Saad Lounès: « Rahabi n’est qu’un imposteur »

bouteflika.jpgJe tiens à apporter deux témoignages que Rahabi n’est qu’un imposteur de plus dans la nébuleuse des “faux opposants” qui polluent l’espace de contestation qui s’intensifie dans le net… en attendant le passage aux actes contre ce régime d’imposteurs et de corrompus pourris.
Rahabi n’est pas un démocrate, il n’a pas les mains propres, ni les poches de cristal. Faire une “carrière de diplomate”, c’est faire partie du Makhzen du DRS créé par les Marocains du MALG et des AE. Je sais que lorsqu’il était ambassadeur à Madrid, il recevait ses ordres du repésentant du DRS, le colonel Fouzi (responsable actuel de la presse au DRS). On sait tous que la majorité des diplomates algériens “taïwan”, de l’après-Boumediene, sont des trabendistes qui ont anéanti l’image qu’avait l’algérien révolutionnaire.

1er témoignage: Il n’a jamais quitté de son propre chef la diplomatie, ni le gouvernement. Un jour de conseil de ministres, Boutef est rentré dans la salle et avant même de s’asseoir, il désigna du doigt Rahabi et lui dit un seul mot: “barra” en lui désignant la porte avec son index. Rahabi est sorti tête basse.

 

2ème témoignage: Il y a 20 ans, fin 98-début 99, mon imprimerie Sodipresse imprimait le journal Le Matin, suspendu par les imprimeries publiques à cause de l’affaire Betchine. Après le changement de gouvernement, Rahabi fut nommé ministre de la communication. C’était le mois de Ramadan. Un soir après le f’tour, il invita Med Benchicou dans sa chambre à l’hôtel El Aurassi et autour d’un thé et du kalbellouz, il lui demanda de ne plus imprimer son journal dans mon imprimerie et de revenir à l’imprimerie publique. Benchicou lui rétorqua qu’il ne pouvait pas me laisser tomber comme ça et lui proposa de partager le tirage 50% à l’imprimerie publique et 50% dans mon imprimerie. Rahabi refusa formellement (suivant en cela les ordres qui lui furent donnés par le DRS).
Le lendemain, nous attentions comme d’habitude les pages du journal Le Matin qui ne venaient pas. L’imprimerie était déserte, même les diffuseurs ne sont pas venus. Un chauffeur s’est présenté tard dans la nuit pour m’informer que Le Matin était retourné à l’imprimerie publique.
Rahabi venait de tuer la 1ère imprimerie privée de presse.

Commentaires

  1. abdelaziz rahabi dit :

    A Benderouiche ,

    Je vous avais prévenu de l’intrusion de nuisances susceptibles d’altérer le débat, Saad Lounès en vient à donner la preuve. Je ne le connais ni en bien ni en mal et je viens d’en entendre parler pour la première fois mais comme il pose quelques interrogations je vais m’efforcer de lui répondre uniquement sur les questions évoquées

    1- Au risque de me répéter le Président de la république m’a courtoisement proposé un autre portefeuille que j’ai refusé et rendu public le texte de ma lettre démission ( presse du 19 et 19 septembre 2000) mais ceci n’est pas important, relève du passé et nous éloigne du problème de fond. Je ne suis accroc ni au pouvoir ni à l’argent et la vie m’a donné beaucoup de satisfaction et j’en sais gré à Dieu, à ma mère et à mes efforts.

    2- Je refuse de débattre de toutes conditions d‘exercice internes de mes fonctions à Madrid ou ailleurs car cela n’est pas du domaine public en plus du fait que ce qu’il écrit relève de la pure imagination ou de la manipulation de ses généreux hôtes.

    3- Mohamed Benchicou m’avait demandé fin décembre 98 de pouvoir tirer son quotidien dans les rotatives publiques auxquelles il devait 60 millions de dinars. Nous avions Ministère, Holding Services et Simpral négocié un échéancier qui permet au Matin de rembourser progressivement, à la rotative de récupérer ses créances impayées par le Matin et au Ministre que j ‘étais de favoriser la normalisation des relations Presse-Gouvernement altérées par les suspensions de titres qui faisaient preuve d’une liberté de ton, dénonçaient les dépassements de certains dirigeants et revendiquaient leur rôle de contre pouvoir.

    4. C’est malheureusement le premier et dernier échéancier en la matière; aujourd’hui les journaux publics et privés doivent au Trésor public plus de 2.5 milliards de dinars. C’est aussi la première fois que j’entends parler de la rotative dans laquelle a pu tirer le Matin car je n’avais pas à m’ingérer dans une relation commerciale de tiers. Je vous invite d’ailleurs à contacter Benchicou pour solliciter son témoignage sur cette question.

    5- Les efforts de normalisation des relations avec la presse s’inscrivent dans les orientations stratégiques du Président Zéroual et ont porté sur l’ouverture du champ audio-visuel- je vous renvoie aux élections de avril 1999- la levée de l’interdiction de parution de 34 publications; la fin du monopole de l’ANEP sur la publicité institutionnelle, la réintroduction de la presse internationale interdite d’entrée depuis 10 ans et enfin le vote par l‘Assemblée Nationale de lois sur
    la Publicité et le Sondage aussitôt bloquées dès l’arrivée du Président Bouteflika en Avril 1999. Il en sera de même pour le monopole de l’ANEP ré instauré en septembre de la même et de l ‘opacité qui entoure sa gestion que je dénonce encore et toujours.

    C’est dans toutes ces mesures là et bien d’autres qu’il faudra rechercher les raisons de la fin de mission de Mr Rahabi au lieu de tout ramener à des considérations personnelles ou autres. Nos destins individuels représentent si peu dès qu’on les mesure aux véritables enjeux et défis pour notre pays l‘Algérie et c’est à ça que j’invite au débat car tout le reste est superflu

  2. MILOUD dit :

    Merci cheikh d’élever le niveau du débat et de nous renseigner sur les véritables enjeux .Ceci nous des péripéties de la fausse  » 1ere rotative privée de presse  » de Mr Saad Lounés ( la 1ere date en réalité des années 30 et tirait la revue des oulemas « echihab » de Contantine .Elle existe encore ).un peu de rigueur Lounès nous ne sommes pas tous des analphabètes merci aux chouhadas …..

  3. ANYS dit :

    je vois plus clair en lisant cette mise au point à Mr Saad Lounès : ce dernier ramène tout à lui et l’ancien ministre explique les enjeux stratégiques pour l’Algérie .IL Y A SANS DOUTE UNE QUESTION DE DIMENSION LE DÉBAT DEVIENT INÉGAL .
    BON COURAGE MR RAHABI

  4. Gateau Sec dit :

    SVP Messieurs arretez de sauter du coq à l’ane, comme on dit!
    Il me semble , avec toutes ces diatribes lancées de part et d’autre, l’on s’est éloigné du veritable sujet à savoir l’affaire de Feu Ali Mecilli!
    Vous ne pensez pas qu’il faille débattre plutot de cette affaire au lieu de detourner volontairement le débat?
    Chers intervenants, sachez qu’un opposant au pouvoir repose sous terre depuis plus de 20 ans et que son assassin coule douceureusement sa vie.Il s’agit d’essayer de trouver des preuves de la culpabilité d’un diplomate algerien retenu en France.Vous ne remarquez pas que vous versez plutot dans une polémique de diversion qui ne dit pas son nom!Rendez service à la Justice pour élucider un crime commis en la personne de Ali Mecilli au lieu de s’entredechirer et s’insulter sans apporter une verité quelconque!
    Merci d’arreter ces faux fuyants!
    Saha Shorkoum

  5. amel dit :

    je viens de voir le site de Saad Lounès : vous reconnaissez que vous êtes un personnage scabreux et vous osez portez des jugements sur les autres…un peu de pudeur

  6. LAMIA dit :

    Tiens cela va comme un gant à Saad Lounès : IMPOSTEUR .c’est le coup de l ‘arroseur arrosé…

  7. el ouma dit :

    A SAAD LOUNES

    Vos ex associés contre lesquels vous avez commis un faux en écriture et chèque sans provision demandent votre adresse au Maroc pour une commission rogatoire .A Faire suivre par la Wabmaster

  8. Hamid dit :

    Je tiens juste à témoigner sur Saad Lounès lorsqu’il était directeur du quotidien El Ouma. A ce titre je puis affirmer qu’il n’était pas un parangon de droiture en matière de respect de droits des travailleurs. Combien Monsieur Saad avez-vous exploité des heures durant pour quelques malheureux dinars ? Rappelez-vous vous faisiez travailler des jeunes diplômés sans assurances, ni contrat et par dessus tout vous les faisiez virer sans ménagement. J’imagine que vous avez une mémoire sélective maintenant que vous voulez vous montrer en défenseur de la répulique et du peuple. Un peu de décence par respect à tous les correcteurs, agents de saisie et autres chauffeurs que vous avez « oublié » de payer. Ceux qui ont travaillé dans la presse nationale à Alger en ces années noires vous connaissent, pas les autres. Mais je vous rassure. Vous n’étiez pas le seul patron de presse à avoir bâti un journal sur le dos d’humbles jeunes diplômés. Non, ils sont nombreux et toujours là.

  9. Saâd Lounès dit :

    A El ouma et Hamid,
    Les interventions et témoignages d’anonymes n’ont aucun intérêt, ni aucune valeur.
    Mais puisqu’El Ouma parle de mes deux ex-associés, il doit donc savoir:
    - après l’interruption brutale de l’impression du Matin imposée par Rahabi, ils m’en ont voulu d’avoir fait confiance à Benchicou et se sont retournés contre moi. Manipulé par des agents du DRS, dont un membre influent du parti Hamas, ils ont procédé à une falsification de documents notariés et ont fait vendre en catimini la rotative à des prête-noms, qu’ils ont revendu par la suite. Une plainte a été déposée au Tribunal d’El-Harrach et après des années aux oubliettes a été classée sans suite.
    - ils ont volé tout le matériel informatique du journal El Ouma et ont été « blanchis » par les magistrats corrompus du tribunal de Cheraga. Seul le chauffeur a été condamné à 3 ans de prison et au remboursement du matériel volé.
    - Une partie de ce matériel a été retrouvé au journal El Bilad. Il moisit encore au tribunal de Cheraga où aucun juge d’instruction n’a été autorisé à réveiller cette affaire.
    - un des associés a falsifié un de mes chèques volé à mon insu pour un montant de 12.000.000 DA. L’instruction a trainé durant des années au Tribunal de Rouiba et a été classée sans suite.

    Mais comme vous faites partie des aboyeurs et des leche-bottes du DRS, vous savez sans doute que les tribunaux, comme tout le pays d’ailleurs, sont contrôlés par les harkis, les DAF et les Marocains de la SM.
    Pauvre pays.

    S’il y a maintenant un seul des journalistes que j’ai formés qui a des choses à dire, qu’il se manifeste avec son vrai nom et je lui répondrais.

  10. Benderouiche dit :

    M. Saad Lounes, je vous interdit de dire que ce site est sous le contrôle du DRS. Je ne reproche à personne d’avoir quitter l’Algérie, mais je suis de ceux qui combattent la dictature en Algérie. Dieu seul sait que j’ai toutes les possibilités de vivre à l’étranger, mais j’ai préféré rester dans mon pays. Sans rancune, je vous invite tous à participer au débat dans la sérénité et la sagesse. Je ne suis pas connecté 24/24h pour contrôler tous les commentaires. C’est une fois connecté que je supprime les commentaires qui contiennent les insultes. A bientôt

  11. Saâd Lounès dit :

    A Benderouiche, El Mouhtarem, etc.. etc…

    1èrement: Qui es-tu? Quand on tient un blog, on ne reste pas anonyme. On se présente. C’est la moindre des politesses et le minimum de courage.

    2èmement: Où t’as vu que j’ai quitté l’Algérie? J’ai donné cette fausse piste du Maroc dans une réponse au marocain Dehbi. Et je constate, une fois de plus, que les chiens du DRS me suivent à la trace.

    3èmement: En qualité de webmaster, tu as un devoir de contrôler le contenu des commentaires qui ne doivent être publiés qu’après validation.
    Qu’est-ce que c’est que ces commentaires, insultants, médisants, hors sujets provenant de TDC anonymes ??? D’autant plus qu’ils émanent des mêmes agents sous des pseudo différents. Il faut être complètement idiot pour ne pas s’en rendre compte… ou complice.

    La situation algérienne est tellement grave et cruelle que je ne tolère aucun anonymat dans le combat que nous sommes quelques-uns à mener.

  12. Assirem dit :

    M.Saad a raison , tous les gens qui l’ont attaqué sont du coté de Rahabi , donc du pouvoir et peut etre du DRS .On n’est pas la pour faire le procès de M.Saad mais il s’agit bien du sujet des gens qui défendent les criminels et les sanguinaires . Ils ont réussi à déjouer le sujet et lancer des fleurs aux imposteurs .

  13. Benderouiche dit :

    A M. Saad Lounes, je ne veux pas polémiquer avec toi. Ce n’est pas à toi de me dire si je reste anonyme ou révéler mon identité. Tu as choisis de ne pas dévoiler ton adresse (qui ne m’intéresse pas d’ailleurs), et tu me demandes de révéler mon indentité ! Maintenant, je pense que c’est toi qui essayes de nous dévier du véritable débat.
    Abdelaziz Rahabi a parlé de Hassani, Mohamed Samraoui lui a répondu. Toi tu as répondu à Rahabi le qualifiant d’imposteur et de menteur. Tu as évoqué le problème de ton imprimerie. Je peux comprendre ta douleur, mais ce n’est pas le sujet du débat. Vous avez dit à Rahabi: « témoignage n1: Bouteflika vous a demandé de quitter le gouvernement ! » Comment peut-on être témoin lorque’on est absent au moment des faits. Avez-vous assisté à la réunion? Malgré cela, j’ai fait passer votre commentaire en texte de contribution.
    Me dire que je suis un complice du DRS, c’est la pire des insultes que je vous pouvez proférer à mon égard. Tu as dit que tu n’acceptes pas que les gens restent anonymes dans un combat que vous êtes quelques uns à mener ! Tu es qui pour accepter ou ne pas accepter ? De quel combat parles-tu ? Quels sont ces quelques uns qui le ménent ? A mon avis, tu te trompes de cible. Moi j’ai commencé à militer depuis mon enfance. Je n’ai pas d’imprimerie, j’ai juste un peu de courage et beaucoup de détermination. Sans rancune. El Mouhtarem

  14. sniper+ dit :

    A Benderouiche ;

    Laissez tomber mon ami , Saad Lounès est tombé sur un os et se mets dans la peau de la victime alors au lieu de parler de hasseni ou hassani , Mecili , assasinat politique et projet de société nous parlons de la première imprimerie avant Guttenberg ( celle de Lounès ). je comprends pourquoi Rahabi ne lui réponds pa plus d’une fois …

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER