• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 14 juillet 2008

Archive pour le 14 juillet, 2008

Bentalha

madone.jpgComme la foudre meurtrière
Des sombres nuits glacées,
Cette meute sanguinaire,
S’abat pour tout terrasser.
Puis disparaître comme l’éclaire,
Conjugeant la mort au passé.
Bentalha en cimetiére,
Je ne vous dirai pas assez.
Bentalha qu’on a offert,
Comme offrande aux carnassiers.
A quelques lopins de terre,
Des soldats et officiers
Qui faisaient bien la paire,
Dans des chalets bien cadenassés.
Aucun bruit, c’était précaire,
Ces messieux étaient blasés.
Au matin quand tout s’éclaire,
On est tous embarrassés,
Bentalha douleurs et pleures,
Bentalha presque rasé.
Ca et là jonchés par terre,
Des corps innertes et glacés.
Bentalha ici ailleurs,
Toi et moi, le monde le sait.
poesie.56@hotmail.fr

Un projet de loi menace le rôle de la défense

avoc.jpgLa loi régissant l’exercice du métier d’avocat serait à un stade très avancé dans son élaboration. Mieux encore, rappoprte Le Soir d’Algérie, le ministre de la Justice et garde des Sceaux pourrait l’inscrire à l’ordre de l’un des prochains Conseils de gouvernement. La principale question que soulèvent les robes noires est celle relative aux droits de la défense. La loi en question, ajoute Le Soir d’Algérie, prévoit dans l’une de ses dispositions que «le parquet général peut s’autosaisir pour enclencher des poursuites judiciaires contre les avocats si ces derniers sont au centre d’un incident intervenant lors de l’audience». L’incident en question pourrait être la conséquence d’un différend d’approche entre d’un côté, l’avocat et le président de la séance et de l’autre côté, entre l’avocat et le représentant du ministère public. Cette nouvelle donne n’a pas laissé indifférentes les robes noires. Pour certains, il s’agit sans aucun doute «d’une interprétation mal formulée» du texte en question, alors que pour d’autres, «si cette disposition venait à être consacrée, il s’agira d’une atteinte grave aux droits de la défense». En somme, pour un grand nombre d’entre eux, cette disposition n’est autre que la «photocopie du texte de 2001 qui a comme principal objectif de mettre l’avocat sous la coupe du parquet». Pour rappel, l’article 48 de ce projet propose tout simplement d’accorder au procureur général le droit de saisir le conseil de discipline de l’Ordre des avocats. Il introduit en outre une disposition (article 53) qui fait obligation au bâtonnier de notifier toute décision du conseil de discipline, non seulement au ministre de la Justice et à l’avocat objet de la plainte, mais aussi au procureur général. Une autre modification (art.54) permet au même procureur d’introduire un recours contre une décision du conseil de discipline, un droit habituellement réservé à l’avocat, objet de la plainte et au ministre de la Justice. Pour rappel, l’exercice du métier d’avocat est régi par un texte plutôt libéral de janvier 1991. 

Colère des communaux à Arzew

Une centaine d’agents de la voirie et du nettoiement de la commune d’Arzew ont exprimé hier, leur mécontentement après le retard accusé dans le versement de leurs salaires. Une situation qui perdure depuis trois mois. Les concernés souhaitent qu’une solution soit trouvée à ce problème qui entrave leur quotidien.

Kherrata: Protestation contre l’augmentation du tarif de transport

15bustata.jpgLes habitants du village Tiaouinine dans la commune de Kherrata (Béjaia) ont procédé, dans matinée d’hier, à la fermeture de la RN 9 reliant la ville de Béjaïa à Sétif en guise de protestation contre l’augmentation des tarifs des dessertes appliquées depuis quelques jours par les transporteurs de leur commune, sans préavis.

Enseignants contractuels: grève de la faim dès aujourd’hui

contrac.jpgLes enseignants contractuels entament à partir d’aujourd’hui une grève de la faim illimitée au siège du SNAPAP à Alger. Selon les membres du Conseil national des enseignants contractuels (CNEC), entre 20 et 25 wilayas seront représentées. «Cette grève est la dernière carte de notre combat. Un combat qui date depuis plusieurs années afin de sensibiliser la tutelle à satisfaire nos revendications», a indiqué, hier à Alger lors d’une conférence de presse, Marouf Meriem, membre du bureau du CNEC.

Il convient de signaler que le nombre d’enseignants contractuels est d’environ 45 000, dont un grand nombre exerce depuis plus de dix ans, qui vivent dans l’incertitude et l’instabilité, du fait qu’ils risquent de perdre leur poste à tout moment. La wilaya de Béjaia compte 1 400 enseignants contractuels qui n’ont pas été rémunérés depuis trois ans. A Adrar, ils sont 237 dans la même situation depuis une année. Les représentants des enseignants contractuels revendiquent également «la nécessité d’ouvrir des concours de recrutement à tous les diplômés universitaires en prenant en compte l’expérience » afin «d’organiser des sessions régulières et constantes au profit de tous». Dans la plateforme de revendications, figurent également la régularisation de la situation des enseignants contractuels et leur intégration, quelle que soit leur spécialité, la titularisation des enseignants contractuels après une année d’exercice, et la possibilité de bénéficier du salaire du congé annuel.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER