• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 23 juillet 2008

Archive pour le 23 juillet, 2008

Selon l’ENTV, l’Algérie est dirigée par une dictature

Le P-DG de l’ENTV, Hamraoui Habib Chawki, a démis de ses fonctions le directeur de la programmation et son adjoint pour avoir diffuser un documentaire, jeudi passé, traitant l’Algérie de pays dirigé par une dictature. Sources El Khabar.

Attentat à Bouira

Un convoi de l’ANP a été la cible, aujourd’hui, d’un attentat kamikaze à la sortie-est de la ville de Lakhdaria, dans la wilaya de Bouira. L’attentat s’est produit à 6h30 du matin, a fait au moins dix blessés parmi les militaires. L’attaque a été perpétrée par un kamikaze qui était à bord d’une moto qu’il a dirigée contre un camion qui faisait partie du convoi militaire ciblé. Il convient de signaler qu’une visite du président Bouteflika est programmée pour dimance prochain.

Benbouzid: « C’est interdit, mais tu as bien fais »!

bacc.jpgLe ministre de l’Education nationale, Boubakeur Benbouzid, a déclaré, hier, à l’adresse du directeur de l’éducation de la wilaya de Biskra, au sujet de Aidaoui Sami, le plus jeune bachelier de cette année âgé de 13 ans, que ce qu’il a fait est interdit, mais qu’il a bien fait de laisser Sami passer l’examen du bac. 

Pour rappel, Aidaoui Sami, a eu son bac avec 10,40 de moyenne. Il aura fallu qu’il s’inscrive dans la wilaya de Biskra en tant que candidat libre pour obtenir le bac. La direction de l’éducation de Constantine, lieu de sa résidence, a rejeté sa demande sous prétexte qu’il était trop jeune.  

Je félicite le jeune Sami pour sa réussite.  Je rappelle seulement qu’avant la naissance de Sami, Benbouzid était déjà ministre de l’Education ! El Mouhtarem

Les P/APC du FFS n’iront pas à la rencontre avec Bouteflika

tabbou.jpg

Le Front des forces socialistes (FFS) a décidé de boycotter la cérémonie de clôture de la formation initiée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, au profit des 1541 présidents d’Assemblées populaires communales (APC).

Prévue pour le samedi 26 juillet à l’université des sciences et de la technologie de Bab Ezzouar (USTHB), la clôture solennelle de cette session de formation des élus locaux, qui a débuté au mois d’avril et a pris fin en juin dernier, aura lieu sous l’égide du président de la République. Hormis le FFS, toutes les autres formations politiques seront présentes au rendez-vous de ce samedi, où est attendu un discours du chef de l’Etat. Un discours où il annoncera probablement des mesures et des dispositions concernant l’avenir du pays.

« Manœuvre politicienne »

Le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, a tenu, au préalable, à donner certains détails sur la formation avant de s’étaler sur les raisons du boycott. S’agissant de ce dernier point, M. Tabbou qualifie à la fois de drôle et de triste le fait que les proches concernés ignorent totalement l’objectif et le sens de cette rencontre organisée et planifiée par les plus hautes instances du pays. «Il est écrit dans l’invitation adressée aux élus qu’une rencontre de clôture de la session de formation est prévue pour ce samedi. Celle-ci est, de notre point de vue, une autre manœuvre politicienne destinée à chercher une légitimité. Il s’agit en toute vraisemblance de faire des assemblées locales des amortisseurs d’un moteur (l’Etat) qui ne fonctionne plus », a estimé M. Tabbou, qui est persuadé que cette opportunité va être exploitée par le régime pour l’annonce de mesures constitutionnelles. «Les décideurs veulent nous mettre devant le fait accompli. Ils envisagent d’annoncer la révision de la Constitution et dans ce cas, le FFS ne sera pas présent à cette cérémonie et ne cautionnera pas les décisions des décideurs», a soutenu le premier secrétaire du FFS, en s’interrogeant sur ce que peuvent faire et dire les élus du FFS face à un chef de gouvernement qui a dissous, il y a quelques mois, les APC et APW à majorité FFS. «Quel serait la responsabilité des élus FFS dans une rencontre ayant une arrière-pensée politique ? Quelle sera l’attitude des élus du FFS ? N’ayant pas de réponse à ce genre de questionnements et sachant pertinemment que cette rencontre est éminemment politique, j’ai demandé aux élus de ma formation de boycotter cette cérémonie», a expliqué M. Tabbou. Concernant la formation en elle-même, le premier secrétaire a expliqué qu’il a réuni, à la fin de la session, ses éléments pour faire une évaluation du travail effectué durant quatre semaines à raison d’une semaine sur deux.

De l’avis de notre interlocuteur, les élus de sa formation ont déjoué plusieurs tentatives de manœuvres et de détournement de ce cycle de formation à des fins politiciennes. M. Tabbou illustre ses propos par un exemple concret relatif à l’incident qui a eu lieu dans l’un des six centres qui a abrité cette session, en l’occurrence Ksar El Boukhari. « Dans ce centre, les élus du RND et du FLN ont tenté de transformer la formation en un regroupement pour afficher leur soutien à un troisième mandat pour Bouteflika. Ils ont même essayé de créer une association de maires pour faire campagne dans ce sens, si ce n’était l’intervention des élus FFS », a déploré le premier secrétaire du FFS. Pour mettre devant leurs responsabilités les initiateurs de cette action, le parti d’Aït Ahmed, selon son porte-parole, a élaboré une déclaration où il énumère les besoins, en termes de moyens et de budget, des APC afin de soulager les souffrances des citoyens. « La déclaration qui, au départ, a eu un écho favorable, a été signée par toutes les formations, y compris le RND et le FLN. Ces derniers se sont malheureusement, retirés immédiatement après savoir subi des pressions », a souligné Karim Tabbou. Ce dernier n’a pas nié que les élus du FFS ont relevé quelques points positifs enregistrés lors de cette session, notamment les communications et les interventions des universitaires qui étaient d’un niveau supérieur. La rencontre a aussi permis aux P/APC des différentes régions du pays de se rencontrer et d’échanger leurs expériences. El Watan

Nouveaux incidents à Berriane (Ghardaia)

bouteflika1.jpgDes incidents ont éclaté, mardi, vers 5h30, à Berraine dans la wilaya de Ghardaia, lorsque des ouvriers qui venaient de quitter leur travail ont été assaillis par des jets de pierres et de cocktails Molotov sur la route de Gourara, dans le quartier ouest, où réside la communauté mozabite, a rapporté le quotidien El Watan. Les agresseurs ont brûlé la cabine du camion, avant de s’attaquer avec une violence inouïe aux ouvriers. L’information a fait le tour de la ville qui, en quelques heures seulement, renoue avec les émeutes. La présence des forces de sécurité a permis d’éviter le pire et de faire revenir le calme en fin de matinée. Les échauffourées se sont arrêtées, mais la tension est restée extrême. Des deux côtés, la condamnation est très vive. 

Réaction de la communauté mozabite 

« Nous, membres de la communauté des Azzaba et représentants des fractions ibadites et à la suite des actes de violence et d’agression à l’encontre des personnes et de leurs biens d’aujourd’hui (mardi), qui sont en violation avec les principes de l’Islam, des traditions et des lois de
la République, condamnons avec force ces agissements criminels et ce quels que soient leurs auteurs qui attisent le feu de la fitna et de la haine entre les deux communautés, dans le but de faire avorter la démarche de paix à laquelle veut arriver la djamaâ.»

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER