• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 22 septembre 2008

Archive pour le 22 septembre, 2008

France: Menaces sur les droits des migrants

cimade.jpgGilbert Meynier, Membre de la Cimade Lyon

 

Lyon, le 21 septembre 2008

 

Cher(e) ami(e),

 

Je me permets de vous alerter sur une grave mesure que vient de prendre le gouvernement par décret du 20 août 2008 concernant la défense du droit des étrangers en Centres de Rétention administrative (CRA): ce décret vise, ni plus ni moins, à expulser de ces centres l’association œcuménique d’entre-aide à ancrages protestants qu’est la Cimade – elle assure depuis début 1985 un «accompagnement social», qui a rapidement évolué vers la défense juridique des retenus. La convention qui la charge de cette mission, renouvelée jusqu’alors régulièrement, arrive à échéance fin 2008.

 

Rappel : la Cimade a été créée en 1939 à l’initiative de mouvements de jeunesse protestants, au départ pour secourir les évacués d’Alsace-Lorraine pendant la drôle de guerre. Son champ d’activité s’est étendu à l’aide aux réfugiés– espagnols, allemands… – en France et aux Juifs pourchassés par le régime de Vichy. Elle a réussi à être présente dans ses camps, comme elle le sera plus tard dans les camps de la guerre de reconquête coloniale à contretemps de 1954-1962, période pendant laquelle elle a plus largement assisté et soutenu les Algériens victimes de cette guerre et luttant pour leur libération.

 

La signification du sigle Cimade est Comité inter mouvements d’aide aux évacués. Aujourd’hui la Cimade se dénomme «Service œcuménique d’entre-aide» ; elle a pour devise «Ici et là-bas solidaires». Elle travaille en partenariat avec plusieurs associations, notamment en Afrique, qui œuvrent la solidarité sociale, à l’éducation et à la défense des droits de l’Homme. L’évolution historique des vagues migratoires a fait qu’elle s’est de plus en plus vouée en France à l’aide aux étrangers en situation irrégulière.

 

Jusqu’à présent, eu égard à son expérience de près de 70 ans dans la défense des rejetés, de ceux qui ne sont défendus par personne, la Cimade avait été la seule association à répondre à la demande, faite au départ par le ministre Pierre Joxe: il s’agissait en clair, depuis la mise en place en 1984 des CRA, de faire contrepoids, au nom de la société civile, à l’administration par des fonctionnaires de police de ces centres fermés.

 

Un nouvel appel d’offre public vient d’être lancé en vue du renouvellement de cette convention. Or, le ministère Hortefeux a rajouté dans l’appel d’offres des exigences qui visent clairement la Cimade

 

- la division sur le territoire français du marché de la rétention en 8 lots, fragmentant la capacité d’avoir une vision d’ensemble sur la rétention, et mettant fin de ce fait à toute possibilité d’élaborer le rapport annuel de la Cimade sur les CRA, qui fait autorité, tant en France que dans le reste de l’Europe et dans le monde.

 

- l’engagement de « respecter une confidentialité », empêchant désormais, lui aussi, toute action de témoignage sur les CRA telle que la publication annuelle de ce rapport.

 

- la réduction du rôle des intervenants dans les CRA à une fonction d’ «information sur les droits», droits – notamment en matière de recours juridiques – que les étrangers retenus ne pourront désormais exercer que par leurs propres moyens : il s’agit bien de faire disparaître l’aide juridique assurée jusqu’à présent par la Cimade.

 

- l’interdiction faite à deux associations de souscrire conjointement à l’offre publique: ainsi, le Secours catholique et la Cimade, qui parlent d’une même voix et agissent de concert, ne pourront pas postuler ensemble.

 

A travers la Cimade , ainsi éliminée, et perdant du même coup une grande partie de ses ressources budgétaires, le gouvernement attente à l’action de vigilance citoyenne de la société civile, indispensable à l’exercice de la démocratie: personne ne peut nier la disponibilité, la compétence et le dévouement sans limites de ses équipiers sur le terrain. Peu d’associations, sinon aucune, ne peuvent prétendre aujourd’hui à une telle qualité d’expertise, d’écoute et de réconfort en matière d’aide aux étrangers : ainsi, ce n’est pas pour rien que des membres du Secours catholique sont engagés sur ce terrain sous la bannière de la Cimade.

 

L’objectif clair du gouvernement est de faire évoluer les CRA en centres fermés destinés à accueillir tous les migrants dès leur arrivée sur le territoire français: il sera dès lors impossible de formuler toute demande de régularisation en dehors de ces centres. Et, en cas de refus, l’expulsion n’en sera que plus facilement exécutée.

 

Nous tenons à vous informer de ces mesures pour le moins inquiétantes : en signifiant à tous ces humains désorientés, qui ont cru trouver dans l’émigration la solution à leur situation désespérée dans leurs pays d’origine, qu’ils seront désormais livrés à eux-mêmes pour leur défense, elles portent atteinte aux droits fondamentaux des migrants. Au surplus, elles portent en germe une aggravation supplémentaire des tensions sociales et intercommunautaires.

 

Nous vous demandons d’intervenir avec tous les moyens dont vous disposez, et de la manière appropriée qui vous semblera la plus efficace, pour empêcher leur application. Et, pour aider la Cimade en ces temps difficiles, toute aide financière serait la bienvenue. [1]

 

Merci, et cordialement à vous,

 

[1] Chèques à adresser à la Cimade nationale, 64 rue de Clisson, 75013 Paris. NB : tout don donne droit à une déduction fiscale de 66% sur l’impôt sur le revenu.

L’idée de l’autonomie de la Kabylie est une réaction aux extrémismes

drapeaukabyle.jpgJe pense que l’idée de l’autonomie de
la Kabylie est une réaction aux extrémismes de l’autre bord qui ont toujours éludé les questions identitaires pour ne pas dire plus. On s’est tellement fait une fixation sur l’unité à tout prix qu’on a stigmatisé l’idée même de diversité et de différence entre les Algériens. C’est le colonialisme qui a commencé par créer les divisions en opposant les uns aux autres, les bons et les mauvais… Malheureusement les politiciens algériens depuis Messali n’ont pas fait mieux et ont enraciné l’anti-kabylisme au sein du peuple. Il n’y a qu’à voir les réactions agressives et pleines de mépris dans ce même site. Comment réagir quant on vous déniez ou qu’on fait tout pour vous “détourner” de votre langue maternelle. Sur ce plan, on n’est pas sorti de l’auberge et je me sens opprimé. S’il fallait attendre l’avènement d’une démocratie pour aborder les problèmes, on risque d’attendre… la question n’est pas si simple.

Par Hedil

Le plagiat du Jeune Indépendant !

nlogo.gifCet article est publié dans l’édition du lundi 22 septembre 2008 du quotidien Le Jeune indépendant. Je trouve que le journal a plagié mon blog www.ffs1963.unblog. L’auteur de l’article a repris intégralement l’information que j’ai donnée dans la rubrique Confidences le 12 septembre 2008. Vous pouvez vérifier dans la rubrique et vous allez vous rendre compte que même le titre a été volé. Une telle pratique n’honore pas la presse algérienne.

El Mouhtarem 

Les cadres étrangers de Djezzy ont tous quitté l’Algérie

Selon des sources crédibles, «les cadres étrangers travaillant pour le compte de Djezzy ont tous quitté l’Algérie depuis quelques jours ». Si certains affirment que ces cadres seront de retour après le mois de ramadan,  d’autres affirment cependant que « le départ est plutôt lié aux problèmes que vit l’entreprise égyptienne de téléphonie mobile ces derniers mois». Le groupe Orascom, bien implanté en Algérie avec l’appui de Djezzy, le premier opérateur mobile, a reçu coup sur coup deux coups de semonce de la part des autorités algériennes. Une fois, lorsque le président Bouteflika avait fustigé le groupe qui avait quelques jours auparavant cédé l’usine de ciment de Msila  à la société française Lafarge pour un montant avoisinant 2 milliards d’euros, et ensuite quand le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Hamid Bessalah, a demandé à l’opérateur Orascom Télécom Algérie, qui exploite la marque commerciale Djezzy, d’être « en harmonie avec la législation en vigueur ». Cette mise en garde du ministère, la première du genre depuis l’implantation de Djezzy en Algérie en 2001, confirme les « difficultés » auxquelles est confronté l’opérateur depuis quelques semaines. Alors qu’Orascom Télécom Algérie (OTA) a réalisé un chiffre d’affaires de 987,974 millions de dollars, en hausse de 18% par rapport à la même période de 2007 (831,978 millions), elle a revu à la baisse ses dépenses d’investissement en Algérie. En effet, Djezzy a dépensé au 30 juin 2008 quelque 72 millions de dollars contre 159 millions à la même période de l’année dernière, soit 54,7% de réduction. Djezzy n’est pas à son premier  « coup de frein » en matière d’investissement puisque cet opérateur avait déjà réduit son investissement de 39 % au premier trimestre de l’année en cours. Des rumeurs ont également circulé sur le rachat de la licence du promoteur égyptien de téléphonie en Algérie par France Télécom. Bien que ces rumeurs aient été vite démenties par Naguib Sawiris dans un message adressé aux employés de la société algérienne,  il n’en demeure pas moins que des soupçons de transfert d’argent vers une banque basée à Paris pèsent sur cette multinationale. Tout comme les informations faisant état d’une double enquête  émanant de la Banque nationale et de l’IGF n’ont pas été démenties à ce jour. Le groupe Orascom appartenant à la famille Sawiris  n’en finit pas de mordre la poussière en Algérie. La méfiance naissante des autorités algériennes à l’égard du groupe risque de bouleverser totalement la hiérarchie de la téléphonie mobile. F. B (Le Jeune indépendant)

Les cadres étrangers de Djezzy ont tous quitté l’Algérie (12 septembre 2008)

Nous apprenons d’une source crédible que les cadres étrangers de Djezzy ont tous quitté l’Algérie depuis quelques jours. Si certains affirment que ces cadres seront de retour après le mois de ramadan, notre source affirme que le départ est plutôt lié aux problèmes de vit l’entreprise égyptienne de téléphonie mobile ces derniers mois. El Mouhtarem

Kesentini fustige le rapport US sur la liberté de culte en Algérie

 

ksentini.jpgLe président de la Commission nationale de promotion et de protection des droits de l’homme, Farouk Ksentini, a jugé disproportionné le rapport annuel du département d’Etat américain sur le culte en Algérie. «Ce rapport n’est pas totalement objectif et cache des arrière-pensées politiques», a déclaré hier, à la radio, Farouk Ksentini « Par ce genre de rapport, on cherche à nuire à notre pays et à d’autres comme la Chine où les droits de l’homme tels qu’ils sont décrits, ne sont pas la réalité. Dans ce rapport, le département d’Etat américain a été très sévère avec l’Algérie », a souligné Ksentini.

Enseignants contractuels: rassemblement ce matin à El-Mouradia

Le Conseil national des enseignants contractuels a décidé de tenir un rassemblement à la place d’El-Mouradia, lundi lundi. «Les solutions proposées par le ministère de l’Education ne répondent pas aux doléances des enseignants contractuels et les ignorent totalement en passant outre leurs exigences et en ignorant même leur situation délétère», faisait remarquer, Boumaza Walid, porte-parole du syndicat, à l’occasion d’une conférence de presse organisée au siège du Snapap.

 

Au sujet du concours de recrutement organisé par le ministère de tutelle, les enseignants ont souligné «le manque de transparence qui caractérise ce type de concours et la manière avec laquelle ils sont organisés». Et de poursuivre: «Comment expliquer que des licenciés en littérature arabe ou française, avec 5 ans d’expérience, se soient vu recaler, devant ainsi passer un concours pour un poste d’enseignent du cycle moyen? Pourquoi la tutelle est-elle revenue sur la décision de renouvellement des contrats?».

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER