Mahsas: « Ait Hamouda ne dit pas la vérité »

mahsasp2.jpg“M. Ahmed Mahsas, président du Front des forces démocratiques dissous, a fait remarqué qu’il n’est pas concerné par la querelle en cours suscitée par les accusations portées par le fils du colonel Amirouche et député du Rassemblement culturel démocratique “RCD “, Noureddine Aït-Hamouda, jetant la responsabilité de cette mission sur les “profiteurs de la révolution”.

M. Mahsas (85 ans), qui a prit une large part dans l’organisation et dans l’activation du FLN, en plus de son rôle dans la création de l’organisation spéciale “OS”, avant qu’il soit arrêté en 1950, déclare que Aït-Hamouda “ne dit pas la vérité” surtout concernant ses accusations contre le chef de l’appareil de renseignement pendant la guerre de libération, Abdehafid Boussouf et ses compagnons, de fomenter l’assassinat du colonel Amirouche et du colonel Si El Haoues dans la montagne de Thamer en 1958. M. Mahsas a assuré que “ces allégations sont fausses”.

Concernant cet homme qui était le premier responsable de la dissémination des cellules du FLN en France, et représentant politique et militaire de la région de l’Est algérien, en plus d’être membre de conseil national de la révolution, toute cette discussion autour de la révolution n’est que de la “poudre aux yeux” dont le but est de distraire le peuple algérien qui attend des responsables et de l’Etat, une attention à ses préoccupations et à ses problèmes quotidiens et non lui compliquer la vie avec des questions secondaires.” El Khabar

Commentaire: Merci Sniper pour la traduction.

Commentaires

  1. mohand dit :

    Si vous pouviez mettre également la traduction, ça serait mieux. Merci

  2. dada dit :

    Vous m’excuserez Monsieur MAHSAS, avec tout le respect que je dois aux moudjahidines, vous ne pouvez pas nier que l’équipe de Boussouf n’a pas « liquidé » froidement et sans rémission ses camarades revolutionnaires.Je suis persuadé que vous ne pourriez convaincre d’aucun des algeriens et algeriennes des méfaits commis par ce Sieur Boussouf qui a semé la suspiscion partout où il passe!Alors de grace , soyez un peu plus licide et faites l’histoire authentique de la révolution que vous avez vécu sur les champs de bataille!Dieu en est témoin Monsieur MAHSAS.
    Vous n’en sortirez que grandi!
    Merci de votre compréhension!

  3. Mohamed Z dit :

    Monsieur Mahsas n’a pas fait la révolution. Il était l’homme de Ben Bella et s’était opposé au Congrès de la Soummam. Il s’occupait du grenouillage politique en Tunisie. Il fut condamné par les instances de la Révolution pour travail fractionnel en 56.Il se retrouva orphelin après l’arrestation de son protecteur Ben Bella en octobre 56. Il échappa de justesse à l’arrestation et s’enfuya en Europe jusqu’à l’indépendance. Après le coup d’Etat de 62 contre le GPRA, il reprendra du service auprès de Ben Bella le pantin mis en place provisoirement à la tête du pays par Boumédienne.
    La falsification de l’Histoire doit cesser.
    Un rescapé des massacres de l’armée des frontières, ancien officier de l’ALN de l’intérieur. Mohamed Z.

  4. Sniper dit :

    Pour Mohand je fait la traduction suivante en espérant avoir été fidèle au texte original.

    « M. Ahmed Mahsas, président du Front des forces démocratiques dissous, a fait remarqué qu’il n’est pas concerné par la querelle en cours suscitée par les accusations portées par le fils du colonel Amirouche et député du Rassemblement culturel démocratique « RCD « , Noureddine Aït-Hamouda, jetant la responsabilité de cette mission sur les « profiteurs de la révolution ».

    M. Mahsas (85 ans), qui a prit une large part dans l’organisation et dans l’activation du FLN, en plus de son rôle dans la création de l’organisation spéciale « OS », avant qu’il soit arrêté en 1950, déclare que Aït-Hamouda « ne dit pas la vérité » surtout concernant ses accusations contre le chef de l’appareil de renseignement pendant la guerre de libération, Abdehafid Boussouf et ses compagnons, de fomenter l’assassinat du colonel Amirouche et du colonel Si El Haoues dans la montagne de Thamer en 1958. M. Mahsas a assuré que « ces allégations sont fausses ».

    Concernant cet homme qui était le premier responsable de la dissémination des cellules du FLN en France, et représentant politique et militaire de la région de l’Est algérien, en plus d’être membre de conseil national de la révolution, toute cette discussion autour de la révolution n’est que de la « poudre aux yeux » dont le but est de distraire le peuple algérien qui attend des responsables et de l’Etat, une attention à ses préoccupations et à ses problèmes quotidiens et non lui compliquer la vie avec des questions secondaires. »

  5. Kaddour dit :

    la caricature de Dilem (hier sur Liberté 25 octobre 08) est , à mon avis, la meilleure réponse qu’on puisse faire à Mr Mahsas. Par ailleurs , ce que dit « Mohamed Z » ci-dessus est corroboré par des témoignages d’anciens authnetiques militants nationalistes. cela dit, faut que les HISTORIENS fassent leur boulot.

  6. Samir dit :

    Mohamed Z a résumé le profil du personnage, dommage que la nouvelle génération ne connait rien de la révolution, par contre mahsas dit vrai concernant cet effort de diversion de la part de noureddine, on n’a pas besoin de flash tous les cinq ans et puis plus rien, s’ils – le rcd et ceux qui sont derrière – veulent un débat réel et serieux à cet effet, ils n’ont qu’à le faire au niveau du ‘parlement ‘ sinon ces rasputines du pouvoir nous ont concocté trois sujets qui depuis au moins six mois ont diverti tout le monde: élite, journaux et citoyens alors que le pays plonge davantage dans les abîmes de la faillite sur tous les plans.

  7. mohand dit :

    Merci Sniper.Sur ce sujet comme sur les autres nous avons eu droit à trois miciles téléguidés. Rachedi , puis Djoudi, et maintenant Mahsas. Pour ce dernier Mohamed Z , nous a éclairé avec précision sur ce grand père et ce qu’écritMohamed tranche par sa clareté et sa précision je lui en suis gré.
    Ait Hamouda,semble faire l’unanimité contre lui , comme cet ancien moudjahed dont j’ai oublié le nom , un officier de l’ALN , qui travaillait au Ministère des Moudjahidine et qui le premier a dénoncé les faussaires et notamment le magistrats faussaires. Aujourd’hui on parle de 11.000 faux moudjahed. Il est fort probable que le chiffre est beaucoup plus élevé, car vous savez dans ce genre d’affaire, quand un groupe trompe dans l’illégalité d’autres accourent et personne alors n’a la force de caractère et l’envie de faire cesser l’enchainement des choses.
    Je m’explique ceux qui les premiers ont signé des attestations de complaisance sont les précurseurs du mouvement en chaine. Or si ma memoire ne me trompe pas, il fut un temps durant les premières années de l’indépendance,la rumeur publique circulait sur le fait que certains (vrais ou faux maquisards) établissaient des attestations moyennant des sommes d’argent. Une fois cette première salve entérinée , bien sur d’autres ont suivi et personne alors ne voulait mettre le hola. Ben Bella était pris dans la construction de son image de ZAIM, Boumédienne inquiet du manque de cadres pour diriger le pays et les différentes institutions y compris l’ANP , a fermé les yeux sur les anciens de l’armée française et les a placé à des postes de commandement (subalternes, mais tout de même d’importance parfois stratégique), il voulait d’abord mettre en place une organisation a même de soutenir sa politique sociale. Puis sont arrivés les affaires où de grands hommes du sérail ont découvert que l’Algérie leur appartenait. Puis avec Chadli et les PAP (programmes anti pénurie,programme spécial de chelef, les quelques autoroutes et les logements) pour une vie meilleur vie
    selon les propagandistes. On a quelques années après alors ouvert nos grands yeux, étonnés que nous fumes d’avoir été menés en bateau , au bord du précipice. Pendant ce temps la préoccupation première fut l’argent , amasser le plus possible dans l’impunité. Pendant ce temps donc comme personne n’avait cette question en tête des préoccuptions on a laissé se poursuivre la chaine des établissements d’attestation communale qui donnait droit à des pensions, des avantages en natures, des dérogrations en tout genre (y compris à la fac d’Alger ou on faisait des bonifications de points , un par année de participation à la guerre pour obtenir des diplomes d’enseignement supérieur). A propos de ce dernier point, voila aussi comment des ignares font valoir des diplomes supérieurs et doctors pour faire bien.
    La quête des avantages est le fil directeur de ces affaires de faussaires. D’ailleurs cette politique est soutenue parl’association des anciens moudjahidines, ceux du Malg, les enfants de chouhadas , certains militaires et bien sur le FLN , les uns savent mais se taisent pour continuer à profiter de leurs situations (ils n’ont pas le courage de dire non), d’autres concernés ne peuvent pas , bien sur au grand jamais parler de ce phénomène dont ils sont les bénéficiaires.

    Ainsi donc, on falsifie les documents, avec l’assentiment des vrais moudjahidine (sauf certains qui se sont retirés volontairement ou poussés par leurs « camarades ») on est arrivé à constituer une armée de plusieurs centaines de milliers de moudjahid. Si ce nombre était ^plausible, la France aurait été battu plutot.
    Si on pouvait supprimer tous les avantages arrachés subrépticement dans les réunions. Les vrais moudjahidine , les vrais nationalistes apparaitraient alors. Car beaucoup n’ont pas fait la guerre pour des rentes, mais pour l’honneur et la liberté des leurs.

    C’est un sujet délicat, je le reconnais, mais si on veut construire les fondements sur des bases non tronquées ou
    fausses , il faut commencer par assainir à ce niveau , à la base. Les anciens savent qu’après l’indépendance, il y avait peu de résistants à l’intérieur , il ne restait que les civils moussabilines non enrolés dans l’ALN , les goumias , et ceux qu’on appelait 19 mars. Certains réglements de compte aux harkis se sont produits. Ceux la touchent comme les vrais chouhadas des pensions. A coté de tous ceux la , il y avait des survivants dans les prisons et ailleurs.Beaucoup de jeunes adultes et vieux se sont mis à la recherche du moyen d’obtenir une attestation communale signée de trois personnes déjà enregistrées moudjahdine et cela s’est poursuivi pendant longtemps. Il y a même des jeunes de moins de 10 ans en 1962 qui ont pu se faire le Césame. Pour ma part en dehors des soldats de l’ALN et des militants actifs du FLN (ils ne sont pas des milliers),
    ceux qui étaient planqués en Tunisie et au Maroc et ailleurs surtout en France, ne sont pas des Moudjahid , ils ont fait ce que tous les Algériens de l’intérieur ont fait. Qu’ont-ils fait?
    Faire la collecte d’argent (argent qui s’est d’ailleurs volatiliser après l’indépendance) et quelques mouvements et manifestations dans la métropole française notamment. Est ce important par rapport à la multitude de personnes hommes et femmes et enfants qui ont fait en sorte que les membres de l’ALN
    des maquis à l’intérieur du pays soient couverts, nourris souvent , logés généralement et ont soutenus du plus qu’ils ont pu leurs attaques des forces coloniales…
    Pour ma part je considère que cette forme de participation est beaucoup plus utile… pourtant force est de constater que ces gens de l’ombre ont oublié leur participation désintéressée .
    Ils regardent ébahis les fortunes se construisent et les destins se modeler devant leurs yeux, leurs enfants et leurs familles. Ils s’interrogent souvent sur leur sort et disent leur amertume d’en être arriver là, ils ont ouvert toutes grandes les voies ouvertes à ceux qui n’attendent que les lacunes pour s’y engouffrer.
    Ce n’est pas le cas de beaucoup des profiteurs qui non satisfait de leur situation tout à fait à l’abri du besoin saisissent toutes les occasions pour préserver leurs acquis et les renforcer en s’octroyant plus encore.
    Je termine en disant que l’assainissement est facile,mais il faut le faire maintenant. Dans chaque village ou quartier des villes, les personnes connaissent parfaitement qui est ancien moudjahid, qui est mort chahid au combat, qui est mort assassiné pour d’autres raisons, qui sont les moussabilines sans faits d’armes,qui sont les goumias armés et ceux qui faisaient partie de la milice armée… Ce travail peut se faire, par les survivants, autant que faire ce peut avant qu’ils décédent, car c’est eux qui savent la vérité sur ce mic mac.
    Il faut une volonté populaire et politique pour que ce travail d’assainissement puisse se faire, ce n’est certainement pas de la manière dont cette question est posée actuellement, et où les gens se regardent et se chamaillent.

  8. TOUFIK dit :

    Monsieur Mahsas on a compris  » khelli l’bir b’ghtah  » c’est ce que vous-voulez nous dire du moment que le système vous a donnez un strapontin au sénat, vous osez me parler de révolution!!! Laquelle ? Celle des stapontins ? Non merçi. Vous-êtes tous les mêmes.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER