• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 25 septembre 2008

Archive pour le 25 septembre, 2008

Vers l’annulation de l’inculpation de Mohamed Ziane Hasseni ?

hasni1.jpgC’est demain que les avocats du diplomate Mohamed Ziane Hasseni vont plaider l’annulation de son inculpation devant la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris. Placé sous un contrôle  judiciaire qui le contraint à ne pas quitter la région parisienne, le responsable du protocole au ministère des Affaires étrangères a été interpellé fin août à Marseille.

Placé en garde à vue, il a été ensuite transféré à Paris avant d’être entendu par un juge d’instruction qui l’a inculpé dans le dossier de l’assassinat de l’opposant André-Ali Mecili après le témoignage de l’ancien officier Mohamed Samraoui, en rupture de ban et passé à l’opposition. Samraoui prétend avoir été témoin d’une scène où le mis en cause avait remis une enveloppe contenant de l’argent au meurtrier présumé d’André Mecili, ce proche de Hocine Aït Ahmed tué en 1987 à Paris. L’accusateur est aujourd’hui réfugié en Allemagne où il a été en poste de 1992 à 1996, avant d’être rappelé dans le cadre d’une rotation ordinaire. C’est là qu’il a rompu avec les services au sein desquels il exerçait depuis les années 70

Dans ce dossier, un autre officier en rupture de ban plaide en faveur de M. Hasseni. Hicham Aboud soutient que M. Hasseni n’est lié ni de près ni de loin à l’assassinat de l’opposant. Contacté par Liberté, il a indiqué avoir reçu un appel téléphonique du juge Baudoin Thouvenot en charge de l’affaire. Sur son site Internet, il accuse M. Samraoui de complicité dans l’assassinat de M. Mecili, en lui retournant ses propres accusations. Il dit l’accuser aussi de “crimes contre l’humanité” et de “tortures” en tant qu’ancien officier des services. A/Ouali Liberté

Fondation EBERT: «Les relations de la fondation avec l’Algérie remontent à la guerre de libération »

logo1.jpg« Nous sommes étonnés par cette sortie émanant du secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (Ugta) M.Abdelmadjid Sidi Saïd. Il nous semble qu’il se trompe de cible», a déclaré à l’Expression le chargé de programme au niveau de la fondation Friedrich Ebert, M. Ahmed Amrani. Au sujet du séminaire qu’a organisé la Fondation sur l’activité syndicale en Algérie, M.Amrani a souligné à l’Expression que «la fondation Friedrich Ebert n’est pas au service d’une certaine approche donnée de tel ou tel organisme syndical» Et d’enchaîner: «Nous nous considérons dans notre rôle en matière d’alimentation de débat sur des questions d’actualité.» Il ajoutera que «les Algériens qui ont pris part à notre séminaire portant sur l’activité syndicale, se sont exprimés librement quelle que soit leur approche. Nous avons invité une panoplie de partenaires avec un seul objectif, celui de favoriser la confrontation entre différents points de vue. Ainsi, ce n’est pas notre fondation qui a apporté des jugements sur tel ou tel organisme syndical.» Et de conclure: «Nous rappelons que les relations de la fondation avec l’Algérie et même l’Ugta remontent à la guerre de libération nationale.»

L’assassin de Mecili, les affaires et l’aval du Ministère de l’intérieur*

 

amelou1.jpgNous avons une police qui coûte des milliards, des services secrets qui coûtent autant, mais ce sont les forumistes qui, avec leur sens du devoir civique, leur loyauté, leur soif de la justice, qui font des recherches pour situer les ignobles individus, nocifs et assassins.

Ce tueur de Mecili serait un dirigeant d’une entreprise de sécurité. Il a donc eu l’aval du Ministère de l’intérieur. Il n’a pas de casier. On a du aussi lui attribuer une autre identité, car ce genre d’individus n’ont aucun souci à se faire. Ils s’en foutent de leur nom, ils peuvent s’appeler X ou Y cela leur importe peu, ils n’ont de racines, ils les oublient souvent car ils en sont indignes. Il y a deux catégories de personnes: ceux qui volontiers changent de nom et ceux qui s’y accrochent comme la prunelle de leurs yeux; ils sont les descendants de tel et tel, ils sont fiers de leurs aïeux. Ainsi donc il organise la protection des biens d’autrui. D’ici à ce qu’il soit impliqué dans les grands casses d’Alger il n’y a pas des kilomètres. Il doit aussi poser des micros … car un tueur à gage reste un mafiosi toute sa vie durant.

Un tueur, un voleur, un tortionnaire, petits ou grands demeurent toujours habités par la haine, car il sait qu’il paiera un jour de son vivant ou après. C’est pour cela que les tortionnaires ont quelque chose de différent dans leur visage, dans leur regard. Ils ont peur que l’on découvre leurs agissements, comment ils sont arrivés là, qu’ils font du zèle pour assouvir le besoin qu’ils sont de se distinguer par le mal à défaut de le faire par le bien ? Ce que l’administration de notre pays ne fait pas et ne veut pas le faire, les citoyens conscients de l’enjeu de ce silence complice, le feront. C’est une voie royale pour connaitre les autres … n’oublions pas les voleurs s’il vous plait, ils sont aussi dangereux que les assassins. Ils sont de la même famille.

Hier je lisais un court article sur Le Soir d’Algérie relatant la colère de Amar Saidani (l’ex président de l’association de soutien au programme du président, puis Président de l’APN et membre du conseil exécutif du parti FLN, qui n’a de FLN que de nom, on devrait préserver ce nom qui a une histoire) “Ce dirigeant”, ancien danseur, aurait attrapé une crise en apprenant que celui qui lui a pris sa place à l’APN, a réuni les mouhafedhs et les députés. Puis, je me suis dit: il est encore sur son piédestal celui-là ? Je me suis rappelé la dilapidation des fonds du programme de développement agricole (PNDRA), des milliards en facturations fictives de sociétés fictives dont une en particulier “appelée” pompeusement “el karama” (qui veut dire si ma compréhension de l’Arabe est correcte: Dignité). Elle appartenait, selon la presse, à ce même Saidani. Moi aussi alors, j’ai failli crier de rancœur: il est donc libre et il est toujours membre d’un parti qui a fait notre fierté ! Il n’est ni suspendu, ni poursuivi en justice. Il est encore sur le piédestal que lui ont procuré ses copains. Comme toujours, on efface tout et on recommence. On s’attèle à liquider les organismes qui de près ou de loin renferment des dossiers qu’on ne veut pas voir. On change un ministre, on liquide une banque et le tour est joué.

Tant que la vérité est maquillée, au lieu d’être chaque fois le fil directeur de l’action de tous les hommes de pouvoir, nous continuerons à imaginer un avenir meilleur dans nos pensées seulement. Il ne peut poindre malheureusement dans une telle situation. Aux premières années de l’indépendance, déjà les hommes avertis nous ont mis en garde contre ce qui s’est tramé, à notre grand regret. Ils disaient oui “ELCHTIRAKIA 404 LIK OUA HMAR LIA. » Ils avaient raison.

Aujourd’hui, l’administration qui gère le pays est tellement aveugle et injuste que ces hommes s’imaginent pouvoir continuer sans limite à faire ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font. Plusieurs centaines de milliers de personnes vivent dans des gourbis, des bidonvilles, sans savoir s’ils peuvent se nourrir et nourrir leur famille. Pendant ce temps, des hommes sensés travailler pour ce peuple, les méprisent au point de ne plus entendre leur cri de douleurs. Ils s’occupent à faire de leurs demeures des résidences des milles et une nuit, à engranger des millions et ce n’est pas assez, ils se donnent des salaires de nabab. Les partis, les services spécialisés, les administrations tous vénèrent l’argent, rien que l’argent et le pouvoir. Dans ces conditions, ils ont d’autres choses à faire que de s’attacher à construire un Etat composé d’hommes intègres, compétents au-dessus des contingences matérielles. Un Etat ou chaque agent est comptable de ses actes. Quand l’idéal humain n’existe plus dans une société, elle ne peut se réveiller pour chasser ses démons. Or il est loisible de vérifier que les “démons” sont nombreux et que les anges se font discrets malheureusement. Ne laissons rien passer, cette voie est la bonne. Bonne continuation aux forumistes de ce site spécialement.

 

 

Par Mohand

* Le titre est d’El Mouhtarem

Démissionnez Madame Hanoune !

hanoune.jpgLa porte-parole du Parti des travailleurs (PT), Madame Louiza Hanoune, a lancé un appel, hier, au président de la République pour dissoudre le Parlement et provoquer l’élection d’une assemblée constituante. « L’APN s’est complètement discréditée en votant des augmentations démesurées pour les députés. Des salaires de corruption. Une affreuse provocation pour le peuple », a affirmé Louiza Hanoune.

Reconnaissant que le Parlement « est discrédité », qualifiant les indemnités des députés de « salaires de corruption » et l’augmentation des salaires « d’affreuse provocation « pour le peuple, on se demande alors qu’attend l’ancienne trotskyste pour quitter le Parlement.

El Mouhtarem

Désignation d’un administrateur à la tête de la CNMA Banque

cnma1.gifLa commission bancaire a annoncé hier dans un communiqué la désignation d’un administrateur provisoire auprès de la Caisse nationale de la mutualité agricole (CNMA) Banque. Celui-ci jouira de tous les pouvoirs d’administration, de direction et de représentation de ladite banque conformément à la loi. La commission bancaire, qui s’est réunie le 21 septembre en session ordinaire, a indiqué que cette mesure intervient après examen de la situation de la CNMA Banque, a rapporté El Watan.

Le communiqué note qu’«à la lumière des informations portées à la connaissance et au vu des pièces contenues dans le dossier, il ressort que les conditions normales de gestion de la CNMA Banque ne sont plus assurées». D’où la désignation d’un administrateur provisoire qui pourrait être la première étape d’un processus de liquidation de la banque.

Des représentants du syndicat de cette filiale, qui compte un millier d’employés, ont indiqué récemment à El Watan que «le prétexte de l’accumulation de créances à 17 milliards de dinars est fallacieux». «Il s’agit des crédits accordés par la CNMA du temps où elle avait une simple dérogation de la Banque d’Algérie. On a créé une banque déficitaire. C’était un mort-né », avaient-ils précisé. Le montant des impayés en question représente, selon eux, les crédits accordés entre 2000 et fin 2005 à 46 000 clients au titre du Crédit agricole mutuel (CAM). La CNMA Banque n’a fait qu’hériter de ce boulet, soutiennent-ils. La CNMA Banque avait été créée en 2005. Elle avait toutefois lancé ses activités en 2006.

La CNMA qui était initialement une caisse mutualiste avait bénéficié, en 1995, d’une dérogation pour exercer des activités bancaires. La décision de mettre fin aux activités bancaires de la CNMA a été prise lors d’un conseil interministériel, tenu le 16 août 2008 et présidé par le chef du gouvernement. L’une des raisons qui ont motivé la décision du gouvernement est liée aux créances accumulées par la CNMA Banque et qui s’élève à 17 milliards de dinars de créances difficilement recouvrables et se retrouve avec un actif net négatif de 15 milliards de dinars, mentionne-t-on.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER