• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 août 2008

Archive pour le 12 août, 2008

Bouteflika rend hommage à Ayatollah Khomeini

Le président Abdelaziz Bouteflika s’est recueilli mardi avant d’achever sa visite en Iran, à la mémoire de l’imam Ayatollah Khomeini lors de sa visite à son mausolée, soulignant que le défunt reste par ses actes et paroles une lumière pour les hommes épris de justice et d’équité.
« C’est un tel privilège que de me recueillir à la mémoire du grand disparu de l’islam et de la révolution islamique iranienne, l’imam Ayatollah Khomeini, puisse Dieu lui accorder sa sainte miséricorde », a écrit le président Bouteflika sur le livre d’or du mausolée.
« Il n’est point étonnant que le parcours de ce grand homme jalonné de hauts faits et son rôle prépondérant dans le triomphe de la révolution islamique iranienne restent à jamais gravés dans la mémoire des musulmans », souligne encore le président dans son message.
Bouteflika ajoute que « tous les actes et paroles de Khomeini restent une lumière qui guide les hommes épris de justice et qui oeuvrent à la répandre entre l’humanité au moment où notre nation musulmane a tant besoin de s’inspirer de ses idéaux qui ont servi et continuent de servir l’islam. »
« Le peuple algérien qui a mené sa glorieuse révolution pour l’indépendance et la libération de cette terre d’islam de l’occupant étranger, est parfaitement conscient du message du défunt visant à préserver la chariaâ de toutes formes de dérapages l’ayant entamée aux temps du déclin et des croisades », a encore ajouté le chef de l’Etat.

Le PT enregistre avec un « grand soulagement » la décision portant gel des concessions

hanoune.jpgLe Parti des travailleurs (PT) a enregistré mardi avec un « grand soulagement » la décision du gouvernement portant gel des concessions ouvrant droit à la cession du foncier industriel et celle interdisant tout partenariat qui accorderait plus de 49% aux étrangers.
Le secrétariat politique du PT a estimé que ces décisions amorcent une « rupture avec les politiques qui ont saccagé la production industrielle algérienne », confortent la souveraineté nationale et consacrent les intérêts de la nation.
Il a appelé, à cette occasion, le gouvernement à décréter l’application de ces décisions avec effet rétroactif.
Le parti a également « apprécié » les mesures d’aide et de soutien de l’Etat au profit des fellahs, « en vue d’impulser l’essor de l’agriculture », estimant toutefois d’ »incompréhensible » et de « dangereuse » la décision de démonopoliser la production, la commercialisation et l’importation des alcools.

Ce qu’a déclaré Ali Benhadj devant la Maison de la presse

lejour81.jpg« Je suis venu pour voir d’abord le journaliste du Soird d’Algérie qui a rapporté la mort de mon fils Abdelkahar, mais aussi pour avoir des explications concernant la photo publiée avec l’article en question. En réalité la photo publiée à la une du Soir d’Algérie est celle de Abdel Fatah, mon fils aîné et non pas celle de Abdelqahar. Dois-je comprendre qu’on veut pousser mon autre fils à rejoindre le maquis? La question reste posée. Cette histoire a beaucoup bouleversé mon fils aîné qui ne comprend pas ce qui lui arrive…Je suis venu juste pour déposer mon droit de réponse. Je ne suis pas venu expressément pour voir telle ou telle personne. A ce que je sache, je ne fais l’objet d’aucun interdit. Même le tribunal militaire a levé toutes les interdictions. Je ne comprends pas pourquoi on ne me laisse pas entrer. C’est mon droit en tant que citoyen de circuler n’importe où et d’aller où bon me semble. Ceci me pousse à penser que je reste interdit de parole. Sinon, comment expliquer le fait que des journaux m’attaquent sans que je puisse me défendre. Je ne vais pas me taire. C’est de la diffamation pure et simple. Donc, je ne vois pas pourquoi on m’interdit de m’exprimer ou de prendre la défense de mon fils. Si mon fils est mort, j’ai le droit de réclamer sa dépouille afin de l’enterrer selon les préceptes de l’islam. » El Mouhtarem

La phrase du jour

«Je tuerai mes quatre gosses et ma femme, ensuite je me donnerai la mort, si vous me forcez à quitter la maison!», un père de famille de Baraki (Alger)

Le directeur de la section Amnesty international d’Alger démissionne

Une semaine après son arrestation par la gendarmerie nationale à Boudouaou, et suite au démenti qu’il a envoyé à la presse, le directeur de la section algérienne d’Amnesty international a démissionné de son poste lors d’une AG.

Ali Benhadj empêché d’accéder à la maison de la presse

Ali Benhadj s’est déplacé samedi dernier à la maison de la presse d’Alger pour démentir l’article du Soir d’Algérie qui affirme que le son fils Abdelkahar figurerait parmi les terroristes abattus à Beni Douala.
Le Soir d’Algérie a également publié la photo du fils aîné de Benhadj au lieu de celle de Abdelkahar, ce qui a provoqué l’ire de l’ancien numéro 2 du FIS.

Aïn El Hammam: Les élus FFS se recueillent sur la tombe de Mourad

Les élus FFS de l’APC de Aïn El Hammam ont tenu à rendre hommage à un employé de la mairie décédé il y a quarante jours. Ouvrier de la voirie, Mourad comme l’a dit si justement un élu FFS, était “dhazedgan” (propre). Il était effectivement un modèle dans son travail et dans ses relations avec les gens. La DDK

Après l’assassinat d’un jeune de 25 ans: Chetaïbi s’enflamme

Le jeune Lyès Bouaziz, 25 ans, a été assassiné d’un coup de couteau hier tôt dans la matinée, alors qu’il poursuivait des voleurs qui ont tenté de cambrioler son domicile familial. La victime, qui venait juste de terminer son cursus universitaire, a rendu l’âme lors de son transfert au CHU de Annaba. Ce drame s’est passé aux environs de la prière du “fedjr”. Cette matinée, quatre malfrats, originaires du quartier Ruisseau d’or de Annaba, spécialisés dans les vols avec agressions caractérisées, ont jeté leur dévolu sur le domicile de la famille Bouaziz Mokhtar, situé à l’entrée du village.
Alertés du drame, les jeunes du village ont lancé une véritable chasse à l’homme puis aux estivants. Le bourreau du jeune Lyès a été arrêté et sévèrement corrigé, quelques heures plus tard, du côté de la plage Sable d’or sur la route menant au site de Sidi-Akacha, à quelque 7 km environ du lieu du meurtre. Cependant, lors de son arrestation par ses poursuivants, l’assassin a réussi une fois encore à faire une seconde victime. Celle-ci, sérieusement atteinte à l’arme blanche, a été évacuée en urgence au CHU de Annaba. La région de Chetaïbi est pratiquement bouclée par les jeunes du village, dont une partie s’est attaquée malheureusement aux estivants, installés au niveau de la plage de la ville, la fontaine romaine et la baie ouest.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER