Un témoin parle de Tahar Ouattar

tahar20ouattar.jpgPar  Boularah Leulmi

Il est vraiment regrettable de constater où en est arrivé le débat culturel en Algérie, qui plus est, le fait de deux talentueux écrivains (Tahar Ouattar et Rachid Boudjedra), connus et reconnus. La polémique, la haine viscérale que se vouent mutuellement ces deux personnages n’est pas d’aujourd’hui. Il y a plus de vingt ans, Tahar Ouattar m’avait fait l’honneur de me recevoir à son domicile en compagnie d’un camarade-nous étions alors étudiants- férus de l’oeuvre «Ouatarrienne» et nous nous étions alors présenter, sans prévenir, chez lui, à Hydra, chemin Gaddouche. Il nous reçut aimablement, et nous lui demandâmes s’il pouvait se déplacer à la fac pour animer une conférence rentrant dans le cadre des activités de l’Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA). Il avait décliné poliment l’invitation, précisant qu’en les circonstances d’alors, c’était infaisable. Nous étions en 1985-1986, et Ouattar avait été mis à la retraite d’office. J’en ressentis beaucoup d’aigreur, de ressentiment à l’égard des dirigeants de l’époque. Mais soudain, la discussion dévia sur Boudjedra, au sujet duquel notre hôte déversa son venin. A vrai dire nous ne comprenions pas, mon camarade et moi, les raisons de cette attaque gratuite. J’en restais personnellement interloqué.
Ceci n’empêcha pas Tahar Ouattar de nos offrir un de ses ouvrages, L’AS en l’occurrence, qu’il prit le soin de dédicacer.
Cette digression est nécessaire pour comprendre que le “conflit” ne date pas d’aujourd’hui. Il est très ancien.
Regrettable d’en arriver à ces situations où l’élite s’offre en spectacle, et quel spectacle, au lien d’enrichir et de rehausser le niveau les débats de l’heure.
Tahar Ouattar a certainement des défauts, mais force et de reconnaître en lui une constance, jamais démentie, de ses principes et de ses prises de position. Le dernier épisode relatif au pèlerinage à la Mecque offert par qui vous savez, et que Ami Tahar a catégoriquement rejeté. De nos temps, peu de gens peuvent se targuer de ce cran.
Rachid Boudjedra quant à lui, outre un talent extraordinaire et une oeuvre riche, diversifiée et de haute facture, écrit en arabe et en français, ce qui est quand même très rare. Et c’est ce que lui reproche inexplicablement, entre autres motifs, Ouattar, est également un personnage connu pour la constance de ses prises de position très courageuses, notamment contre l’instauration d’un Etat théocratique et son engagement pour une Algérie plus juste. 

Commentaires

  1. david dit :

    Un témoignage sur Boudjedra
    Quand Boudjedra était dans les bonnes grâces de ChadliBendjedid qu’il accompagnait dans les missions officielles à l’étranger il avait déclaré dans une interview à l’hebdomadaire « Algérie Actualités » qul écrivait en arabe et qu’il avait recours à un traducteur libanais pour passer en français. J’ai pris acte de sa virulence quand il a témoigné dans le procès contre Souaïdia en faveur du régime algérien et du général Nezzar. Le livre rapportant ce procès a été publié. Je ne connais pas son opinion actuelle mais je crois que c’est un grand défenseur politique de la francophonie et un des anti islamistes actuels les plus agressifs.
    Je ne connais pas Tahar Ouettar bien que ses livres sont publiés dans les 2 langues

  2. yaz dit :

    si il y a un truc que les algériens font bien c est de se balancer des insultes. il suffit de lire ce que dits mr boudjedra sur mr yasmina khadra. ceci dits la division est général en algerie.

  3. wi yilan' dit :

    Je ne sais pas si cela va remonter le moral mais, à mon sens, les algériens ne sont pas les seuls à ne pas savoir se tenir les uns vis-àvis des autres. Ecoutez les débats entre gens de gauche et de droite en France, c’est du crêpage de chignon ; fort peu viril vous en conviendrez. Alors je m’interroge : et si ces inconduites exprimaient surtout une frustration profonde dont les messieurs ne connaîtraient ni la nature ni l’ampleur et qui se manifesterait dans des attitudes de puissance qu’ils croient braves mais qui sont en fait des formes déviantes d’une virilité contrariée ? Un comportement agressif résultant d’un problème de territorialité. Je m’explique : ne trouvant plus de terrain de réalisation spécifiquement masculine dans la société, les messieurs ne sauraient plus quoi faire de leur force physique et morale et seraient débordés par une énergie verbale excessive qu’ils ne maîtriseraient pas, ce qui se produirait à la première occasion qui leur est donnée de rencontrer un adversaire à leur mesure. Dans le cas qui nous intéresse ici, l’adversaire à sa mesure est un homme qui écrit avec une « force » identique. Autant parler d’un combat de coqs. Il se trouve qu’un combat de coqs n’a d’intérêt pour personne, surtout pas pour les… animaux.
    (J’espère que vous en sourirez, messieurs …)

  4. SLIMANE HAMMOUCHE dit :

    Bonjour,
    Je me souviens au plus fort des tueries terroristes qui visaient les intellos Algériens,et juste apres la mort de Said Mekebel; de l’axe de déclarations incendiaires :ADDI L’HAOUARI (la régression Féconde);BELAID ABDESLAM (… les communistes et les laïco-assimilassionistes…) et ses deux relais médiatique :Saci Lamouri et Tahar Ouatar qui avaient pris position clairement en faveur de l’extermination de quelques brebis laico -assimilassionnistes l’un en tant que Ministre des Waqfs ;l’autre comme Dirécteur de L’ENRS!
    Mais que faire quand les mémoires flanchent?
    Tahar Ouettar (qualifié d’élite du pays par Leulmi ?!! Quelle blague)!
    Une élite se soulève contre l’oppression et les dictatures!
    Une élite meurt torturée ,emprisonnée dans des cachots sales et humides;pas dans des salons capitonnés d’indigestion!
    Une élite parcourt le monde pour porter haut et fort les revendications de son peuple et dénoncer son génocide!
    J’ai vu Mimouni le faire;j’ai vu Boudjedra (soulever une tempête contre Benjamin Stora en 1992 sur un plateau de TF1) ; j’ai vu Mekbel mourir debout,j’ai vu Tahr Djaout parler haut et fort et mourir dignement,j’ai par contre très peu vu Mohamed Mouleshoul allias Yasmina khadra le faire ,malgré la pléthore prix qu’il a eu.Il n’a Jamais eu la décence d’en décerner un seul a la résistance de la femme Algérienne pendant les années de braises
    Les élites? Quelles élites Messieurs ?
    Les élites caviar goinfrées aux salons feutrés de Paris ?
    Rois de la génuflexion et de l’aplaventrisme!

  5. wi yilan' dit :

    Là aussi, Slimane, tu exprimes ta sensibilité (un peu comme on donnerait un coup de bec dans la mêlée), et cela ne fera pas avancer l’échange car, en restant dans le champ du soutien-opposition, nous faisons du sur-place et les choses restent dans l’état.
    Je m’explique : les auteurs qui sont cités ici par les uns et les autres n’ont absolument pas besoin de nous ni de nos commentaires pour accéder à la notoriété (littéraire, politique…). Ils y sont arrivés par leur propre travail et grâce à ceux qui acceptent de les éditer-publier-distribuer et qui ont, vous n’en doutez pas, leur propres intérêts à assurer.
    A partir de là, que nous soyons pour ou contre, qu’est-ce que cela change à la face du monde, à leurs qualités, à leurs faiblesses, à notre condition … ? Ils sont ce qu’ils sont sans nous. Et nous, que faisons-nous en nous jetant à la figure ce que nous pensons ? Concrètement, nous passons notre temps en combats de coq ; en vain.
    Par contre, débattons sur un thème abordé par l’un d’eux, sur l’intérêt éventuel de leur oeuvre, sur la nature de leur engagement … Là me semble-t-il trouverons-nous de quoi sortir de la position de juge (par contumace !) à la fonction d’acteur.
    Je ne fais pas une leçon de morale ; j’expose une idée pour un débat.

  6. Amine dit :

    Bonsoire
    je suis vriment interesse par la poesie et par les ecrivais, je voulais avoir l’dresse ou bien le numiro de fele de Tahar Ouattar je ne sais pas est ce que vous pouvez m’aidez sa sera gentil de votre part. Merci d’avanse.
    Amine

  7. yazid dit :

    j’ai rencontre une fois Tahar Ouatahar, vraiment c’est une persone rare dans ce mande.

  8. HOS dit :

    J’ai rencontré une fois tahar ouettar,en été du coté de chenoua,il ne m’a rien inspiré et je n’ai pas decelé en lui quelqu’un de talentueux….avec sa grosse bedaine….

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER