Archive pour mai, 2008

Création de SOS kidnapping

sanstitre.bmpLa ligue algérienne de défense des droits de l’homme tiendra aujourd’hui à Alger une conférence de presse afin d’annoncer la création d’un collectif pour combattre le rapt d’enfants.  

Dénommé SOS kidnapping, ce collectif entend associer son potentiel à d’autres organisations, institutions ou associations afin de contribuer à la lutte contre le phénomène du kidnapping d’enfants qui a pris depuis quelques années une ampleur alarmante. Qu’il s’agisse de l’œuvre de pervers, de macabres réseaux de trafic d’organes ou de sinistres organisations d’adoption, y compris vers l’étranger, les rubriques des faits divers de la presse charrient de plus en plus des affaires scabreuses sur des atteintes à l’enfance qui ont dépassé le seuil de l’intolérable. Le ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, n’a pas manqué d’ailleurs d’être interpellé ce jeudi au Conseil de la nation pour répondre à une question orale sur le phénomène des kidnappings en général. Pour Me Hocine Zehouane, président de la LAADH, il est question aussi d’élargir la vision des droits de l’homme à des actions qui ne se limitent pas seulement à l’agitation politicienne, mais à un travail au service de la société. Le collectif SOS Kidnapping entend, parmi ses actions premières, faire un état des lieux sur la question, mais aussi proposer un dispositif d’alerte et de vigilance qui empêcherait les criminels d’agir ou de récidiver. Amine B.

Tabbou plaide pour la levée de l’état d’urgence

Le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, a plaidé, jeudi à Bejaia, pour un changement de système politique afin de mettre fin à «la corruption institutionnalisée, au déni des libertés démocratiques et aux injustices sociales». 

C’était sur les hauteurs de l’Akfadou que le FFS a entamé sa série de conférences-débat avec les militants, sympathisants et citoyens. Devant une assistance clairsemée, le n°2 du FFS a brossé un tableau noir sur la situation générale du pays mais non sans faire montre d’un espoir grandissant quant à la possibilité de sortie de crise pour peu que «le régime en place fasse preuve d’un geste de volonté» qui pourrait venir à travers la levée de l’état d’urgence. Intervenant après un an d’une législature à laquelle le FFS n’a pas pris part et un an de la fin du mandat présidentiel, le premier secrétaire du FFS a fustigé le parlement, qualifié de «boîte de résonance du système» qui, dira-t-il, «a voté des lois qui risquent d’hypothéquer l’avenir des Algériens». Dans la foulée, Karim Tabbou estimera qu’»on ne peut pas apporter de solutions à une crise qu’on ne connaît pas», allusion à la volonté qu’ont certains de procéder à la révision de la Constitution. Pour l’heure «il n’y a pas de volonté politique d’aller vers une solution», juge-t-il avant de reconnaître enfin la défection des citoyens qui «ne se reconnaissent ni dans les institutions, ni dans les partis ni dans la société civile».  «La situation est intenable dans un pays qui dispose d’une richesse historique en mesure d’assurer un avenir radieux», assène-t-il, plaidant pour une autre politique que celle en vigueur depuis 1991. Rappelant au passage la sortie médiatique des trois personnalités, dont le président du FFS Hocine Aït Ahmed, Karim Tabbou expliquera que «la tenue de l’élection présidentielle dans les conditions actuelles ne fera que renforcer le régime en place», soulignant la différence entre les élections transparentes et les élections démocratiques. Le pouvoir, ses supplétifs, la presse, les partis politiques, la société civile ont été -à tort ou à raison- la cible du premier secrétaire du FFS venu pourtant plaider le changement, déplacement s’inscrivant dans le cadre d’une série de rencontres-débats avec les militants et amis du FFS pour restructurer le parti. Hier, une commission administrative a été désignée pour redynamiser la section locale. Une commission contestée par le seul intervenant dans les débats qui parlera de «cooptation». Ali Karimou 

Agression d’un étudiant: l’association Nedjma réagit

tud.jpg« Un étudiant de la faculté des sciences humaines et sociales de Bouzaréah a été victime d’une agression physique et verbale de la part des responsables de la sécurité de ladite fac, le mercredi 14/05/2008 à 14h. L’agression s’est produite quand l’étudiant en question s’est rendu dans le bureau du service de sécurité pour s’expliquer sur certains agissements et abus d’autorité exercés sur l’ensemble des étudiants par les agents du même service. 

Alors le dictat de l’administration s’affirme quand les deux responsables de la sécurité et trois de leurs agents procèdent à la fermeture de la porte de leur bureau, faisant à l’étudiant un séquestre et objet de toutes sortes d’insultes et de persécutions. Face à cette situation, l’étudiant n’avait d’autre choix pour fuir que de casser la vitre. 

Juste après, des dizaines d’étudiants se sont rassemblés devant l’administration pour dénoncer son dictat et ses graves dépassements, comme ils ont décidé, sous l’emprise du choc, la fermeture du portail principal du campus comme signe de protestation et de colère. Ils exigent des indemnisations morales et matérielles à l’étudiant victime qui s’est abîmé gravement la main. 

Rappelons que le rôle de ces responsables est d’assurer les conditions de sécurité et non de produire de l’insécurité qui caractérise le campus depuis que ces responsables se désengageant de leurs responsabilités.  En effet, ils deviennent source d’inquiétude puisqu’ils n’hésitent pas à provoquer et intimider les étudiants qui ne cessent de se plaindre. Face à ces doléances des étudiants et ces pratiques dictatoriales de l’administration, l’association Nedjma ne peut rester indifférente et rappelle que cette époque, déjà révolue, de répression a produit tant de désarroi et de révoltes chez les étudiants. En réalité, cela ne vise sans aucun doute que la restriction des libertés démocratiques et individuelles ainsi que le droit à la protestation. 

Il ne s’agit en fait que d’une remise en cause d’une panoplie de droits et de libertés chèrement acquises par les luttes étudiantes progressistes.”

Violents affrontements entre jeunes à Berrian

Des affrontements ont éclaté vendredi matin entre des jeunes de Berriane (w. Ghardaïa) causant plusieurs destructions ainsi que la mort d’un citoyen, a rapporté l’APS.
De « violents affrontements » ont éclaté, vendredi tôt dans la matinée, entre des jeunes de Berriane, « parmi lesquels plusieurs individus cagoulés, causant la destruction de biens privés (habitations, commerces et véhicules) », précise un communiqué du ministère de l’intérieur et des collectivités locales. 
« Des agressions ont été commises par des individus, eux aussi cagoulés, contre les usagers de la route nationale numéro 1″, dont un de ces usagers « a fait l’objet d’agression » à l’arme blanche, ajoute-t-on. 
Par ailleurs, selon la même source, un agent de police, « se sentant en danger, a fait usage de son arme, après des tirs de sommation, blessant un citoyen » qui a succombé à ses blessures à l’hôpital. 
Les autorités de la wilaya de Ghardaïa, à leur tête le wali, indiquent que « le policier auteur du tir a été mis aux arrêts et une enquête diligente est en cours ».

Torture: l’ONU soupçonne l’Algérie de dissimuler des prisons secrètes

cachot.jpgLe Comité des Nations unies contre la torture a demandé vendredi à l’Algérie d’enquêter sur les informations selon lesquelles ses services de renseignement contrôlent des lieux de détention secrets, a rapporté l’AFP. 
Dans ses conclusions remises à la presse au terme de l’examen de l’Algérie, le Comité, qui regroupe des juristes indépendants, s’est dit « préoccupé par des informations reçues faisant état de l’existence de centres secrets de détention ». 
Ces centres seraient régis par le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) dans des casernes militaires à Antar et dans le district d’Hydra, a poursuivi le Comité, regrettant que la justice algérienne n’ait apparemment pas enquêté sur ces informations. 
Le Comité a demandé qu’Alger s’assure que « tous les lieux de détention, y compris ceux régis par le DRS, soient placés sans délai sous le contrôle de l’administration pénitentiaire civile et du parquet ». 
En novembre dernier, le gouvernement algérien avait démenti des accusations similaires émanant du Comité des droits de l’homme de l’ONU. 
Le Comité contre la torture, qui enquête sur le respect de la convention internationale contre la torture par les Etats membres, s’est par ailleurs inquiété de la définition peu spécifique du terrorisme dans le Code pénal  algérien, estimant « qu’aucune circonstance exceptionnelle ne peut être invoquée pour justifier la torture ». 
Il s’est également dit inquiet du maintien depuis 1992 de l’état d’urgence dans le pays. 
Les membres du Comité ont pris acte de la reconnaissance par l’Algérie de la disparition forcée de 4.000 à 7.000 personne depuis les années 1990, mais a regretté l’absence d’enquête sur le sort de ces victimes. 
Le Comité a appelé Alger à respecter dans la pratique la limite de 12 jours de la garde à vue et de garantir la présence d’un avocat dès l’interpellation de suspects.

16 avions Soukhoï pour l’ANP

dan8sy.jpgL’Algérie va acquérir jusqu’à 16 avions de chasse russes Soukhoï SU-30 MKI au lieu des Mig qui ont été rendus à la Russie, a affirmé aujourd’hui, jeudi, le quotidien russe Kommersant. Notre pays a déjà informé de son intention le Service fédéral pour la coopération militaire et technique et la principale entreprise publique russe chargée des exportations d’armements, Rosoboronexport, selon une source du secteur aéronautique russe, citée par le journal et reprise par l’AFP. L’Algérie va notamment acheter «entre 14 et 16 avions de chasse Su-30 fabriqués par l’avionneur russe Irkout», indique une source de l’industrie de la défense russe, citée par Kommersant. Le montant de la commande est le même que celui prévu pour la livraison des Mig, a précisé cette source. Irkout livre déjà des Su-30 à l’Armée nationale populaire (ANP) en vertu d’un contrat signé en 2006. Le contrat, qui s’élève à 2,5 milliards de dollars, prévoit la livraison de 28 avions de chasse Su-30 MKI qui doit être achevée en 2010. Si un contrat supplémentaire sur les Su-30 est conclu, «la livraison pourrait commencer en 2011», a indiqué à Kommersant le président d’Irkout. L’Algérie a annulé sa commande de 34 chasseurs russes Mig-29 d’un montant de 1,3 milliard de dollars et a rendu à la Russie en avril 15 Mig-29 fournis en 2006-2007, rappelle le journal. La qualité des Mig fournis a été jugée inférieure aux attentes par l’ANP, tandis que l’Agence fédérale russe de l’Industrie a invoqué des raisons «politiques» de cette annulation. Des analystes russes avaient alors estimé que le problème des Mig était surtout dû à des pressions de la France, qui tente de vendre à Alger ses chasseurs Rafale.

Grave dérive à l’ADE d’Akbou

algeriennedeseaux3659.jpgLes travailleurs de l’Algérienne des eaux (ADE) de la commune d’Akbou, dans la wilaya de Béjaia, ont été surpris de recevoir un formulaire émanant de leur direction exigeant d’eux de déclarer leur appartenance politique. Une pratique digne d’un régime stalinien.

FFS: PROGRAMME DES RENCONTRES WEEK–END DU 15 ET 16 MAI 2008

Aux animateurs sociaux et associatifs autonomes, aux journalistes, aux militants des droits de l’homme, aux intellectuels et universitaires, aux étudiants, aux femmes, aux commerçants et à l’ensemble des citoyens 

INVITATION AU DEBAT 

Aujourd’hui, dans le monde, aucune démocratie ne se bâtit sans les partis politiques et à plus forte raison contre eux. Dans notre pays, le pouvoir refuse toute forme d’organisation autonome, quelle soit politique, associative ou syndicale. 

Vous connaissez le combat que mène le FFS depuis sa proclamation. Sa raison d’être est le combat pour la dignité, la paix civile et la démocratie.

Vous savez que le FFS est une épopée, un miracle dans l’Algérie d’aujourd’hui. Il incarne la résistance de la population contre l’oppression et porte ses espérances de changement.     

Les amis, les sympathisants, les militants du FFS et ses dirigeants n’ignorent rien de son fonctionnement et de son dysfonctionnement.

Le 4ème congrès du parti tenu le 5,6 et 7 septembre 2007 a évalué sans complaisance aucune, les succès mais aussi les crises et les échecs  du parti. A l’issue de cette évaluation, le congrès a adopté dans sa résolution finale, le choix stratégique d’ouverture du parti sur la société. 

Les congressistes ont précisé que cette ouverture vise à améliorer le fonctionnement du parti pour  réaliser une réelle représentation dans ces instances et pour renforcer ses capacités d’action et son ancrage dans la population.   

C’est dans cette perspective que s’inscrit toute l’action politique et organisationnelle de notre parti. Nous avons l’espoir de partager ce chemin avec les personnalités politiques dont l’engagement en faveur de la paix et de la démocratie ne souffre d’aucun doute ; 

Nous avons besoin de convaincre la population que le changement auquel nous appelons changera réellement leur vie quotidienne ; que le nécessaire changement du système est une condition indispensable pour mettre fin à la corruption institutionnelle, au déni des libertés démocratiques et aux injustices sociales.   

Nous voulons que le peuple algérien casse la gangue des archaïsmes dans laquelle on cherche à l’enfermer, prenne conscience de sa force et devienne un acteur à part entière de ce changement. 

Aujourd’hui, nous travaillons au redéploiement et à la restructuration du parti. Nous espérons  la présence et la contribution de chacun et de tous. 

C’est dans l’espoir de partager nos idées et notre vision de l’avenir que le FFS a décidé d’organiser des rencontres de débat dans chaque commune et au niveau de toutes les wilayas du pays.  

PROGRAMME DES RENCONTRES WEEK–END DU 15 ET 16 MAI 2008 

Nous avons le plaisir de vous informer de notre programme d’activités politiques de cette semaine. Nous saisissons cette occasion pour inviter la presse nationale et les correspondants locaux à assister. 

Les activités animées par le premier secrétaire national du parti 

Conférence-débat à AKFADOU dans la wilaya de BEJAIA le jeudi à 17H00 

Rencontre régionale des élus locaux des wilayas de SETIF, JIJEL, BORDJ BOU ARRAREDJ, MILA et SKIKDA, à la maison de la culture de SETIF le vendredi à 10H00  

Meeting populaire dans la commune d’AGHBALOU, le vendredi à 17H00 

Ce programme de rencontres politiques des militants, sympathisants et amis du parti animées par les cadres et les membres du conseil national sera une occasion pour exposer les résolutions du 4ème congrès portant sur la stratégie politique et organisationnelle du parti.   

Rencontres des militants des sections de la fédération de BOUIRA: 

Jeudi 15 mai 2008 : MECHEDELLAH et HAIZER 

Vendredi 16 mai 2008: KADIRIA 

Rencontres des militants des sections de la fédération de TIZI OUZOU : 

Jeudi 15 mai 2008: TIZI NTLETA, 

Vendredi 16 mai 2008: AGHRIBS, TIZI GHENNIF, AIT OUMALOU, SOUK EL TENINE, MAKOUDA 

Rencontres des militants des sections de la fédération de BEJAIA : 

Jeudi 15 mai 2008 : IGHREM, TASKRIOUT, BENI KSILA, SOUK EL TENINE, TIMEZRIT 

Vendredi 16 mai 2008:  BENI DJELIL, SIDI AYAD, BOUHAMZA, AOKAS 

Rencontres des militants des sections de la fédération de BOUMERDES: 

Jeudi 15 mai 2008: BOUDOUAOU,

Vendredi 16 mai 2008: TIMEZRIT 

Salutations militantes les meilleures 

Le secrétariat national

Le chiffre du jour

3.500 nouveaux insuffisants rénaux sont annuellement recensés en Algérie qui compte actuellement 10.000 personnes atteintes de cette maladie, a affirmé le président de l’association nationale des insuffisants rénaux.

يمتلك فيلا تساوي 15 مليار بتيبازة و 5 سياراتعناصر: الأمن تفتح تحقيقا حول ممتلكات مدير ديوان الحبوب

ثل أول أمس، مدير الديوان المهني للحبوب محمد قاسم أمام وكيل جمهورية محكمة العفرون بالبليدة، لثالث قضية على التوالي في أقل من شهر

بتهمة تبديد أموال عمومية قدرت بملايير الدينارات، كما أفادت مصادر مقربة من مدير الديوان أن عناصر الأمن باشرت تحقيقات حول الممتلكات الخاصة بالمتهم.
و يمثل مدير عام الديوان المهني للحبوب أمام ممثل الحق العام لدى محكمة العفرون، في ثالث قضية له، متابع فيها بتهمة تسريب صكوك لفائدة متعاملين خواص تحمل ملايير الدينارات، ذهبت في مهب الريح،و هي قضية تعود وقائعها لعام 2004، و يذكر أن محمد قاسم قد مثل بداية الشهر الجاري في أول قضية له بتهمة إبرام صفقات مشبوهة مع مدير عام مجمع « سيم »، تم على إثرها وضعه تحت الرقابة القضائية و تجريده من جواز سفره، تليها قضية أخرى تخص استيراد كميات معتبرة من القمح الرديء من أوكرانيا.
و على صعيد آخر، كشفت مصادر مقربة من مدير ديوان الحبوب، أن مصالح الأمن باشرت مؤخرا سلسة من التحقيقات حول ممتلكات المتهم، تخص فيلا محمد قاسم المتواجدة بمدينة بوهارون بولاية تيبازة، تم تشييدها بمواد بناء مستوردة من اسبانيا، بقيمة فاقت الـ 15 مليار سنتيم أنجزت في ظرف سنتين، أي من 2004 إلى غاية  2006 ، إلى جانب تحقيق خاص بالسيارات الخمس التي هي بحوزة المتهم من نوع « شفرولي » التي سخرت لخدمة زوجته، و سيارة من نوع  » رونوكونغو » لخدمة أبنائه، بينما سيارة من طراز « بيجو 406 فهو من يشرف على سياقتها، إلى جانب قيادته لسيارتين من نوع « رونو ميغان » تابعتين لتعاونيات الحبوب و البقول الجافة لولايتي تلمسان و تبسة ، حيث قام عناصر بتجريد مدير الديوان من هاتين السيارتين من نوع « رونو ميغان » حتى تسهل عليهم مهمة مراقبته، كون محمد قاسم لايزال تحت الرقابة القضائية، على أن يستمر التحقيق حول الثراء الذي أصبح عليه المتهم منذ إشرافه على إدارة الديوان

123456...10

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER