• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 11 septembre 2008

Archive pour le 11 septembre, 2008

A L’ECOUTE DES HARAGAS

harraga.jpgLigue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme
En Algérie l’émigration clandestine s’appelle aujourd’hui «harga». La ville de Annaba commence à avoir la triste réputation d’être la capitale des haragas. Provenant des quatre coins du pays, ils embarquent dans le noir vers les cotes italiennes.

 

La section de la LADDH-Annaba est interpelée par ce phénomène nouveau qui interroge la défense des droits de l’homme. Les informations dont elle dispose sont inquiétantes car le phénomène prend de l’ampleur, fascine les jeunes et inquiète les parents.

 

A ce jour le gouvernement répond par la répression à l’encontre des haragas. Ceux-ci sont désormais passibles de peine de prison; des décrets sont passés clandestinement pour condamner les candidats à l’émigration clandestine à 6 mois de prison, bafouant ainsi la liberté de circulation, droit fondamental du citoyen.

 

Avant de définir un programme d’action en vue d’apporter sa contribution, dans le cadre de la défense des droits de l’homme, la LADDH-ANNABA organise une soirée ramadhanesque à l’écoute des haragas de retour au pays, expulsés, rattrapés par les gardes- côtes. Les familles de haragas disparus en mer, qui vivent un drame sans réponse des autorités, sont invités à exprimer leur point de vue.

 

La rencontre aura lieu mardi 16 septembre 2008 à partir de 21h30 au CDDH, 15, rue MEROUANI MEKKI, (prés de la ZAOUIA ALAOUIA ),tel 038-80-57-17

 

Vous êtes cordialement invités.
Le Président de la section Annaba de la LADDH
Pr Kamel DAOUD

 

 

Exclusif: Mohamed Samraoui répond à « l’opposant de service » Hicham Aboud

samraoui.jpegEtre traité de menteur par un journaleux à la botte du colonel Faouzi est pour moi un signe manifeste du désarroi dans lequel se trouvent les gangsters du DRS, qui à défaut d´arguments, versent dans l´argutie, l´insulte et l´invective.
La chanson est connue et les offenses du style «félon» ou «traitre», ne me dérangent nullement, puisque j´ai toujours refusé l´injustice, l´illégalité, l´arbitraire et tout ce que la morale réprouve. J´ai même été traité d´islamiste et de terroriste alors que j´ai passé toute ma vie à combattre l´extrémisme, celui là même que le régime à instiller pour pérenniser le système dont le crédo n´est autre que: pouvoir et cupidité.
Le DRS aura beau faire appel aux opposants de pacotille pour discréditer mon témoignage, établir un faux passeport ou fabriquer une nouvelle légende à Rachid Hassani, mais j´apporterai la preuve par A+B qu´il s´agit du commanditaire de l´assassinat de feu Mécili, n´en déplaise à ceux qui veulent couvrir les criminels ou qui se dissimulent derrière la raison d´état. Ni les menaces, ni les intimidations ne perturberont ma quête de justice et de vérité.

 

De son lit d´hôpital l´opposant de service affirme doctement dans un canard connu pour ses accointances avec le DRS, que les photos parues dans Mediapart et FR3 ne représentent pas la même personne ; tiens c´est curieux, on ignorait qu´au Ministère des Affaires Etrangères il y avait deux chefs du protocole.
Alors chiche, que le journaleux de service nous dise quel est le nom de cette personne ; ou mieux encore que cette personne se manifeste et le doute est levé et j´accepterai volontiers d´être considéré comme un menteur.

 

Rachid Hassani n´échappera pas à la justice, s´il n´avait rien à se reprocher, il n´aurait jamais détalé comme un lièvre pour fuir les caméras et se terrer comme un rat dans une salle qui servait de bureau à …. victime. Face à cette scène surréaliste tous les experts en psychologie avaient immédiatement identifié un comportement caractéristique propre aux coupables.
Après avoir joué sur l´homonymie, voilà qu´on nous ressort la blague du sosie.

 

Les masques finissent toujours par tomber, les officiels se murent dans le silence et chargent les honorables correspondants d´apporter leur secours à Hassani.
Abdelaziz Rahabi, qui fut dans les années 1980 diplomate à Berlin (encore une coincidence) défend son «collègue» du MAE, nous avouant au passage qu´il le connaissait depuis 1974 mais qui curieusement transcrit mal son nom, puisqu´il évoque «Hasni».
Les faussaires du DRS vont-ils faire appel à Abderahmane Belayat, un ponte du système, pour abuser la justice et tenter de sauver Hassani ?

 

Bref pour revenir au journaleux pseudo opposant dont je ne cite même pas le nom car il ne m´inspire que mépris, avanie et dégoût, je lui dirai une seule chose. La différence entre nous est que j´ai énormément de respect pour feu Mecili, que je n´ai jamais connu, ainsi que pour sa veuve et ses enfants, car tes lâches employeurs ont commis un crime abject et qu´ils cherchent par tous les moyens de le couvrir.

 

Mohamed Samraoui

Jusqu’à quand vous allez continuer à brûler nos terres ?

Je voudrais juste dire à tous les citoyens de la Kabylie que le coup était bien préparé avant le jour où ils ont commencé à faire des ratissages dans la région. Il fallait alors s’attendre à une politique de la terre brulée que même les Français n’ont pas pratiqué lors de l’opération jumelle. Notre pouvoir a tout fait pour détruire ce qui restait de la Kabylie. Je vous jure que ce sont les militaires qui sont en train de mettre le feu en Kabylie. Alors qu’ailleurs on organise des galas artistiques, en Kabylie on organise des ratissages et des attentats meurtriers. La Kabylie ne mérite pas un tel sort à moins qu’on veuille nous faire payer le combat des hommes politiques de cette région.

Je voudrais à cette occasion interpeler les partis politiques, les APW et APC afin qu’ils réagissent par ne serait-ce des déclarations. Les premiers qui devront réagir ce sont les partis politiques notamment le FFS et les députés de la région. Jusqu’à quand vous allez continuer à brûler nos terres et tuer nos hommes ? Moi je suis témoin d’une chose: j’ai surpris des militaires entrain de mettre le feu. Après avoir posé la question à l’un d’eux sur la raison de leur acte, il m’a dit: « Vous pleurez vos oliviers mais pas un militaire ou un gendarme quand ils sont tués ». Pourtant, nous ne sommes pas les créateurs de ces groupes terroristes !

Enfin, j’appelle toutes les personnalités politiques à sortir de leur réserve et interpeller le pouvoir en place afin qu’il cesse la politique de la terre brulée.

Par Rachid

Colère des citoyens de la commune d’Aït Yahia Moussa

feudeforet.jpgLes citoyens de la commune d’Aït Yahia Moussa dans la wilaya de Tizi-Ouzou ont manifesté leur colère suite aux incendies qui ont touché leur localité. Accusant les militaires d’être derrière ces incendies, la population est sortie dans la rue pour protester contre l’absence d’une prise en charge de la part des autorités. Depuis mardi, la RN25 a été obstruée par les manifestants qui se sentaient véritablement livrés à eux-mêmes.

Plus d’une trentaine de foyers d’incendies ont été recensés rien que pour la journée de mardi. Ces incendies ont causé des blessures à six personnes, dont trois sont dans un état grave, dans la commune d’Aït Yahia Moussa. L’une des victimes est une femme.
A Aït Yahia Moussa, la majorité des villages ont été touchés par les incendies de forêt. Les citoyens de Afir ont été surpris par les feux gigantesques qui avançaient jusqu’à atteindre carrément l’intérieur des habitations.
Synthèse d’El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER