Tel est pris qui croyait prendre

kablia.jpgCommentant votre populisme avec minutie et sans tomber dans l’invective, le Professeur Houari Addi vous a magistralement répondu et dans un langage comme seuls les universitaires rompus à la critique objective et constructive en sont capables.

Quelle mouche vous a piqué, Monsieur Dahou Ould Kablia, de vous attaquer à un esprit vif et lucide, témoin impartial de notre temps et de vos incohérences !?

Vous mettez d’emblée l’accent sur “la courageuse initiative” du «soir d’Algérie» d’ouvrir ses colonnes aux débats contradictoires, reconnaissant implicitement que c’est un exercice périlleux que de débattre en dehors des sentiers battus. Soit. Mais pour être en osmose avec cette subite liberté d’expression retrouvée, je vous propose de joindre la parole aux actes et de commencer par ouvrir le champ audiovisuel du pays à la parole étouffée, si vous voulez être crédible. Sinon, tout ce que vous avancez n’est que pure langue de bois.

Vous reprochez au professeur d’avoir quitté le pays lui déniant, par une grossière tentative de manipulation des lecteurs, le droit de s’impliquer dans la vie publique de son pays. Eh bien, sachez Monsieur, que l’apport intellectuel d’un Addi El Houari dans le débat critique propice à un éveil des consciences en Algérie, tout en étant physiquement absent, est infiniment plus productif pour le pays que tout ce que vous avez pu entreprendre en étant présent et qui a fini par casser le ciment qui constitue le liant nécessaire aux enfants d’une même nation. L’indigent quotidien de mes compatriotes en est la malheureuse illustration.

La preuve de cet incommensurable apport de l’intelligensia de part le monde nous est donnée, entre autres, par le rôle prépondérant joué par la diaspora juive dans l’édification et le développement de l’état hébreu.

Et afin de vous enlever définitivement ce fond-de-commerce et répondre on ne peut plus sincèrement à cette espèce d’épée de Damoclès que vous suspendez continuellement au-dessus de la tête de ceux qui ont quitté le pays, je dirai que j’aurais tant aimé que les Mekbel; Alloula; Djaout; Liabes; Faredheb, et tant d’autres encore soient partis sous d’autres cieux et restés vivants car ils manquent cruellement à ce pays meurtri.

Enfin et en guise de conclusion, j’ai essayé de déchiffrer ce qu’on pouvait tirer comme enseignement des signatures des deux articles:

Il en ressort que l’un est professeur d’université dans un pays exigeant où la réussite est à la force des neurones et le mérite loin d’être un vain mot, que l’autre est un khobziste dans un pays où le système de cooptation mène aux hautes sphères de l’Etat et où l’intérêt de la nation est éludé au profit de considérations bassement viles. Que l’un décline ses travaux de recherche, livres et publications en conformité avec les exigences scientifiques du monde d’aujourd’hui, que l’autre, ne pouvant dépasser le cap de l’été 62, est responsable d’une association budgétivore représentant les anciens du MALG, comme si la fonction de ministre pouvait s’accomoder d’une telle charge.

Fort de ces réalités et pour travestir quelque peu le concept du Professeur Addi, je me permets de vous dire, Monsieur le Ministre, que vous incarnez la véritable régression. Celle-là même qui ne sera jamais féconde.
Par A. Mazari pour
www.ffs1963.unblog.fr

Commentaires

  1. omar dit :

    ahdare wella riyah avec ki tu parle un daho ould kabila le nom ki a choisi veut dire bcps

  2. assirem dit :

    Merci Monsieur A.Mazari pour cette intervention .Il faut montrer à ces imbéciles qu’ils resteront idiots toute leur vie .
    Encore merci de tout coeur .

  3. wi Yilan' dit :

    Le problème, Messieurs, c’est que, en se tapant littéralement sur la … gueule (pardon du peu) on ne fait guère mieux que celui que l’on traite avec dédain : on emploie la virulence là où, pour honorer ses propres valeurs et son propre niveau intellectuel, puisqu’on utilise ici le cursus universitaire pour opposer la véritable intelligence à la grossièreté mentale de l’autre, on emploie la virulence là où on serait bien avisé de parler en homme… cultivé (en personne qui se respecte).
    Je trouve que l’on recourt trop facilement à la formation de l’un pour descendre l’autre, oubliant que l’ensemble des hommes politiques en algérie ne sont pas des illettrés, qu’ils SONT des hommes cultivés, et qu’ils ne font pas mieux. Que, parmi les conseillers de l’ombre, il y a des cerveaux fort bien remplis au service du mal !
    Il serait judicieux de s’en tenir à des arguments réels et de cesser d’insulter qui l’on condamne pour insultes, d’agresser qui l’on condamne pour agression, de dédaigner qui l’on condamne pour dédain. C’est une véritable … insulte à l’intelligence.
    Evidemment, les insultes verbales n’ont pas le même impact que les insultes politiques. Est-ce qu’elles améliorent la situation pour autant ? De part et d’autre, on se conduit comme des … bergers (« berger » n’est pas une insulte, seulement une référence à un niveau de scolaire).
    Ce commentaire n’a pas pour objectif de juger ; seulement d’exprimer le regret profond de constater que l’intelligence à laquelle on se réfère n’est pas mise à profit pour désamorcer la violence des sentiments de part et d’autre. En s’en servant pour envenimer une situation déjà irrespirable, on insulte sa propre intelligence. Il faut aussi du coeur.
    Cessons de montrer les crocs ! Faisons en sorte que la parole soit possible. Si des études très poussées ne développent pas cette conscience chez les intellectuels de haute volée, c’est que le niveau d’études en lui-même ne suffit pas …

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER