Hamida Ayachi- Ambassade de France: la polémique

hmida.jpgLa lettre du chargé d’affaires de l’Ambassade de France en Algérie à Hamida Ayachi

Monsieur,

J’ai été profondément choqué et surpris par la publication dans «Algérie news» des 28 et 29 août des textes numéros 25 et 26 intitulés «Anges et Démons», dans lesquels vous mettez en scène des agents actuellement en fonction à l’Ambassade de France en les plaçant dans des situations de fiction attentatoires à leur dignité et à leur honneur, sans vous être enquis à aucun moment de leur consentement. En citant nommément ces agents, vous êtes également susceptible de porter atteinte à leur sécurité.

Je tiens à vous faire savoir que je réprouve la publication de ces textes qui me paraît totalement contraire à la déontologie du métier de journaliste, pour lequel nous avons le plus grand respect. J’en suis d’autant plus étonné que cette Ambassade entretenait jusqu’à présent avec vous et votre journal une relation qui, en ce qui nous concerne, nous paraissait d’une grande confiance et cordialité.

J’attends que vous présentiez vos excuses aux intéressés et, bien entendu, que vous ne renouveliez pas de telles mises en cause, faute de quoi, je me réserverais le droit d’autres formes de réaction.

Veuillez croire, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

Christophe BOUCHARD

 

La réponse de Hamida Ayachi

 

A monsieur le chargé d’affaires de l’ambassade de France

Monsieur Christophe Bouchard

Monsieur,

Permettez-moi de vous dire que j’ai été vivement surpris par le contenu et le ton de votre lettre… Je n’avais vraiment pas envisagé une interprétation aussi particulière d’«Anges et démons», un feuilleton estival de fiction, entre comédie de moeurs et pastiche de la vie politique.

Comme vous le savez, l’utilisation de noms réels dans ce genre d’exercice est un usage fréquent et ne constitue en aucune façon une innovation; il ne s’agit que d’une pure licence inhérente à un genre entre irrévérence et impertinence.

Je comprends mal, à cet égard, l’intensité de l’émotion exprimée dans votre courrier.

J’ai trouvé particulièrement surprenante l’affirmation selon laquelle j’aurais ainsi, par le fait de citer leurs noms dans ce qui n’est à l’évidence qu’une comédie satirique, mis en danger la vie des fonctionnaires de l’ambassade, en plus de porter atteinte à leur dignité. Cette affirmation me parait d’autant plus disproportionnée que les scènes où sont évoqués des diplomates ne sont pas particulièrement transgressives.

Je ne m’attendais guère, surtout, à ce que le représentant d’un pays où une émission – excellente au demeurant – comme «les Guignols de l’info» de la chaine de télévision

Canal plus, met en scène, sans susciter d’émoi, des personnages publics, puisse me reprocher l’usage de noms de personnes réelles dans un travail de fiction.

Cet usage qui n’a rien de nouveau, répétons-le, ne saurait donc constituer une hérésie. Je ne vois pas en quoi ce qui est possible et parfaitement admis dans l’espace culturel et médiatique en France ne le serait pas, ici, en Algérie. L’humour et la dérision n’auraient-ils pas droit de cité en Algérie ?

 

J’ai, au fil de ce feuilleton, utilisé des noms de responsables politiques algériens, notamment celui du secrétaire général du FLN, de journalistes – dont moi-même – de personnalités, de fonctionnaires et de faiseurs d’opinions, sans susciter ni réprobation ni indignation.

J’aurais préféré une réaction d’humour, conforme à la grande tradition française d’ouverture d’esprit, plutôt que les foudres d’une suspicion absolument infondée. Je le déplore d’autant plus que les relations entretenues par mon journal et moi-même avec les fonctionnaires de l’ambassade ont toujours été excellentes et empreintes de confiance et de respect mutuels.

 

Commentaires

  1. samy dit :

    quelle arrogance de la part de l’ambassade de france.
    je suis decu par la reaction molle des media algeriens dans cette affaire.
    les francais arriveront-ils un jour a accepter que l’algerie est independante ?
    bon, les journalistes ont peur de perdre leur privielge VISA
    c commage

  2. Rabah Naceri dit :

    J’ai beaucoup apprécié la réponse du journaliste qui a montré de grandes qualités professionnelles. De mon point de vue, il y a exageration de la part du rédacteur de l’ambassade.
    J’ose espérer toutefois que la polémique s’arrêtera là !

    Dernière publication sur Ensemble pour Bgayet : Connaissez-vous le calendrier agraire de Kabylie ?

  3. boudersa dit :

    Voilà du nouveau dans l’Algérie de Bouteflika. Le chargé d’affaires de l’ambassade ou du préconsul de France vient d’accuser officiellement Hamida Ayachi de menacer la sécurité des employés de l’ambassade par un écrit journalistique. Par ce détour, Hamida Ayachi est accusé de terroriste. Il est menacé par un fonctionnaire sans que personne ne réagisse. Ni la société servile dite civile, ni les sectes boulitiques dites partis politiques, ni le ministère de l’information, ni le ministère des affaires étranges, dit étrangères, ni le syndicat des journalistes, ni le syndicat des éditeurs n’ont réagi à cette mencace directe d’un représentant officiel d’un Etat étranger, à moins que ce sont les Algériens qui sont étrangers dans le pays de leurs ancêtres. Cette nouvelle menace vient après celle d’OUyahia qui a aussi menacé la presse et accusé d’être un relais du terrorisme. Selon le concepteur du « terrorisme résiduel », la presse va générer de nouveaux terroristes, alors que c’est le comportement de ce pouvoir qui crée les conditions du développement des actes dont sont victimes les Algériens sans défense, c’est-à-dire les simples habitants.Le chargé d’affaires du préconsul français n’a fait que relier Ouyahia. Où est la riposte nationale dans l’Algérie d’El-izzaa wal Karama. C’est l’inverse que nous vivons, l’Algérie des humiliations, de la couardise, de la vassalité, des échecs à répétition. Ce conflit entre un éditeur algérien et le représentant de la France doit être une occasion pour mobiliser les Algériens pour le changement démocratique et pacifique de ce pouvoir qui ne garantit plus rien aux Algériens et les fait humilier et menacer par le représentant de l’ancienne puissance coloniale.

  4. sarah dit :

    Je suis algérienne et j’avais lu justement ce qu’avait écrit un peu Hmida Ayachi sur son journal. Exactement là où il citait les deux agents de l’ambassade, je connaissais l’un d’eux, la première réaction a été spontanée: Que vont penser les deux concernés? La réaction de l’ambassadeur de France je trouve est tout a fait normal, son roman de fiction passe plus pour une réalité autre chose, surtout qu’il distribue les bons rôles à qui il veut. Et pour moi, ce n’est pas de la fiction, pas du tout, c’est de l’insinuation. Les gens sont vivants, sont encore là et ils ont le droit de ne pas aimer être cité dans ce genre de chose et puis, sincèrement, ça peut leur porter préjudice. Moi, je n’aimerais pas être citée ainsi, dans ce roman, en utilisant mon nom et ma personnalité et puis en faire un « usage personnel ». Il y a parmi les lecteurs, des gens qui me connaissent et ils pourraient en prendre compte. Et c’est tout a fait normal de réagir à cela, je trouve même que la réaction de l’ambassadeur a été tardive. Il a du tact et dans sa lettre, je ne vois ni censure, ni autre chose, ces agents ont le droit de dire qu’ils ne veulent pas être cité, surtout si on leur donne des rôles qui ne sont pas les seins ou on les implique directement dans des choses qui ne les concerne pas.
    Je suis très déçue par la réaction de la presse algérienne et particulièrement d’Algérie New, elle manque de professionnalisme.
    et quand on donne de vrais noms, de vrais personnage, et qu’on s’imagine ce qu’ils font, on ne fait pas de la création ou je ne sais quoi, on insinue, on dit des choses et on colle des étiquettes! ERt cela n’a rien avoir avec les Guignols de l’info! Désolée!

  5. Loubia dit :

    Une provocation téléguidée et d’une bassesse inutile,en réponse ,à l’arrestation du diplomate : Hassani!

  6. assirem dit :

    A Loubia
    Vous dites  » diplomate  » ??? Mais dites plutôt de commanditaire de basses besognes , de criminel , d’assassin , de voyou …

  7. Loubia dit :

    Pardon Assirem!

  8. samy dit :

    pour madame sarah

    pourquoi permettre aux guignols ce que vous interdisez a hmida ayachi.
    allez vous comprendre un jour que vous netes pas dans les DOM-TOM.
    depoussierez vous madame.

  9. zahra dit :

    bonjour tous !
    cela ressemble a une mascarade! un journaliste aprés avoir passé du bon temps dans les pays des petrodollars revient soudainement en algerie , cree deux journaux (francophone, arabophone) .lie des contacts avec toutes les ambassades (du moins les plus importantes) et devient leur ami et surtout « informateur » pour reprendre les termes de hmida lyachi .
    je suis decu par ce matraquage mediatique pour une histoire si romantique  » hmida lyachi + ambassade de france = love  »
    je vous tienderai tous informer du denouement de cette affaires ( en coulisse) et je vous raconterai dans les details ses futurs relations avec les diplomates surtout ceux de la france .
    Hmida tu aurais du faire appele a moi dans ta strategie Merketing Communicationelle , je t’assure que tu venderais plus de journaux et tu aura davantage d’insertion publicitaire
    bien a vous tous
    ne croyez pas ces gens là ! ils mangent tous du meme pain ! c’est les premiers qui sollicitent l’ambassade de france pour un maigre visa
    si c’etait a moi que revienne la decision , tous ceux qui ont soutenu hmida  » french victime » n’auront plus jamais un visa jusqu’a ce qu’il !!!!!!

  10. Anonyme dit :

    zahra
    tu laisses tomber ton masque a la fin de ton intervention.
    honte a cellui et celle qui troque sa dignité contre un visa

  11. Nabil dit :

    Mr. Hamida Ayachi c’est inacceptable ce que vous avez écrit. Les lecteurs peuvent prendre votre « feuilleton estival de fiction » comme un article sérieux. « les Guignols de l’info » sont attaquable en justice comme votre texte, donc personne ne peut se permettre de nommer des gens sauf s’il s’agit de faits réels. Quand les journalistes français abordent des sujets de l’actualité algérienne, toute l’Algérie s’éclate en protestant. Imaginez un instant la réaction des algériens (et de tous les algériens) si un journaliste français ose nommer une personnalité algérienne importante dans un fait inexact. Là vous avez eu juste la réaction des concernés et d’une manière polie et mesurée, alors s’il vous plait un peut de respect envers les autres. Ce n’est pas ça la liberté d’expression ; cette liberté s’arrête au frontières du respect des autres.

  12. bonoise dit :

    salem
    bravo bravo bravo bravo hamida et bon courage avec les démons…..

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER