• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 juillet 2008

Archive pour le 28 juillet, 2008

La phrase du jour

في تقاليدنا في السلطة فالملك شريف ويعيش حياة أقرب ما تكون إلى حياة الأولياء والصالحين، وهذا على الأقل « رسميا أما ما يفعله حين لايراه إلا الله فذلك ما لايعلمه إلا الله

Abdelilah Bekirane, nouveau SG du PJD marocain

Merci pour ce blog

Bonjour a tous,  

Ce site est une fenêtre ouverte sur le monde.
Il faut l’utiliser pour apaiser les tensions et faire de cet espace un outil d’échange d’idées positives et constructives au profil de la commune de Souk Ou Fella et de tous les villages qui l’entourent.
Notre jeunesse est très fragile, elle a besoin de repères pour pouvoir prendre le relais un jour.
Nos hommes politique de tous bords (R.C.D-F.F.S et autres) doivent transmettre l’art de faire de la politique avec intelligence et respect même dans la critique qui a toute sa place, seule condition que cette dernière soit exercée dans le but d’améliorer les choses et de ne pas se mêler de la vie privée de nos politiques et de la vie privée de leurs familles.
Il faut débattre;
Il faut se parler;
Il faut échanger des idées;
et surtout se respecter mutuellement.
Je ne vous fais pas une leçon de morale, c’est juste ma façon de concevoir la politique.
Amicalement…
Akli

2 ans de prison pour atteinte à l’emblème national

drap1.jpgLa chambre correctionnelle du tribunal d’Azazga a rendu, hier, son verdict dans une affaire d’atteinte à l’emblème national. Les faits remontent au 10 juillet dernier sur une plage d’azeffoun. Après une soirée bien arrosée, B. M., en état d’ébriété, a arraché l’emblème national qui était à côté d’autres drapeaux multicolores et l’a déchiré.Le procureur avait requis dix ans de prison ferme. Après délibérations, B. M. a été condamné à 2 ans de prison ferme.

Karim Tabbou: « La rencontre a échoué »

mairedeguenzet.jpg« Zerhouni et Oul Kablia doivent comprendre que les élus locaux ne sont pas des fonctionnaires », a affirmé le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, au quotidien El Khabar. Karim Tabbou a qualifié la rencontre de Bouteflika avec les Maires de cérémonie stalinienne  »qui démontre l’incapacité du président à l’imagination et à trouver des idées ». « Je ne comprends pas comment un président qui gère l’argent de la collectivité à sa guise et qui jouit de toutes les prérogatives, peut-il mener le pays à la ruine, puis accuse les partis politiques d’en être responsables? », s’est interrogé le responsable du FFS qui a souligné que depuis 1999, les partis ne sont plus pris en consédération.

Au sujet de la participation de certains élus du FFS à la rencontre avec Bouteflika, Tabbou a déclaré que leur nombre est très réduit. « Ils m’ont contacté avant de participer pour exprimer leur crainte des pressions qu’exerce sur eux l’administration », a souligné Tabbou. « Bouteflika a échoué dans son pari de s’imposer aux partis politiques, via leurs élus, comme candidat du consensus ». Considérant que la rencontre a échoué, le premier secrétaire du FFS a expliqué qu’outre le boycott de la rencontre par son parti, des élus n’ont pas réussi à imposer le slogan  »troisième mandat ». Pis, plusieurs élus des partis de l’alliance présidentielle ont exprimé, à leur collègues du FFS, leur déception de la rencontre »  El Mouhtarem.

Discours de Bouteflika: la satisfaction du Parti des travailleurs

hanoun1.jpgLe secrétariat politique du Parti des travailleurs s’est félicité hier des critiques formulées par le chef de l’Etat contre la politique de privatisation. «En reconnaissant l’échec des réformes économiques, en relevant le bradage qui a caractérisé les opérations de cession des entreprises publiques et de partenariat, l’hémorragie financière au profit des pseudo-investisseurs étrangers et la spéculation, le président de la République a mis le doigt sur le nœud du problème qui ronge le pays depuis 1993, annihilant tous les efforts en matière de développement national et local. L’option économique en cours depuis le plan d’ajustement structurel (PAS) et qui a été reconduite, même une fois ce dernier arrivé à son terme en 1998, a dévasté l’industrie algérienne», note le secrétariat politique du PT dans un communiqué rendu public hier. Le PT estime que les propos tenus par Bouteflika lors de la rencontre avec les maires sont d’une «extrême importance et appellent des mesures urgentes». «Plus que jamais, s’impose la nécessité d’un débat national sur le bilan de l’hécatombe provoquée par les privatisations- bradage du patrimoine industriel national pour rétablir la nation dans ses droits et pour que soit dégagée une politique industrielle conforme aux seuls besoins de la nation, c’est-à-dire une vraie relance économique. Cela implique la nécessité de réviser les lois scélérates et anti-nationales qui ont institutionnalisé le pillage et le bradage au profit des intérêts étrangers et d’une minorité locale mafieuse de nouveaux riches.» «Conforté par les orientations contenues dans le discours du président de la République, le secrétariat politique rappelle que le ministre de l’Industrie a violé la loi 01/04 depuis 2001, en ne présentant pas le bilan annuel des privatisations alors que le comité de suivi et de contrôle des privatisations ne s’est jamais réuni.» Par conséquent, le PT estime que «les décisions prises (par Temmar) sont frappées d’illégalité».

Les Algériens sont-ils tous des voleurs ?

voleur.jpgDans son discours devant les présidents des assemblées populaires communales, le président Bouteflika a demandé aux Algériens «d’arrêter d’accuser tout le monde de voleur», estimant que «cela ne fera pas avancer le pays». Mieux, rapporte El Watan dans son éidtion d’aujourd’hui, il précise que si l’«on commençait à parler de voleurs, tous les Algériens, ‘hacha lima yasthelch’ (exception faite pour celui qui ne le mérite pas), ont volé. Il n’y en a pas un seul qui n’a pas mis le doigt au miel».

Ce pseudo-militant des droits de l’Homme

amnesty2.jpgJe trouve écœurant le comportement de ce monsieur qui s’est fait bombarder représentant d’Amnesty International en Algérie et militant droit-de-l’hommiste dont on n’a jamais entendu parler durant les années de sang. Alors que la direction du FFS, fidèle à ses principes s’est élevée le jour-même de son interpellation, contre cette arrestation arbitraire, voila que ce droit-de-l’hommiste de salon, vient de pondre un communiqué dans lequel il dément avoir été arrêté et déclare “qu’il ne s’agissait que d’une opération de contrôle de routine au niveau de l’autoroute près de la ville de Boudouaou”. Il ajoute qu’au cours de la fouille de son véhicule les gendarmes avaient retrouvé un exemplaire du rapport d’ Amnesty international 2008 qu’il venait de récupérer de la poste et que les services de sécurité ont vérifié s’il représentait réellement cette organisation en vérifiant son accréditation et s’il avait le droit de transporter ce rapport!!!!!!!!!

Ce pseudo-militant des droits de l’Homme trouve normal qu’on le conduise à la brigade de gendarmerie et qu’on le garde durant toute la journée pour vérifier son “accréditation”, tout comme il trouve normal qu’on l’arrête pour avoir trouvé sur lui un document public qu’est le rapport d’Amnesty International. Et pour faire plaisir au pouvoir qui l’a arrêté, il publie un communiqué pour “démentir” le communiqué du FFS! Drôle de militant des droits de l’Homme. Et triste Amnesty International qui recrute des “militants” aussi lâches pour la représenter.
Dieu merci, l’Algérie combattante a ses véritables militants des droits de l’Homme à l’image d’Abdenour Ali Yahia, Salaheddine Sidhoum, Mustapha Bouchachi et feu Mahmoud Khelili.

Par Aldjabane Mahieddine

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER