• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 11 juin 2008

Archive pour le 11 juin, 2008

Algérie: Le prix référentiel du baril passe à 37 dollars

djoudi.jpgL’avant-projet de loi de finances complémentaire pour 2008, adopté, hier, en conseil de gouvernement, a été élaboré sur la base d’un prix référentiel du baril de pétrole à 37 dollars. Selon le ministre des Finances, Karim Djoudi, ce prix référentiel est le prix sur dix années. « Il a été dicté par un souci de prudence en matière de choix des indicateurs économiques ». Le ministre a, cependant, souligné que le prix référentiel du baril n’est pas en soit un débat fondamental. 

Karim Tabbou à El Watan: «Qu’attendre d’un pouvoir qui n’arrive pas à organiser convenablement l’épreuve du bac ?»*

tabbou.jpg«Les déclarations contradictoires des membres du gouvernement sur la révision constitutionnelle s’explique par la gestion opaque des affaires du pays », a déclaré le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou. « Après avoir crié sur tous les toits que la révision de
la Constitution est imminente et après avoir fixé à trois reprises la date, voilà que le porte-parole du chef du gouvernement remet en cause toute cette démarche », a tonné Karim Tabbou.Le FFS est convaincu que « dans un pays de non-droit et dans un pays où l’on est passé d’une situation de mauvaise à la non-gouvernance, il ne faut pas s’étonner de voir de tels comportements. Le pays aujourd’hui donne l’impression d’être un grand bazar », a relevé le premier secrétaire du FFS qui illustre ses propos par un exemple palpable, à savoir l’examen du baccalauréat qui, chaque année, est entaché d’erreurs. « Un pays qui n’arrive pas à organiser convenablement une épreuve comme le baccalauréat, comment peut-il organiser une démocratie et une Constitution ? » 

* Le titre est d’El Mouhtarem

Le papier est un extrait d’un article d’El Watan intitulé « Les dissensions au sommet sont à l’origine de la crise »

Le directeur de l’agence foncière de Béjaïa relevé de ses fonctions

Le directeur de l’agence foncière de Béjaïa M. Adjadj Karim a été relevé de ses fonctions, suite à un rapport du wali.


Lettre de la famille BENMAHAMMED au président de la République

Monsieur le président de la République

O B J E T : Un cri du cœur d’un PERE
Excellence ; J’ai l’honneur de venir solliciter en dernier espoir, de votre haute et bienveillante expérience, pour intervenir dans l’affaire, ourdie et manigancée par la sûreté de wilaya contre mon fils BENMAHAMMED Mohamed-Samir, Directeur des Renseignements Généraux à la sûreté de wilaya d’ANNABA. Utilisant des subterfuges et manipulations, mon fils a été suspendu et emprisonné dans l’exercice de ses fonctions ; alors qu’il a découvert « des scandales économiques » dans la wilaya. Du fait de la fonction stratégique que mon fils exerce au sein d’un corps de sécurité, dont la raison d’être est la surveillance et la protection des citoyens, la veille sur les intérêts sans exception du pays.
C’est justement en accomplissant cette mission, que mon fils a été emprisonné sur de fausses accusations, la précipitation à l’inculpation en dehors de tout cadre légal juridique et administratif.
Dés que l’accusation fomentée a été décidée, la notification de suspension et la traduction devant le Juge, qui, sous pression a été contraint d’emprisonner mon fils.
Sur le plan administratif, aucune enquête n’a été diligentée par la Direction générale de sûreté nationale, ni comparution devant le conseil de discipline organe légal et procédure obligatoire sous peine de nullité.
Mais comme le but recherché est de soustraire mon fils de la fonction, pour mettre fin aux investigations faites qui en réalité sont préjudiciables à certains organes dans la wilaya.
On s’interroge sur la non communication des informations afférentes à cette affaire que détient la D.G.S.N. à la pseudo commission d’enquête qui avait un dossier vide, cela en contradiction flagrante avec la législation et au code interne en application dans le corps de la sûreté nationale.
Je cite comme preuve la notification de suspension décidée par la D.G.S.N. sans mentionner le motif de la sanction indispensable, ni la date de comparution devant la C.D., ou la Direction nationale de la police judiciaire-(obligatoire)
Dans ce contentieux qui est en réalité une énigme qui a pris racine lorsque mon fils, pour assurer sa défense et surtout se disculper, a dénoncé certains abus et surtout a prouvé des dilapidations de deniers publics.
Des personnes appartenant à la même sûreté 04 officiers de police, ont été également suspendues de leur fonction depuis mai 2006 alors qu’elles n’ont jamais été appelées par une instance quelconque soit au niveau local, ou national. Comme pour étouffer cette affaire, plus de 85 % du personnel a été déplacé et muté dans d’autres sûretés urbaines
Ces 04 personnes suspendues à ce jour par la direction de wilaya, sans comparution devant la C.D., ni décision de la D.G.S.N. ; pour la simple raison qu’elles avaient refusé de faire un faux témoignage chargeant mon fils.-(pour preuves de leur déclaration écrite, une K7 vidéo et d’autres documents officiels sont à la disposition de la commission d’enquête ou autre organe qui sera chargé de cette affaire).
Les raisons de l’emprisonnement de mon fils sont d’ordre professionnel.
Suite aux séries de scandales financiers et économiques récemment découverts par mon fils dans l’exercice de ses fonctions ; comme récompense, il est inculpé et emprisonné. Cette initiative qui contrarie certains hauts responsables d’organes dans la wilaya ; voyant leurs intérêts découverts et menacés, se sont vengés sur mon fils auteur de cette initiative glorieuse et honorifique. Ainsi au cours de mes visites à la prison, il me déclare qu’il ne regrette nullement son action, étant resté fidèle au serment prêté il n’œuvre que dans l’intérêt du pays. Il m’a ajouté avec fierté que s’il devrait refaire ces investigations pour dénoncer les malhonnêtes, il le ferait sans hésiter. Est-ce la récompense de celui qui a accompli son service avec abnégation et probité, conformément aux lois et directives internes que de finir en prison ? Malgré le fait d’être en prison; il répète qu’il ne peut occulter un fait réel préjudiciable à la nation : cacher la vérité est un crime que Dieu ne peut pardonner. Sur des pressions des organes cités au niveau de la wilaya, l’affaire a été traitée rapidement avec précipitation et sans respect des procédures et des droits de la défense des personnes accusées.
La raison est simple : le Chef de la sûreté de wilaya a donné des instructions fermes à son adjoint de se charger personnellement du suivi de cette affaire jusqu’à l’emprisonnement de mon fils quelque soit le motif et quelque soit le prix à payer. Il lui a ordonné de rester sur place jusqu’à l’application de la décision de justice portant emprisonnement.
Actuellement mon fils est détenu à la prison d’ellaligue wilaya de Annaba; depuis24 mois. Les demandes introduites pour obtenir sa libération conditionnelle ont été rejetées.
Sur le plan légal, l’Avocat de mon fils est affirmatif sur l’absence de motif nécessitant la prison. Il n’y a ni preuve, ni fait justifié.
Cette affaire a été ourdie par le chef de la sûreté de wilaya d’Annaba, n’est qu’un subterfuge pour vider le corps de la sûreté de ces éléments probes et ainsi permettre aux aventuriers d’agir dans l’impunité.
Persuadé de votre sens de responsabilité énorme veuillez agréer Monsieur le PRESIDENT mon plus profond respect.
OBS : 1- J’ai fait une grève de la faim pendant 26 jours, j’ai perdu 25kg, le glycémie 0,40, hospitalisé à deux reprises et une tentative de suicide . 2- toute ma familles fait une grève de la faim pendant 12 jours, ma mère et mon père hospitalisé âgés 63et 64 ans 3- la presse algérienne a écrits 98 articles sur cette grande affaire, pas de réaction ou de réponse des autorités locales ou a Alger, ni les partis politiques à ce jour
4- Plus de 85 lettres +fax+ E-mail au président de la République A .Bouteflika pas de réponse à ce jour (il ignore l’affaire), Contacte ma famille : plus de 25 lettres +fax+ E-mail au aux Ministres de la justice et de l’intérieur pas de réponse a ce jour, J’ai les preuves de ce que je dis k7 vidéo+photos+documents très grave
6- Une 2ème GREVE de la faim dans quelques jour toute la familles 45 personnes de 10ans à 66ans.

M. Benmahammed Miloud Cité-k-Boumedous bt/c
Constantine-Algérie

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER