• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 17 août 2008

Archive pour le 17 août, 2008

Déclaration du jour…

«Il faut mobiliser l’opinion pour éviter que Hassani ne s’évapore dans la nature. Son arrestation justifie le combat que nous avons mené depuis vingt ans. C’est la preuve que la raison des citoyens peut parfois se dresser contre celle des Etats»: Annie Mécili (Rue89.fr)

L’affaire Hassani lue dans la presse algérienne

algeriejournaux23.jpgInfosoir (francophone) a consacré sa Une de samedi (grand portrait de Mecili) à l’arrestation d’un diplomate algérien Mohamed Ziane Hassani. Infosoir a publié une dépêche de l’AFP. 

Le Quotidien d’Oran, (francophone) dans son édition d’aujourd’hui (page 2), a repris une dépêche de l’AFP. Par ailleurs, le lecteur ne trouvera pas l’article dans l’édition électronique du journal.

El Watan (francophone) a donné l’information en deuxième ouverture de Une avec la photo de Mecili. « Rebondissement dans l’affaire Ali Mecili: Un fonctionnaire du ministère des AE mis en examen à Paris«  est le titre d’un article de Nadjia Bouaricha consacré à l’événement. La journaliste a travaillé sur la base des infos diffusées par l’AFP et le communiqué du FFS. Par ailleurs, MAO a écrit un article intitulé « Chronologie d’une affaire étouffée par deux raisons d’Etat ». L’auteur retrace toutes les étapes depuis l’assassinat de Mecili en 1987 jusqu’à l’arrestation de Hassani.

El Khabar (arabophone) a consacré la première ouverture de sa Une pour l’événement.  « Affaire de l’assassinat de Ali Mecili en 87: Un diplomate algérien sous contrôle judiciaire à Paris » est le titre de l’article écrit par Mohamed Iouanoughene qui a repris les infos contenues dans les dépêches et le communiqué du FFS. 

Sawt El Ahrar (arabophone) (journal du FLN) a publié un article en page 3 où il fait état de l’humiliation qu’aurait subie le diplomate Hassani. 

L’Expression (francophone) a publié un article en page 2. « Affaire de l’assassinat de Ali Mecili: Un diplomate algérien mis en examen en France«  est le titre de l’article qui reprend une dépêche de l’AFP.

Liberté (francophone) a consacré sa Une avec une grande photo de Mecili. « Interpellation d’un diplomate algérien à Marseille: La justice française relance l’affaire Mecili » est le titre d’un article consacré à l’événement. Le journal a publié un extrait du communiqué du FFS et une contribution d’un haut cadre algérien intitulée « L’Algérie humiliée ».

Algérie News (francophone) a consacré la Une à l’événement avec une grande photo de Mecili. « Affaire Mecili: une si longue enquête » est le titre choisi par le journal. Algérie News a consacré son édito et les pages 2 et 3 à l’affaire avec un entretien de Hocine Zehouane qui parle du chantage politique sur l’Algérie. Par contre Algérie News en arabe a préféré passer sous silence l’événement.

El Fadjr (arabophone) a consacré la deuxième ouverture de sa Une à l’événement. Le journal a publié un article sur la base de dépêches de l’AFP et le communiqué du FFS.

NB: Les quotidiens Ennahar (arabophone) et Sawt El Ahrar ont insisté sur l’humiliation qu’aurait subie Hassani. Les deux quotidiens et El Fadjr ont indiqué que le ministère des AE va réagir par un communiqué. Les autres journaux tout comme l’agence officielle APS, ont préféré passer sous silence l’événement.

Par El Mouhtarem

Le journal de Anis Rahmani au secours de Hassani !

rahmani.jpgLe quotidien Ennahar de Anis Rahmani a indiqué aujourd’hui que les autorités françaises ont humilié le diplomate algérien, directeur central au AE, Mohamed Ziane Hassani. « Il a été maltraité, dépouillé de ses vétements et a subi des pressions », a souligné Ennahar. « M. Hassani a été transféré à Paris par TGV pour le présenter devant un juge chargé des affaires du terroriste. Il a été longuement interrogé, alors que les services français savaient que le diplomate arrêté n’avait aucune relation avec l’accusé cité par Samraoui…. La différence d’âge entre les deux est de 10 ans, leurs noms différent et sont issus de deux régions différentes. Le diplomate arrêté est de Tolga et l’autre est des Aurès », a écrit la journaliste qui a ajouté que M. Hassani a été  »traité comme un criminel de guerre ou à membre d’une bande de malfrats. » Par ailleurs, Ennahar a affirmé que les autorités françaises n’ont pas pris en considération le passeport diplomatique de M. Hassani, « alors que les diplomates français sont très respectés en Algérie ». « Les autorités françaises n’ont pas pris en considéartion les efforts consentis par Bouteflika dans le cadre de la consolidation de l’amitié algéro-française. M. Bouteflika a montré sa bonne foi lors de sa participation au sommet de l’UPM tenu en juillet dernier à Paris.  (Cette phrase on peut la lire également dans le papier de Liberté NDLR).  Ennahar a souligné, par ailleurs, qu’au moment de l’assassinat de Mecili en 1987,  M. Hassani était un haut fonctionnaire de la présidence de la République, chargé de la résidence. « Tout le monde témoigne de sa droiture et de son comportement expemlaires », a écrit le journal.   »M. Hassani a vecu 48 heures d’horreur suite à l’interrogatoire qu’il a subi », a indiqué Ennahar en précisant que le diplomate est contraint de signer un pv deux fois par semaine. « Les autorités françaises ont imposé à M. Hassani de résider à l’ambassade d’Algérie à Paris, puisqu’il est interdit de résider dans les hôtels français »,  a rapporté Ennahar.  Enfin, le journal de Anis Rahmani, a affirmé que Hassani sera jugé le 27 août prochain au retour des vacances du juge chargé de l’affaire.  Tout comme Liberté, Ennahar a joué sur le registre de l’humiliation.  

Par El Mouhtarem

Sur la photo: Anis Rahmani

A quoi joue le bureau d’Alger de l’AFP?

siteliberte.gifLe quotidien Liberté a publié une réaction d’un haut fonctionnaire algérien du nom de  Sid Ahmed Abdelhadi. L’auteur de l’article intitulé « L’Algérie humiliée », a mis en garde la France contre une détérioration de ses relations avec Alger après l’interpellation du responsable du protocole au ministère des Affaires étrangères soupçonné d’avoir commandité l’assassinat à Paris en  1987 de l’opposant Ali Mecili.  Tout comme Abou Djerra Soltani, M. Abdelhadi a essayé de semer la confusion en affirmant que l’arrestation du haut cadre de l’Etat algérien s’est faite sur « la base d’une fallacieuse homonymie et qui, en son temps déjà, avait prouvé que la confusion sciemment entretenue autour de son identité relevait d’une manœuvre tendancieuse orchestrée par le félon Samraoui dont l’obstination à desservir son pays relève purement et simplement de la traîtrise ».

Par ailleurs, nous ne comprenons pas à quoi joue le bureau de l’AFP d’Alger qui, dans un dépêche diffusée aujourd’hui, met les propos de Sid Ahmed Abdelhadi sur le compte du quotidien Liberté. En effet, l’AFP a écrit ce qui suit: « Le quotidien indépendant algérien Liberté a mis en garde la France dimanche contre une détérioration de ses relations avec Alger (…)  Sous le titre : « l’Algérie humiliée », Liberté qualifie l’interpellation du haut fonctionnaire algérien de « coupable désinvolture » de la part de Paris, en  réaffirmant que M. Hassani est « abusivement cité dans une affaire d’homicide (…) sur la base d’une fallacieuse homonymie ». 

Enfin, à moins que le correspondant de l’AFP sait que l’auteur de l’article est un journaliste de Liberté qui se cache derière le nom d’un haut cadre de l’Etat. Une question reste posée: Liberté est-il une institution de l’Etat pour mettre en garde un Etat ? El Mouhtarem

Mustapha Bouchachi: « Je suis content d’apprendre la réouverture du dossier Mecili »

bouchachi.jpgLe président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), Mustapha Bouchachi, s’est dit très content d’apprendre la réouverture du dossier Mecili, rapporte le quotidien Algérie News. « J’espère que les commandaitairs seront jugés », a déclaré M. Bouchachi. S’agissant de la procédure judiciaire, l’avocat estime, ajoute Algérie News, que cette mesure impose à l’individu concerné l’interdiction de quitter le territoire. Par ailleurs, le président de la LADDH a qualifié la mesure prise par le juge Baudoin Thouvenot de positive puisqu’elle « permet de recueillir des informations et de faire toute la lumière sur ce lâche assassinat ». Me Bouchachi a conclu qu’il y va de la crédibilité de la justice française de rendre justice à la famille et aux proches de la victime.

Ces Chinois qui exploitent les Algériens

Les ouvriers algériens de l’entreprise chinoise CITIC RCC, chargée de la réalisation du tronçon autoroutier El Adjiba-Bordj Bou-Arréridj, dont la base vie est implantée en contrebas de la daïra de M’chedallah, ont barricadé hier l’accès menant à ladite base avec des pneumatiques brûlés et des pierres. Les protestataires ont paralysé tout mouvement des camions et autres engins de l’entreprise. Les représentants des travailleurs sont unanimes à déplorer les conditions de travail prévalant sur le chantier. Ils ont en outre dénoncé une surexploitation dont ils font objet des mois durant. «Les Chinois ne veulent pas respecter notre droit aux différentes indemnités et à un salaire digne», déclare un ouvrier, à El Watan, avant de conclure : «Lorsque un ouvrier ose réclamer son droit c’est le licenciement et ce n’est pas avec 12 000 DA que l’ouvrier peut joindre les deux bouts »  poursuit-il. D’autre part, les contestataires n’ont pas manqué de montrer du doigt le bureau de main-d’œuvre local (Alem), accusé d’avoir inondé l’entreprise chinoise en « main-d’œuvre bon marché».

Synthèse d’El Mouhtarem

Colère citoyenne

colere1.jpgSkikda: tentative d’attroupement à la Marsa avortée 

La commune de la Marsa dans la wilaya de Skikda a failli vivre hier le même incident qui s’est produit à Chetaïbi. En effet, des jeunes habitants de la localité s’étaient attroupés pas loin de la plage à proximité de l’abri de pêche. Leur objectif était d’expulser les jeunes campeurs qui seraient derrière la multiplication des vols et des casses de locaux commerciaux et habitations enregistrés depuis le début de la période estivale. «Nous en avons assez de cette situation d’insécurité intervenant à chaque été. Ces derniers jours, 3 voitures neuves ont disparu et des magasins ont été visités et vidés de leur contenu par des malfrats. Ce sont les groupes de délinquants qui déferlent chez nous pour prétendûment camper sur la plage. Ils en profitent pour commettre leurs méfaits tard dans la nuit», dira un jeunec au Soir d’Algérie

Boumerdes: Des villageois de Legata ferment une route et le siège de l’APC

Des dizaines de citoyens des villages Ben Hamouda, Ghermoul et Ben Tarzi, dans la commune de Legata, ont fermé le siège de l’APC dans la matinée d’hier pour protester contre le non-revêtement de la route reliant leurs villages au chef-lieu. Après s’être rassemblés devant le siège de l’APC, les villageois avaient procédé, pour se faire entendre, à la fermeture de la route reliant leur commune à celle de Bordj Ménaïel. Après une entrevue qui les a réunis avec le chef de daïra, les protestataires se sont fixé rendez-vous pour aujourd’hui devant le siège de la wilaya. 

Béjaia: Des habitants de Toudja ont protesté contre la pénurie d’eau

Les habitants de deux villages de la commune de Toudja ont observé un rassemblement devant le siège de l’APC pour manifester leur colère contre la pénurie de l’eau potable. “ Nous demandons des autorités locales de prendre en charge nos doléances. Nous ne demandons rien d’autre, si ce n’est d’étancher notre soif” tonnent les habitants des deux villages.

Synthèse d’El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER