El tarf : des femmes barrent la route au wali

354891jerican.jpgUne cinquantaine de femmes de la commune de Oued Zitoune dans la wilaya d’El Tarf ont barré la route au wali, en visite de travail, brandissant des jerricans vides sur lesquels était écrit : «Nous n’avons pas d’eau.», rapporte El Watan. Ces femmes, auxquelles revient la corvée de remplissage de l’eau, ont été contraintes de manifester leur colère en public en dépit du poids de la tradition qui ne tolère pas ce genre de manifestation dans les coins reculés de notre pays. Il convient de signaler que l’agglomération de Bibta II est sans eau depuis plus de 20 ans. 

Commentaires

  1. k2raguelid dit :

    un grand bravo pour ces femmes qui sont tres courageuse !

  2. wi yilan' dit :

    Il est donc vrai que « quand la coupe est pleine, elle déborde », tout le monde sait cela. Tout le monde sait-il qu’en Algérie, la coupe est immense ?

    Cette « anecdote » (je n’aime pas le mot, c’est pour cela que je l’emploie) prouve ceci :
    1/ que la tradition n’est pas un obstacle infranchissable quand le besoin devient urgent. Bien au contraire : plus le tabou est lourd, plus sa violation, quand elle est légitime, nécessite peu de moyens pour être significative.
    Il se trouve que dans nos contrées, les traditions et les tabous pesants sont légions. A l’image de cette manifestation publique « des femmes dans les coins reculés de notre pays », on peut imaginer qu’il soit possible de lever les les obstacles à une qualité de vie les uns après les autres au moyen d’actions élémentaires non-violentes.
    2/ que l’on peut exprimer sa colère autrement que dans la violence (y compris contre soi-même : délinquance, immigration clandestine, immolation, abandons, violences conjugales …)
    3/ que les procédés de gouvernement classiques employés par les hommes (autorité excessive, abus d’autorité et de pouvoirs, chauvinisme …) ont suffisamment duré sans améliorer les conditions de vie, en particulier des femmes. Ils devraient essayer d’adopter des méthodes moins violentes.
    Parions qu’il y auraient moins de contre-violences ; très rapidement.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER