Archive pour mai, 2008

«…Le projet de l’UPM ne tient pas la route» , selon le FFS

aitahmed150.jpgLe secrétaire national aux relations et à la solidarité internationales du FFS, Karim Baloul, considère que «le projet de l’Union pour la méditerranée ne tient pas la route, d’autant qu’il est inscrit dans le sillage du processus de Barcelone qui a connu un échec net». Car, selon lui, «il s’agit d’un projet qui n’a d’objectifs que de protéger les frontières Sud de cet ensemble d’Etats du Nord qui nous regardent comme des supplétifs». La voix autorisée au FFS se demande «comment un tel projet se construit sur un espace miné avec un Maghreb instable, le Liban est ce qu’il est avec la Syrie, la Palestine sous occupation, le problème de Chypre coincé entre la Grèce et la Turquie, pour ne citer que ceux-là». Le chargé des relations internationales au FFS déplore le fait que l’élément fondamental dans le pays, la société civile en l’occurrence, est absent de la prise de décision et considère que «nous ne sommes pas concernés par ce débat.» In Le Jour d’Algérie   

Kadour Leblandi contre les partis politiques

hmida.bmpLe nouveau quotidien, Algérie News, que dirige H’mida Layachi, a consacré, dans son édition d’aujourd’hui, un dossier à la classe politique algérienne. « Renouvellement du paysage politique: les jeunes devront attendre », est le titre de ce dossier bidon. C’est le mercenaire Arezki Louni qui s’est distingué par un article truffé de mensonges et de contrevérités. Dans son « papier » intitulé « Le chef a toujours raison: qu’est-ce que l’alternance au pouvoir », Arezki Louni s’est attaqué d’une manière indécente aux partis politiques, notamment le FFS et le RCD. « Au Front des Forces Socialistes par exemple, on reste perché aux lèvres de M. Hocine Aït Ahmed, avant de prendre une décision politique», a écrit le mercenaire Louni. Pourtant, la réalité est tout autre. Arezki Louni doit plutôt voir du côté de son journal qui exploite les journalistes. De nombreux journalistes ont déjà quitté Algérie News. La raison : Hmida Layachi leur a promis des salaires intéressants, mais n’a pas tenu ses promesses. A-t-il un problème financier ? Je ne crois pas, puisque Hmida Layachi a organisé, au cours de la semaine, une fête à l’hôtel Hilton* qui a coûté plusieurs millions. Lors de la soirée, H’mida a présenté un monologue intitulé « Kadour Leblandi ». Mais, il a oublié qu’il est devenu Kadour Taïwan.

NB/* Le colonel du DRS chargé de la presse a été l’hôte de Hmida Layachi à la réception de Hilton 

Un comité de soutien pour Baba Nadjar

Je viens de prendre connaissance du cas de ce compatriote qui croupit dans une geôle de Ghardaïa et qui crie son innocence pour un crime horrible dont il se dit étranger. Son affaire a été décortiquée par notre compatriote El Hadi Chalabi (http://elhadichalabi.free.fr/elements/pdf/JUSTICE%20POUR%20MOHAMED%20BABA.pdf).
Il est de notre DEVOIR de lui apporter notre aide et de réclamer un procès juste et équitable.
Je propose à mes compatriotes en Algérie et exil de créer un comité de soutien à Mohamed Baba Nadjar et à oeuvrer en vue d’un procès équitable après cassation de la Cour suprême.
Je lance aussi un appel à mes ami(e)s avocat(e)s dignes (et ils sont très nombreux) afin de constituer un puissant collectif de défense pour notre compatriote.
Je reste disposé à apporter ma modeste contribution à cette action de défense de la dignité et de l’honneur de notre frère Mohamed.
Salah-Eddine Sidhoum
Militant des Droits Humains.
Alger.

Privatisation de l’ENMTP de Béjaïa: « une transaction douteuse »

grue.jpg«Les travailleurs de l’Entreprise nationale des matériels de travaux publics sont scandalisés et consternés par la décision prise quant à la privatisation de l’Unité grues de Béjaïa dans un  délai très restreint  au seul profit d’un prétendant connu pour être l’actuel et unique partenaire sous-traitant avec cette unité depuis 2004, toujours contesté par les élus syndicaux et les travailleurs pour sa réticence au respect des clauses et engagements contractuels et retards des règlements des services fournis (frais de location et main d’œuvre) » écrit le syndicat de l’entreprise ENMTP (…) La Sarl AGCM ne présente pas et ne dispose pas d’atouts et moyens financiers assez conséquents pour s’adjuger une unité de l’envergure de  l’UGB.  La Sarl AGCM a montré son incapacité à faire face aux paiements à temps des créances détenues envers elle par l’unité.  D’ailleurs, pour le seul exercice de 2007, l’UGB détient sur la Sarl AGCM une créance impayée de l’ordre de 4 120 787,84 DA. En mars 2008, 7 341 574,50DA, soit des factures dont le montant s’élèverait à plus de 14 369 634 54 DA. AGCM  veut seulement profiter de l’aubaine. 

Pire encore, la SGP Equipag a agi sans consultation du partenaire social en application de la résolution n°06 du 4 juillet 2004  portant sur l’ouverture du capital,  au profit d’une Sarl gérée par Djakrif en conflit avec les actionnaires de cette Sarl. Face à cette situation de gabegie, les travailleurs de l’ENMTP de Béjaïa ont observé une grève de trois jours la semaine écoulée pour dénoncer une formule de déstabilisation et rejeter fermement toute décision allant à l’encontre de la stabilité de l’entreprise.

Les travailleurs de l’ENAPAT tirent la sonette d’alarme

Entreprise Nationale d’Approvisionnement en Equipements Professionnels et Collectifs      et d’Applications Techniques. 

A Monsieur le Président de la Sgp Indelec 

Objet : Limogeage de Mesbah et nomination d’un nouvel organe de gestion. 

            Corruption et magouilles. 

Monsieur, 

1) Limogeage de Mesbah 

Le licenciement de Mesbah en tant que  PDG de l’Enapat nous a réjouit profondément, ayant passé quatre années en tant que premier responsable, homme inculte, incompétent, il a désossé complètement l’Enapat et cela a été porté souvent à votre attention mais vous avez  adopté une autre démarche contraire aux intérêts de l’Enapat. 

Il a amassé le gros paquet et d’après des informations indiscrètes, le fruit de cette corruption avoisine les 10 milliards de centimes. 

Voleur et mercenaire, son seul souci quotidien consistait à amasser le fric et comment toucher les ristournes sur chaque affaire commerciale. 

Nous souhaiterions que l’enquête menée actuellement puisse prouver ce que tout le monde sait, attention il est malin, il faut que les enquêteurs soient de véritables experts et de fins limiers pour trouver le magot et le restituer. 

Après avoir bénéficié d’un assainissement financier complet et le traitement du découvert   qui lui permettra de relancer l’activité  de l’Enapat, on est revenu à la case départ : le retour à la déstructuration financière par la faute d’un médiocre, d’un vaurien; toute la clientèle fidèle à l’Enapat a disparu et le carnet de commande habituel s’est volatilisé. 

Mais Fettouhi, pour remplacer Mesbah, vous avez choisi deux autres incompétents entre la peste et le choléra, le cœur de l’Enapat balance et ceci constitue une faute grave. 

2) Nomination du PDG  de  l’Edimel et de son Directeur Commercial a l’Enapat. 

Pourquoi avoir choisi ces deux cadres l’un PCA et l’autre DG/intérim à l’Enapat sachant pertinemment qu’ils étaient tous deux les acteurs principaux de la liquidation de l’Edimel. 

Franchement, on ne comprend pas votre choix, ce couple maudit et que tout le personnel de l’Edimel vomit et soutient même que les deux puent la corruption, sont coupables de passation de marchés contraires à la réglementation et sont protégés par FETTOUHI. 

Personne à l’Edimel n’oublie le bradage de leur unité du Gué de Constantine, ni celle du Khroubs à l’est du pays. 

Dans un souci de clarté, de transparence et de responsabilité, nous vous livrons l’opinion des travailleurs de l’Edimel qui sont consternés par cette nomination qui au lieu de les sanctionner, ils ont bénéficié d’une promotion:  » Mr Bourai et son directeur commercial vont couler l’Enapat comme ils ont coulé la notre, ils vont faire pire que Mesbah, d’ailleurs Bourai va être nommé PDG de votre entreprise après la liquidation de notre société d’ici quelque temps ». Ce qui est surprenant c’est que FETTOUHI est au courant de tout ceci, d’ailleurs le personnel de l’Edimel sait que les deux mangent dans la main du Président de la Sgp Indelec. 

La question que l’on se pose : pourquoi chercher  » midi à quatorze heures « , alors que votre entreprise dispose de cadres de valeur, c’est étrange ? 

Aussi certaines personnes de l’Edimel affirment qu’ils détiennent un dossier complet sur la gestion catastrophique de ces deux responsables et qu’ils doivent le remettre a qui de droit pour que ce crime commis par eux ne demeure pas impuni. 

Notre entreprise présente un équilibre très fragile et vous le savez Mr. Fettouhi, ce qui nécessite une action managériale dynamique à très court terme sinon, elle va rejoindre le peloton des EPE liquidées du portefeuille sous votre règne: ENAPEM- ENAOQ- EDIMEL ENAED- ESTEP – DOMELEC. 

Et ce ne  sont  pas ces deux personnes Mr. Bourai Achour et son commercial qui vont redresser la situation, de piètres gestionnaires, ils auraient dû sauver à la rigueur leur entreprise l’Edimel. 

Alors que l’Enapat recèle en son sein des cadres compétents, honnêtes, expérimentés qui  sont  en mesure de relever le défi afin de retrouver ses performances d’antan. (Tels MM CHAFFA ou YEDDOU). 

Mr le Président de la Sgp Indelec, vous assumez seul la responsabilité de ce choix, on en parlera. 

Veuillez  accepter l’expression de nos salutations distinguées 

Le syndicat et le Comité de participation de l’ENAPAT 

Monsieur  le Ministre du Commerce 

Objet : Déstructuration et sabotage volontaire de l’ENAPAT 

Monsieur le Ministre, Excellence 

Nous travailleurs de l’ENAPAT en détresse venons par la présente attirer votre attention sur les agissements néfastes et nuisibles du président de la Sgp Indelec Mr FETTOUHI. 

Les toutes  récentes décisions prises concernant l’entreprise ENAPAT sont a contre courant  de la gestion saine d’une entreprise publique. 

Les dernières (2007) dissolutions de cinq (5) entreprises publiques EDIMEL- ENAOQ- ENAED- ENAPEM- ESTEP toutes à vocation commerciale prouvent la volonté farouche et ferme  de n’épargner aucune entreprise du portefeuille dans  sa dislocation. 

Et pourtant les solutions existaient pour restructurer ces EPE et la mission primordiale du responsable de la SGP est de tenter de mettre en œuvre tous les moyens pour sauver ces entreprises. 

Appliquer mathématiquement la règle de «   l’actif net négatif « , justifier le ralentissement de l’activité tout en maintenant par ailleurs un organe de gestion incompétent et en panne d’imagination (PDG+Conseil d’Administration)   pour se débarrasser de cette  » quincaillerie  » est a la portée de n’importe quel fonctionnaire, mais préconiser des voies pour redresser  les sociétés en difficulté pour pouvoir les sauvegarder  c’est l’objectif suprême d’un véritable manager. 

 » Traduire et mettre en œuvre en les formes commerciales qui conviennent, les plans de redressement, de réhabilitation et de développement des EPE  » c’est la mission définie avec clarté  aux SGP par la loi. 

Notre inquiétude est légitime car notre entreprise ENAPAT a vocation commerciale  appartenait au groupe dissous cite plus haut et présente actuellement un fragile équilibre pouvant être rompu a tout instant. 

Mr le Ministre, 

L’Enapat a échappé miraculeusement a titre temporaire au  » lynchage  » de Mr Fettouhi et de son prédécesseur Mr BOUCHOUAREB  grâce a la cession de ses actifs que l’ex Pdg  MESBAH a brade , ce qui a permis a la banque  conformément aux directives gouvernementales d’éponger partiellement le découvert,  alors que les solutions préconisées   en 2003 si elles avaient été mis en œuvre, mettraient non seulement  a l’abri notre société pour une décennie mais la rendait bancable sans que le Trésor Algérien ne puisse débourser un dinar. 

La destitution récente de l’ex PDG Mesbah a juste titre, et la nomination d’un organe de gestion bicéphale provisoire  compose d’un PCA et d’un DG par intérim  n’a rien réglé, au contraire il va précipiter la société dans un dysfonctionnement et une déliquescence totales. 

D’autant plus que les deux responsables  nommes a l’Enapat  étaient l’un PDG et l’autre directeur commercial ont contribue a la déstructuration de leur entreprise EDI MEL en la poussant a la liquidation. 

Comment peut-on être à la fois liquidateur d’une EPE et PCA d’une autre, c’est insensé. 

Promouvoir des personnes tout en en sachant pertinemment qu’ils sont coupables de la   » déconfiture « leur entreprise constitue un précédent très grave, un acte irresponsable  répréhensible légalement. 

 La gestion d’une entreprise d’une façon générale et particulièrement  l’Enapat étant donne ses spécificités car située a mi-chemin entre la production et la commercialisation,  nécessite une expérience managériale et entrepreneuriale  avérées  que les deux personnes sont loin de réunir. 

Si des mesures adéquates et urgentes ne sont pas mise en œuvre, l’ENAPAT subira  à très court terme le même sort que les EPE citées plus haut, en clair  » la clé sous le paillasson «  

Mr le Ministre, 

Avant  » l’autonomie des entreprises « , toutes ces sociétés  dissoutes étaient sous la tutelle de votre département ministériel mais les différents organes qui se sont succède (Holding-Sgp…) ont contribué à aggraver le fonctionnement de ces EPE en imposant une démarche contraire au dispositif législatif édictée en la matière. 

A cet effet, nous vous serons gré d’envisager une solution qui puisse sauver notre ENAPAT. 

Nous vous Prions d d’Agréer  Mr le Ministre l’Expression de nos Salutations Distinguées. 

P/  Le collectif des travailleurs de l’ENAPAT 

A Monsieur le Ministre du COMMERCE                                 

Objet : Président de SGP ou Pyromane ? 

Nous cadres dirigeants, cadres, travailleurs, membres du syndicat et comite de participation (siège et unités) de l’entreprise publique ENAPAT du portefeuille SGP INDELEC, dénonçons avec force et  vigueur les récentes décisions prises par le président du directoire Mr  FETTOUHI. 

A la suite d’une assemblée générale extraordinaire, une reconfiguration totale  du conseil d’administration de l’Enapat a permis de doter l’entreprise d’un nouveau conseil d’administration, d’un nouveau président et d’un directeur général par intérim. 

Si la mesure de destitution de l’ex PDG Mesbah Rachid ainsi que de l’ensemble de l’ex-conseil a été salutaire à plus d’un titre par les travailleurs suite aux incessants courriers adressés au directoire INDELEC dénonçant  ses agissements néfastes, son incompétence notoire, le bradage des actifs de l’entreprise et sa gestion chaotique. 

Par contre, et ce qui incompréhensible, navrant et déroutant c’est la nomination du PDG de l’Edimel Mr Bourai Achour en tant  que PCA et  de son directeur commercial Mr Saidj en tant que D.G/ intérim pour diriger l’Enapat. 

Ces deux personnes après avoir passé plusieurs années au sein de l’Edimel  viennent de se distinguer tout récemment par la liquidation de leur entreprise, et se voient ainsi récompensés par Mr Fettouhi en les nommant à l’Enapat tout en maintenant Mr Bourrai liquidateur de l’Edimel. 

Tout ce qu’on peut dire: c’est cauchemardesque. 

Que cherche Mr Fettouhi ? Pourquoi  tourne-t-il le dos à la compétence ? Et ramener un véritable manager ? La mission de la SGP consiste à sauver les entreprises publiques, non à les déstructurer voire les dissoudre dans la clandestinité comme il l’a parfaitement réalisé pour les autres EPE : ENAPAEM- ENAOQ- ENAED- ESTEP-EDIMEL. 

L’unique entreprise à vocation commerciale qui a échappé au  » rouleau compresseur  » du président de la SGP INDELEC est bien l’Enapat mais son équilibre financier est précaire et pourrait être rompu à tout instant si des actions managériales et commerciales ne sont pas entreprises sans attendre. 

Il a été constaté, par tout un chacun au niveau de l’Enapat, que cet organe bicéphale et cogérant (unique dans les annales) au contact de la réalité de gestion est très loin des préoccupations de l’entreprise dans sa stratégie, ses objectifs et ses résultats et ne connaissant guère ses créneaux spécifiques ni ses rouages pourrait engendrer   inéluctablement sa banqueroute. 

Mr le Ministre, 

Maintenir ce couple diabolique a la tête de l’Enapat soutenu par FETTOUHI, c’est la mort inexorable de notre entreprise et le chômage de plus 500 travailleurs. 

C’est un  véritable CRIME  aux conséquences fâcheuses  et dramatiques susceptible d’entraîner la fermeture définitive  de l’Enapat à l’instar des EPE dissoutes citées plus haut. 

Dans l’espoir de voir nos légitimes doléances exhaussés et SAUVER l’Enapat des griffes  de certains responsables sans scrupules, 

Nous vous prions Mr le Ministre d’agréer l’expression de notre profond respect. 

P/ Le collectif des travailleurs de l’ENAPAT                  

Justice pour Mohamed Baba Nedjar

babanedjar21.jpg

Larbaâ Nath Irathen: le FFS se restructure

lar1.jpgLes dirigeants fédéraux du FFS ont procédé à l’installation de la commission administrative de la section de Larbaâ nath Irathen, à l’issue d’une réunion-débat au Centre culturel. Cette démarche s’inscrit dans une large opération de rénovation interne devant concerner, dans un délai assez proche, toutes les communes. Quinze commissions sont déjà installées dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le rôle de ces commissions, selon les organisateurs, est de préparer au niveau local les conditions organiques pour l’élection du premier secrétaire de section, en favorisant un large débat contradictoire au sein de la base militante. M. Mohammedi précisera que pour ce faire, le dialogue est ouvert à tous, y compris et surtout aux frondeurs : “La maison FFS est ouverte à tous ses enfants et le dialogue est encouragé”. La désignation des membres de la commission a soulevé des réserves, notamment de la part de M. Daoudi : “Si je me réjouis d’avoir été désigné sans avoir été informé au préalable, je trouve qu’un autre mode plus démocratique aurait été le bienvenu. Je suis allergique au mot désignation!” Les membres fédéraux  préciceront que la désignation des membres de cette structure transitoire, imposée par la conjoncture interne, n’a pour finalité que la préparation de l’élection du premier secrétaire de section, avec plusieurs candidats qui s’affronteront sur la base de programmes exposés aux militants lesquels, seuls, auront le dernier mot. M. Rebouh, est un des militants radiés suite au mouvement de fronde et serait coupable de graves écarts disciplinaires. Il s’estime, lui,  victime d’un abus d’autorité par les instances nationales auxquelles les responsables fédéraux n’ont pu ou voulu s’opposer. Néanmoins, son invitation à cette réunion démontre la volonté des dirigeants locaux du FFS de rallier tout le monde dans des retrouvailles politiques en vue de perspectives unitaires. M. Mohammedi, avec un calme olympien, se fera fort de persuader l’intéressé que des voies de recours existent et que même un militant radié peut remettre le pied à l’étrier, pour peu que les lignes directrices qui fondent l’action politique du parti restent le dénominateur commun. L’heure est donc à la mobilisation dans la sérénité. Les dirigeants locaux de ce parti ont tout de même relevé le défi périlleux d’organiser en public une séance de réconciliation interne, pour dépasser le lourd passif conflictuel. Si l’abcès plein des rancœurs politiques, et surtout personnels, a effectivement été crevé, il reste que beaucoup de travail reste à faire pour reconquérir le terrain perdu lors des dernières échéances électorales. Et sur ce point, le diagnostic est partagé par tous les présents. La DDK

Comment les entreprises chinoises exploitent des ouvriers algériens

chinois.gifDes chauffeurs de porte chars travaillant pour le compte de l’entreprise chinoise Sinopec International Petroleum Service Corporation (SIPSC), qui assure le transport de pipes vers le projet d’alimentation en eau potable de Tamanrasset à partir de In Salah, ont entamé un mouvement de grève. Les grévistes ont dénoncé les conditions de travail déplorables, voire inhumaines qu’ils endurent puisque, ont-ils confié au quotidien El Watan, « on n’est même pas déclaré à la sécurité sociale et on ne bénéficie ni de fiche de paie, ni de primes liées au poste, et encore moins de l’indemnité de zone géographique ». « L’on nous exploite sans relâche les vendredis et les jours fériés sur la base de contrats de travail douteux et prêtant à équivoque », ont martelé les contestataires. Selon leurs dires, ils n’auraient pas perçu leur paie depuis près de trois mois, si ce n’est des avances sur frais de mission. D’après leurs explications, l’employeur leur exige quatre rotations par mois, soit 1600 km pour rallier In Salah et 2100 km Tamanrasset, à raison de 6000 DA la première rotation et 7000 DA à partir de la deuxième. Cela en dépit du fait que sur les contrats de travail exhibés, il est spécifié à l’article 2 que le travailleur percevra un salaire de base (SB) de 14 000 DA.

L’ex-PDG d’Algérie Télécom parle de son limogeage:« J’ai refusé d’honorer des factures douteuses »

Le limogeage de l’ex-PDG d’Algérie Télécom, Mouloud Djaziri, serait intervenu suite à une injonction du secrétariat général de la présidence de la République. 

C’est, du moins, ce qu’a révélé hier le concerné qui avoue qu’après avoir été convoqué jeudi dernier au siège du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Boudjemâa Haïchour, qui était en compagnie de son secrétaire général, lui a signifié qu’il avait été mis fin à ses fonctions « suite à un appel téléphonique de la présidence de la République ». La veille, mercredi, le PDG d’Algérie Télécom, accompagné du DFC et du DAG de la compagnie ont été convoqués par le ministre à un conseil d’administration pour avaliser le payement de « certaines factures d’un montant de 6 millions de dinars se rapportant à des travaux faits » qu’il a refusées de signer, car, explique-t-il, « elles sont entachées d’irrégularités ». M. Djaziri qui a rendu visite, hier, à la rédaction d’El Watan, précise, en ce sens, qu’il s’agit d’un passif qui remonte à 2005. M. Djaziri se défend contre les accusations de mauvaise gestion de l’entreprise et des ressources humaines formulées à son encontre par ses détracteurs : « Sachez que j’ai été limogé en laissant derrière moi une entreprise qui affiche un bilan positif. Comprenez que mon seul tort était d’avoir refusé certaines injonctions et pressions du ministère de tutelle. Lorsque j’étais en fonction, mon seul objectif était la défense des intérêts de l’entreprise. » Interrogé sur la nature de ces injonctions, notre interlocuteur s’est contenté de dire : « J’ai constaté plusieurs cas d’injonction » et que par conséquent, a-t-il soutenu, son limogeage était bel et bien « prémédité ». « On m’a poussé vers la porte de sortie malgré le fait que j’ai obtenu de bons résultats au cours du premier trimestre à la tête du groupe », a insisté M. Djaziri.  

Algérie : brèves économiques

Entre 2003 et 2007, 417 entreprises publiques ont été privatisées dont 192 ont été totalement privatisées (100 %), 33 à plus de 50 % et 11 à moins de 50 %.

Les employés de 69 entreprises à travers tout le territoire national ont bénéficié de l’acquisition de leurs entreprises qui ont été proposées à la privatisation.

En 2007, le Conseil des participations de l’état (CPE) a approuvé la dissolution de 4 entreprises publiques et le transfert de leurs actifs aux Sociétés de gestion des participations (SGP) concernées.

Le groupe pharmaceutique Saidal a tenu une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle M. Fayçal Ababsa a été désigné président du conseil d’administration du groupe.

M. Mohamed Larbi Yahiouche a été élu président de la Chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture (CAPA) lors d’une assemblée générale tenue lundi dernier à Alger.

Les cinq dernières entreprises publiques constituant actuellement le portefeuille de la Société de gestion des participations de conserveries, jus et boissons (SGP/COJUB) devraient être privatisées d’ici fin 2008.

L’Egypte vient en tête des pays arabes investissant en Algérie, avec 136 milliards de DA réalisés durant la période (2001-2007) dans 27 projets, suivie par les Emirats arabes unis, avec 76 milliards de DA (5 projets) et le Koweït avec 38 milliards de DA (2 projets).

1...34567...10

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER