• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 octobre 2008

Archive pour le 26 octobre, 2008

Annaba: Des familles de harraga poursuivies libérées

har.bmpPoursuivis pour attroupement non autorisé devant une représentation diplomatique étrangère (le consulat de Tunisie) et incitation à la violence, les 14 membres des familles de harraga disparus, dont 4 emprisonnés, ont été libérés après leur procès qui s’est tenu hier au tribunal correctionnel de Annaba.

Ce qui n’est pas le cas des 18 harraga condamnés, hier, par le même magistrat, à six mois de prison avec sursis et 20 000 DA d’amende. Cette libération a été accueillie avec soulagement par les familles des harraga disparus et par la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH) qui avait dénoncé, dans un communiqué rendu public, l’arrestation de 14 membres des familles de harraga disparus. Une semaine après, lors de la première audience, le procureur de la République du tribunal de Annaba avait requis 3 ans de prison ferme à l’encontre des 14 membres des familles des harraga disparus, assortie d’une amende de 50 000 DA.

Ce sont 10 mineurs, en majorité des lycéens, qui figurent parmi les inculpés ; 4 des mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt depuis leur présentation devant le procureur, il y a 15 jours. A la veille de leurs interpellation et arrestation, rappelons-le, de nombreux parents de harraga s’étaient rassemblés devant le siège du consulat de Tunisie. Pacifique, cet attroupement intervenait à la suite d’informations selon lesquelles un groupe d’immigrants clandestins composé de 68 jeunes 2 jeunes filles de Baraki, 3 étrangers (2 Tunisiens et 1 Marocain), un groupe de mineurs originaires d’El Harrach et les autres de Annaba aurait été intercepté par la marine tunisienne au large de Djerba. Ces harraga avaient quitté les côtes de Annaba dans la nuit du 13 au 14 octobre à bord de trois embarcations de fortune. Ils ont pris la mer à partir des plages d’échouage de Seybouse et Sidi Salem (El Bouni). « Selon les premières informations recueillies, nos enfants ont embarqué à partir de la plage de Seybouse dans la commune d’El Bouni. Ils ont été encouragés par deux malfrats, des passeurs notoirement connus nommés Djafri Nouri et Bensaïd Amar », ont affirmé plusieurs membres des familles des harraga disparus lors de leur attroupement devant le consulat de Tunisie. L’hypothèse de l’arrestation de ces 68 harraga par les garde-côtes de la marine tunisienne est plausible. Elle est consolidée par l’envoi d’un SMS par un jeune harrag à son ami, faisant part de leur mésaventure avant d’être interceptés par les garde-côtes tunisiens. Aussitôt, le jeune a avisé la famille de son ami harrag. C’est ce qui a déclenché le branle-bas des parents. El Watan

LADDH Annaba: NUL N’EST AU DESSUS DES LOIS

bouchachi1.jpg« Commencez par le commencement et poursuivez jusqu’à ce que vous ayez terminé.
Alors …. arrêtez-vous » (Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles)

I N V I T A T I O N

La LADDH-Annaba en collaboration avec le CDDH entame le cycle des tables rondes 2008-2009 par le thème :

NUL N’EST AU DESSUS DES LOIS

Les droits de l’Homme ne sont pas une construction théorique et abstraite, idéologique mais reposent sur une pratique entre les mains de l’ensemble des citoyens qui, par l’intermédiaire de leurs représentants élus, confient à l’Etat et à ses Institutions, la mission de les faire respecter.

Au commencement est la loi : comprendre ses fondements et son fonctionnement

- Qu’est ce qu’une loi ? le législateur est-il seul à créer les normes juridiques ?

- Peut-on détourner une loi ? par quelles voies ?

- Quelle est la place du règlement dans l’édifice juridique? (Constitution, Lois, Règlement)

- Quelle est l’importance de la Constitution dans la protection des droits de l’Homme ?

-Le problème de l’insécurité juridique: «les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires» (Montesquieu)

La table ronde, suivie d’un débat, sera animée par :

Maître Mostefa BOUCHACHI, avocat, Président de la LADDH
Maître Abderrahmane BOUTAMINE, avocat
Kamel RAHMAOUI, doctorant en sciences juridiques

Elle aura lieu le jeudi 30 octobre 2009, à 9 heures, au CDDH, 15 rue MEKKI Merouani, Annaba (prés de la Zaouia Alaouia)

Bienvenue à ceux que les droits de l’Homme intéressent

Baisser de rideau:::retour à la dictature::::ce sera une Démoctature éternelle

haoune.jpgJe ne m’attarderai pas avec des qualificatifs péjoratifs ou des superlatifs sur la personne qui a dit : “Si j’étais le président de la République, je procéderais dans l’immédiat à la dissolution de cette Assemblée”.

En ce qui me concerne, j’ai la ferme conviction que notre pays n’est doté, malgré la volonté populaire, que de factices institutions (”zakhrafat mou’assassatia”). Que les choses se décident en dehors d’elles et que la pléthore des acteurs-guignols est appelée accessoirement à avaliser les dites décisions déjà prises, et ce, via un muppet show parlementaire – gouvenemental- ….., etc, de type “Zaama Zaama”.

Néanmoins ce que je viens de lire:
1) Les députés viennent de signer la mort de l’Etat algérien.
2) Si j’étais le président de la République, je procéderais dans l’immédiat à la dissolution de cette Assemblée.

1) Donc j’apprends que les dépités, théoriquement émanation démocratique de la volonté populaire, sensés représenter le peuple et défendre les intérêts de la collectivité nationale, en veillant durant leur mandature à la mise en place des règles appropriés de bonne gouvernance, en sus de leur tâche de surveiller le travail de l’exécutif conformément au programme discuté et adopté au sein de leur auguste assemblée…. , voila que j’apprends qu’ils viennent de signer la mort de l’Etat Algérien.

a) Ça veut dire qu’il n’y a plus d’Etat, plus d’institutions, plus de communauté nationale…, mais des Houkkam yerâaou Ardh Kbira dans laquelle sont éparpillés des individus ou des groupements humains…..
C’est très grave comme propos de la part d’une personne rodée à la gymnastique du verbe. Mais je pense que ce n’est pas fortuit.

b) Les députés signent la fin de l’Etat algérien:
- ils sont immature: i-e les représentants du peuple sont immatures, i-e: le peuple s’est trompé en désignant ses représentants: les citoyens n’ont pas su par voie “démocratique” élire les bonnes personnes.

- Les représentants du peuple ne sont pas à la hauteur de leur mission: c’est des incapables, ils sont incompétents, ils n’ont pas le niveau…..; le peuple, les citoyens n’ont pas pu ( – su ) élire via “”le processus démocratique” » les personnes dotées du niveau, de la compétence, des aptitudes, l’intégrité, l’honnêteté , …. Qu’il faut.

Le bouquet: “Si j’étais le président de la République, je procéderais dans l’immédiat à la dissolution de cette Assemblée”.
Donc pour finir on revendique la dissolution du parlement : la dissolution de l’instance de représentation populaire; donc ce qui nous est suggéré au début du 4ème trimestre 2008 c’est d’en finir avec la “”représentation du peuple par voie démocratique” ».

Pourtant cette personne aurait pu revendiquer de nouvelles élections au lendemain du scandale électoral qui n’a vu la participation au vote dépasser le taux de 15%.

Ceci étant énuméré, j’insère les propos de cette personne et d’autres personnes qui auraient émis antérieurement ou qui émettront ultérieurement des propos semblables, comme étant certains éléments suggérés par la technique ”des petites touches” faisant parti avec d’autres éléments d’un grand Puzzle ”nous faire dégoûté de la démocratie et visant à discrédité de plus en plus le politique” afin de baisser une fois pour toute le rideau sur l’espoir né des luttes d’octobre 1988.

Baisser de rideau :::::: retour à la dictature :::::::: ce sera une Démoctature éternelle

Par Youcef

Où étiez-vous messieurs les néo bas-triotes ?

patrie.jpgrah1.bmpRéponse à Mr. Davidlemac.
Merci pour l’inérêt que vous portez aux commnentaires et en particulier au mien. Je vous réponds tout de suite: je ne connais ce Monsieur l’ambassadeur du pouvoir en France que de nom et des signatures dans le journal officiel. IL était déjà Directeur Général de la fonction publique. DG de l’Ecole Nationale d’Administration, conseiller de Bouteflika, peut-être ambassadeur.

Selon la presse, son fils a été impliqué dans une affaire de milliards, le principal accusé, un certain Achour est toujours en prison. Selon la presse, le fils de Missoum Sbih a quitté le territoire algérien et il est à l’étranger. Combien d’Algériens ont été condamnés en France et dans le monde sans que personne ne bouge le petit doigt. Pour ce monsieur du protocole des affaires étranges, où on signe des décisions de désistement de palais et villas au dinar symbolique, il y a eu une mobilisation permamente, c’est dire que ce monsieur est important pour le pouvoir, car il est un algé(rois). Les autres étaient des Algé(riens). Pour celà, il n’y avait pas de mobilisation, il n’y avait pas de lettre ouverte, il n’y avait pas de pétition nationale pour relever le défi lancé par le pouvoir français.

Quand Sarkozy a annoncé à Alger même que la France ne présenterait pas ses excuses pour les crimes coloniaux et colonialistes, il n’y avait pas de réplique, de commentaire, de défi à relever. Il n’y avait rien. Il y a une grande confusion dans l’égo de certains et leur identification nationale. L’affaire dite Hassani ou Hesni etc..est une affaire personnelle, car le droit pénal personnalise les actes. C’est un Algérien ou Algérien-Français, employé aux AE qui a été arrêté. Point final. Il répondra de ses actes et seul. S’il est complice du meurtre, il répondra aussi. S’il est innocent, il demandera la réparation du préjudice causé. Mais quand Sarkosy déclare à Alger, au siège de la présidence que la France ne présentera pas les excuses, il s’agit d’un acte d’agression de la France contre l’Algérie.

Où étiez-vous messieurs les néo bas-triotes. Etes-vous sensibles au cas de ce monsieur et insensible à tous les innocents tués par la France coloniale et ses valets d’hier et d’aujourd’hui ? Quand la France tient en ôtage le peuple algérien en refusant de lui remettre les archives de son histoire, où étiez-vous messieurs les néo bas-triotes? Quand la France brûlait au napalm les Algériens à la recherche des fellagas, où étiez-vous messieurs les bas-triotes ? Quand la France violait l’espace aérien pour bombarder au Tchad, où étiez-vous messieurs les bas-triotes ? Décidemment, les bas-triotes ne réagissent au nom de l’Algérie que lorsque leurs intérêts sont en jeu. Cette Algérie de la minorité préviligiée qui considère le pays comme sa propriété privée n’est pas l’Algérie de tout le monde.

Ennahar veut rassembler un million et demi de signatures pour laver l’affront de la France en inculpant ce monsieur. Ennahar n’a pas levé le petit doigt quand Sarkozy a lancé un défi au peuple algérien en Algérie, à Alger, au siège de la présidence de la République, que la France ne présentera pas ses excuses pour ses crimes coloniaux. Tout le monde s’est tû, comme s’il n’y avait rien. Aujourd’hui, le verbe est différent. Si la France va faire autre chose encore contre ses alliés d’Alger? Elle les a aidés en expulsant le présumé coupable Abdelmalek Amellou. Pourquoi le pouvoir n’envoie pas Amellou témoigner que ce Hasseni n’était pas celui qui lui a signé l’ordre de mission et lui a remis l’argent du crime. Le silence complice. Noyer le poisson dans l’eau. Pourquoi ne pas ouvrir le dossier ici en Algérie? La peur, la peur que la vérité ne viendra éclater aux yeux de tout le monde.

Maamar Boudersa

« Affaire Hasseni: les diversions sont nombreuses depuis le début… »

hasni.jpgNe croyez vous pas que les diversions sont nombreuses et ont été assez répétées depuis le début de l’affaire Hasseni ? Notre propos et notre préoccupation ne sont dictés que par le souhait que l’assassin d’un officier de l’ALN et d’un fondateur du FFS M/ Ali Mecili soit jugé. Jugé pour son acte ou par sa complicité dans l’accomplissement de cette décision ignoble. Bien évidemment le but ne s’arrête pas à ce stade, mais il vise un plus noble objectif celui de parvenir à ce que plus jamais des frères meurent par le fait d’autres frères pour quelque motif que ce soit. Il n’y a pas de droit humain ni divin qui permet que des humains aveuglés par leurs pouvoirs et leurs désirs de se maintenir coûte que coûte fassent ce qu’ils ont fait.  Des “actes patriotiques” comme le justifient certains ne sont pas tolérables et ne peuvent être tolérés par notre conscience à tous. Nonobstant cette question qui est le vecteur de nos agissements et qui déterminent nos points de vue. Je condamne le fait de désigner un quelconque innocent à la vindicte publique. Je ne soutiens pas non plus la fougue que certains font pour défendre un collègue des AE ou du DRS et se taisent quand des centaines d’Algériens, simples citoyens ceux-là, se font ramasser à la pelle sous le seul délit de faciès.

C’est vrai qu’eux n’ont généralement pas ce “défaut” ;  ils sont gras et bien nourris, bien vêtus aussi, alors ils se faufilent dans les masses. Je n’ai rien contre Hasni, comme je n’ai pas de préjugés contre Samraoui. Les événements qui l’ont amenés à se mêler de cette affaire sont connus, son histoire au sein de la SM est connue de ses collègues, ses amis et ses voisins. Ce n’est pas lui le noeud gordien de l’affaire. Nous ne pouvons pas comprendre que notre pays couve un assassin et le couvre.

Si c’est la France qui pose problème à certains, pourquoi ne pas le juger en Algérie ? Cela est possible. Mais ça c’est une autre affaire, car alors il faudrait aussi juger, ceux qui ont dilapidés l’argent du pays avec mille artifices dont ils ont le secret, il faudrait aussi juger les assassins d’hier dont les corps de leurs victimes sont encore chauds, il faudrait enquêter sur les divers assassinats en Algérie et dont les enquêtes ont été bâclées et clôturées. Il faudrait aussi instruire et juger les affaires que les citoyens dénoncent chaque jour par dizaines, mais rien ne bouge.

Ils se glacent de frayeurs et on le ressent quand on parle de ces questions sensibles, comme par exemple les cas de chefs du GIA devenus des notables, et les assassins terroristes camouflés dans des lieux inconnus et j’en passe.

Quant à ceux qui semblent s’intéresser à la manifestation de la vérité, qui de l’intérieur nous donnent des informations avec parcimonie pour nous éloigner de notre but, quand ceux la nous parlent aussi de toutes les questions épineuses dont ils sont au courant et donc complices alors nous applaudirons à chacune de leur manifestation sur ce blog et ailleurs … en attendant nous continuons à contempler et à rire des agissements des plus autorisés d’entre eux à émettre des commentaires sentencieux pendant que d’autres ressassent les mêmes arguments.

En pédagogues qu’ils sont, ils savent que répéter et répéter les choses même fausses, il en reste toujours quelque chose. 

Par Mohand

Bouteflika s’exprimera mercredi prochain

boutef.jpgLe chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, prononcera un discours ce mercredi 29 octobre à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire et un autre discours le 1er novembre à l’occasion de l’anniversaire du déclenchement de la révolution. Bouteflika se prononcera-t-il sur la révision de la Constitution ? Personne ne connait la réponse sauf bien sûr le chef de l’Etat et les généraux décideurs. El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER