Quand des officiels se mettent au pas de danse

danse2.gifEn marge de sa visite dans la wilaya de Tlemcen, le président Abdelaziz Bouteflika a reçu dans sa résidence officielle le panel des sages composé en l’occurrence par Ahmed Ben Bella, Miguel Trovoada (ancien président de Sao Tomé et Principe) et Ahmed Salim (ancien SG de l’OUA). A la maison de la culture, le président et ses illustres hôtes avaient assisté à une soirée musicale animée tour à tour par Nouri Koufi, Rym Hakiki et Hadj Ghaffour ainsi que la présentation d’une modeste «fresque» (symbolisant Abdelaziz Bouteflika) dédiée au président. On n’a pas entendu une seule fois une sonnerie de portable. Et pour cause. La salle était truffée d’appareils destinés au brouillage (risque d’explosion par télécommande). Au khlass haouzi «Ya bent ennas, adjbouni aïnik» exécuté sur un rythme allégro par Cheikh Ghaffour, la «piste» se remplit de danseurs «officiel» ; c’est Ahmed Ben Bella qui mena le bal suivi de sa femme (une ancienne journaliste de RA, originaire de Msila), Khalida Toumi, la femme de Miguel Trovoada et Abdelkader Messahel (ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines) volant la vedette aux jeunes en chedda tlemcénienne qui accompagnaient les orchestres. Une convivialité visiblement appréciée par le président. Un extra inattendu qui provoqua la ruée des photographes qui entraîna une onde de choc auprès de la garde présidentielle qui arriva à gérer la situation sans trop de dégâts… A la fin de la soirée, le président monta sur scène et prit une photo souvenir avec les artistes. 

Le Quotidien  d’Oran

Commentaires

  1. ammisaïd dit :

    Ils aiment la danse
    Ils ont de la chance
    Ceux qui mangent nos richesses
    Depuis, le première jour de notre indépendance

    Ils aiment la danse
    Ceux qui ont des immenses panses
    Ceux qui pensent
    Echapper à la colère et à la puissance
    D’un peuple doué d’une patience
    Que ne peut comprendre aucune science

    Ils aiment la danse
    Ils ont de la chance
    Ceux qui gouvernent par la rumeur et la mèdisance
    Un peuple qui a triomphé de la France

    Ils aiment la danse
    Les vierges pleine d’innocence
    La musique chaude et douce
    Ils ont de la chance
    Ceux dirigent par le mensonge et la force
    Un peuple que guette la desépérance et l’errance

    Ils aiment la danse
    Ils ont de la chance
    Ceux qui ont sémé l’angoisse et la mèfiance
    Dans les coeurs d’un peuple connu par ses résistances
    A ceux qui veulent le noyer dans le vice et la déchéance
    Et, à ceux veulent lui arracher sa dignité et sa conscience

    Ils aiment la danse
    Ils ont de la chance
    Ceux qui nous ont volé notre enfance
    Qui nous ont gaché notre adolescence
    Qui nous ont détruit notre jeunesse
    Et, qui ont enterré vivante notre vieillesse

  2. Rabah Naceri dit :

    On aura tout vu dans cette Algérie ! Le carnaval fi dechra continue et semble même avoir encore de beaux jours devant lui.

    Dernière publication sur Ensemble pour Bgayet : Le patrimoine de l'Etat part en brioche

  3. dada dit :

    Barak Allah Fik ya Amisaid pour ton poéme qui illustre sans aucun doute l’esprit rentier de nos gouvernants!
    Bien sur que je suis pour des moments de liesse , mais avoir accompli nos taches quotidiennes d abord!
    Mais nos gouvernants se foutent royalement de ce qui se passe dans l’Algerie d’en bas!
    Toi tu pleures et moi je danse:telle est la devise de ces fossoyeurs !
    Encore une fois merci AMISAID

  4. Kaddour dit :

    Tout va bien au pays de fakhamatouhou et de l’ex détenu du château Holden ! Ami Said a bien illustré la situation. Qui vivra verra.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER