notre pays, beaucoup de gens se posent la question sur l’identité de leurs propriétaires. D’ailleurs, de nombreux spécialistes dans le domaine de la communication savent, par exemple, que des journalistes, payés par l’ENTV, ont créé leurs propres «boîtes». Ainsi, la télévision publique leur assure des salaires, sans travailler, en leur qualité de journalistes et des marchés en leur qualité de patrons. Aussi, il faut souligner que l’octroi des marchés ne se fait pas souvent dans le respect des règles et des critères qu’exige la loi. Ce qui fait que beaucoup de produits émanant de ces agences privées frôlent la médiocrité… Par ailleurs, le programme de l’ENTV est médiocre, la qualité du son et de l’image laisse à désirer. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont fait que l’Algérien, de plus en plus exigeant, a décidé de tourner le dos à la télévision de son pays.
Une question se pose aujourd’hui : l’ouverture de l’audiovisuel au privé apportera-t-elle un quelconque changement ? Les Algériens ne peuvent être que sceptiques, car l’existence d’une presse privée ne reflète pas forcément l’existence d’une presse libre et professionnelle. Si l’ENTV n’ouvre ses portes aux partis de l’opposition, par exemple, que lors des campagnes électorales, qui pourra garantir aux Algériens qu’une télévision privée ne fera pas autant ou pire ? Aujourd’hui, en cédant au pouvoir de l’argent les secteurs de la presse écrite et de l’audiovisuel, l’Algérie risque de mettre en péril une profession pour laquelle de nombreux journalistes ont sacrifié leur vie.
L’urgence n’est pas à l’ouverture de l’audiovisuel au privé mais plutôt d’ouvrir la télévision algérienne au public. Pour ce faire, il suffit de réhabiliter le caractère de service public de l’ENTV. Un service longtemps remis en cause par les opportunistes, les arrivistes et les corrompus que seul le gain facile motive. Notre télévision publique doit avoir l’ambition de s’ancrer y compris en dehors des frontières algériennes. Et ce n’est certainement pas avec son rythme actuel et la déliquescence de ses programmes qu’elle réussira cette mission. Il est grand temps que les autorités politiques du pays prennent les choses en main pour rendre aux Algériens leur télévision.

La famille Berrekla demande une enquête sur la mort de Zineddine

Prés de quatre mois après la mort du jeune Zineddine Berrekla, tué par balle dans un point de contrôle militaire au niveau du carrefour de Oued Aïssi dans la wilaya de Tizi-Ouzou, le 29 janvier dernier, la famille de la victime est revenue à la charge pour réclamer toute la vérité sur la mort de son fils.  A cet effet, elle dénoncé la décision du wali qui consiste à accorder la qualité de victime du terrorisme au défunt et sa prise en charge dans le cadre de victime d’accident survenu dans le cadre de la lutte antiterroriste. Pour la famille de la victime« L’Etat doit reconnaître que Zineddine est mort suite à une bavure militaire». Tout en qualifiant l’événement d’« acte ignoble, indigne d’un Etat libre », elle exige une enquête indépendante sur cet «assassinat, ses circonstances et ses commanditaires. Mais aussi le jugement de l’auteur de cet acte». La représentante de la famille Berrekla affirme que son frère avait observé toutes les consignes de précaution qu’un automobiliste doit respecter dans un barrage militaire. Docteur de son état, elle indique que les soldats avaient tiré sur la victime après lui avoir donné l’autorisation de passage. Atteint à la nuque par une balle, celle-ci ne lui laissa aucune chance de s’en sortir vivant. 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER