RSF soutient le journaliste Noureddine Boukraa

liber.jpgL’organisation de défense de la liberté de la presse RSF a exprimé, jeudi dernier, son «indignation» contre la peine d’un an de prison ferme requise par le parquet de Annaba, le 13 octobre dernier, contre le journaliste Noureddine Boukraa dans l’affaire qui l’oppose au chef de la sécurité publique de cette même wilaya. Pour RSF, ce réquisitoire «témoigne de l’assujettissement de certains représentants du ministère public aux caciques locaux et à leurs protecteurs haut placés ». De ce fait, l’organisation a tout simplement demandé «un non-lieu» pour le journaliste, estimant que ce dernier n’a fait que «dénoncer le népotisme» qui règne au sein de certains services de la police. «Il serait incompréhensible que le journaliste soit emprisonné pour avoir voulu informer de certains abus», a souligné RSF.

Le journaliste est poursuivi, rappelons-le, pour «divulgation du secret de l’instruction par l’utilisation de documents classés confidentiels», «d’atteinte à l’honorabilité d’un corps constitué» et «de diffamation », suite à une plainte déposée le 12 novembre 2007 par le chef de la sécurité publique d’Annaba. Le verdict de cette affaire sera connu le 26 octobre prochain. (El Watan)

Commentaire: Au moment des faits, Noureddine Boukraa était journaliste au quotidien Ennahar de Anis Rahmani. Au lieu de soutenir son journaliste, Anis Rahmani l’a plutôt viré du journal pour s’occuper de la pétition de soutien au diplomate Mohamed Ziane Hasseni El Mouhtarem 

Commentaires

  1. mohand dit :

    Que penses Monsieur Ksentini , le fervent défenseur du droit humain en Algérie, de cette affaire? Un jour est condamné par la justice pour avoir écrit des récits sur les agissements de quelques personnes ripoux et claniques à Annba.Si le droit qu’il défend a un sens il doit forcément s’impliquer dans des cas d’injustices que la presse rapporte en « douce ».En « douce » car ils veulent eux aussi préserver leurs réseaux leurs , leurs suppots et leur bourse. Car l’ANEP distribue des bons points en fonction de critères que eux et leurs responsables connaissent et appliquent. Dites Monsieur l’avocat , pourquoi, à l’insu du droit des prescriptions de la constitution on censure un ouvrage tout simplement parce que l’auteur n’est pas en odeur de sainteté avec une partie des tenants du pouvoir?
    Lorsque vous vous éleverez aussi contre toutes les injustices commises au non de l’Etat , alors vous mériterez qu’on vous écoute en attendant on ferme les oreilles à vos déclarations choisies.

  2. Kaddour dit :

    Il ne pense rien. M° ksantyny est trés occupé; en dehors de sa présidence de la CNDPPP machin chouette qu’il occupe par décret présidentiel, il s’occupe de son florissant cabinet. C’est un cumul qui flirte avec le délit d’initié. Mais c’est normal, au pays ou tout est normal, même l’anormal, le paranormal. courage à tous ceux qui continue à bosser et qui s’accroche pour ne pas sombrer, mentalement.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER