• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 28 août 2008

Archive pour le 28 août, 2008

Les mots n’ont plus de sens

corr.bmpLe vice-président de l’APN et néamoins ancien maire RND, issu de la fraude, de la commune de Kouba (Alger), Seddik Chihab, a déclaré à la presse que le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, n’est pas près de reculer, principalement en ce qui concerne la lutte contre la corruption. «Oui, Ouyahia est déterminé à aller de l’avant dans son combat dont nul ne peut ignorer les bienfaits sur l’économie et la stabilité du pays.» Les propos de Chihab Seddik me font vraiment rire. En effet, si le gouvernement décide réellement de lutter contre la corruption, l’ancien maire de Kouba (1997-2002) sera le premier qui sera jeté en prison pour corruption. Par El Mouhtarem

Colère citoyenne

1colere.jpgRelizane: manifestaion des jeunes contre l’augmentation du prix du transport:

Des dizaines de jeunes de la nouvelle-ville Adda- Benada, ex-Bermadia, à 5 km du chef-lieu de Relizane, ont investi, hier, la rue reliant la nouvelle-ville au chef-lieu  pour  protester contre l’augmentation du prix du ticket de transport passé de 15 à 10 DA.
Les manifestants ont barré la route à l’aide de pierres. Les éléments du service de sécurité sont intervenus pour disperser les protestataires. Par ailleurs, des jeunes s’étaient dirigés vers le siège de la wilaya, où le premier responsable a donc écouté les cris de détresse de la population tout en enregistrant leurs doléances.

Constantine: les habitants de Bardo manifestent:

Le début de l’opération relogement des 350 bénéficiaires de logements, dans le cadre de la deuxième phase de l’éradication du quartier Le Bardo, à Constantine, a été marqué par une vague de protestation.
Près de 200 personnes ont manifesté leur colère à l’égard de l’administration, accusée de faire preuve d’exclusion et de partialité dans le traitement de ce dossier. Les manifestants, qui ont tenté à un moment donné de fermer la circulation au niveau de l’avenue Rahmani- Achour, ont dû céder face au dispositif des agents de l’ordre, présents en force sur les lieux.

Tipaza: Les habitants de Si Amrane ferment la route:

Les habitants du village Si Amrane dans la commune de Menacer ont fermé hier la route menant vers la commune de Cherchel suite à l’augmentation du prix du transport. En effet, en dépit de la décision de la direction des transports de la wilaya de Tipaza obligeant les  transporteurs  à surseoir à leur décision d’augmenter de 5 DA le prix du ticket, ces derniers refusent d’obtempérer. 

Karim Tabbou: «Les architectes de la dictature sont préoccupés par le partage des richesses et du pouvoir»

tab.jpgLe Front des forces socialistes organise, depuis mardi dernier, un camp politique dans la ville balnéaire de Souk-El-Thenine dans la wilaya de Béjaia.
320 jeunes militants, représentant une quinzaine de wilayas, ont pris part à l’ouverture des travaux de cette rencontre politique Ali-Mecili d’été par le premier secrétaire national du FFS, en présence de Maamar Boudersa, expert en économie, et Djamil Chahine, militant palestinien des droits de l’homme. Le camp politique en question, organisé annuellement par le FFS qui s’étalera jusqu’au 29 août courant, constituera pour les jeunes militants du parti d’Aït Ahmed «un espace de formation, d’échange d’idées, de valeurs et d’expériences dans un esprit de liberté, de pluralisme et de tolérance», indiquent les responsables du plus vieux parti d’opposition. Intervenant à l’ouverture des travaux de la rencontre, Karim Tabou, premier secrétaire du FFS, a mis l’accent sur le contexte politique difficile dans lequel se tient l’université d’été des jeunes de son parti. Un contexte politique, selon le responsable national du FFS, marqué par des attentats sanglants, des grèves de la faim, des révoltes populaires et la misère sociale qui sont des faits quotidiens, tandis que «les architectes de la dictature sont préoccupés par le partage des richesses et des pouvoirs», dénonce-t-il. Dressant un sévère réquisitoire sur la situation politique, économique et sociale du pays, Karim Tabbou estime que «l’extrême pauvreté qui ronge la société et la piège dans un cercle vicieux d’exclusion, de violence et de répression peut servir de terreau aux aventuriers de tous bords et charlatans politiques ». Dans la foulée, le premier secrétaire du FFS soulignera la nécessité de l’engagement de tous les citoyens dans le combat pour la défense des droits de l’homme et de la démocratie dans le pays. «Au lieu d’un sursaut salvateur en faveur de la démocratie, le pays s’enfonce dans l’impasse et le statu quo. Les derniers attentats viennent démentir les informations officielles de réconciliation nationale réussie. C’est parce que demain risque d’être plus difficile qu’aujourd’hui, qu’il faut nous organiser et nous retrouver pour assumer notre rôle politique, être les acteurs et non des sujets ou des jouets de l’histoire», martèle avec force le responsable national du FFS. Poursuivant son réquisitoire, Karim Tabbou enfoncera un peu plus le clou avec ceux qui glorifient les «vertus» d’une réconciliation réussie et d’une paix retrouvée dans le pays. «La paix est encore loin et la démocratie promise n’est toujours pas là», tonne Karim Tabbou. «La liberté de conscience et la liberté d’expression sont bafouées par la violence et l’intolérance. La colère est toujours là, elle fauche des vies humaines au quotidien, elle accroît le sous-développement et nous rend plus vulnérables aux crises encore plus difficiles qui peuvent surgir à l’avenir», dénonce Karim Tabbou dans son intervention. Le premier responsable national du FFS notera enfin qu’il est impératif de stopper l’érosion des principes et des valeurs, qui ont fait la fierté de notre histoire, en agissant intelligemment par la construction d’un large mouvement de contestation pacifique national et de conscience politique, capable de redonner espoir à la population. Par ailleurs, Hamid Ferhat, président de l’APW de Béjaïa et militant du parti d’Aït Ahmed qui était présent à cette rencontre d’été des jeunes du FFS, n’a pas manqué, pour sa part, lors d’une prise de parole, de fustiger le pouvoir. «La corruption et la mauvaise gestion, le bradage des entreprises, l’exclusion du peuple pour la répartition des richesses exposent le pays à des lendemains incertains», selon le premier responsable de l’institution élue de la wilaya.
A. Kersani, Le Soir d’Algérie

RSF dénonce la régression de l’espace internet en Tunisie

Reporters sans frontières dénonce le renforcement de la censure sur le réseau Internet tunisien. Depuis le 24 août 2008, le site du réseau social Facebook est bloqué sans explication.

“La censure touche aujourd’hui des sites très populaires qui n’ont a priori aucune portée politique. Le blocage de Facebook s’ajoute à celui de YouTube et de Dailymotion. Les sites de partage en ligne sont des espaces que les autorités veulent contrôler pour ne pas laisser la dissidence s’exprimer. Il est déplorable de voir l’espace Internet régresser“, a déclaré l’organisation.

Avant d’être totalement bloqué, le site Facebook (http://www.facebook.com) a connu des difficultés d’accès selon les fournisseurs d’accès utilisés par les internautes. Par exemple, les clients de PlaNet ne peuvent plus accéder à cette adresse depuis le 18 août. Le site reste cependant accessible en se connectant à d’autres adresses (http://www.new.facebook.comhttp://www.www.facebook.com).

Selon une étude réalisée par l’entreprise tunisienne de marketing Buzz2com, Facebook regroupait 28 313 internautes tunisiens le 14 août 2008. Certains dissidents, comme Mohammed Abbou, y ont récemment créé leur page personnelle, lançant des débats de société sur le site.

“C’est un phénomène important. Depuis deux ou trois semaines, Facebook est le lieu où s’exprime la dissidence. De nombreux blogs ont été fermés et leurs auteurs ont pu débattre sur Facebook en créant leur page personnelle“, a confié une internaute à Reporters sans frontières. On recense six groupes sur le site concernant la fermeture de Facebook en Tunisie, qui mobilisent un peu plus de 5 000 internautes.

Par ailleurs, Dailymotion et YouTube ont été rendus inaccessibles respectivement le 3 septembre 2007 et le 2 novembre 2007. YouTube reste cependant consultable à d’autres adresses telles que http://www.fr.youtube.comhttp://www.it.youtube.com et par l’adresse IP http://208.65.153.253. Dailymotion aurait été ajouté à la liste de sites filtrés en tant que site pornographique.

Les messageries Internet sont également filtrés. D’après des tests effectués en Tunisie, certains e-mails sont reçus vides et disparaissent de la boîte après ouverture. Sur Yahoo !, il est également impossible d’attacher des fichiers aux e-mails car la fonction est désactivée. Sur Gmail, la lecture est plus facile, mais il est souvent impossible de répondre à son interlocuteur.

Cette forme de filtrage (DPI – deep packet inspection) est communément utilisée en Chine pour filtrer les sites Internet pornographiques ainsi que ceux qui traitent des questions “sensibles“ telles que le Tibet, le mouvement spirituel Falung Gong ou encore le massacre du 4 juin 1989.

Par ailleurs, le logiciel TOR, qui permet de rester anonyme sur Internet et de contourner la censure en ligne, n’est pas téléchargeable en Tunisie.

“Ce filtrage contribue à créer une atmosphère de surveillance généralisée car il concerne tous les abonnés et pas seulement les dissidents. Les autorités tentent de travestir la censure en problème technique“, a ajouté l’organisation.

La Tunisie figure dans la liste des Ennemis d’Internet établie par Reporters sans frontières. Elle est le pays du Maghreb le plus répressif en matière d’expression sur le Net.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER