Événements de Sidi Aïssa: la famille Arbaoui saisi le président Bouteflika

emeutes.jpgLes membres de la famille Arbaoui dont le fils Saad a été assassiné par le fils du patron de l’hôtel Enaga, dont 8 sont poursuivis en justice et sous le coup d’un mandat d’amener, ont adressé une lettre au président Abelaziz Bouteflika. Les membres de la famille Arbaoui ont indiqué que la délivrance de mandats d’amener à leur encontre s’apparente «à un complot contre notre famille». Dans cette lettre, ils relatent les péripéties de l’agression du défunt Saâd, «l’inconsistance des services de police qui n’avaient rien fait pour le constat et l’établissement du compte-rendu de l’agression qui était en fait une systématique tentative de meurtre».

Rien n’a été entrepris par la justice contre Mohamed Amine, le fils du propriétaire de l’hôtel, après que Arbaoui Saâd ait succombé à ses blessures, lequel jouit à ce jour de toute sa liberté. Les signataires de la lettre attestent qu’ils étaient au cimetière pour enterrer Saâd au moment où l’hôtel a pris feu et que certaines personnes, voulant en découdre avec le propriétaire de l’hôtel et ses activités, avaient profité des funérailles pour sceller le sort de cet établissement, le réduisant en un tas de cendres. La famille s’est démarquée des actes qui ont été à l’origine de la dévastation de l’hôtel. Par ailleurs, elle ne comprend pas le comportement mystérieux des autorités, qui a fait que le fils de Arbaoui Saâd, Fatah, âgé de 22 ans, et le frère du défunt se retrouvent accusés d’avoir participé à la destruction de l’hôtel et croupissent dans la prison de M’sila.

« On demande solennellement aux autorités de ce pays pourquoi Mohamed Amine, l’auteur de l’assassinat de notre fils Saâd, n’a pas été arrêté depuis 28 jours. Au lieu de cela, on veut nous faire taire en nous faisant endosser les événements qui ont secoué la ville de Sidi Aïssa », écrit la famille, qui demande au président Bouteflika d’intervenir pour mettre un terme à cette affaire. 

Synthèse d’El Mouhtarem

Commentaires

  1. elias dit :

    justice a deux vitesses

  2. tamurth dit :

    il tue en plus il est en liberte tahya le bordel algerien de el 3iza wa el karama , en algerie c unikement interdit de denoncer le regime en place le reste tt est permis

  3. la vérité dit :

    Ne vous laissez pas faire par cette hogra, Bouteflika s’en fout royalement de vous, c’est un criminelle de la pire éspèce.

  4. mohamed-ali dit :

    mah’ma tal èlil en’har itafiih et mah’ma toual edlam echemse etafih

  5. passant dit :

    la famille larbaoui vous avez le culot de crier injustice qui a tuer DAOUDI? il ne s’est pas suicidé je pense….
    vous êtes une famille pourrie de père en fils tout le monde vous connais la preuve votre héros saad c’est qui? Un mafieux,un drogué qui a semé la terreur au sein de la population de SIDI-AISSA.Au diable plutôt en enfer votre saad et consort

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER