• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 14 octobre 2008

Archive pour le 14 octobre, 2008

Urgent:l’inculpation de Hasseni confirmée en appel

hasni1.jpgLa cour d’appel de Paris a confirmé mardi l’inculpation pour « complicité d’assassinat » de Mohammed Ziane Hasseni, diplomate algérien soupçonné d’avoir commandité le meurtre de l’opposant Ali Mecili en 1987 à Paris, a-t-on appris de sources proches du dossier.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris « n’a pas annulé la mise en examen (inculpation, NDLR) ni le contrôle judiciaire » imposé à M. Hasseni, a indiqué à l’AFP Me Antoine Comte, avocat d’Annie Mecili, la veuve de M. Mecili.

« Nous sommes heureux que l’instruction de ce dossier puisse continuer », a-t-il ajouté.

Le parquet général avait requis le non-lieu dans cette affaire.

« Je voudrais exprimer ma très profonde déception, d’autant plus qu’il est rarissime que le parquet général se joigne à une demande de la défense et soit balayé comme ça », a pour sa part indiqué à l’AFP l’avocat de M. Hasseni, Me Jean-Louis Pelletier.

Me Pelletier a précisé qu’il allait former un pourvoi en cassation pour obtenir l’annulation de l’inculpation et du contrôle judiciaire imposé à son client.

Visé par un mandat d’arrêt international émis en décembre 2007 par la justice française, M. Hasseni, responsable du protocole au ministère algérien des Affaires étrangères, avait interpellé le 14 août à l’aéroport de Marseille (sud-est de la France).

Il avait été inculpé le lendemain à Paris pour « complicité d’assassinat » et laissé libre sous contrôle judiciaire.

Ce contrôle judiciaire interdit à M. Hasseni, qui affirme être victime d’une homonymie, de quitter le territoire français et lui impose de se présenter une fois par semaine dans un commissariat.

Ali Mecili, 47 ans, opposant algérien exilé en France en 1965, avait été assassiné par balles le 7 avril 1987 dans le hall de son immeuble à Paris. AFP

Quand des officiels se mettent au pas de danse

danse2.gifEn marge de sa visite dans la wilaya de Tlemcen, le président Abdelaziz Bouteflika a reçu dans sa résidence officielle le panel des sages composé en l’occurrence par Ahmed Ben Bella, Miguel Trovoada (ancien président de Sao Tomé et Principe) et Ahmed Salim (ancien SG de l’OUA). A la maison de la culture, le président et ses illustres hôtes avaient assisté à une soirée musicale animée tour à tour par Nouri Koufi, Rym Hakiki et Hadj Ghaffour ainsi que la présentation d’une modeste «fresque» (symbolisant Abdelaziz Bouteflika) dédiée au président. On n’a pas entendu une seule fois une sonnerie de portable. Et pour cause. La salle était truffée d’appareils destinés au brouillage (risque d’explosion par télécommande). Au khlass haouzi «Ya bent ennas, adjbouni aïnik» exécuté sur un rythme allégro par Cheikh Ghaffour, la «piste» se remplit de danseurs «officiel» ; c’est Ahmed Ben Bella qui mena le bal suivi de sa femme (une ancienne journaliste de RA, originaire de Msila), Khalida Toumi, la femme de Miguel Trovoada et Abdelkader Messahel (ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines) volant la vedette aux jeunes en chedda tlemcénienne qui accompagnaient les orchestres. Une convivialité visiblement appréciée par le président. Un extra inattendu qui provoqua la ruée des photographes qui entraîna une onde de choc auprès de la garde présidentielle qui arriva à gérer la situation sans trop de dégâts… A la fin de la soirée, le président monta sur scène et prit une photo souvenir avec les artistes. 

Le Quotidien  d’Oran

Lorsque Ben Bella s’adonne à la danse !

Lorsque Ben Bella s’adonne à la danse !  dans Confidences 1939_61584

Invité par le président Abdelaziz Bouteflika, à une soirée musicale en l’honneur du Comité des sages de l’Union africaine, Ahmed Ben Bella, premier président de la République algérienne s’est donné à cœur joie à une danse avec sa femme Zhour, sous les airs de El Hadj Ghaffour.  Sources La Dépêche de Kabylie

Oran: 69 émeutiers à la barre

alger14b.jpgParmi les 159 présumées coupables d’avoir participé aux émeutes qui ont éclaté à Oran au lendemain de l’annonce de la relégation en 2e division du MCO, 69 personnes se sont relayées hier au prétoire du tribunal correctionnel de Seddikia sous les principaux chefs d’accusation de troubles à l’ordre public, destruction de biens de l’Etat et coups et blessures volontaires.

Les mis en cause ont nié les griefs retenus contre eux en argumentant leurs déclarations par le fait qu’ils « étaient absents sur les lieux touchés par les actes de vandalisme ». Certains ont déclaré « avoir été interpellés à leur propre domicile par les forces de l’ordre ».

Le représentant du ministère public a conclu son réquisitoire en requérant une peine de 3 ans de prison ferme pour chacun des présumés accusés.

Il importe de rappeler que 90 autres personnes impliquées dans ces émeutes, sur les 159, comparaîtront lundi prochain devant ce même tribunal. El Watan (synthèse)

Université de Djelfa : 44 professeurs dans le désarroi

agre.jpg44 professeurs de l’université de Djelfa vivent dans une ambiance délétère depuis mai 2008, date de leur hébergement à la cité Mohamed Belabiod, à Aïn S’rar, qui compte par ailleurs 400 autres logements attribués dans le cadre social. Les enseignants ayant grade de docteurs ont fait part à El Watan du climat d’insécurité qui règne dans cette cité à cause de la prolifération de jeunes désœuvrés souvent munis d’armes blanches qui, de jour comme de nuit, s’adonnent à toute sorte de transgressions à l’ordre public en toute impunité !

Zerhouni dément l’existence d’un projet d’attentat contre le président

boiu.jpgLe ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, a démenti formellement l’existence d’un projet d’attentat terroriste en relation avec la visite du président Bouteflika dans la wilaya de Tlemcen, tel que rapporté par la presse, a rapporté EL Watan. Il a expliqué que le groupe terroriste éliminé à Remchi, quelques jours avant la visite du chef de l’Etat à Tlemcen, était « surveillé depuis longtemps par les services de sécurité ». Ce groupe terroriste « n’avait aucun projet (d’attentat) en relation avec la visite du Président », a-t-il ajouté.

M. Hasseni peut très bien être un diplomate et coupable*

hasni.jpgJe voudrais bien croire que M. Hasseni a décidé de se soumettre aux tests demandés par le juge après avoir refusé une première fois.

Primo: pourquoi l’a-t-il refusé la première fois?

Secundo: Où avez-vous appris qu’il a accepté de se soumettre à ces tests ? Déclaration de ses avocats ?!

Tertio: Les tests ont-ils été faits réellement ? La réponse est que néni.. Allez savoir pourquoi.

Quarto: Le Test ADN devrait se traduire illico par une inculpation ou une libération. Avec quel ADN le juge allait-il comparer l’ADN de M. Hasseni ? Mystère et boule de gomme. La victime a reçu les “services patriotiques” de Amellou et non du commanditaire Hassani. Si traces, il y a, elles doivent appartenir à l’assassin..

Quinto: Que peut-on conclure de la crédibilité d’un juge qui demande officiellement au mis en cause de se soumettre à des tests, que celui-ci accepte et en fin de compte les tests sont tout simplement ignorés?
Circulez, il n’y a rien à voir.

D’autres petits détails restent très louches comme dans la plupart des cas où la raison d’Etat est impliquée. La fabulation côtoie l’objectivité. C’est imparable.

M. Hasseni peut très bien être un diplomate et coupable. Ce n’est pas la carrière professionnelle qui prouve l’innocence d’un agent du DRS. Le MAE comme d’autres ministères algériens, sont quadrillés de fond en comble par ce sinistre organisme. Il est aussi utilisé comme un club Med pour “services rendus”. Quand “l’appel du devoir” lui est diplomatiquement intimé, le diplomate, l’ingénieur ou même le médecin retrouve son instinct bestial. C’est la conscience de chacun qui fait la différence. Cette dernière n’est pas une vertu particulièrement appréciée en Algérie, vu ce qu’y se passe chaque jour.

Reste le cas de M. Hasseni, personne ne veut son inculpation à tout prix, mais tous veulent une innocence convaincante. C’est loin d’être le cas si on veut être objectif bien sûr.

Par Sniper

* Le titre tiré du texte par El Mouhtarem

Députés, les mains en l’air !*

dp.jpgAssalam aliekoum
Si les Algériens étaient payés 1/10 du salaire de ces députés qui ont les mains en l’air comme s’il y avait un pistolet silencieux sur leurs dos, pour toutes les blagues (Souvent rigolotes, intélligentes et originales) qu’ils avaient inventé depuis l’indépendance, aucun problème n’existerait dans notre pays. En somme, il n’y aurait ni chômage, ni harragas, ni hoggra, ni suicide, ni divorce, ni probléme de logement, ni exilés, ni tous les dégâts causés par les castrophes naturelles, ni le primtemps berbère, ni le 5 ocrobre, ni les milliers de morts de la décennie noire, ni les présidents que nous avions eu, ni la corruption, ni les meurtres impunis, ni l’assassinat de Djaout, Hachani, Benhammouda, Mekbel, Matoub, Aissat…ni le nombre impressionant de “fous” qui errent de nos villes et villages, ni des illetrés…C’est-à-dire le travail qu’auraient du faire les députés qui ont souvent les mains en l’air:
-les mains en l’air qui votent pourque nous soyons gouvernés par des menteurs, des criminels, des pervers et des voleurs;
les mains en l’air qui votent des lois qui nous maintiennent en permanence en état d’urgence et en état de guerre;
-les mains en l’air qui votent pour les députés des salaires en or et des avantages en saphirs et pour la majorité des Algériens et des Algériennes des salaires de misère;
-les mains en l’air qui votent des lois qui nous maintiennent dans un feu brûlant comme celui de l’enfer pendant qu’eux dansent, chantent et calment leurs ventres avec des mets exquis et des petites douceurs;
-les mains en l’air qui votent des lois qui rendent ennemis des frères, qui rendent mendiant le riche d’esprit et de coeur et qui élevent dans les hauteurs les ignorants, les courtisans, les assassins et les serviteurs;
-les mains en l’air qui votent pour eux et leurs princes la sécurité globale et totale nuit et jour et pour le peuple la mort par surprise ou par erreur;
-les mains en l’air qui votent pour eux la liberté de tout faire et pour le peuple la liberté de fuir, de se suicider, de se détruire, de les servir ou de se taire comme les muets ou les morts;
-les mains en l’air qui votent pour eux, leur roi et leurs princes le droit: de se nourrir de mets rares, d’étudier dans des écoles du vrai savoir, de boire l’eau fraîche durant les grandes chaleurs, de respirer l’air pur, de se doucher à n’importe quelle heure, de dormir dans les bras de la douceur et pour le peuple le droit: de souffrir physiquement, intellectuellement, psychiquement, socialement, affectivement, moralement, familialement, professionnellement et éconiquement de la naissance jusqu’à la fin des jours;
-les mains en l’air qui vivent le coeur léger et plein d’espoir, l’âme satisfaite et apaisée et le visage detendu et au mille sourires pendant que le peuple est tourmenté, soucieux, terrorisé et avec des yeux qui pleurent des larmes de sang et de désespoir.
Fraternellement

Par Ammi Said

*Titre d’El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER