Le scenario cousu de fil blanc

bouteflika.jpgAvec la dernière sortie du tout puissant ministre de l’intérieur  (« nous ne sommes pas opposés à la présence d’observateurs internationaux, encore que nous n’en avons pas besoin … ») l’architecture de la prochaine élection présidentielle est dessinée : Saïd Sadi sera le principal lièvre de Bouteflika, du moins aux yeux de l’Occident, celui qui aime qu’on lui renvoie sa propre image, non seulement francophone et démocrate mais surtout laïc et anti-islamiste. Les autres lièvres seront accessoires et de toutes façons plus ils seront nombreux et plus «l’élection» de Bouteflika sera légitime.

Saïd Sadi est maintenant obligé d’accepter de jouer dans ce vaudeville, lui qui n’a cessé de revendiquer la présence d’observateurs étrangers. Il faudra seulement qu’il renonce à obtenir une surveillance électorale conforme aux standards internationaux tels qu’ils ont été appliqués au Yémen, en Palestine, au Congo, et récemment au Maroc à l’occasion des dernières élections législatives. Ni NDI ni les ONG américaines ou européennes ne seront acceptées.

Il suffira de quelques personnalités «amies», envoyées par l’Union Africaine et la Ligue Arabe acceptées par le régime (et aussi quelques amis personnels de Bouteflika en Occident) qui seront invitées à se promener dans quelques bureaux de vote, protégées par les services de sécurité : Ben Bella saura jouer la maîtresse de maison et les honorables invités seront autorisés lors du banquet de clôture à se féliciter solennellement de la régularité du scrutin. Il sera aussi toléré que Saïd Sadi hurle à qui veut l’entendre que l’élection a été truquée … après l’annonce du résultat que tout le monde connaît déjà.  Et le tour est joué : il n’y aura pas de quoi rire, le visage des  responsables de cette plaisanterie restera figé à la manière d’un patient atteint de la maladie de Parkinson.

Les candidats crédibles à la manière de Hamrouche, Taleb, Benflis ou Benbitour ne seront probablement pas dans la charrette des lièvres tant le scénario mis en place est grotesque: «élire un roi» De même il ne sera pas utile ni nécessaire de présenter une candidature islamiste : Bouteflika est le candidat des islamistes et de l’armée

Il reste à fignoler le dispositif: quel score attribuer au futur élu et à ses lièvres (un détail qui se règle entre le ministre et ses walis), comment gérer la santé du Président (il faut qu’il arrive en bon état au moins apparent à la fin de l’épreuve imposée), quelle dose de publicité accorder à ce qui ne sera qu’une formalité. Le reste de l’opération ne devrait pas poser de problème, le ministre de l’ Intérieur maîtrise parfaitement toutes les combines pour truquer les élections.

Et le militant des droits de l’homme et de la démocratie dans tout ça ? A la manière de Sysiphe il est condamné à monter son rocher jusqu’au sommet, à le voir retomber, et à recommencer. Long est le chemin de la démocratie !

Professeur Kamel Daoud, 17.11.2008

Commentaires

  1. amaghnass dit :

    Bonjour à tous!
    Les candidats crédibles à la manière de Hamrouche, Taleb, Benflis ou Benbitour… fais attention à tes écrits, toi qui es un proffesseur et « un chevronné de la politique » benflis est crédible ….!? tu rêves ou quoi souviens toi que benflis a joué le même rôle que tu as attribué aujourd’hui à said saadi.

    je pense que vous les vieux !!!vous êtes dépassés par les événements…SVP laissez la place aux jeunes, ces jeunes qui émergent dans les parti, comme le FFS et M. TABBOU par exemple;

  2. mohand dit :

    Je me demande quand enfin les militants du RCD, se décideront à influer dans les choix stratégiques de ce Parti. Avec moins de 5% d’électeurs habituels, on ne peut espérer un ras de marée pour ce parti. J’aurai adhéré à cette politique électorale si le RCD prend l’initiative de former une courant fort d’opposition (les personnalités diverses , les associations, les syndicats indépendants, les partis agrées et ceux qui ne le sont pas etc… ) Un courant distinct de l’Alliance présidentielle, avec un programme, un échéancier des engagements clairs , puis dégager un candidat qui fera la différence. C’est dans ce rôle que je verrai bien Said Said et son parti agir pour le bien de l’Algérie.
    Or il en est rien, il se pose déjà comment candidat , sa condition de la présence d’observateurs étrangers est d’autant plus chimérique qu’irréalisable. On ne peut constituer une armée d’observateurs (un par bureau d’élection) c’est à 49.000 observateurs. Je crois bien que le nombre total de militant de sont parti n’atteint pas ce chiffre. Sauf s’il se contenterai de quelques touristes pris en charge par l’Etat qui viendraient regarder où en est l’Algérie à Djnane el mithak et ils repartiront.
    Pourquoi s’entête t il dans cette voie. Je comprends que l’argent soit important. Et que la prise en charge des frais des éléections sur le budget de l’Etat est tentant à plus d’un titre.Cette manne importante permet de voir venir et de faire des voyages pour faire des déclarations qui font plaisir à entendre, mais les résultats on les voit pas . Une stratégie qui a échouée plusieurs fois ne peut pas ainsi par une baguette magique se transformer en réussite.
    Et pourtant il connait bien l’Algérie et les Algériens. Il a dit un jour s’être trompé de peuple, c’est bien mais pourquoi il ne semble pas retenir les leçons de l’histoire. Un changement ne frappe pas à notre porte alors que nous sommes bien entouré et bien installé dans nos certitudes et nos suffisances. Le changement se fait avec les pauvres hommes et femmes de toutes les contrées d’Algérie, il faut leur donner la parole et alors ils feront de vous un chef face au roi installé par les nantis et les profiteurs et qui nous narguent encore de son air narquois et moqueur.
    Mais si vous voulez déclarer une guerre alors qu’elle est perdu d’avance, cela ne tient qu’à vous , vous creusez encore plus bas le trou pour participer à enterrer notre idéal. Celui de voir un jour un ensemble de citoyens intégres, compétents et engagés pour faire de ce pays un pays lisible et fréquentable.

  3. yazid dit :

    mr saasi son probleme c est de faire des interview dans la revue politique internationale et de faire le beau démocrate chez les drans amis du tioers monde a savoir les étaéts unis. et pur ça il faut un passeport et pouravoir un passeport il faut pas trop embéter al houkouma n est ce pas :) .
    bon il faut bien reconnaitre que député a 300000 da c est plus agréable que opposants en prison. aprés tout opposant a la belhadj ça ne rapporte que des années de prison et vous risquez votre santé physique et morale

  4. kaci dit :

    La Grande Illusion!Depuis quand Said Sadi a-t-il été un démocrate et de surcroit un opposant à l’actuel pouvoir?Voyons,Messieurs, Sadi vous a bien eu en jouant le scénario de faire quitter l’hémicycle à son groupe parlementaire.Ne savait-il pas que les amendements de la Constitution allaient passer sans lui?Et pour les elections d’Avril 2009, il sera bien sur candidat et jouera bien un gros lievre sachant à l’avance que le candidat du pouvoir passera bien sur sans lui!Vous croyez sincerement que Sadi ne sait pas qu’il n’est qu’un lievre tout blanc dans cette pseudo election presidentielle?Alors etes-vous naifs à ce point pour y croire?
    Monsieur Sadi est un grand comédien mais aussi un mégalomane dangeureux pour ses militants adhérents!
    Malheur à ceux qui continuent à le croire!En tout cas lui ne se prive pas de couler des jours heureux avec tout le pognon qu’il empoche et les voyages qu’il entreprend au frais de l’Etat bien sur!

  5. za3maza3ma dit :

    Je remarque quand même que le non de SAADI aux amendements apportés à la constitution a été plus tonitruant que tous les boycotts réunis. Et que le peuple, d’après ce que j’entends, ne s’y pas trompé. Ceci dit sans vouloir le défendre.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER