• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 4 juillet 2008

Archive pour le 4 juillet, 2008

Allocution de Karim Tabbou, premier secrétaire, au Conseil national du FFS

Au nom du président et les militants du FFS, je souhaite la bienvenue à nos invités, à nos camarades présidents d’APC et élus APW ainsi qu’aux membres du Conseil national. 

Je souhaite la bienvenue également aux amis de la presse nationale et aux militants présents parmi nous

La session ordinaire du conseil national se tient aujourd’hui conformément aux statuts et au règlement intérieur du parti. C’est une occasion pour faire la première évaluation de la mise en œuvre des résolutions du 4ème congrès

C’est aussi une session décisive pour la préparation de la rentrée de septembre 2008 qui est porteuse d’échéances et d’évènements importants tant sur le plan politique que social

Le parti ne doit pas être acculé à gérer dans l’improvisation et l’urgence. Nous avons besoin de lucidité et d’anticipations. Nous devons définir des axes d’actions et de mobilisation dés maintenant. Nous nous devons d’apparaître comme une force de proposition crédible devant l’opinion et nos partenaires politiques et sociaux

Comme le veut notre nouvelle méthode de travail, la session ordinaire du conseil national est scindée en deux séances de travail. La première séance consacrée au débat politique et la deuxième aux questions d’organisation du parti

Avant donc d’entamer nos débats politiques, j’aimerais vous faire un résumé des activités politiques menées depuis quelques temps, notamment au niveau international

Une délégation du FFS a participé au colloque intitulé « Acteurs et voies de changement » Co-organisé par la fondation Jean Jaurès, la fondation Pablo Iglesias, et la toute nouvelle fondation du parti socialiste européen avec le soutien du Ministère espagnol des Affaires étrangères . Ce colloque s’inscrit dans la série de rencontres en méditerranée pour la constitution d’un réseau consacré à la problématique des droits de l’homme et de la démocratie, question d’une urgence absolue dans cette région et source de nombreuses incompréhensions et crispations entre les deux rives

C’est donc un angle essentiel pour s’attaquer au fossé qui ne cesse de se creuser depuis des décennies, et tout particulièrement depuis le nouvel interventionnisme occidental dans la région, qui a suivi la crise de 2001

Cette rencontre va eu une signification politique particulièrement forte à la veille du lancement à Paris, le 13 juillet, de l’Union pour la méditerranée – processus de Barcelone. Un projet qui reste très discret sur les droits de l’homme et la démocratie

Les 30 juin, le 01 et 02 juillet à Athènes, s’est tenu le 23ème congrès de l’Internationale socialiste. Cette rencontre des socio démocrates du monde a été placée sous le mot d’ordre: Solidarité mondiale/le courage de faire la différence

Ce 23ème congrès a été une occasion pour proposer des solutions aux problèmes majeurs que vit l’humanité aujourd’hui*

Le changement climatique: comment bâtir une société durable à l’échelle mondiale. 

Oeuvrer pour un monde en paix: résoudre et remettre fin à l’instabilité

L’économie mondiale: une nouvelle voix pour une croissance et un développement au service de tous

La dimension humaine des migrations

Militants, chercheurs, cadres politiques, hauts responsables des Etats ont échangé leur savoir et leurs expériences à l’effet de réduire les inégalités et préparer les conditions d’un avenir meilleur durable et juste. 

Je vous ferais à vous camarades ainsi qu’aux amis journalistes les synthèses des débats et des réflexions de ces rencontres lors d’un  point de presse que nous animerons à l’issue de cette session

J’espère que toutes ces questions seront approfondies dans le débat

Un mot sur l’anniversaire de l’indépendance le 5 juillet 2008.  

Une occasion pour nous de réaffirmer notre devoir de militer pour rendre espoir à la population, si nous  voulons avancer, nous devons arrêter d’évoquer l’histoire dans le seul but de compenser nos insuffisances, nos lacunes, et pour certains leurs complicités dans ce qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui. 

 Souvent, certains hommes politiques ou ce qui se considèrent comme tels, confondent ce qu’ils veulent avec ce qu’ils doivent être. Ce qui a fait que notre expérience démocratie qu’on devait dynamiser pour la rendre irréversible, a été stoppée au profit de l’option de la guerre. Les détenteurs du pouvoir ont eu seul credo: discréditer les débats et donner une prime à la violonce. 

 Cette option dont tout le monde connaît les conséquences aujourd’huia sécrété des structures, des concepts, des méthodes qui ont contribué à faire régresser le sens même de la politique auprès de la population. 

 Une succession de coups de force, de fraude et de falsification organisés dans l’impunité la plus totale, j’allais dire la plus durable et la plus chronique. En voulant imposer la politique de non débat politique ou le débat à sens unique, les architectes de la restructuration absolue de la dictature escomptent dissoudre dans le temps les différenciations politiques et le débat contradictoire, pour ne laisser en surface de la scène que les structures inféodées et soumises. 

 Sans vouloir anticiper sur ce qui va être dit et sur vos conclusions, j’ai l’intime conviction que pour changer le cours des choses, un changement de régime reste la voie la plus indiquée. La démocratie ne doit plus être l’invitée du surnuméraire ou la guet star mais le fondement qui réunit pratique et langage. 

 Avant de finir, je remercie M. Boudersa pour son engament en faveur d’une république des citoyens comme alternative démocratique de sortie de la crise du pouvoir. C’est l’intitulé de sa communication, je vous demande de l’écouter.

Phrase du jour

« 46 ans après l’indépendance de l’Algérie, les dirigeants ont perdu le nord, les Algériens ont perdu le sud », Par El Mouhtarem

Deux convertis condamnés à 6 mois de prison avec sursis

Deux Algériens convertis au protestantisme, jugés pour prosélytisme, ont été condamnés mercredi à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Tissemsilt. Les deux convertis ont également été condamnés à une amende de 100.000 dinars chacun par le tribunal qui avait mis le 25 juin en délibéré sa décision dans ce procès. Les deux convertis avaient été condamnés le 20 novembre 2007 par défaut à 
deux ans de prison ferme et 500.000 dinars d’amende, chacun pour exercice illégal d’un culte non musulman. Ce procès est le quatrième intenté contre des convertis. Le 3 juin, quatre convertis poursuivis pour « pratique illégale d’un culte non musulman » avaient été condamnés à des peines de prison avec sursis et deux relaxés par le tribunal correctionnel de Tiaret. 
Une autre convertie, Habiba Kouider, 37 ans, poursuivie pour prosélytisme doit comparaître à nouveau devant le tribunal de Tiaret, qui avait reporté sa décision le 27 mai et demandé un complément d’enquête. Le procureur a requis trois ans de prison ferme contre la prévenue. 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER