M. Bouchachi président de la LADDH: «Il n’y a pas de réconciliation pour qu’elle soit visée»*

A votre avis, quel est l’impact de la recrudescence des actes terroristes sur la réconciliation ?     

M. Bouchachi : Nous dénonçons avec force les attentats barbares perpétrés contre les Algériens, notamment ces deux derniers mois. Ce sont des actes commis au moment où on croyait au retour de la paix en Algérie. Nous disons que la violence politique qu’a connue le pays suite à l’arrêt du processus électoral en 1992 n’a aucune relation avec le terrorisme aveugle que nous vivons aujourd’hui. Nous avons toujours dit qu’il n’y a pas de réconciliation nationale, mais un ensemble de lois décidées par le régime pour rétablir la paix. La loi sur la réconciliation n’a pas fait l’objet d’aucun débat au niveau de la classe politique. Cette dernière n’a pas été associée à la rédaction de cette loi. Le résultat est là : la paix précaire à laquelle nous avions espéré à travers ces lois n’est pas concrétisée.   

Voulez-vous dire qu’il n’existe pas de rapport ente le terrorisme et la réconciliation ?     

 La vérité est qu’il n’ ya aucun projet politique derrière les actes barbares que vit l’Algérie ces derniers temps. Ce sont des actes terroristes qui ne visent que plus de destruction. Il n’existe pas en Algérie une vraie réconciliation nationale pour affirmer qu’elle est visée par les attentats terroristes. Je constate que le régime politique a vaincu les islamistes, raison pour laquelle il a mis en place un arsenal juridique pour rétablir la paix, mais cela relève plus de la surenchère.        

Que faut-il faire dans ce cas ?     

Si le régime avait réalisé une véritable réconciliation politique en associant les acteurs politiques et la société civile, le terrorisme n’aurait jamais atteint de telles proportions. Le régime seul ne peut pas rétablir la paix et rien ne peut justifier cette barbarie.   

Mais que faire ?    

 Ma mémoire me renvoie au Contrat national signé à Rome en 1995. C’est un document porteur d’une véritable réconciliation  nationale. En outre, nous avons  besoin d’un projet national, de libertés politiques plus larges et du règlement des problèmes socioéconomiques. Je dirai que les ressources pétrolières de l’Algérie pourront faire sortir le pays du gouffre.     

*Entretien réalisé par El Khabar. Traduction d’El Mouhtarem www.ffs1963.unblog.fr

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER