• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 15 novembre 2008

Archive pour le 15 novembre, 2008

Ouyahia nommé Premier ministre, seul Boukerzaza quitte le gouvernement

abderrachidboukerzaza.jpgLe président Abdelaziz Bouteflika a nommé ce matin Ahmed Ouyahia au poste de Premier ministre et les membres du gouvernement. Le chef de l’Etat a procédé à la nomination du Premier ministre, après la démission du chef du gouvernement, et des membres du gouvernement « à la suite de la promulgation de la loi portant révision de Constitution, M. Ahmed Ouyahia a présenté ce jour à Son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République, sa démission de ses fonctions de chef de gouvernement. Il est à rappeler que, parmi ses nouvelles dispositions, la Constitution a supprimé la fonction de chef de gouvernement et disposé en son article 77-5 que le président de la République nomme un Premier ministre. Le chef de l’Etat a nommé, ce jour, Ahmed Ouyahia Premier ministre. Après consultation du Premier ministre, M. Bouteflika a également procédé, ce jour, à la nomination des membres du gouvernement ». Tous les membres du gouvernement, à l’exception de Abderachid Boukerzaza, ont été reconduit. Par ailleurs, M. Azzedine Mihoubi, ancien DG de la radio, a été nommé secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Communication. Synthèse d’El Mouhtarem

Sommes nous riches ou en cessation de paiement?

riche.jpgSommes nous riches ou en cessation de paiement ? Si le pays est riche pourquoi alors vendre les 50% des ports d’Alger et de Djendjen ?
Quelle stratégie économique et quelle logique est à l’origine de cette vente ?
Nous avions espéré une stratégie industrielle et économique nouvelle qui préserverait le patrimoine restant de l’Algérie et de définir une politique industrielle nationale pour relancer la production de biens et des services, il en est rien ce fut des mots pour tromper son monde.

«Les deux accords paraphés avant-hier soir à l’hôtel Sheraton par le président du groupe DP World, M. Ahmed Bin Sulayem, et les directeurs généraux des Entreprises portuaires d’Alger et de Djendjen. En vertu de ces accords, le groupe DP World bénéficiera, à parts égales avec chacune des deux entreprises algériennes, d’une concession de la gestion pour ces deux ports, et ce pour une durée de trente (30) années». « Deux sociétés mixtes verront le jour avec un capital commun de 50 % pour chaque partie. Le président du groupe DP World s’est dit «satisfait» de la signature de ces deux accords».

Mais combien ont été vendus ces deux ports à nos «frères» de Dubaï. Le PDG a bien parlé de 108 millions de dollars d’investissement sur trois ans pour accroître les capacités de traitement notamment du port d’Alger. Mais personne n’a donné le prix de cession.
L’investissement quant à lui, on a pas besoin d’être expert pour savoir que les investissements prévus seront supportés par les deux parties et que les investissements futurs n’ont rien à voir avec l’achat du patrimoine considérable que constitue ses deux ports… L’un rapporte déjà des millions de dollars à l’Algérie, le deuxième qui a bénéficié de fonds considérables les années 80 pour le construire peut aussi être rentable. On a besoin ni d’un sultan ni d’un roi pour cela, nos cadres suffisent, il suffit de les laisser travailler.

Le syndicat après avoir manifesté un refus catégorique se laisse amadouer et les dirigeants syndicaux ont accepté en contrepartie d’engagements théoriques que la logique de fonctionnement d’une entreprise peut à tout moment remettre en question.
N’avons-nous plus d’argent pour justifier ce bradage.

Lorsque DP Dubai a acheté PetO britanique, il avait offert au départ 5,7 milliards de dollars, puis le prix a été porté à 6,8 milliards de dollars en raison de l’existence d’une concurrence.
Alors que les Algériens ont négocié en catimini, les Anglais on assuré une grande audience et publicité ce qui a fait porté le prix à un niveau considérable car les concurrents de DP Dubai à savoir PSA international et Hutchinson Whampoa asiatique se sont aussi manifestés.

Alors que le PDG se trouve à Alger sa société DP Dubai créée en 1999 avec des capitaux publics est en très peu de temps devenue «l’un des plus grands opérateurs portuaires mondiaux».
DP Dubai a entamé début novembre la vente d’une partie de son capital pouvant aller jusqu’à 20%, marquant l’une des plus grandes OPI dans la région du Golfe. Lors d’une conférence de presse, la compagnie a précisé qu’elle mettait en vente 2,822 milliards d’actions, soit 17% de ses 16,6 milliards d’actions, à un prix indicatif de 1 dollar à 1,3 dollar l’action.Cette offre publique, qui court jusqu’au 15 novembre, pourrait être ensuite portée à 20% du capital avec la mise sur le marché de 498 millions d’actions supplémentaires (3%), indique la compagnie.

L’offre est ouverte aux Emiratis ainsi qu’aux résidents et ressortissants des monarchies pétrolières du Golfe dans les Emirats arabes unis, outre les investisseurs institutionnels dans le monde.
Au risque de me tromper, la précipitation affichée dans la vente de ces deux ports à un prix inconnu du public me pousse à penser que des échanges malins se sont produits à cette occasion et que probablement des actions gratuites du géant seraient une monnaie qui a du inciter nos négociateurs à concrétiser rapidement cette opération. Opération inopportune surtout en ce moment où les pouvoirs publics ne savent pas que faire des excédents financiers induits la vente du pétrole et du gaz. A brève échéance nous allons découvrir qu’une fois encore des intérêts particuliers ont pris le pas sur les intérêts du pays. Bien sûr dans la meute de parvenus on trouve toujours des signataires d’actes pour concrétiser des accords pris en d’autres lieux et pour le bien propre d’autres personnes qui ne ratent aucune occasion de se mettre plein les poches. Chaque société et usine vendus est une occasion pour les prédateurs et leurs lobbyistes de se partager les gains noirs et sales.

Par Mohand

Mohamed Ziane Hasseni a subi des tests ADN et graphologiques

hasni.jpgLe diplomate et chef du protocole au ministère des Affaires étrangères, Mohamed Ziane Hasseni, s’est soumis à des tests ADN et graphologiques «pour prouver son innocence», a affirmé jeudi à l’AFP un de ses avocats.

Après avoir été auditionné par le juge d’instruction, «M. Hasseni s’est soumis à des tests ADN et à des prises d’écriture», a souligné maître Jean-Louis Pelletier afin de prouver «la bonne foi» de son client. Synthèse d’El Mouhtarem

Assassinat d’Ali Mecili:Il est déjà temps de révéler la vérité !

mec.jpg«La vérité est toujours révolutionnaire», disait Trotski.

Le 7 avril 1987, l’avocat Ali Mecili est assassiné de trois balles à l’entrée de son domicile a paris. Deux  mois après son assassinat, Abdelmalek  Amellou, un proxénète parisien d’origine algérienne, est arrêté par la police judiciaire pour ce meurtre. Il sera retrouvé sur lui un ordre de mission pour le meurtre de Ali Mecili avec la signature du capitaine Hassani, officier de la sécurité militaire algérienne. Ainsi donc, ce crime crapuleux est un meurtre commandité par les généraux en place au pouvoir. Mais directement après l’arrestation du meurtrier, le ministre (français) de l’intérieur  de l’époque, M. Charles Pasqua, en étroite  collaboration avec le premier ministre de cette époque, M. Chirac en l’occurrence ordonnent  l’expulsion d’urgence de M. Amellou vers  l’Algérie sans procédure judiciaire aucune, pour tenter  d’étouffer ce meurtre. Mais qui sont vraiment les acteurs de cet assassinat d’Etat ?

M. Ali Mecili était ancien responsable au sein du Front des Libération Nationale (FLN) puis à la sécurité militaire algérienne. Il en dénonce les dérives et toute puissance. Hicham Aboud, ancien chef du cabinet du patron de la sécurité militaire algérienne a fait savoir en 2001 dans une interview au « Nouvel Observateur» les raisons de ce meurtre: «A l’époque, il avait rapproché Ait Ahmed et Ben Bella, deux figures de la révolution algérienne. Ait Ahmed venait de reprendre le Front des Forces Socialistes, le  FFS, et Ben Bella avait monté le Mouvement  MDA  qui est devenu par la suite un mouvement d’opposition. Ces deux hommes gênaient,  il fallait les neutraliser. Mais si l’on avait touché à l’un d’eux, le scandale aurait été immense. Donc ils s’en sont pris à celui qui les avait  rapprochés, c’était un avertissement pour les deux : «comme on pu tuer Mecili, vous aussi-vous n’êtes pas loin- on peut vous atteindre ». C’est le capitaine Hassani qui a pris en charge cette mission. Il venait d’arriver à la gendarmerie ». Ainsi, sur l’ordre du président de l’époque, M. Chadli avec son directeur de cabinet Larbi Belkheir  qui est actuellement directeur du cabinet de Bouteflika, M. Hassani orchestre l’exécution de Ali Mecili avec  bien évidement la complicité des dirigent français de l’époque, MM. Chirac – Pasqua.

Dés lors, une bataille judiciaire s’engage pour la vérité sur cet assassinat d’Etat. Grace au soutien de  l’Etat français, les meurtriers ne furent jamais inquiétés. Expulsion d’urgence de l’exécuteur,  M. Amellou, vers l’Algérie, le parquet, c’est-à-dire directement MM Chirac – Pasqua s’opposeront systématiquement aux démarches pour qu’un procès soit engagé. En 1992, avec la détermination de la famille de la victime, un non -lieu a été évité. Depuis 2003, le juge Thouvenot se bat contre le parquet (le gouvernement) pour un mandat d’arrêt international grâce aux nombreux témoignages. Et finalement en décembre 2007, un mandat d’arrêt international est adopté et M. Hassani, à présent chef du protocole de l’Etat  algérien, vient d’être interpelé mi aout pour « complicité d’assassinat » à Marseille. Mais une remise en liberté est demandée et accordée !

Tout comme l’assassinat de M. Ben Barka, opposant marocain au roi Hassan II, l’assassinat de M.Mecili est avalisé par les autorités françaises et les responsables du RPR, actuelle UMP, sont directement impliqués.

Par ELBOURRI

Le peuple lui est absent au sens propre comme au sens figuré

absent2.png31 Congressistes sur 531 ont dit non, une majorité pour ne pas dire la totalité sont d’accords pour les changements, importants, demandés par le Président en exercice. Le Conseil constitutionnel a dans son arrêt dit que les changements étaient mineurs. Le FFS, le RCD et le FNA pensent qu’il y a au contraire atteinte majeure à cette loi fondamentale, et que les souhaits du Président, du Gouvernement, de deux Assemblées et des partis au pouvoir ne peuvent justifier de passer outre un choix et une décision sans équivoque du peuple.
Le peuple lui est absent au sens propre comme au sens figuré.

La situation kafkaïenne dans sa forme et son fond, m’amène à penser que tous les efforts d’ouverture sont désormais anéantis. Ce qui me permet de penser que notre pays est véritablement l’otage d’une génération vieillotte qui l’age aidant au lieu de passer le relais intelligemment à la génération qui n’a pas connu la guerre afin de moderniser le pays, a agi avec l’inconscience qui caractérise les égoïstes et les égocentriques. Après eux c’est le déluge et pour qui TAKHTI RASSI de Jeha est la seule politique payante.

L’histoire retiendra ces actes déshonorants et les inconsistances qui les caractérisent. Il retiendra que nos Sénateurs et députés sont comme les soldats d’un régiment qui pour une meilleure popotte dans la gamelle se détournent de leurs devoirs. Que pour 33 millions par mois ils brisent l’élan populaire de 33 millions d’âmes. Pour cette faveur matérielle ils renient tout et oublient d’où ils viennent, qui ils sont et ce que ceux qui les ont honoré attendent d’eux.

Un peuple dirigé par une telle meute ne saurait se sortir de la misère. Une telle junte civile ne saurait s’élever au rang des nations.
Sans parler des intellectuels qui au moindre fait sont glaces d’effroi et de peur. Ils se taisent et se renferment sur eux mêmes. Ils ne sont pas mieux que les acteurs fougueux et gauches qui mènent le pays à la dérive.
Ils sont forts à l’aise de lever les bras, ils lèveraient même les jambes si on leur demandait, et si ils voient un moyen d’accumuler encore plus de richesses; la seule cause qui les fait marcher.

Quelle différence y a t il , entre un autochtone qui ne pense qu’à son bien être et un colon qui réduit les indigences à une masse inutile sans grandeur et sans ambition.
Je m’interroge si un parallèle n’est à faire entre les privilégiés d’hier (durant le colonisation) et ceux de maintenant.
Quel prestige nous avons d’agir comme les années 60, alors que le monde et les hommes ont pris 40 ans d’âge. Pourquoi le nombre d’années ne fait il plus des sages et des exemples pour les plus jeunes? Pourquoi nous sommes différents ?

Nous aimons beaucoup mettre en évidence nos hypothétiques réalisations en les qualifiant de première d’Afrique et ou du monde. En politique et en démocratie nous ne disons rien, nous ne voulons pas être les meilleurs.
Car si tel était l’ambition nationale, tous les illettrés invétérés ne seraient plus là. Et ça ils l’appréhendent c’est pourquoi ils sont plus que jamais en Etat de guerre passionnée contre tous ceux qui leur disent les vérités qu’ils ne veulent pas entendre.

Dans les pays respectueux du genre humain à 70 ans et plus, on songe à tout autre chose qu’à faire des stratagèmes pour le plaisir de faire chier son monde. L’age c’est sur ne fait que de beaux cadavres. Gageons que tout ce machiavélisme ne servira en définitif qu’à exacerber les gens car le destin et les gènes ne peuvent eux être changés comme ce papier devenu torchon.

Par Mohand

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER