Hocine Ait Ahmed : Portrait d’un maghrébin de toujours

haa1.jpgM. Hocine Aït Ahmed est passé ce matin sur la chaîne Medi 1 Sat. El Mouhtarem a transcrit l’intégralité de l’émission.

50 ans après la Conférence de Tanger qui avait réuni en 1958 des représentants du Maroc d’Algérie et de Tunisie, le processus d’unification de la région est en panne. Quez vous inspire cette situation ?

Hocine Aït Ahmed :
Grande colère, frustration énorme ! Les peuples du Maghreb étaient intimement liés sous l’oppression coloniale non seulement dans la résistance armée mais aussi dans les combats syndicalistes. On n’avait pas à être rapproché. Nous étions un seul et même peuple. Des décennies sont passées, les rêves d’unification démocratique du Maghreb ne sont pas encore réalisés. Nous sommes pratiquement, aujourd’hui, les seuls à ne pas voir construit un ensemble régional ou continental comme en Europe, en Asie ou Amérique latine.

Nos positions sont connues depuis très longtemps ; je dirais que depuis que j’étais à la tête de l’Organisation paramilitaire.

En décembre 1948, le rapport que j’avais fait au Comité central élargi du parti indépendantiste algérien, avait fait de l’action libératrice une condition sine qua non de ce que le Maghreb s’unisse, qu’il y ait une lutte à l’échelle du Maghreb, parce que le rapport des forces entre l’Algérie et une puissance industrielle, une impuissance militaire… Déjà à l’époque tout de suite après l’adoption de ce rapport, nous avions envoyé deux délégations : une au Maroc et une autre en Tunisie. Mais par ailleurs, mes positions sont connues depuis 1963, parce que après l’indépendance, lors d’un des débats de politique étrangère à l’Assemblée nationale constituante, j’appelais déjà à des projets communs de développement.

Pardonnez-moi de lire un court instant de ce que je disais à l’époque. « Soyons réalistes ! Si les facteurs affectifs et culturels peuvent aider à instaurer un climat, l’unité ne peut se concrétiser qu’a la faveur des réalisations économiques communes. Si nous parvenions à cela, la question des frontières avec le Maroc comme avec la Tunisie, deviendrait futile. Et nous donnerions à nos peuples des objectifs de construction et de lutte communes».

Donc, je n’ai pas changé. Et puis je vais vous dire: je suis marqué par la façon dont j’étais reçu au stade de Casablanca lors du 40ème jour de la mort de Bouabid (*1). Toute la population s’est levée parce que je venais d’Alger. Ce jour-là, je proposais la création d’instances maghrébines.

Qu’il y ait d’abord un Parlement maghrébin élu au suffrage universel. Qu’il y ait un Conseil économique, social, et culturel dans lequel seront représentées différentes régions des pays du Maghreb et puis une Cour maghrébine des droits de l’Homme. C’est vous dire à quel point je m’intéressais à ça.

Le conflit entre le Maroc et l’Algérie qui se cristallise sur le conflit du Sahara occidental

Hocine Ait Ahmed :
Moi je ne m’y résoudrai jamais, jamais, jamais ! Nos pays ne sont pas condamnés à se regarder comme des chiens de faïence. C’est vraiment, je dirais, une trahison de notre histoire et de nos valeurs.

Nos peuples ne sont pas voués à être nourris de discours agressifs et d’accusations où le nationalisme étriqué fait office de vérité historique. Soyons clairs: on ne sortira jamais de l’impasse sans bonne gouvernance, sans Etat de droit, sans transparence et obligation de rendre des comptes aux institutions légitimes. On est loin, notamment dans mon pays où une grande majorité de la société se disloque, exclue de toutes retombées de la manne pétrolière ou gazière. Je crois qu’un régime qui repose sur la violence et la prédation à peu de chances de créer avec ses voisins les liens qui n’a pas su ou voulu établir avec sa propre population.

L’heure est à choisir les problèmes les plus fondamentaux. L’heure est à la construction de l’avenir de nos enfants. Il n’est pas à la course aux armements.

Réaction du FFS à la demande marocaine d’ouvrir les frontières

Hocine Aït Ahmed :
Nous avons une vraie cohérence dans notre programme. C’est pour cela que lors du congrès que nous avons tenu en septembre dernier, il y avait trois thèmes, le deuxième thème c’est l’unification du Maghreb. C’est vous dire l’intérêt fondamental que nous portons à cette donnée.

Qu’est-ce qu’il faut faire pour la construction du Maghreb ?

Hocine Aït Ahmed :
Je crois qu’il y a des exemples en Amérique latine du fait qu’ils ont fait l’accent, dans leurs luttes démocratiques, sur la nécessité de créer des sociétés civiles. Je crois qu’il faut multiplier les initiatives politiques, culturelles, sociales entre les trois peuples aussi des sociétés civiles. L’urgence pour les Algériens, les Marocains et les Tunisiens c’est qu’ils doivent pouvoir circuler librement dans leur région en même titre que les Mauritaniens et les Libyens. L’urgence pour le développement économique de toute la zone. On le sait: nos pays n’ont aucun chance de se développer séparément.

Nous avons perdu un demi siècle. Je crois que la meilleure manière de dépasser c’est effectivement de créer un dynamique dans la société civile et de faire en sorte que celle-ci devienne le garant d’une alternative démocratique, la garantie aussi, une fois concrétisée la démocrate, puisse tenir la route.

L’Union pour la méditerranée peut-elle favoriser un rapprochement au Maghreb ?

Hocine Ait Ahmed :
Nous n’avons pas besoin de rapprochement. On n’est les uns les autres. C’est vraiment le même peuple. L’UMP ? Tout dépend si elle tient compte des peuples, des sociétés. Je n’ai jamais entendu une déclaration par exemple sur les droits de l’Homme comme pouvant être à la base de création…. Déjà il y a quand même un précèdent significatif et instructif : l’échec du processus de Barcelone. Cet échec est dû à l’exclusion des peuples et des sociétés. Il faut que l’on puisse dire après : au lieu de l’union de la méditerranée on veut faire l’union pour la méditerranée. J’ai une appréhension, il ne faut pas que ça soit une union pour les requins de la méditerranée.

N.B : Transcription par El Mouhtarem www.ffs1963.unblog.fr. Je n’ai pas transcris les questions dans leur intégralité. J’attends des commentaires sur la construction du Maghreb. Tout commentaire qui sortira de ce cadre sera supprimé.

La vidéo : http://www.medi1sat.ma/fr/emission2.aspx?t=1&e=482&inv=120

Notes : (*1) Abderrahim Bouabid a été un résistant de la première heure, chef de file de la gauche progressiste et social-démocrate, leader de l’Istiqlal, puis de l’UNFP et de l’USFP, ministre dans les premiers gouvernements de l’Indépendance en charge de l’Economie et des Finances. Il est décédé en 1992.

Commentaires

  1. OUAHID dit :

    MONSIEUR
    Dommage que l’intégralité de l’entretien n’ai pas été retranscrit. Une grande lucidité comme d’habitude chez ce grand intellectuel. Tout est dit sans langue de bois. A quand alors le concret ? Ou alors, attendre que ceux qui ne répondent pas « présent » à l’union Méditérranéenne se fassent « descendre » comme on le pressent. Décidément, entre le chaos qui nous attend et le feu qui est d’ores et déjà allumé quoi espérer de mieux qu’une prise de conscience des sociétés civiles ?

  2. El mouhaterm dit :

    J’ai transcris l’intégralité des propos de M. Ait AHmed

  3. biban dit :

    juste pour ce dernier commentaire !
    vraiment tu porte bien ton nom monsieur léguia .

  4. Mourad dit :

    Je pense que Leguia n’est autre qu’un ancien élu à l’apw d’alger. Sans commentaire

  5. Omar dit :

    Mourad

    Quelle importance de débusquer qui se cache derrière le pseudo Léguia. Restons sur les arguments avancés. Un peu de tenue. A chaque article parlant du président du FFS, ce même scénario se produit. Dès que des idées, pouvant être considérées comme critiques,sont avancées, Des commentaires au ton inquisitoires se font jour.On en a même vu se transformer en accusations débridées. Autant désactiver les commentaires y a si el mouhtarem. Tu l’as fait de multiples fois. Notamment à cet article faisant état d’une intervention de Karim Baloul reprise par le quotidien, le Jour d’Algérie. Je trouve quant à moi la coincidence relevée par Léguia est interressante et mérite d’être creusée. Omar

  6. mounir dit :

    Je me demande où sont les militants du FFS? Existent-ils dans la société? Je ne le pense pas.

  7. fugitif dit :

    à monir
    dans un débat serieux et construit avec des arguement, tu ne trouvera ni mahfou, ni aghil sdi….. ni les autres
    ils sont là juste pour des polemiques contre productives
    voila

  8. Y a elmouhtarem. Ihtarem les internautes!! lève la censure! Heureusement ma rakch tahkeme elbled!!! Mourad dit :

    Je te prie monsieur el mouhtaem, dit a karim tabbout que son larbin salah meradi as vendus le ffs a fort nationale au dinar symbolique et que salah été celui par qui la liste du ffs été faite a lni.
    Merci karim et salah

  9. ALI dit :

    réponse à Mounir
    ,je pense toi tu es militant du FFS.DIS MOI LA VERITE

  10. aghilasadi dit :

    a fugitif- de quel debat serieux parles-tu

  11. ikhlef dit :

    je trouve l intervention d ait ahmed tres interessante,c est qlq un qui parle on connaissance de cause,surtout quand il sagit du magreb, mais je voudrais simplement lui dire que les arguments qu il a avancer pour faire sortir le magreb de l impasse, sont aussi valable pour faire sortir le ffs de l impasse,j ajouterais aussi une remarque importante,c est à chaque fois que la question du sahara occidentale lui est posée il n a jamais donner sa position ,et vs remarquerais comme moi,qu il a fuit la question ds cette intervieuw, est ce par rapport aux interets familiales qu il a au maroc ?

  12. chelbi smail dit :

    Sarkozy a beaucoup a apprendre de ce genie qu’est HOCINE AIT AHMED mais etant lui meme un megalomane aux ambitions exagerement demesurees il s’identifie a travers une union fictive a la categorie de chefs d’etat qu’il reunie .C’esr en quelque sorte un maghreb d’aujourd’hui qui s’elalargit a l’infini puisque meme l’Allemagne y adhere .La plus belle union qui merite d’etre realisee c’est autour du desarmement ,des droits de la personne humaine et de la paix .

  13. Anonyme dit :

    slt da salah sa va

  14. nassim dit :

    honcin ait ahmed le fondateur de liberte en algerie n’oublier pas ça

  15. Mohamed dit :

    L’Algérie est un pays où le systéme politique non seulement n’aime pas les hommes mais les tues. Pour vérifier celà voyons qui est son président? Un vieillard originaire de Oujda , célibataire et louche , entouré d’une éspéce de nanas bizarres qui ont des noms Hanoune, Toumi, Drif et la liste est longue. Comment voulez vous que des hommes de la trempe de Ait Ahmed ne soient pas attaqués dés qu’ils pronnoncent un mot.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER