Interdiction de la rencontre-débat sur le 5 Octobre 1988-Maître Bouchachi: «C’est scandaleux !»

bouchachi.jpgLa fondation Friedrich Ebert fait de nouveau les frais de la censure officielle. La rencontre-débat que devait abriter hier la fondation sur les événements du 5 Octobre 1988 à l’initiative de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) a été interdite.

L’ONG allemande a invoqué «des raisons indépendantes de sa volonté» pour justifier l’annulation de la rencontre que devaient animer Abdelhamid Mehri (ancien secrétaire général du FLN), Nacer Djabi (sociologue), Me Ali Yahia Abdenour et Me Bouchachi, président d’honneur et président de la LADDH. Aucune autre explication ni précision sur l’autorité ayant signifié l’interdiction n’ont été avancées. La direction de la fondation s’est refusée à tout autre commentaire. Une attitude prudente que justifient sans doute les franches mises en garde dont elle a été récemment la destinatrice de la part d’un des représentants du pouvoir. Le patron de la Centrale syndicale, Abdelmajid Sidi Saïd, a lancé en effet la semaine dernière une attaque en règle contre la fondation qu’il accuse d’« outrepasser ses prérogatives et missions en Algérie ». Le SG de l’UGTA a même appelé les autorités du pays « à reconsidérer la présence de la fondation en Algérie ».

Une menace qui vient ponctuer une série de conférences sur des thèmes socio-économiques organisées depuis le début de l’année par la fondation Friedrich Ebert et dont les contenus et critiques n’ont assurément pas été du goût des gouvernants. Le dernier séminaire en date, organisé vendredi et samedi par l’association RAJ au niveau de la fondation sur « Les 20 ans d’Octobre 1988 » a certainement fait de l’effet en haut lieu. Les piques acerbes lancées à partir de la tribune de la fondation par les intervenants au séminaire, Idir Achour du CLA, Ahmed Bettatache du FFS, Hakim Addad de RAJ et Kamel Belabed du Collectif des familles de harraga ont-elles été perçues comme étant « de trop » par le pouvoir en place ? Tout porte à le croire.

(…)

«C’est scandaleux. Honteux », qualifiait hier, lors d’un point de presse, Me Bouchachi, président de la LADDH. Il s’étonne que «20 ans après Octobre 1988, les Algériens n’aient toujours pas le droit de se réunir chez eux et de débattre pacifiquement des questions qui les concernent». Le pays est précipité, selon lui, dans une sarabande de « reculs » en matière de libertés publiques.

La décision d’interdire la rencontre, venue d’après lui «d’en haut», illustre parfaitement «la régression en matière de droits et libertés» qui affecte la société algérienne de plein fouet, deux décennies seulement après le soulèvement d’Octobre. (…) Sources El Watan

Commentaires

  1. salim dit :

    salut je suis un jeune Algérien fier jusqu’à maintenant de l’être, j’écris seulement pour vous assurer mon solidarité totale dans votre lutte pacifique pour l’emancipation du peuple algérien, travaillons ensemble pour une meilleure Algérie.merci pour votre courage.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER