• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 2 septembre 2008

Archive pour le 2 septembre, 2008

Ouyahia réagit à l’affaire Hassani

Interrogé, en marge des travaux de l’APN, sur l’arrestation du diplomate algérien, Mohamed Ziane Hasseni, en France, le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, a noté que « l’affaire est en ce moment traitée par les instances judiciaires françaises », soulignant que « la presse nationale a rapporté ce jour des données prouvant la véracité et la force de nos espoirs ».

Affaire Hassani: Les supputations infondées d’El Khabar

elkhabar.gifLe quotidien algérien El Khabar parait détenir des informations sur l’aboutissement du dossier Mohamed Ziane Hassani. En effet, d’après le journaliste M. Iouanoughen, le sort de la procédure serait scellé. « Le témoignage de Samraoui ex-officier de la Sécurité militaire ne sera pas pris en compte, car c’est un opposant au régime », écrit le journaliste. Mais d’où détient-il ces affirmations ?
-Si la justice ne prend pas en considération les témoignages d’opposants, quels sont alors les témoignages qu’elle prendra en compte ? Celui de Hicham Aboud, Sifaoui, Toufik, Belkhir….?
Jusqu’à preuve du contraire, M. Samraoui n’a pas été entendu par les juges, donc les supputations du journal El Khabar n’ont aucun fondement.

Par Juba

Affaire Mecili: Le silence de Benbella

benbella.jpgHichem Abboud a apporté un témoignage en faveur de Hassani. C’est un témoin à charge devant un tribunal et non sur un journal. Ali Mécili était un moudjahid, un maquisard, un patriote, un nationaliste quand les autres dansaient ou rigolaient ou ne sont pas encore nés. Pour l’histoire, Ali Mécili a été assassiné à cause de la signature de l’accord de Londres entre Ait-Ahmed et Benbella en 1985. C’est cette alliance contre-nature qui a causé sa mort. Le témoignage de Benbella est important devant la justice. Benbella, l’allié de Bouteflika n’a rien dit. Il faut reprendre la tribune d’Octobre qu’éditait Benbella à Paris avec l’argent reçu d’ailleurs. Benbella aurait pu déposer une plainte contre les commaditaires, les complices et les exécutants de Mécili, d’autant plus que le ministre actuel de la justice est considéré comme un homme de Benbella, dont les rumeurs disent qu’il est son neveu. A ce jour, Benbella se tait. Pourquoi, la justice algérinne n’a pas ouvert une enquête. Mécili est un Algérien et un moudjahid avant qu’il ne deviennent un opposant. L’accuser d’être un agent des Français sans aucune preuve est une grave manipulation. Il faut sortir du mensonge pour entrer dans l’ère de la vérité. Elle doit commencer par l’ouverture,en Algérie, du procès des commanditaires, des complices et des exécutants de Mécili.

Par Maamar Boudersa

L’esprit Boussouf…

bouss.jpgL’esprit Boussouf vient d’être illustré avec éclat par la justification de Hicham Aboud au meurtre de M. Mecilli. Tout est y dit. Un nationalisme rétograde, virulent et criminel. Pour son Algérie, sa propre vision de l’Algérie, il n’hesite pas à confondre un opposant au régime algérien et un ennemi de l’Algérie. Il se donne le droit de liquider physiquement une vie humaine pour le compte du Pouvoir. Il se métamorphose en un véritable assassin tout en croyant qu’il a fait son devoir de patriote.
C’est exactement de cette façon qu’a commencé notre malheur. Abane Ramdane, Krim Belkacem, Mohamed Khider, Khemisti, et tous les autres qui ont suivi jusqu’à nos jours. Et c’est avec cette façon de penser que les terroristes d’aujoud’hui justifient leurs bombes et leurs crimes.
L’esprit Boussouf qui plane encore sur les services de renseignements est la clé du désastre algérien. Ça donne des ailes de puissance en réduisant un peuple à l’obéissance.
Indépendamment de son témoignage sur l’affaire de Hassani, M. Aboud vient de laisser tomber son masque de patritismen pour appaître un visage monstrueux de tueur inné.

Par Sniper

Le chiffre du jour

Parmi les 43 victimes de l’attentat des Issers (Boumerdes), 13 sont originaires de la wilaya de Tlemcen. Agés entre 21 ans et 23 ans, les 13 enfants de Tlemcen s’étaient rendus à l’école de gendarmerie des Issers pour y passer le concours d’entrée; malheureusement, des criminels en ont décidé autrement.

Conseil des ministres: « La harga est un crime »

haraga.bmpLa criminalisation du phénomène des harraga avait été examinée et adoptée en juillet dernier à l’occasion du dernier conseil du gouvernement présidé par Ahmed Ouyahia. Dimanche, en conseil des ministres, le président Bouteflika a inscrit ce phénomène à l’ordre du jour du Conseil des ministres. «Il s’agit de l’incrimination de la sortie illégale du territoire national», est-il dit en substance dans le communiqué du conseil rendu public avant-hier. Le phénomène des harraga serait ainsi «passible d’une peine pouvant aller jusqu’à six mois d’emprisonnement». El Mouhtarem

FFS de Souk-Oufella (Béjaia): DECLARATION

En réaction à la rumeur colportée par le Maire RCD de Souk-Oufella, astucieusement propagée par ses relais sournois, dans le but évident de travestir un affront éthique et politique, en une fantasmagorique victoire administrative ayant trait à sa «Substitution occulte» et à la présence de la commission d’enquête à pied d’oeuvre au niveau de la commune, les élus de l’opposition ralliés au FFS précisent:

 

1)- De la supposée mesure de substitution.

 

Nous les 4 élus majoritaires au sein de l’assemblée donc directement concernés, affirmons qu’à ce jour, aucune décision officielle ne nous a été parvenue alors que paradoxalement, nous avons été saisis individuellement par les mises en demeure. Le 24 et 25 juin 2008 dont acte…

2)- De l’inspection d’enquête

 

Nous attestons que c’est sur notre demande qu’elle est diligentée. Nous l’avons exigée sans conviction mais par acquis de conscience afin que nul ne peut nous reprocher d’avoir cautionner la gabegie.

 

Cela étant précisé, nous réaffirmons notre engagement, d’honorer ceux qui nous ont accordé leur confiance, en continuant contre vents et marées à dénoncer et à démasquer, les nihilistes , les opportunistes et ferons obstacle à toute atteinte à la souveraineté populaire.

 

Souk-oufella, le 01 Septembre 2008

 

 

 A Monsieur, le Wali
De la wilaya de Bejaia

 

Objet : Demande d’une inspection d’enquête

 

Monsieur, le Wali

 

Devant le refus d’obtempérer aux mises en demeure adressées le 24 et le 25 Juin par Mr le chef de daïra de Chemini à l’ensemble des élus de l’APC de Souk-Oufella, nous avions pour notre part, dés le 01 juillet pris nos dispositions en envoyant une correspondance avec accusé de réception au Président de l’assemblée lui demandant de réorganiser en occurrence la session ordinaire qu’il avait programmée pour le 08/07/08 et d’y ajouter à l’ordre du jour le point suivant « Compte rendu de gestion du 08/12/ 07 au 08/07/08’ .dont une copie vous a été transmise à vous-même, ainsi qu’a Mr le chef de daïra de Chemini.

 

Persistant dans son entêtement, à se mettre « hors la loi », ce dernier sans ambages a rejeté notre courrier avec la mention « refusé » rééditant sans vergogne les circonstances des passations de consignes auparavant dénoncées par le président d’.APC sortant. Nous pouvons donc, par intime conviction et objectivement déduire qu’il recherche fébrilement et obstination la dissolution de l’assemblée pour se soustraire à ses responsabilités.

 

En conséquence, nous considérons, qu’il est de notre responsabilité d’insister auprès de votre autorité pour diligenter une commission d’inspection de vos services avant la mise en œuvre éventuelle de votre pouvoir de substitution. Nonobstant l’opacité de sa gestion et la complicité avérée de certains préposés de l’administration, (exemple le fractionnement du marché portant décision n°NF.5.391.7.262.358.01). Nous déplorons notre difficulté à pouvoir fournir de plus amples indications, cependant, nous restons à la disposition de l’inspection à toute fin utile.

 

Dans l’infime espoir d’un aboutissement de notre requête, nous demeurons en ce qui nous concerne convaincus du devoir accompli et vous transmettons Monsieur le Wali nos respectueuses considérations.

 

Souk-Oufella le 17 juillet 2008
Copie /pour information :
A Monsieur, le Président de l’APC de Souk-Oufella
A Monsieur, le chef de Daïra de Chemini

Hassani maintenu sous contrôle judiciaire

Le contrôle judiciaire auquel Mohamed Ziane Hasseni est soumis, soit deux présentations par semaine devant le service des contrôles judiciaires du tribunal correctionnel de Paris, devra être ramené à une seule fois par semaine en attendant que la chambre d’instruction décide, dans les jours à venir, des suites à donner à la demande d’annulation de la mise sous contrôle judiciaire introduite en appel par ses avocats.

Un rejeton bien belliqueux

Le fils d’un ministre en exercice a été hier à l’origine d’un grand brouhaha au niveau de la rue Ben-M’hidi, à Alger-Centre. Il a usé du statut de son «papa» pour entrer en confrontation avec des employés de la commune d’Alger- Centre et des policiers, lorsque ces derniers étaient sur le point d’arracher des herses érigées illégalement à l’entrée d’une ruelle où est situé son local. Ayant affiché une opposition radicale en usant de tous les moyens, il a été embarqué au commissariat pour audition pour être relâché une heure après. (Sources Les Soir)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER