On ne vous oubliera pas, vous faites partie de nous

evenem1.jpgOn ne vous oubliera pas vous faites partie de nous ! Nous citerons vos noms car l’histoire de ce beau pays ne vous oubliera pas, votre seul tord c’était d’aller travailler : Dich Amina, Tounsi Aziza, Boudaoud Kheira, Bouteraa Rachida, Mehdane Zohra, Bouhend Fatima, Fliou M’hamdia, Louhab Naïma, Lenfad Hafida, Cherrid Kheira, Bouali Hanafi Sahnounia et Saber El H’bib ont été assassinées le 27 septembre 1997 à Sidi Bel Abbes. Nous allons encore fêter ce 1 mai de combat sans elles. Les plus belles leçons nous les avons données sur les pavés et non pas dans nos classes en 2003. On n’oubliera pas ces jours, on ne pouvait pas corriger les copies de nos élèves sans corriger l’oubli de ces gouverneurs envers les professeurs, travailleurs et tous les oubliés de la fonction publique dans ce monde où ce discours de la mondialisation sauvage nous gangrène. Ont-ils le droit de prendre en otage la vie à ces peuples, à notre peuple au nom de, comme le dit si bien Fouad Nadjm «asser el infitah» ?

On se demande parfois si ces gouverneurs vivent dans ce pays. Peut-on travailler et vivre avec 12000 da comme SMIG en 2008 en Algérie ? Comment préserver ce pouvoir d’achat quand 80% du salaire passe dans nos couffins ? Nos travailleurs ont été jetés dans le marché international: ne dit-on pas que chez nous on est payé en dinars et qu’on achète en euro. Nous avons beaucoup appris depuis 2003 à écouter les autres, à travailler ensemble, à faire parfois des concessions afin d’arriver à un seuil d’entente: nous défendons pas l’appareil mais nous défendons nos revendications.

Nous avons vécu un déchirement organique avec les travailleurs en 2003 en créant ce syndicat corporatiste mais en 2006 et 2007, le terrain nous appris à lutter ensemble dans le cadre d’une intersyndicale. C’est grâce à la résistance de ses membres que l’espoir renaît. Nous n’oublierons pas notre camarade Redouane à qui, nous devons beaucoup. Il nous a appris le vrai sens du mot cohabitation syndicale. Nous parlerons dans notre intervention de deux dates importantes: la première c’est l’année 2003: la famille de l’éducation s’est réveillée après l’oubli et trahison des pseudos défenseurs de sa cause. Notre combat était également contre le démantèlement des lycées techniques qui a été notre cheval de bataille: a-t-on les moyens de casser et d’enterrer un butin de 40 ans d’enseignement technique et de fermer plus de 500 ateliers de Génie civil, de mécanique et de Génie électrique. Nous avons laissé 5000 PEST en attente d’une action ferme.

Aujourd’hui, il faudrait répondre aux attentes des PTLT. Comment peut-on expliquer que le corps lui-même ne se défende pas contre ce démantèlement. L’histoire n’est pas finie et le PEST rebondiront dans les prochains jours. Une action est déjà menée pour abus d’affectation. Dans ce pays, les travailleurs ne demandent pas que des sous; ils veulent aussi un service public de qualité et une école moderne. Revenons à notre défense permanente des libertés syndicales. Comment ces gouverneurs pseudos démocrates osent matraquer et traiter des fonctionnaires ainsi !!!! Ni leur matraques, ni l’interdictions des rassemblements n’arrêteront les voix de ces syndicats libres !!!!! La leçon nous vient encore une fois de nos 40000 contractuels : Veut-on faire d’eux des futurs «harragas» en créant cette instabilité et précarité d’emploi pendant des dizaines d’années et même plus ? 

Nous saluons le combat de ces contractuels et à leur tête notre amie Amina (notre pensée va aujourd’hui directement au plus jeune gréviste de la faim en Algérie en Décembre 2007: un embryon de trois mois dans le ventre de sa mère contractuelle.) Et n’oublions pas nos lycéens qui sont sortis dans les rues pour rappeler le Ministère du danger de ces réformes établies loin des enseignants et de la famille de l’éducation. Notre chaîne de solidarité est et sera toujours aux côtés de tous les travailleurs. Ni leurs intimidations, ni leur harcèlement, ni leurs poursuites judiciaires envers nos éléments, n’arrêteront notre combat. Nous saluons nos amis Tunisiens et Marocains dans ce monde de lutte sans frontières.
 
Intervention de M. ROUANI DJAMEL
CHARGE DE L’ORGANIQUE  DU CLA
Le 1 mai 2008 au siège du FFS à Alger

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER